Parc naturel marin des Glorieuses

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Glorieuse.
Parc naturel marin des Glorieuses
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Type
Catégorie UICN
V (paysage terrestre ou marin protégé)
Identifiant
Adresse
Coordonnées
Superficie
43 502,24 km2
Création

Géolocalisation sur la carte : océan Indien

(Voir situation sur carte : océan Indien)
Point carte.svg

Le parc naturel marin des Glorieuses est un parc naturel marin situé à l'entrée du canal du Mozambique, autour des Îles Glorieuses, dans l'Océan Indien. Il s'étend sur plus de 43 000 km² jusqu'à la limite de la zone économique exclusive. Créé début 2012, c'est le quatrième parc naturel marin à avoir été créé en France et le deuxième de l'océan Indien après le parc naturel marin de Mayotte avec lequel il est attenant.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le territoire des Glorieuses a connu de nombreux soucis à cause de certaines activités illégales comme la pêche ou le tourisme. Pour encadrer ces activités, tout en protégeant l'ensemble de la zone économique exclusive, les TAAF (terres australes et antarctiques françaises) et l'Agence des aires marines protégées ont mis en place un outil de gestion[1].

C'est ainsi que le parc naturel marin des Glorieuses a été créé par décret le [2].

Le parc est entré dans sa phase opérationnelle en 2015 avec l'approbation par le conseil de gestion du plan de gestion le 26 janvier, ainsi qu'avec sa validation le 31 mars par le conseil d'administration de l'Agence des aires marines protégées[3].

Périmètre[modifier | modifier le code]

Périmètre du PNM.

Le parc naturel marin des Glorieuses s'étend entre Mayotte, les Seychelles, Madagascar et les Comores; plus particulièrement autour de l'île des Glorieuses (ainsi que de quelques îlots inhabités) et englobe la zone économique exclusive. Le Parc fait partie des îles Éparses.

Le parc couvre une aire comprise entre le haut de l'estran (limite du domaine public maritime) jusqu'à une ligne fermée reliant les points A à N dont les coordonnées géographiques sont les suivantes dans le système WGS 84 :

Le parc est contigu avec le parc naturel marin de Mayotte.

Orientations de gestion[modifier | modifier le code]

Le Parc a quatre grands objectifs que l'on appel orientation de gestion et qui sont fixés par le décret de création. Les orientations de gestions du parc naturel marin des Glorieuses sont: la protection du patrimoine naturel, la pêche durable, l'observation scientifique et l'écotourisme[4].

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Du fait de l'isolement du parc et de l’absence d'habitants, le parc naturel marin des Glorieuses a un patrimoine naturel exceptionnel. La préservation de ce patrimoine est donc un des enjeux majeurs du Parc. Notamment les tortues (on compte un grand nombre d'habitats pour les juvéniles de tortues dans le parc), les récifs coralliens (et plus particulièrement comprendre l'ampleur du blanchissement corallien), les herbiers marins (les données collectées on déjà permises de confirmer la présence de 5 espèces de phanérogames) et les mammifères marins; tout en surveillant de manière adaptée et en sensibilisant les usagers[1].

Pêche durable[modifier | modifier le code]

La pêche est la principale activité dans le secteur du parc, c'est pourquoi le parc a pour objectif de promouvoir la pêche durable en veillant à ce que la pêche sur les bancs récifaux (comme celui du Geyser et de la Cordelière) respecte l'environnement et les habitats. En effet, le Parc faisant partie de la zone économique exclusive la pêche est strictement interdite dans les eaux territoriales. Il est donc important de renforcer la surveillance et l'encadrement des activités[3].

Observation scientifique[modifier | modifier le code]

Le territoire du parc naturel marin des Glorieuses comme celui des îles Éparses est considéré comme un observatoire scientifique privilégié du fait de son isolement. C'est pourquoi l'un des objectifs du parc est d'améliorer les connaissances scientifiques de la biodiversité marine du canal du Mozambique en faisant des observations scientifiques, comme par exemple évaluer la qualité de l'eau[1].

Écotourisme[modifier | modifier le code]

L'accès au parc et les activités touristiques sont strictement réglementés, le dernier des objectifs est donc de développer l'écotourisme et encadrer les pratiques touristiques en s'assurant que les démarches de ces activités soient durables et respectueuses du milieu marin[1].

Conseil de gestion[modifier | modifier le code]

Le parc est gouverné par le conseil de gestion qui est composé de 20 membres répartis comme suit: cinq représentants de l’État, sept experts qualifiés, trois représentants d'associations de protection de l'environnement, quatre représentants des organisations représentative des professionnels et le président du conseil de gestion du parc naturel marin de Mayotte[3]. Ces membres ont été nommés par l'arrêté conjoint n°2012-89 du 17 août 2012[5].

Le conseil de gestion élabore le plan de gestion ainsi que sa mise en œuvre et choisis les actions à mener. Le conseil de gestion peut également donner son avis sur les projets qui concerne le parc. Il est actuellement présidé par Monsieur Bernard Cressens (représentant d'une association nationale de protection de l'environnement).

Biodiversité marine[modifier | modifier le code]

Le parc naturel marin des Glorieuses possède un récif de 17km de long et d'une superficie de 165km². Du fait de son isolement, l'archipel est relativement préservé et renferme une richesse dans sa biodiversité marine et en fait une référence pour l'observation de l'environnement marin, les recherches scientifiques et le suivi des changements globaux qui affectent notre planète.

De plus, au vu de son état quasi indemne d'actions anthropiques, les missions scientifiques sont difficiles à mettre en place mais ont déjà permis de recenser un millier d'espèces (par exemple, plus de 150 espèces de cnidaires et 349 espèces de poissons récifaux).

Le parc sert également de zone de refuge à de nombreuses espèces menacées comme les tortues marines, certains mammifères marins, des raies, des requins, certains oiseaux marins,.. Près de 10% des espèces présentent sont inscrites sur les annexes de conventions internationales ou figurent sur la liste rouge de l'Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN)[4].

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]