Relations entre l'Allemagne et Israël

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Relations entre l'Allemagne et Israël
Drapeau de l'Allemagne
Drapeau d’Israël
Allemagne et Israël
     Allemagne      Israël
Ambassades
Ambassade d'Allemagne en Israël
  Ambassadeur Clemens von Goetze
  Adresse Tel Aviv-Jaffa, Israël
  http://www.tel-aviv.diplo.de/Vertretung/telaviv/de/Startseite.html
Ambassade d'Israël en Allemagne
  Ambassadeur Yakov Hadas-Handelsman
  Adresse Auguste-Viktoria-Straße 74-76, Berlin, Allemagne
  http://embassies.gov.il/berlin/Pages/default.aspx/

Les relations entre l'Allemagne et Israël désignent les relations entre la République fédérale d'Allemagne et l'État d'Israël depuis sa création en 1948. L'Allemagne dispose d'une ambassade à Tel Aviv et Israël dispose d'une ambassade à Berlin et d'un consulat-général à Munich.

Histoire des relations germano-israéliennes[modifier | modifier le code]

Parmi les facteurs les plus décisifs dans les relations germano-israéliennes est fréquemment cité le génocide des Juifs d'Europe (Shoah) par le Troisième Reich pendant la Seconde Guerre mondiale[1]. Durant la guerre froide, Israël ne disposait pas de relations diplomatiques avec la République démocratique allemande (Allemagne de l'Est)[2], étant considéré comme un « ennemi du marxisme-léninisme » et la RDA soutenait par ailleurs ouvertement le Front de libération de la Palestine, opposé à l'État hébreu.

Au début des années 1950, des négociations sur les réparations d'après-guerre ont lieu entre le Premier ministre d'Israël, David Ben Gourion, le secrétaire général du Congrès juif mondial, Nahum Goldmann, et le chancelier de l'Allemagne de l'Ouest, Konrad Adenauer. En raison de la sensibilité du dossier, cette décision a été intensément débattue à la Knesset israélienne, et ne prend pas en compte de réparations pour les victimes du génocide. En 1952, des accords de réparations sont signés. À la date de 2007, l'Allemagne avait versé sur les décennies précédentes environ 3 milliards de marks (versés sur 14 années) en réparation à Israël, pour permettre la réinstallation des réfugiés affluant sur son territoire ainsi que pour les survivants du génocide nazi[3].

La chancelière Angela Merkel adopte une politique étrangère de coopération avec Israël. Bien que l'Allemagne à émi des déclarations répétées, critiquant certains aspects de la politique menée par le gouvernement israélien en Cisjordanie[4],[5] : un document ayant fuité dans la presse en 2016 estime que l'État fédéral pourrait mettre un terme à son « soutien inconditionnel à Israël »[6] pour rédapoter sur quelques points un avis pro-palestinien comme ce fut le cas par le passé.

Relations commerciales[modifier | modifier le code]

L'Allemagne est le partenaire commercial le plus important d'Israël en Europe et le deuxième partenaire commercial le plus important après les États-Unis. Les importations israéliennes d'Allemagne représentent un total 2,3 milliards d'USD par an, alors qu'Israël est pour l'Allemagne le quatrième partenaire commercial le plus important en Afrique du Nord / Moyen-Orient[7].

Relations culturelles et sociales[modifier | modifier le code]

Les deux pays entretiennent de nombreuses relations scientifiques, caractérisée notamment par une coopération entre les universités israéliennes et allemandes.

Un certain nombre de programmes d'échanges entre jeunes Allemands et Israéliens ont lieu. Quelque 2 000 Israéliens et 4 500 Allemands participent actuellement chaque année au programme d'échange géré par le ministère fédéral allemand de la Famille. La réconciliation (Aktion Sühnezeichen) a joué un rôle important dans ces relations. Depuis 1961, elle permet ainsi l'envoi de 2 500 volontaires travailler dans les hôpitaux et programmes de protection sociale israéliens. Les églises et les syndicats ont également eu un rôle important dans la promotion de ces relations.

Israël attache une grande importance au jumelage de ses municipalités avec des villes allemandes. Haïfa est ainsi jumelée à cinq villes d'Allemagne; Tel-Aviv cinq et Netanya deux. Plus de 100 villes israéliennes sont jumelées avec l'Allemagne.

Coopération militaire[modifier | modifier le code]

De 1959 à 1967, la République fédérale d'Allemagne (alors Allemagne de l'Ouest) était un important fournisseur de matériel militaire et d'armes à Israël, deuxième derrière les États-Unis. L'Allemagne a ainsi fourni à Israël des sous-marins de classe Dolphin tandis que l'Allemagne utilise le missile antichar israélien Spike. En 2008, il a été révélé que l'Allemagne et Israël ont élaboré conjointement un système d'alerte nucléaire, baptisé Opération Bluebird[8].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) German Embassy. Background Papers. Germany and Israel, consulté le 14 mars 2012
  2. Israël s'opposera par ailleurs à l'entrée de la République démocratique allemande (RDA) aux Nations unies en 1973
  3. (en) Congressional Research Service: Germany’s Relations with Israel: Background and Implications for German Middle East Policy, 19 janvier, 2007. (page CRS-2), consulté le 14 mars 2012
  4. (en) Netanyahu heads to Germany for reconciliation with Merkel, Haaretz, consulté le 14 mars 2012.
  5. (en) Germany reprimands Israel over new Jerusalem construction, Haaretz, consulté le 14 mars 2012.
  6. L'Allemagne pourrait arrêter son soutien inconditionnel à Israël, Russia Today, consulté le 4 mai 2016.
  7. (en) The Israel-German special relationship", Britain Israel Communications and Research Centre, consulté le 14 mars 2012
  8. (en) Israel, Germany develop nuclear warning system, Jerusalem Post, consulté le 14 mars 2012.

Liens externes[modifier | modifier le code]