Pierre Nepveu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Pierre Nepveu est un écrivain et professeur québécois né le à Montréal.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il a été formé au Collège Sainte-Marie de Montréal (1966), à l’Université de Montréal (licence en 1969 et doctorat en 1977) et à l’Université Paul-Valéry-Montpellier (maîtrise en 1971).

Il se nourrit de la littérature depuis l'enfance. « La littérature a toujours été au cœur de ma vie » affirme-t-il. Il ne vient pourtant pas d'une famille de littéraires. « Il n'a jamais imaginé dans sa jeunesse qu'il serait un jour écrivain[1]. »

Essayiste, poète et romancier, spécialiste de Gaston Miron et auteur de sa première biographie, il a enseigné dans plusieurs universités canadiennes : Université McMaster (Hamilton, 1969-1970), Université de Sherbrooke (1972-1975), Université de Colombie-Britannique (Vancouver, 1975-1976), Université d’Ottawa (1976-1978)[2]. Il a mené la plus grande partie de sa carrière, de 1978 à 2009, au Département d’études françaises de l’Université de Montréal, dont il a été fait professeur émérite en 2011.

Il a écrit beaucoup de textes sur la littérature québécoise, plus précisément à la poésie québécoise. « Il est l'auteur de nombreux articles et comptes rendus critiques consacrés à la poésie québécoise, notamment dans les magazines Lettres québécoises et Spirale, et il est aussi le co-auteur d'une anthologie, La poésie québécoise des origines à nos jours, en collaboration avec Laurent Mailhot »[3].

En 1999, il est reçu à l'Académie des lettres du Québec. De 2000 à 2003, il a dirigé la revue Études françaises[4]. Il a également était membre du comité de rédaction et co-directeur du magazine culturel Spirale en plus d'avoir dirigé le Centre interuniversitaires d'études québécoises[5],[6].

Depuis 2001, « il a entrepris avec Marie-Andrée Beaudet l'édition de l'œuvre éparse du poète Gaston Miron. » Trois volumes ont parus : Poèmes épars, Un long chemin, Proses 1953-1994, ainsi que L'avenir dégagé : entretiens, 1959-1993.

Une constante se remarque dans l'œuvre de Nepveu. Il a toujours été fasciné par les lieux, et par notre rapport à ceux-ci. Dans l'avant-propos de son essai Lectures des lieux (2004), il écrit : « Il a toujours eu en moi un géographe et un géomètre. Je crois que ce sont ces deux sciences qui m'ont conduit à la littérature[1]. » Cette intérêt marqué pour la géographie, les lieux, et le topos, l'amène à s'intéresser aux autres cultures. D'ailleurs, à ce titre, il est l'un des premiers au Québec à s'intéresser à la littérature migrante.

En 2005, l'ensemble de son œuvre est couronné par le Prix Athanase-David, décerné par le gouvernement du Québec.

Il est membre de l'Académie des lettres du Québec et de l'Union des écrivaines et des écrivains québécois[3],[6].

Le fonds d'archives de Pierre Nepveu (P874)[7] est conservé au centre d’archives de Montréal de Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ).

Œuvres[modifier | modifier le code]

Livres[modifier | modifier le code]

Poèmes[modifier | modifier le code]

Romans[modifier | modifier le code]

Études[modifier | modifier le code]

  • Les mots à l'écoute : poésie et silence chez Fernand Ouellette, Gaston Miron et Paul-Marie Lapointe, Sainte-Foy (Québec), Presses de l’Université Laval, coll. « Vie des lettres québécoises », no 17, 1979, 292 p. (ISBN 0774668571) Réédition : Québec, Nota bene, coll. « Visées critiques », no 5, 2002, 360 p. (ISBN 2-89518-105-5)
  • L’écologie du réel. Mort et naissance de la littérature québécoise contemporaine, Montréal, Boréal, coll. « Papiers collés », 1988, 243 p. (ISBN 2-89052-261-X)
  • Montréal imaginaire. Ville et littérature, Montréal, Fides, 1992, 424 p. Sous la dir. de Pierre Nepveu et Gilles Marcotte. (ISBN 2-7621-1615-5)
  • Intérieurs du Nouveau Monde. Essais sur les littératures du Québec et des Amériques, Montréal, Boréal, coll. « Papiers collés », 1998, 378 p. (ISBN 2-89052-881-2)
  • Lectures des lieux, Montréal, Boréal, coll. « Papiers collés », 2004, 270 p. (ISBN 2-7646-0294-4)
  • Au-delà de L’homme rapaillé : Poèmes épars, Québec, Nota bene, coll. « Séminaires », no 16, 2006, 195 p. Sous la dir. de Marie-Andrée Beaudet et Pierre Nepveu, avec la collaboration de Catherine Morency. (ISBN 9782895182320)
  • Relire Juan Garcia, Québec, Nota bene, coll. « Séminaires », no 17, 2006, 156 p. Sous la dir. d’Isabelle Miron et Pierre Nepveu. (ISBN 9782895182337)
  • Gaston Miron. La vie d'un homme, biographie, Montréal, Boréal, 2011, 900 p. Ill. (ISBN 978-2-7646-2103-5)

Anthologies et choix de textes[modifier | modifier le code]

Direction de numéros de revues[modifier | modifier le code]

  • Études françaises, vol. 19, no 1, printemps 1983, 89 p. : « VLB ». Avec Benoît Melançon.
  • Études françaises, vol. 33, no 3, hiver 1997-1998, p. 1-102 : « Le survenant et Bonheur d’occasion : rencontre de deux mondes ». Avec François Ricard.
  • Études françaises, vol. 37, no 3, 2001, p. 1-125 : « Écriture et judéité au Québec ».

Articles et chapitres de livres (sélection)[modifier | modifier le code]

  • « La force des choses », Écrits du Canada français, no 27, 1969, p. 59-97.
  • « Messages sur un état d’esprit », La nouvelle barre du jour, no 62, , p. 105-110. (ISSN 0005-6057)
  • « VLB », La nouvelle barre du jour, no 63, , p. 89-91. (ISSN 0005-6057)
  • « Abel, Steven et la souveraine poésie », Études françaises, vol. 19, no 1, printemps 1983, p. 27-40. (ISSN 0014-2085) (ISBN 2-7606-0622-8)
  • « L’Hexagone et les nouveaux courants », dans René Dionne (sous la dir. de), Le Québécois et sa littérature, Sherbrooke et Paris, Naaman et ACCT, 1984, p. 197-214. (ISBN 2-89040-299-1)
  • « La prose du poème », Études françaises, vol. 20, no 3, hiver 1984-1985, p. 15-27. (ISSN 0014-2085) (ISBN 2-7606-0687-2)
  • « Fernand Ouellette : la lumière hors d’elle-même », dans François Gallays, Sylvain Simard et Paul Wyczynski (sous la dir. de), L'essai et la prose d'idées au Québec, Montréal, Fides, coll. « Archives des lettres canadiennes », no 6, 1985, p. 711-722. (ISBN 2-7621-1279-6)
  • Québec vivant, 1986
  • « Qu’est-ce que la transculture ? », dans Autrement, le Québec. Conférences 1988-1989, Montréal, Université de Montréal, Département d’études françaises, coll. « Paragraphes », 2, 1989, p. 15-31. (ISSN 0843-5235)
  • « Montréal : vrai ou faux », dans Lire Montréal. Actes du Colloque tenu le à l’Université de Montréal, Montréal, Université de Montréal, Groupe de recherche Montréal imaginaire, 1989, p. 5-19.
  • « Le poème québécois de l’Amérique », Études françaises, vol. 26, no 2, automne 1990, p. 9-19. (ISSN 0014-2085) (ISBN 2-7606-2414-5)
  • « Les Juifs à Montréal : le tiers inclus ? », dans Montréal : l’invention juive. Actes du Colloque tenu le à l’Université de Montréal, Montréal, Université de Montréal, Groupe de recherche Montréal imaginaire, 1991, p. 73-86.
  • « Paul-Marie Lapointe et la question de l’Amérique », Voix et images, no 51, printemps 1992, p. 435-445. (ISSN 0318-9201)
  • « Introduction. Montréal, sa littérature », dans Pierre Nepveu et Gilles Marcotte (sous la dir. de), Montréal imaginaire. Ville et littérature, Montréal, Fides, 1992, p. 7-11. (Avec Gilles Marcotte) (ISBN 2-7621-1615-5)
  • « Une ville en poésie. Montréal dans la poésie québécoise contemporaine », dans Pierre Nepveu et Gilles Marcotte (sous la dir. de), Montréal imaginaire. Ville et littérature, Montréal, Fides, 1992, p. 323-371. (ISBN 2-7621-1615-5)
  • « Planète Kent », Voir, vol. 7, no 20, 15-, p. 5. Cahier spécial « Cahier Côte-des-Neiges ».
  • « Lettre d’adieu à Terezita de Jesús », Liberté, no 208-209, août-, p. 8-17. (ISSN 0024-2020)
  • « Trouver son âme en Amérique », dans Benoît Melançon et Pierre Popovic (sous la dir. de), Montréal 1642-1992. Le grand passage, Montréal, XYZ éditeur, coll. « Théorie et littérature », 1994, p. 115-125. (ISBN 2-89261-103-2)
  • « Le sujet, sa patrie, son monde : l’horizon américain », dans Benoît Melançon et Pierre Popovic (sous la dir. de), Saint-Denys Garneau et La Relève. Actes du colloque tenu à Montréal le , Montréal, Fides — CÉTUQ, coll. « Nouvelles études québécoises », 1995, p. 35-46. (ISBN 2-7621-1746-1)
  • « Romans », dans Benoît Melançon et Pierre Popovic (sous la dir. de), Miscellanées en l’honneur de Gilles Marcotte, Montréal, Fides, 1995, p. 21-32. (ISBN 2-7621-1849-2)
  • « Présentation », Études françaises, vol. 33, no 3, hiver 1997-1998, p. 3-4. (Avec François Ricard). (ISSN 0014-2085) (ISBN 2-7606-2314-9)
  • « Jean-Aubert Loranger : contours de la conscience », Voix et images, no 71, hiver 1999, p. 277-288. (ISSN 0318-9201)
  • « De l’irrégularité et de l’aléatoire dans les sports de balle », Mœbius, no 86, automne 2000, p. 111-117. (ISSN 0225-1582) (ISBN 2-89031-384-0)
  • « Le racisme au Québec. Éléments d’une enquête », Liberté, no , 285, , p. 53-76. (ISSN 0024-2020)
  • « Langue. Au-delà du français menacé », Le Devoir, , p. B5.[2]
  • « Une apologie du risque », Liberté, no 300, été 2013, p. 8-9. (ISSN 0024-2020) (ISBN 978-2-923675-20-6)
  • « Monologues extrêmes », Études françaises, vol. 53, no 1, 2017, p. 153-155. (ISSN 0014-2085) (ISBN 978-2-7606-3740-5)
  • « Rabelais au pluriel. André Belleau et l’unité perdue », Voix et images, no 125, hiver 2017, p. 95-102. (ISSN 0318-9201)

Médiagraphie[modifier | modifier le code]

  • « Page de nuit », poème, dans Jacques Allard (sous la dir. de), Le bonheur des poètes, Trois-Rivières, Écrits des Forges / Productions Virage, 2007, p. 110. Ce poème figure, lu par l’auteur, dans le long métrage Un cri au bonheur réalisé par les Productions Virage (2007)[3] et il a été mis en musique et endisqué par le groupe Karkwa sur Le volume du vent, 2008.

Prix et honneurs[modifier | modifier le code]

Décorations[modifier | modifier le code]

Prix[modifier | modifier le code]

Honneurs[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f et g « Pierre Nepveu », sur Prix du Québec, (consulté le )
  2. Hamel, Réginald, John Hare et Paul Wyczynski, Dictionnaire des auteurs de langue française en Amérique du Nord, Montréal, Fides, 1989, p. 1027.
  3. a et b « Chercheur », sur La recherche - Université de Montréal (consulté le )
  4. Gingras, Francis, « Présentation. Cinquante ans d’Études françaises », Études françaises, vol. 50, no 3, p. 5-14[1].
  5. « Présentation du Centre - Centre interuniversitaire d'études québécoises (CIEQ) », sur www.cieq.ca (consulté le )
  6. a et b « Recherche - L'Île », sur www.litterature.org (consulté le )
  7. « Fonds Pierre Nepveu (P874) - Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ). », sur Pistard - Bibliothèque et Archives nationales du Québec (consulté le ).
  8. https://www.gg.ca/document.aspx?id=14541&lan=fra
  9. « Pierre Nepveu | Les voix de la poésie », sur www.lesvoixdelapoesie.com (consulté le )
  10. « Les finalistes du Grand Prix du livre de Montréal 2020 », sur Bibliothèques Montréal, (consulté le )
  11. Académie des lettres du Québec

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie complémentaire[modifier | modifier le code]

  • BROCHU, André, « Pierre Nepveu, l'existeur », Écrits, vol. 93, 1998, p. 41-54.
  • Lettres québécoises, no 117, printemps 2005 : dossier sur Pierre Nepveu.[4]
  • BEAUDET, Marie-Andrée et Karim Larose (sous la dir. de), Le marcheur des Amériques. Mélanges offerts à Pierre Nepveu, Montréal, Université de Montréal, Département des littératures de langue française, coll. « Paragraphes », no 29, 2010, 259 p. (ISBN 978-2-921447-22-5) (ISSN 0843-5235)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]