Poissons (Haute-Marne)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Poissons
De haut en bas et de gauche à droite: le Grand Pont sur le Rongeant; la mairie; le vieux moulin; habitations sur les berges du Rongeant; l'église St-Aignan (classée M.H.); façade du château de Riaucourt; la croix de St-Amans; ancienne tour du château; le monument aux morts.
Poissons Pont sur le Rongeant 1.jpg Poissons la mairie 1.jpg
Poissons Vieux moulin 10.jpg Poissons les berges du Rongeant.jpg
Poissons Eglise 25.jpg Poissons Façade du château de Riaucourt.jpg
Poissons Croix de Saint-Amans du XVIIIè.jpg Poissons Tour du château 1.jpg Poissons Monument 1.jpg
Blason de Poissons
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Haute-Marne
Arrondissement Saint-Dizier
Intercommunalité Communauté de communes du bassin de Joinville en Champagne
Maire
Mandat
Bernard Adam
2020-2026
Code postal 52230
Code commune 52398
Démographie
Gentilé Picheneilles
Population
municipale
667 hab. (2017 en diminution de 7,23 % par rapport à 2012)
Densité 43 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 25′ 26″ nord, 5° 13′ 14″ est
Altitude Min. 202 m
Max. 390 m
Superficie 15,48 km2
Élections
Départementales Canton de Poissons
(bureau centralisateur)
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Poissons
Géolocalisation sur la carte : Haute-Marne
Voir sur la carte topographique de la Haute-Marne
City locator 14.svg
Poissons
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Poissons
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Poissons
Liens
Site web poissons52.fr

Poissons est une commune française située au nord-est du département de la Haute-Marne, dans la région Grand Est.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune se trouve à l'est de Joinville et au sud-est de Saint-Dizier.

Poissons fait partie du Vallage, une région de la haute vallée de la Marne.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par le Rongeant et son affluent, la Pissancelle.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

La localité est traversée par l'ancienne route nationale 427.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
septembre 1830 1840 Nicolas Collier   notaire
mars 2001 2014 Gilles Lavocat    
2014 En cours Bernard Adam    

Jumelages[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[3].

En 2017, la commune comptait 667 habitants[Note 1], en diminution de 7,23 % par rapport à 2012 (Haute-Marne : -3,57 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 7821 6051 6231 4531 4111 6231 5821 5721 595
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 4781 5141 4521 3081 2791 2011 1861 3041 054
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 032907844898809771740717710
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
742732720747732747747736693
2017 - - - - - - - -
667--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Journée des moulins
Le troisième week-end de juin, une visite gratuite est organisée.
Journées du Patrimoine
Elles sont organisées en septembre et l'on peut visiter gratuitement : l'église Saint-Aignan, le moulin ainsi que le Pigeonnier.

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église Saint-Aignan[6]
De style gothique flamboyant (XVIe siècle), l'église est remarquable notamment par l'ensemble Renaissance formé par son portail et son porche monumental aux voussures finement sculptées de personnages religieux. L'intérieur se distingue par ses vitraux, sa poutre de gloire, sa mise au tombeau datée de 1610 constituée d'un bas relief sous autel, sa statue de sainte Barbe et ses bas-reliefs. L'église a été classée par les Monuments historiques en 1909[7],[8].
Église Saint-Amans
elle fut détruite en 1968.
Croix et calvaires
Poissons possède plusieurs croix et calvaires. Située à l'entrée du village côté Joinville, la croix de chemin de Saint-Amans (XVIe siècle) a fait l'objet d'une inscription MH en 1925[9].
Château de Riaucourt
Le château comporte plusieurs bâtiments du XVIIe siècle et du XVIIIe siècle. La date de 1708 est gravée sur le fronton à l'emblème du Roi Soleil. Conciergerie, bassin, communs, enclos, auditoire, tour, élévation, bâtiment et toiture ont été inscrits aux MH en 1986[10].
Moulin
Construit avant le début du XVIIe siècle, le moulin est actionné par une roue à augets, entraînée par l'eau provenant d’un bief, dérivation du Rongeant. : Il a permis de fabriquer farines à pain et aliments pour le bétail. En 1900, il a produit de l’électricité pour le village.
Il est resté en activité jusqu'au milieu du XXe siècle.
Halles
Aujourd'hui restaurées, les anciennes halles ont été construites en 1829 au centre du village, au bord du Rongeant. Elles sont dotées d'une imposante charpente en chêne et en sapin.
Notre Dame de Châtel
Dominant le village depuis le coteau de Châtel, une statue de la Vierge en fonte constitue un lieu de pèlerinage. Coulée à la fonderie du Val d'Osne, elle mesure 3,60 m et pèse 1 600 kg. Elle fut érigée au milieu du XIXe siècle pour remercier la Vierge d'avoir protégé Poissons du choléra. L'inauguration eut lieu le .
Fontaine Ronde
En , selon la légende, Jeanne d'Arc, alors qu'elle se rendait de Vaucouleurs à l'abbaye de Saint-Urbain – sa première halte sur le chemin de Chinon –, aurait fait boire son cheval à une fontaine romaine ronde qui se trouve aujourd'hui à l'entrée du village. Ce site constitue désormais l'une des étapes d'un parcours de randonnée, le Sentier historique de Jeanne d'Arc[11], qui traverse la Meuse, la Haute-Marne et l'Aube.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.


Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Plaque commémorative apposée en 2010.
  • Maurice Floquet (1894-2006), poilu supercentenaire né à Poissons.
  • Claude Ballif (1924-2004), compositeur, est mort à Poissons.
  • Louis Freche (1781-1836). Soldat de l'Empire de 1803 à 1809.
  • Jean-Gabriel Freche (1778-1807) Soldat de l'Empire blessé à la bataille d'Eylau, mort de ses blessures le 03/07/1807 à l'hôpital de Marienwerder au Sud de Dantzig.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Poissons

Les armes de Poissons se blasonnent ainsi : D'azur à deux poissons d’argent adossés et posés en pal.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Poissons à travers les siècles, tome 1, publié par La Sauvegarde du patrimoine de Poissons, Poissons, 2007, 146 p.
  • Jean-Baptiste Carnandet, Géographie historique, industrielle et statistique du département de la Haute-Marne, Simonnot-Lansquenet, Chaumont, 1860, p. 602-603 [3]
  • Émile Jolibois, La Haute-Marne ancienne et moderne : dictionnaire géographique, statistique, historique et biographique de ce département ; précédé d'un résumé avec deux cartes et plus de cent gravures insérées dans le texte, Impr. Vve Miot-Dadant, Chaumont, 1858, p. 422-423 [4]
  • Jean-Pierre Fraiche, "Mémoires de mes campagnes. Carnet de Louis Freche soldat de l'Empire de 1803 à 1809".

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]