Procès Krupp

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Krupp.
Les inculpés au procès Krupp : au premier plan, Alfried Krupp, puis Ewald Loeser, Eduard Houdremont (de), Erich Müller (de), Friedrich Janssen, Karl Pfirsisch, Karl Eberhardt et Heinrich Korschan.

Le procès Krupp (officiellement The United States of America vs. Alfried Krupp, et al.) a été le dixième des douze procès pour crimes de guerre organisés par les autorités américaines dans leur zone d'occupation en Allemagne à Nuremberg après la fin de la Seconde Guerre mondiale.

Présentation[modifier | modifier le code]

Ces douze procès ont été menés par des tribunaux militaires américains et non par le tribunal international de Nuremberg, mais ils se sont tenus au même endroit, sous l’appellation « Procès de criminels de guerre devant le tribunal militaire de Nuremberg ». Le procès de Krupp AG est le troisième concernant des industriels allemands, avec le procès Flick et le procès IG Farben.

Dans le procès Krupp, douze anciens dirigeants du groupe sont accusés d’avoir permis l’armement des forces armées allemandes, et ce faisant, d’avoir activement participé à la préparation des guerres d’agression menées par les nazis. Ils sont également poursuivis pour avoir eu recours à de la main d’œuvre forcée. Les principaux accusés sont Alfried Krupp von Bohlen und Halbach, directeur général du groupe depuis 1943 et son père, Gustav Krupp, qui figurait parmi les accusés initiaux du procès international de Nuremberg, sans être traduit en justice pour raisons médicales.

Les juges de cette affaire, traitée par le tribunal militaire III-A, sont Hu C. Anderson, président de la cour et président de la cour d’appel du Tennessee, Edward J. Daly, du Connecticut et William J. Wilkins (en) de Seattle ; le procureur en chef est Telford Taylor. L’acte d’accusation est présenté le et le procès se déroule du au .

L’accusé Karl Heinrich Pfirsch est acquitté, tous les autres sont condamnés à des peines de prison variant de trois à douze ans d’emprisonnement. En outre, le principal accusé, Alfried Krupp, se voit contraint de vendre ses actions de la société.

Pendant le procès, Alfried Krupp nie toute culpabilité.

« L’économie a besoin d’un développement sûr ou en croissance. En raison des rivalités entre les partis politiques en Allemagne et du désordre généralisé, il n’y avait aucune possibilité de prospérité. […] Nous pensions qu’Adolf Hitler nous garantirait un développement sain, et il l’a fait. Nous, les Krupp, ne nous sommes jamais intéressés à la politique. Nous voulions seulement un système qui fonctionne bien et nous permette de travailler sans entraves. La politique ne fait pas partie de nos affaires »

— Alfried Krupp, Nuremberg, 1947.

Effectivement, le groupe Krupp a prospéré sous le régime nazi. Selon des estimations prudentes, il employait près de 100 000 personnes, dont 23 000 prisonniers de guerre.

Les accusations[modifier | modifier le code]

  1. Crimes contre la paix en participant à la préparation de guerres d’agression en violation de traités internationaux.
  2. Crimes contre l’humanité, pour le pillage, la destruction et l’exploitation des territoires occupés.
  3. Crimes contre l’humanité pour participation au meurtre, à l’extermination, à l’esclavage, à la déportation, à l’emprisonnement, à la torture et à l’utilisation du travail forcé de civils des territoires occupés par les troupes allemandes, d’Allemands et de prisonniers de guerre.
  4. Participation à un complot contre la paix.

Tous les accusés sont inculpés des quatre chefs d’inculpation, sauf Lehmann et Kupke qui ne sont pas poursuivis pour le second. Les premier et quatrième chefs d’inculpation sont rapidement abandonnés, faute de preuve.

Le jugement[modifier | modifier le code]

Nom Fonction dans le groupe Condamnation
Alfried Krupp Propriétaire et directeur général 12 ans et confiscation de ses biens
Ewald Loeser Ancien directeur financier 7 ans
Eduard Houdremont (de) Directeur, responsable des aciéries 10 ans
Erich Müller (de) Directeur, section des armements 12 ans
Friedrich Wilhelm Janssen Directeur financier, successeur de Löser 10 ans
Karl Heinrich Pfirsch Ancien directeur des ventes Acquitté
Max Otto Ihn Personnel et renseignement, adjoint de Löser et de Janssen 9 ans
Karl Adolf Ferdinand Eberhardt Directeur des ventes, successeur de Pfirsch 9 ans
Heinrich Leo Korschan Adjoint pour les aciéries 6 ans
Friedrich von Bülow (de) Contre-espionnage, relations publiques et police des usines (Werkschutz) 12 ans
Werner Wilhelm Heinrich Lehmann Responsable de la main d’œuvre, adjoint de Ihn 6 ans
Hans Albert Gustav Kupke Responsable des camps de travail 2 ans et dix mois

Sur les onze condamnés, tous sont reconnus coupables d’utilisation de main d’œuvre forcée (chef d’accusation no 3) et six sont également condamnés sur la base du deuxième chef d’accusation.

Le , deux ans et demi après leur condamnation, ils sont tous en liberté. Alfried Krupp est libéré le , lors d'une amnistie accordée par la haut-commissaire américain John J. Mc Cloy. La confiscation des biens de la société est annulée et on lui restitue sa fortune personnelle de dix millions de dollars (de l'époque)[1], et il reprend le contrôle du groupe en 1953.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. William L. Shirer, Le IIIe Reich, éd. Stock, p. 978.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (de) D. M. Friz, Alfried Krupp und Berthold Beitz — der Erbe und sein Statthalter, Zürich: Orell-Füssli 1988; (ISBN 3-280-01852-8).

Liens externes[modifier | modifier le code]