Ren Rong

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ren Rong
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activité
Autres informations
Parti politique
Grade militaire
Shao Jiang (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rong.

Ren Rong (né en septembre 1917 à Guangyuan dans le Cangxi16 juin 2017)[1] est un homme politique et militaire chinois Han, originaire du Sichuan, nommé secrétaire du Parti communiste chinois au Tibet, le poste politique le plus important de la Région autonome du Tibet[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Révolution culturelle[modifier | modifier le code]

Selon Tsering Woeser, pendant la révolution culturelle Ren Rong était le commandant en chef du secteur militaire tibétain et le directeur du Comité révolutionnaire.

Il soutenait la faction des gardes rouges du « Commandement de l'union » contre celle des « Rebelles ». Le 7 avril 1971, Zhang Guohua est destitué de son poste de directeur du Comité révolutionnaire, de celui de chef d'équipe de la direction du parti et de celui de commandant en chef du secteur militaire tibétain. C'est Ren Rong qui assure la suppléance aux deux premiers postes. Le comité central nomma Chen Yiming au poste de commandant en chef du secteur militaire tibétain[3].

Destitution[modifier | modifier le code]

En 1980, Hu Yaobang mena une tournée d'inspection au Tibet[4] puis limogea Ren Rong.

Poursuites pour génocide[modifier | modifier le code]

Ren Rong est l'un des sept co-accusés en Espagne dans une procédure qui vise leurs agissements au Tibet. Les individus sont accusés de génocide, de crimes contre l'humanité, de torture et de terrorisme d'État[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) [1], sur m.thepaper.cn
  2. (en) « The Worst of the Worst - China (Tibet) », Freedom House, (consulté le 5 mai 2008)
  3. Tsering Woeser, Mémoire interdite. Témoignages sur la Révolution culturelle au Tibet, pages 206 et 558, traduit par Li Zhang & Bernard Bourrit, éd. Gallimard.
  4. Laurent Deshayes, Histoire du Tibet, Page 352, Fayard 1997 (ISBN 978-2213595023)
  5. (en) [2], sur trial-ch.org

Liens externes[modifier | modifier le code]