Quillan (ancienne commune)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Quillan (Pendragon).

Quillan
commune disparue
Quillan (ancienne commune)
Place de la République.
Blason de Quillan commune disparue
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Aude
Arrondissement Limoux
Canton Haute-Vallée de l'Aude
(bureau centralisateur)
Intercommunalité Communauté de communes des Pyrénées Audoises
(siège)
Code postal 11500
Code commune 11304
Démographie
Gentilé Quillanais, Quillanaises
Population 3 220 hab. (2013)
Densité 154 hab./km2
Géographie
Coordonnées 42° 52′ 34″ nord, 2° 10′ 57″ est
Altitude 291 m
Min. 261 m
Max. 1 122 m
Superficie 20,97 km2
Historique
Date de fusion
Commune(s) d’intégration Quillan
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Aude

Voir sur la carte administrative de l'Aude
City locator 15.svg
Quillan
commune disparue

Géolocalisation sur la carte : Aude

Voir sur la carte topographique de l'Aude
City locator 15.svg
Quillan
commune disparue

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 15.svg
Quillan
commune disparue

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 15.svg
Quillan
commune disparue
Quillan

Quillan (occitan : Quilhan) est une ancienne commune française, située dans le département de l'Aude en région Occitanie.

Ses habitants sont appelés les Quillanais.

Le 1er janvier 2016, la commune de Brenac a fusionné avec Quillan au sein de la commune nouvelle de Quillan[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune est située au pied des Pyrénées sur l'Aude.

À l'entrée du défilé de Pierre-Lys, Quillan, située à un important carrefour routier, constitue un des meilleurs centres d'excursions pour toute la région peu fréquentée et très pittoresque des avant-monts pyrénéens.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Située en plein contreforts pyrénéens, la commune a un sol composé de calcaires du Crétacé surélevés par la poussée de la plaque africaine qui a engendré la chaine pyrénéenne. Au relief profondément complexe tourmenté par la tectonique, ces calcaires forment des « nappes » qui auréolent les Pyrénées selon un angle globalement ouest-est, entre l'Aquitaine, et jusqu'en Provence. Ces boucliers qui forment les pré-Pyrénées sont particulièrement visibles dans cette partie de l'Aude ainsi qu'en Ariège, où ils forment des collines rectilignes cisaillant le paysage d'Est en Ouest.

Pour se frayer un chemin dans ces ensembles qui lui faisaient barrage, l'Aude a creusé des gorges étroites et raides dans le calcaire au fil des millénaires, déposant des alluvions le long de son cours.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

L'Aude, fleuve méditerranéen, coule sur la commune après avoir traversé le pays de Sault par les gorges de l'Aude, et le défilé de Pierre-Lys. Sur la commune, elle reçoit de petits affluents comme le ruisseau du Coulent en rive gauche, ou le Saint Bretrand en rive droite avant de s'élancer vers Alet-les-Bains, puis Limoux et Carcassonne.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Accès SNCF gare de Quillan sur la ligne Carcassonne - Rivesaltes. La gare de Quillan est le terminus de la liaison ferroviaire la reliant à Carcassonne, en passant par Limoux. Aujourd'hui, la ligne s'est modernisée et propose plus de rotations journalières avec la mise en service de tout nouveaux TER aux couleurs de la région Languedoc-Roussillon (rouge et jaune).

Des bus relient quotidiennement la ville à Limoux et Carcassonne mais également à Foix et Perpignan (bus à 1 € du conseil général des Pyrénées-Orientales).

Toponymie[modifier | modifier le code]

Attestée sous la forme Quillianum en 782, du nom de personne latin Quelius suffixé en -anum.

Histoire[modifier | modifier le code]

Au Moyen-Âge, Quillan fait partie du comté de Razès.

Le site de Saint-Quirgue est occupé depuis l'époque wisigothique[2].

En 909 les églises Saint-Pierre et Saint-Romain sont citées près de Quillan dans une donation que fait une femme appelée Hispana. L'église de Notre-Dame est citée à partir de 930 ainsi qu'un châtelain. Elle est occupée par des chanoines au XIe siècle. A partir de 1121 la seigneurie de Quillan appartient à l'archevêque de Narbonne qui la conservera tout au long du Moyen-Âge. Durant la Croisade contre les Albigeois le roi de France aurait exigé que Quillan lui soit remis car la ville aurait résisté à Simon de Montfort. L'archevêque Arnaud Amaury refuse et affirme que la ville "appartient aux archevêques depuis plus de quatre-vingt ans". En 1230 et 1251 le chevalier Raimon d'Aniort tient Quillan au nom de l'archevêque[3].

Entre 1790 et 1794, la commune de Laval a fusionné avec la commune de Quillan.

La ville fut une sous-préfecture lors de la création du département à la Révolution française.

La commune de Brenac a été fusionnée avec Quillan le 1er janvier 2016.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
vers 1890[4],[Note 1] ? Émile Goize[4]    
1910 1914 Paulin Nicoleau Radical Conseiller général du Canton de Quillan
    Jean Bonnail PRRRS Député, Conseiller général
1953 1965 Georges Casenove SFIO Cheminot,conseiller général (1945-1970)
1965 1995 Paul Mullot (1921-2008) UDF Ingénieur,conseiller général (1970-1974)
1995 2014 Maurice Aragou PS Instituteur,conseiller général (2001-2008)
2014 31 décembre 2015 Pierre Castel LR  

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[6],[Note 2].

En 2013, la commune comptait 3 220 habitants, en diminution de -5,43 % par rapport à 2008 (Aude : 3,15 %, France hors Mayotte : 2,49 %).

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 2441 5681 5411 4401 4722 0082 1521 9211 996
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 0131 9782 5562 5392 4812 4242 4632 4112 626
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 5112 7282 7252 8323 4643 7073 5103 4833 668
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2013
4 4244 8474 9684 4593 8183 5423 4453 2493 220
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

La ville de Quillan est la plus importante des communes de la Haute-Vallée de l'Aude et la deuxième de l'arrondissement de Limoux.

Enseignement[modifier | modifier le code]

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

La commune accueille chaque année critérium cycliste international de Quillan qui fut le 1er critérium de France et qui accueillait les meilleurs champions de cyclisme. Carlos Sastre y est passé en 2008.

Santé[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

L'Union sportive Quillan Haute vallée a été championne de France de rugby à XV saison 1928-1929 et évolue en championnat de France de 3e division fédérale depuis la saison 2005/2006. En 2012, elle est repassée en 2e division.

Économie[modifier | modifier le code]

L'économie de la ville de Quillan dépendait jadis de son activité manufacturière : chapellerie, industrie de la chaussure (cuir et toile) et des matières plastiques, fabriques de meubles. Le tourisme est désormais une des principales sources d'emploi et d'activité de la ville.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Pont Vieux
Château

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Napoléon III (1808-1873) : l'Empereur aimait séjourner à Quillan ;
  • Joachim Estrade (1857-1936) : ingénieur ayant électrifié la région et dirigé la construction de la ligne de chemin de fer jusqu'à Quillan ;
  • Jean Guiraud (1866-1953) : historien né à Quillan ;
  • Charles Marx (1903-1946) : médecin à Quillan et résistant
  • André Desseilles (1914-1999) : homme d’affaires ayant vécu à Quillan ;
  • Louis Cardaillac (1933-2015) : auteur et professeur-chercheur en lettres, né et enterré à Quillan ;
  • Jean-Claude Rouan (1933-) : joueur de rugby à XV né à Quillan ;
  • Laurent Reverte (1971-) : auteur-compositeur-interprète né à Quillan ;
  • Robert Punzano (1973-) : auteur et comédien ayant grandi et vécu à Quillan.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Quillan (Aude).svg

Blasonnement de la commune : D'azur au besant d'or accompagné de trois quilles du même.

Blason ville fr Quillan-1696 (Aude).svg

Blasonnement de la commune tel que décrit en 1696 par Charles d'Hozier : D'azur écartelé d'or à un besant tourteau de l'un en l'autre[9].

Blason ville fr Quillan, Laval (Aude).svg

Blasonnement du hameau de Laval tel que décrit en 1696 par Charles d'Hozier : De sable tranché, cannelé d'or[10].

Culture populaire[modifier | modifier le code]

Cinéma

La commune a accueilli[Quand ?] une partie du tournage du film de Bertrand Tavernier, La Passion Béatrice.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Émile Goize était en fonction en 1890. Il n'est pas certain que c'était la première année de son mandat.
  2. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « recueil des actes administratifs de l'Aude » (consulté le 31 décembre 2015)
  2. Ournac, Perrine,, Rancoule, Guy,, Leclant, Jean, (1920-2011), et Académie des inscriptions et belles-lettres (France),, L'Aude, vol. 11/2, Académie des inscriptions et belles-lettres, (ISBN 9782877542333 et 2877542335, OCLC 690585211, lire en ligne)
  3. Antoine Rocque, Inventaire des actes de l'Archevêché de Narbonne, Narbonne, (lire en ligne)
  4. a et b « QUILLAN PREMIÈRE VILLE DU DÉPARTEMENT DE L’AUDE ÉCLAIRÉE À L’ÉLECTRICITÉ », sur patrimoine-quillan.com (consulté le 21 juillet 2014). Voir document : "Ville de Quillan - Éclairage à l'électricité - Adjudication".
  5. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 201120122013 .
  9. Armorial général des personnes, domaines, compagnies, corps et communautés (circonscription actuelle de l'Aude) / extrait de l'Armorial général (manuscrit), dressé en vertu de l'édit de 1696 par Charles d'Hozier, éd. de Carcassonne, 1876, page 15, (texte sur Gallica)
  10. Armorial général des personnes, domaines, compagnies, corps et communautés (circonscription actuelle de l'Aude) / extrait de l'Armorial général (manuscrit), dressé en vertu de l'édit de 1696 par Charles d'Hozier, éd. de Carcassonne, 1876, page 12, (texte sur Gallica)