PlayStation Classic

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

PlayStation Classic
Image illustrative de l'article PlayStation Classic
La console PlayStation de 1995 avec sa manette d'origine.

Fabricant Sony Interactive Entertainment
Type Console dédiée

Date de sortie
Processeur MediaTek 8167a, Quad-Core ARM Cortex-A35
Processeur graphique Power VR GE8300
Mémoire interne 1 Go DDR3 Samsung
Espace de stockage 16 GB ECC Flash
Contrôleurs Manette PlayStation (modèle standard)
Alimentation Micro USB

La PlayStation Classic (プレイステーション クラシック, Purei Sutēshon Kurashikku?) est une console de jeux vidéo dédiée développée par Sony Interactive Entertainment sur le modèle de la première console du constructeur, la PlayStation, sortie en 1994. Sa commercialisation est prévue pour le [1]. Ce qui correspond au 24e anniversaire du PlayStation original au Japon[2].

À l'instar de la NES Mini et de la Super NES Mini[3], la PlayStation Classic contient plusieurs jeux préinstallés. Elle est 80 % plus petite que son modèle en termes de volume[4], dispose d'une sortie vidéo HDMI, fonctionne avec deux manettes PlayStation de type standard reliées par USB et est alimentée via un port micro USB[5].

Caractéristiques techniques[modifier | modifier le code]

  • Processeur : ARM SoC MediaTek 8167A Quad Core Cortex-A35 cadencé à 1,5 GHz (plus puissant que celui de la Super NES classic)[6]. À titre comparatif, celui des consoles mini de Nintendo, est fourni par Allwinner[7].
  • Processeur graphique : PowerVR GE8300 (Mali-400 MP pour la Super NES classic).
  • RAM : 1 Go de mémoire Samsung type DDR3 à Mhz (256Mo de DDR3 sur Super NES classic).
  • Processeur audio : MediaTek MT6392A.
  • Carte mère : Sony LM-11 (1-984-020-11).
  • 16 Go de mémoire flash (512 MB sur la Super NES classic).
  • Dimensions : 149 x 33 x 105 mm.
  • Poids : 170 g.
  • Alimentation : 5V 1A micro USB.
  • Affichage : 720p et 480p via HDMI.

Logiciel[modifier | modifier le code]

La PlayStation Classic se sert d'une distribution Linux pour processeur ARM, et de l'émulateur open source PCSX ReARMed pour faire fonctionner les jeux[8].

Jeux pré-installés[modifier | modifier le code]

Parmi les 20 jeux pré-installés dans la machine, seuls cinq d'entre eux sont annoncé lors de la présentation de la console. Ce n'est qu'un mois plus tard, soit le , que les 15 autres jeux sont dévoilés[5],[9]. En voici la liste :

Titre Année Éditeur
Battle Arena Toshinden Monde 1995 Takara, SCEA
Cool Boarders 2 Drapeau du Japon Drapeau des États-Unis Drapeau du Canada 1997
Europe 1998
Sony Computer Entertainment
Destruction Derby Monde 1995 Psygnosis
Final Fantasy VII Monde 1997 Square
Grand Theft Auto Europe 1997
Drapeau des États-Unis 1998
Europe BMG Interactive
Drapeau des États-Unis Take-Two Interactive
Kurushi Monde 1997 Sony Computer Entertainment
Jumping Flash Monde 1995 Sony Computer Entertainment
Metal Gear Solid Drapeau du Japon Drapeau des États-Unis 1998
Europe 1999
Konami
Mr. Driller Monde 2000 Namco
Oddworld : L'Odyssée d'Abe Monde 1997 Drapeau des États-Unis Europe GT Interactive
Drapeau du Japon SoftBank
Rayman Drapeau des États-Unis Drapeau du Canada Europe 1995 Ubisoft
Resident Evil Monde 1996 Capcom
Revelations: Persona Drapeau des États-Unis Drapeau du Canada 1996 Altus
R4: Ridge Racer Type 4 Drapeau des États-Unis Drapeau du Japon 1998
Europe 1999
Namco
Super Puzzle Fighter II Turbo Drapeau des États-Unis Drapeau du Japon 1996
Europe 1997
Capcom
Syphon Filter Monde1999 989 Studios, Sony Computer Entertainment
Tekken 3 Drapeau des États-Unis Drapeau du Canada Drapeau du Japon 1997
Europe 1998
Namco
Tom Clancy's Rainbow Six Drapeau des États-Unis Europe 1999 Take Two Interactive
Twisted Metal Drapeau des États-Unis 1995
Europe 1996
Sony Computer Entertainment
Wild Arms Drapeau du Japon 1996
Drapeau des États-Unis1997
Europe 1998
Sony Computer Entertainment

Réceptions et critiques[modifier | modifier le code]

Tristan Ogilvie d'IGN lui a attribué une note de 5,5 sur 10. Il a critiqué le manque de titres populaires de la console comme Tomb Raider et Crash Bandicoot, l'interface utilisateur de base et a souligné que « près de la moitié des jeux inclus dans la bibliothèque PlayStation Classic sont des versions PAL » ce qui a causé des problèmes de cohérence dans les régions NTSC[10] Cependant, il est possible de faire marcher les jeux PAL en mode NTSC à l'aide d'un menu caché. Ceux ci rouleront ainsi à vitesse normale. Il faut juste pluger un clavier USB dans la console pour y accéder[11].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Vincent de Lavaissière, « PlayStation Classic : Sony annonce sa mini console », IGN France,‎ (lire en ligne)
  2. https://www.presse-citron.net/playstation-classic-3-decembre-20-jeux-integres/
  3. « Mini-consoles : Sony annonce une PlayStation Classic pour le 3 décembre », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne)
  4. « Sony réédite sa mythique console PlayStation en version miniature », France Info,‎ (lire en ligne)
  5. a et b Romain Bonnemaison, « PlayStation Classic : jeux inclus, date de sortie, prix, tout savoir sur la mini PS1 », PhonAndroid,‎ (lire en ligne)
  6. (en) « PlayStation Classic teardown: what's inside Sony's new micro-console? », Eurogamer.net, {{Article}} : paramètre « date » manquant (lire en ligne)
  7. https://www.vg247.com/2017/09/27/snes-classic-is-basically-a-recycled-nes-classic-under-the-case/
  8. https://techcrunch.com/2018/11/09/sonys-playstation-classic-uses-an-open-source-emulator-to-play-its-games/?guccounter=1
  9. Clementoss, « PlayStation Classic : la liste des vingt jeux dévoilée (GTA, Metal Gear Solid, Rayman...) », Jeuxvideo.com, (consulté le 29 octobre 2018)
  10. Test PlayStation Classic sur IGN.com
  11. https://me.ign.com/en/ps4/156217/news/ps-classic-hack-discovered-by-plugging-in-specific-usb-keybo

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]