Evangelii gaudium

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Page d’aide sur l’homonymie Pour les articles homonymes, voir EG.

Evangelii gaudium
Blason du pape
Exhortation apostolique du pape François
Date
Sujet nombreux thèmes, en premier lieu l'évangélisation et la théologie
Chronologie

Evangelii gaudium (EG) (« la joie de l'Évangile ») est la première lettre d'exhortation apostolique émise par le pape François le lors d'une messe solennelle clôturant symboliquement l'« Année de la foi (de) ». Elle touche différents sujets tels que l'obligation qu'ont les chrétiens envers les pauvres ainsi que leur devoir de maintenir un ordre économique, politique et légal juste. Elle appelle les disciples du Seigneur à témoigner de leur appartenance évangélisatrice de façon toujours nouvelle.

Elle comprend surtout les idées personnelles du pape François tout en incluant plusieurs références. À la différence des lettres d'exhortation apostolique des papes précédents, Evangelii gaudium n'est pas écrite dans un style académique, mais plutôt dans un langage facilement compréhensible et plus captivant.

Histoire[modifier | modifier le code]

La lettre Evangelii gaudium a été émise par le pape François le lors d'une messe solennelle clôturant symboliquement l'« Année de la foi (de) ». Elle a été remise à 36 personnes, évêques, prêtres, religieux et religieuses, représentants des mouvements d'Église, deux journalistes et deux artistes, le sculpteur japonais Etsuro Sotoo et la peintre polonaise Anna Gulak, ainsi qu'à une aveugle qui a reçu le document sous forme auditive[1].

Présentation[modifier | modifier le code]

En règle générale, les exhortations apostoliques sont le fruit de travaux de synode, mais, dans le cas d'Evangelii gaudium, cette exhortation est le fruit du travail du pape François, même s'il s'est inspiré du synode sur la nouvelle évangélisation.

Cette exhortation s'adresse aux évêques, aux prêtres et aux diacres, aux personnes consacrées, et à tous les fidèles laïcs. Elle concerne l'annonce de l'évangile dans le monde d'aujourd'hui.


L'exhortation veut montrer que l'évangélisation est constitutive de l'Église et de la vie chrétienne. Elle expose un style de vie qui correspond à l'évangélisation et souhaite une « conversion pastorale » (§ 24) du clergé et des fidèles. L'apostolat doit avoir pour origine l'émerveillement du croyant devant la foi et doit « révéler la beauté et l'amour salvifique de Dieu manifesté en Jésus-Christ » (§ 36) puis instruire à la foi[2]. Elle indique également des points non négociables  : le « sacerdoce réservé aux hommes » et la dignité des enfants à naître, autrement dit le refus de tout avortement. « On ne doit pas s’attendre à ce que l’Église change de position sur cette question », prévient-il[3].

L'exhortation appelle à un témoignage nouveau des disciples du Seigneur (§ 92) :

« En cette époque précisément, et aussi là où se trouve un « petit troupeau » (Lc 12, 32), les disciples du Seigneur sont appelés à vivre comme une communauté qui soit sel de la terre et lumière du monde (cf. Mt 5, 13-16). Ils sont appelés à témoigner de leur appartenance évangélisatrice de façon toujours nouvelle. »

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]