Querida Amazonia

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Querida Amazonia
Blason du pape
Exhortation apostolique du pape François
Date
Sujet Exhortation post-synodale sur l'Amazonie
Chronologie

Querida Amazonia (en français : « Amazonie bien-aimée ») est une exhortation apostolique post-synodale du pape François datée du et publiée le . Elle fait suite au synode sur l'Amazonie qui s'est tenu du 6 au 27 octobre 2019, et au document final de ce synode, Amazonie : nouveaux chemins pour l’Église et pour une écologie intégrale.

Publication[modifier | modifier le code]

L'exhortation apostolique est datée du 2 février 2020, mais publiée le 12. Plusieurs observateurs font remarquer que cette dernière date correspond à l'anniversaire de l'assassinat de Dorothy Stang, religieuse américaine avocate des Indiens[1].

Structure[modifier | modifier le code]

Le texte de l'exhortation s'étend sur 88 pages et est structuré en quatre « rêves ». Le premier chapitre est consacré au « rêve social », le second au « rêve culturel », le troisième au « rêve écologique », enfin le dernier au « rêve ecclésial »[2].

Contenu[modifier | modifier le code]

Le pape, notamment du fait de son origine argentine, insiste sur le concept très latino-américain du « Buen Vivir, qui doit s'appliquer aussi bien aux quartiers urbains qu'aux milieux naturels sensibles. Il s'attaque une fois de plus aux postures néocoloniales qui consistent à ne voir qu'à court terme et à ne considérer les milieux naturels, et en particulier l'Amazonie, que comme des richesses potentielles à exploiter sans tenir compte de ses habitants. Les peuples indigènes, mais aussi les plus pauvres, doivent être considérés comme les interlocuteurs de référence concernant ce territoire[3].

En ce qui concerne la culture spécifique aux peuples indigènes, le pape appelle à « cultiver sans déraciner » et à « promouvoir sans envahir ». Il s'attaque ainsi non seulement à l'impérialisme culturel qui menace ces peuples, et qui vient en particulier de la culture occidentale promue par les colons et les sociétés d'exploitation de l'Amazonie[3], mais aussi aux attitudes critiques envers les rites et pratiques qui leur sont propres. En effet, certaines voix catholiques se sont élevées, notamment durant le synode sur l'Amazonie, contre des pratiques indigènes dénoncées comme « idolâtres » ; en réaction, le pape appelle à une attitude intégratrice, qui s'inscrit également dans une tradition jésuite telle qu'ont pu la pratiquer les missionnaires de cet ordre dès le XVIIIe siècle[4].

Contexte[modifier | modifier le code]

Un fort climat conflictuel s'est développé durant l'hiver 2019-2020 concernant l'éventualité, abordée durant le synode, d'ordonner prêtres des hommes mariés. Ce conflit est notamment renforcé par la publication Des Profondeurs de nos cœurs par le cardinal Robert Sarah. À ce titre, la publication de l'exhortation apostolique est très attendue[5]. Michael Czerny, Lorenzo Baldisseri ou Matteo Bruni rappellent, à l'occasion de la sortie de Querida Amazonia, que celle-ci, au contraire du document final du synode sur l'Amazonie, a une valeur canonique, et fait donc partie de ce qu'enseigne l'Église[6]. À ce titre, le document pontifical est très attendu, même si certains remarquent la préférence du pape pour le développement chez les séminaristes du « zèle apostolique », c'est-à-dire d'une véritable volonté pour eux de choisir d'aller en mission dans les territoires indiens plutôt que dans des zones réputées plus faciles[7].

Réception[modifier | modifier le code]

Sur les aspects sociaux[modifier | modifier le code]

Sur les aspects culturels[modifier | modifier le code]

Sur les aspects écologiques[modifier | modifier le code]

José Gregorio Mirabal, coordinateur général du Congrès des organisations indigènes d’Amazonie, estime que Querida Amazonia lui donne « une raison d'espérer » dans les combats que mènent les peuples indigènes du Brésil notamment contre les multinationales cherchant à exploiter leurs terres, et que le pape est dans ce combat « un allié puissant ». Josianne Gauthier, secrétaire générale de la CIDSE, juge que le pape ne perd pas son temps à répéter ce qui a été dit au synode, notamment la notion de « péché écologique », mais insiste sur le ressenti des autochtones face à la disparition de leur environnement[8].

Sur les aspects ecclésiaux[modifier | modifier le code]

Les deux thèmes sur lesquelles ce texte était particulièrement attendues étaient les questions, évoquées durant le synode, d'une part de l'ordination presbytérale d'hommes mariés (texte)viri et probati), d'autre part de l'accès au diaconat pour les femmes. Le document n'évoque pas ces thèmes[9]. L'absence de discours à ce propos est perçue par Josianne Gauthier comme une insistance sur les trois premiers défis (social, culturel et écologique) en laissant la collégialité épiscopale régler la question inhérente à l'Église catholique sans se crisper dessus. De même Gaultier Bès, rédacteur en chef de la revue Limite, exprime que cette question ecclésiologique ne représente pas une telle urgence qu'il faille qu'elle ait la priorité sur la question écologique[8].

Pour François Euvé, jésuite et rédacteur en chef d'Étvdes, cette exhortation apostolique est dans la continuité directe de Laudato si', mais qui insiste sur des aspects encore peu développés jusque-là, l’inculturation, la pluralité culturelle et le respect des traditions et des racines. Il estime que ce texte est « sans surprise » et se demande si la réponse est à la hauteur de la situation[8].

Anne-Marie Pelletier, théologienne, estime que le pape a pris acte d'une réalité ecclésiale qui a longtemps été ignorée, et qui donne une part importante de responsabilité aux laïcs, et plus particulièrement aux femmes[8]. La part essentielle des femmes à la vie de l'Église est rappelée, non seulement comme soutien physique de son existence, mais comme garantes de son intégrité[10].

L'absence de position exprimée en faveur de l'ordination presbytérale d'hommes mariés est regrettée par certains. En Allemagne, le Comité central des catholiques allemands déplore un « manque de courage ». Reinhard Marx estime que l'exhortation apostolique constitue un « cadre de réflexion », mais que quiconque aura espéré des décisions et des mesures concrètes en ce sens sera déçu[11]. D'autres observateurs considèrent que, le sujet en question n'étant pas abordé, la question de l'ordination d'hommes mariés reste encore ouverte[12]. D'autres encore soulignent la nécessité du mûrissement d'un tel projet, qui ne peut être réalisé que par étapes[13].

Sur le style[modifier | modifier le code]

Plusieurs observateurs remarquent que le ton employé utilise volontairement les codes de la poésie et du rêve, et analysent cette prise de position comme la sortie d'une stricte vision utilitariste pour mettre l'accent sur la beauté et la gratuité[8].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean-Baptiste Labeur, « “Querida Amazonia” : l'après-synode sur l'Amazonie a débuté », RCF,‎ (lire en ligne).
  2. « « Querida Amazonia » : synthèse officielle du Vatican », Zenit, (consulté le 13 février 2020).
  3. a et b Dominique Lang, « Querida Amazonia : les quatre rêves du pape François pour l’Amazonie », Le Pèlerin,‎ (ISSN 0764-4663, lire en ligne).
  4. Marie-Lucile Kubacki, « Amazonie : “Le pape a une sensibilité missionnaire intégratrice” », La Vie,‎ (ISSN 0151-2323, lire en ligne).
  5. « “Querida Amazonia” va au-delà de l'ordination d'hommes mariés », Église catholique en Suisse, (consulté le 14 février 2020).
  6. (en) Hannah Brockhaus, « Vatican officials: 'Querida Amazonia' is magisterium, Amazon synod's final doc is not », Catholic News Agency (en),‎ (lire en ligne).
  7. Anne Kurian, « « Querida Amazonia », le document du pape sera publié mercredi 12 février », Zenit, (consulté le 14 février 2020).
  8. a b c d et e Arnaud Bevilacqua, « « Querida Amazonia », ce qu’ils en pensent », La Croix,‎ (ISSN 0242-6056, lire en ligne).
  9. Claire Lesegretain, « Mgr Emmanuel Lafont : « “Querida Amazonia”, la quintessence du pontificat du pape François » », La Croix,‎ (ISSN 0242-6056, lire en ligne).
  10. Arnaud Bevilacqua, « « Querida Amazonia » : le pape François plaide pour l'Amazonie », RFI,‎ (lire en ligne).
  11. (en) Hannah Brockhaus, « “A lack of courage” : Germans divided over Pope Francis’ Amazonian exhortation », Catholic News Agency (en),‎ (lire en ligne).
  12. (en) Colleen Dulle, « What ‘Querida Amazonia’ says about married priests and women deacons, in 3 minutes », America,‎ (ISSN 0002-7049, lire en ligne).
  13. Lucie Sarr, « “Querida Amazonia” confirme que François pratique le discernement ecclésial et le dialogue vrai », La Croix,‎ (ISSN 0242-6056, lire en ligne).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]