Bannec

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Île de Bannec
Banneg (br)
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Localisation océan Atlantique
Coordonnées 48° 25′ 41″ N, 5° 00′ 45″ O
Point culminant 0−9 m
Géologie Île continentale
Administration
Région Région Bretagne
Département Finistère
Commune Le Conquet
Autres informations
Fuseau horaire UTC+01:00
Site officiel www.molene.fr/Bannec.htmVoir et modifier les données sur Wikidata

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Île de Bannec
Île de Bannec

Géolocalisation sur la carte : Finistère

(Voir situation sur carte : Finistère)
Île de Bannec
Île de Bannec
Îles en France

Bannec ou Banneg, (du vieux breton bann signifiant "corne", appellation souvent utilisée dans la toponymie pour désigner des sommets pointus[1]) est l'île située à l'extrémité nord-ouest de l'archipel de Molène, et pour cette raison, la plus proche de l'île d'Ouessant, distante de 4 km. Cette île fait partie du Parc naturel régional d'Armorique et du Parc naturel marin d'Iroise. Désormais réserve naturelle gérée par Bretagne vivante, elle est inhabitée et même interdite à tout visiteur.

Description[modifier | modifier le code]

L'île de Bannec, bien que faisant partie de l'archipel de Molène, fait partie de la commune du Conquet.

Située à deux kilomètres au nord-ouest de l'île de Balanec et à quatre kilomètres au nord-ouest de l'île de Molène, Bannec a une superficie de onze hectares et est longue de 800 mètres pour 200 mètres de largeur. L'île se prolonge par Lédénès Bannec, un îlot rattaché à l'île principale de Bannec à basse mer, mais qui en est séparé à marée haute. Vers le sud, l'île de Bannec se prolonge par deux îlots : Enez-Krein et Roch-Hir. Le phare de Kéréon se trouve sur un îlot proche dénommé Men Tensel ("pierre hargneuse" en français), dans le passage du Fromveur qui sépare Bannec d'Ouessant. Les côtes rocheuses prédominent, mais la côte sud-est est une côte basse formée de sable et de galets.

Peuplée d'un très grand nombre d'oiseaux, Bannec est interdite à tout visiteur, sauf au personnel autorisé des missions d'études scientifiques.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le XIXe siècle[modifier | modifier le code]

En 1899 Bannec et les îles avoisinantes, qui appartenaient jusque-là à la commune de Ploumoguer, furent annexées par la commune du Conquet. Bannec n'était alors qu'« un îlot désert et inculte »[2].

Le XXe siècle[modifier | modifier le code]

L' Unzumbi, un vapeur anglais chargé de bananes et avec 65 personnes à bord, s'échoua le sur une roche proche de l'île de Bannec ; toutes les personnes à bord furent sauvées et recueillies à l'Île-Molène[3].

En 1918, les îles de Bannec et Balanec sont ainsi décrites par un voyageur qui les longe :

« Peu après avoir quitté Molène, on contourne les îles Bannec et Balanec, toutes ennuagées de fumées de goémon. Ces îles ont ainsi un aspect étrange ; on distingue sur les roches des silhouettes humaines s'agitant dans cette nuée épaisse, semblant accomplir des mystères redoutables, avec leurs longs ringards dont ils remuent les cendres dans leurs fours en plein vent. Et si l'on se prend à rêver quelque peu devant ce spectacle grandiose, on ne sait si, brusquement, on n'est pas reporté de nombreux siècles en arrière, et si l'on n'assiste pas à la célébration des rites mystérieux des cultes abolis[4]. »

Description de Bannec en 1930[modifier | modifier le code]

Pierre Bouis, qui visite les différentes îles de l'archipel de Molène en août 1930, décrit ainsi Bannec dans le journal Ouest-Éclair :

« Ayant frété la vedette à moteur de l'île [Molène], nous consacrerons une après-midi à la visite des îles Balanec et Bannec, où résident, dans des conditions peu communes, les pigouliers, les brûleurs de goémon. (...) De Balanec, nous allons à Bannec, autre île plus au nord, où les brûleurs de goémon sont moins nombreux. Nous y observerons les mêmes mœurs et pourrons chasser le perroquet de mer, au plumage noir et blanc, au bec corail et jaune, ou bien cette petite espèce de goélands paresseux au point de déposer sur l'herbe rase, sans autre attention, les œufs qu'il pond, ou bien encore l'hirondelle de mer, que nous dénicherons dans les trous de rochers[5]. »

Description de Bannec en 1938[modifier | modifier le code]

André Salmon, dans le journal Le Petit Parisien, décrit ainsi Bannec en 1938 :

« À Bannek, le long du courant du Fromveur, qui sépare de Molène, il n'y a plus âme qui vive. Cela ressemble à un gâteau d'anniversaire pétrifié avec toutes ses chandelles. L'imagination populaire a curieusement donné des noms d'habitations humaines aux roches qui se dressent tout autour de l'île, naturellement élevée. Ainsi trouve-t-on la Kastel ar Mouliged ("Château des Molénais"). À Bannek, l'humanité ne se révèle que par le phare de Kéréon, sur le roc de Men-Tensel. Comme en plusieurs terres perdues de l'Océan, le lapin prospère, galopant en troupes sur une distance inférieure à un kilomètre. Je dois l'avouer, des essais de camping ont été tentés à Bannek. On se saurait dire si les campeurs ont été découragés davantage par les incursions des lapins au camping ou par le souci, jusqu'à l'angoisse, de voir s'épuiser l'eau potable qu'il faut se donner la peine de transporter avec soi[6]. »

Après la Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Jusqu'à la Seconde Guerre mondiale, comme ses voisines, Bannec fut habitée par des goémoniers. Un bâtiment subsiste, qui fut en ruine après-guerre, mais qui a été restauré en 1979. Cette cabane est désormais habitée par Bernard Fichaut, illustre géomorphologue, dans le cadre d'un observatoire des fameux "blocs cyclopéens[7] de Bannec"[8].

Bannec a été propriété de la famille Huon de Penanster, avant que celle-ci ne la vende à la société N.S.E.O, laquelle fut dissoute le . À la suite d'une déclaration d'utilité publique, l'île fut achetée par le département du Finistère en 1971. Bannec est incorporée dans le Parc naturel régional d'Armorique le et le département du Finistère en confie la gestion à la SEPNB, désormais dénommée Bretagne vivante en octobre 1976[9].

Filmographie[modifier | modifier le code]

Musique[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean-Marie Ploneis, La toponymie celtique. La géographie et l'histoire, éditions du Félin, p. 96-97 - Charles Corby, Le nom d'Ouessant et des îles voisines, Annales de Bretagne, 1952, no 59-2, pages 347-351, consultable http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/abpo_0003-391x_1952_num_59_2_4406?_Prescripts_Search_tabs1=standard&
  2. Benjamin Girard, "La Bretagne maritime", 1889, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5744832r/f260.image.r=Ploumoguer?rk=2274689;2
  3. Journal La Petite presse, n° du 6 septembre 1905, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k4728206p/f3.image.r=Unzumbi?rk=64378;0
  4. Robert Plé, À l'île de l'épouvante, "La Revue hebdomadaire, no  du 5 octobre 1918, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5732105j/f113.image.r=Molene.langFR
  5. Pierre Bouis, journal Ouest-Éclair no 12341 du 21 août 1930, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k624179x/f2.image.r=Ouessant.langFR
  6. Journal Le Petit Parisien no 22425 du 24 juillet 1938, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k664626k/f4.image.r=Molene.langFR
  7. Dalles rocheuses arrachées au substratum par les houles de tempêtes océaniques.
  8. Bernard Fichaut et Serge Suanez, « Les blocs cyclopéens de l’île de Banneg (archipel de Molène, Finistère) : accumulations supratidales de forte énergie », Géomorphologie : relief, processus, environnement, vol. 14, no 1,‎ , p. 15-31 (DOI 10.4000/geomorphologie.5793).
  9. http://www.molene.fr/Bannec.htm

Articles connexes[modifier | modifier le code]