Novion-Porcien

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Novion-Porcien
Novion-Porcien
Blason de Novion-Porcien
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Ardennes
Arrondissement Rethel
Intercommunalité Communauté de communes des crêtes préardennaises
Maire
Mandat
Philippe Lantenois
2020-2026
Code postal 08270
Code commune 08329
Démographie
Gentilé Novionnais, Novionnaises [1]
Population
municipale
497 hab. (2019 en diminution de 1,39 % par rapport à 2013)
Densité 29 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 36′ 03″ nord, 4° 25′ 28″ est
Superficie 17,21 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Signy-l'Abbaye
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Novion-Porcien
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Novion-Porcien
Géolocalisation sur la carte : Ardennes
Voir sur la carte topographique des Ardennes
City locator 14.svg
Novion-Porcien
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Novion-Porcien
Liens
Site web www.novion-porcien.com

Novion-Porcien est une commune française, située dans l'arrondissement de Rethel, dans le département des Ardennes en région Grand Est.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Représentations cartographiques de la commune
Carte OpenStreetMap
Carte topographique

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Novion-Porcien est une commune rurale[Note 1],[2]. Elle fait en effet partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[3],[4]. La commune est en outre hors attraction des villes[5],[6].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (92,4 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (92,4 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (52 %), prairies (35,7 %), zones agricoles hétérogènes (4,7 %), forêts (4 %), zones urbanisées (3,6 %)[7].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[8].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom antique de Novion-Porcien est Noviomagus[réf. nécessaire], un nom celtique que Novion-Porcien partage avec plusieurs localités, parmi elles Noyon dans l'Oise et Nimègue aux Pays-Bas[9][source insuffisante].

Histoire[modifier | modifier le code]

Une voie romaine passait sur le territoire de la commune. Sur une petite colline à l’est de Novion, un terrain connu sous le nom de Ville de Pray. Nous ne savons pas s’il s’agissait d’une villa gallo-romaine ou d’une ville plus importante mais son existence est certaine. En construisant la chaussée qui suivait la route romaine, on a trouvé des substructures, des pièces de monnaie (pièces de bronze et pièces d’argent portant l’effigie de Caligula) et des vieux puits.[réf. nécessaire]

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

On connaît peu de choses de cette période cependant les vestiges (poteries) indiquent que Novion s’étendait plus à l’est. À cette époque Novion possédait deux châteaux : le château de Geoffreville qui donnait son nom aux seigneurs de Novion et l’autre le château de l’Illette dont la place des fossés est encore marquée par un dévalement.

Ancien Régime[modifier | modifier le code]

La seigneurie de Geoffreville appartenait à la famille Le Danois de Geoffreville (ou Joffreville), dont le représentant le plus illustre, François Le Danois de Joffreville (mort en 1721), fut lieutenant général des armées du roi de France et membre du Conseil de la Guerre pendant la polysynodie.

A l’emplacement du château des Geoffreville fut construit un château moderne au 17e siècle. C’était une construction très importante, transformée en ferme et détruite en 1914.

Peu de temps avant la Révolution, le seigneur de Novion, irrité de ce que l’on bâtissait une maison en face de son château - maison qui lui cachait la vue sur les propriétés du bois du Fay - le sire de Geoffreville, donc prit son fusil et tua le couvreur qui terminait son ouvrage sur le toit. Ce crime fût puni et de plus le seigneur fût condamné à la peine infamante d’avoir son château «lanterné ». Cette lanterne qui existait encore en 1814 lors du passage des cosaques lui valut maintes moqueries. Les troupes allemandes détruisirent le château à leur passage en 1914, ils en incendièrent une partie. Quand ils repassèrent en 1918, ayant transformé les bâtiments qui restaient en dépôt de munitions, ils les firent sauter par une mine à retardement quelques jours après l’armistice. Il n’en reste donc plus rien aujourd’hui.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 mai 2020 Elisabeth Gehin[10],[11]   Réélue en 2008 et 2014
mai 2020 En cours Philippe Lantenois[12]   Ancien cadre
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[13]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[14].

En 2019, la commune comptait 497 habitants[Note 2], en diminution de 1,39 % par rapport à 2013 (Ardennes : −3,68 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
9931 0431 1291 1511 2731 3411 3761 5041 460
1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
1 2031 0971 044984965873881839817
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968
762561700629596579611612573
1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010 2015 2019
498467477481494494502497497
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[15] puis Insee à partir de 2006[16].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Novion-Porcien

Les armes de Novion-Porcien se blasonnent ainsi : d’azur à la croix d’argent fleurdelysée d’or[17]. Il s'agit à l'origine des armes de la famille Le Danois de Joffreville[18]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. https://www.habitants.fr/ardennes-08
  2. « Zonage rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  3. « Commune urbaine-définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  6. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  7. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  8. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  9. Liste de localités au nom de Neomagus ou Noviomagus
  10. « Un pôle médical pour remonter la pente, à Novion-Porcien », L'Union (journal français),‎ (lire en ligne)
  11. « Madame le maire de Novion-Porcien sur le départ », L'Ardennais (journal),‎ (lire en ligne)
  12. « Municipales 2020. Enjeux et résultats. Novion-Porcien », Le Monde
  13. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  14. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  15. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  16. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  17. Banque du Blason
  18. Louis-François Le Fèvre de Caumartin, Procez-verbal de la recherche de la noblesse de Champagne fait par Monsieur de Caumartin, avec les armes et les blazons de chaque famille, Châlons, 1673 (réimpression 1852) (lire en ligne), p. 63