Fernando Romeo Lucas García

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Fernando Romeo Lucas García
Fonctions
Président de la République du Guatemala

(3 ans, 8 mois et 22 jours)
Vice-président Francisco Villagrán Kramer
Óscar Mendoza Azurdia
Prédécesseur Kjell Eugenio Laugerud García
Successeur Efraín Ríos Montt
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance San Juan Chamelco
Date de décès (à 81 ans)
Lieu de décès Puerto de la Cruz,
Vénézuela
Nationalité guatémaltèque
Conjoint Elsa Cirigliano

Fernando Romeo Lucas García
Présidents de la République du Guatemala

Fernando Romeo Lucas García, né le à San Juan Chamelco, Alta Verapaz (Guatemala) et mort le à Puerto La Cruz (Venezuela), est un militaire et homme politique guatémaltèque, président du Guatemala du au .

Biographie[modifier | modifier le code]

Sorti officier de l'École polytechnique militaire en 1949, il accède à la tête de l'état-major de l'armée guatémaltèque en 1975 avant de devenir ministre de la Défense. Candidat à l'élection présidentielle de mars 1978, il est élu par le Congrès et prend ses fonctions le 1er juillet suivant, succédant au général Kjell Laugerud García.

En 1981, il déclare une offensive générale contre les guérillas qui se traduit par une vague de massacre et par la destruction de deux cent cinquante villages, considérés comme bases de soutien des rebelles. L'offensive laisse environ vingt mille morts et le déplacement de plus d'un million de personnes. Certains massacres sont accompagnés d'usage à grande échelle de la torture : « Tous ces gens qui sont morts... Ils leur arrachent a langue, leu écrasent le nez, sortent les yeux des orbites. On les pend par les pieds, on les brule... On trouve des femmes clouées au sol avec des machettes... »[1].

Le , il est renversé par un coup d'État militaire dirigé par le général Efraín Ríos Montt.

Il s'exile en 1994 au Venezuela où, atteint de la maladie d'Alzheimer, il meurt en 2006.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Maurice Lemoine, Les enfants cachés du général Pinochet. Précis de coups d’Etat modernes et autres tentatives de déstabilisation, Don Quichotte, , p. 119