Norroy (Vosges)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Norroy
Norroy (Vosges)
Le village de Norroy.
Blason de Norroy
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Vosges
Arrondissement Neufchâteau
Intercommunalité Communauté de communes Terre d'Eau
Maire
Mandat
Jean-Pierre Didier
2020-2026
Code postal 88800
Code commune 88332
Démographie
Gentilé Nogarésien(ne)s (Bocqueux(ses))
Population
municipale
215 hab. (2019 en diminution de 6,93 % par rapport à 2013)
Densité 30 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 12′ 59″ nord, 5° 55′ 15″ est
Altitude Min. 323 m
Max. 454 m
Superficie 7,22 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Vittel - Contrexéville
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Vittel
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Norroy
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Norroy
Géolocalisation sur la carte : Vosges
Voir sur la carte topographique des Vosges
City locator 14.svg
Norroy
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Norroy

Norroy est une commune française située dans le département des Vosges en région Grand Est. Malgré le changement officiel de sa dénomination, elle est souvent dénommée Norroy-sur-Vair, y compris dans certains documents officiels.

Ses habitants sont appelés les Nogarésiens.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Norroy est située à 5 km au nord-ouest de Vittel, sur un plateau qui sépare les vallées du Vair et du Petit Vair. L'altitude culmine au sud, à 454 mètres, dans le Bois de Châtillon. Elle est desservie par la départementale D 18a, allant du croisement avec la D 18 à la mairie. Il existe également deux routes communales, la VC 126, permettant de rejoindre Norroy à Vittel plus rapidement et la VC 304 permettant de relier Norroy à Mandres-sur-Vair.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Réseau hydrographique[modifier | modifier le code]

La commune est située dans le bassin versant de la Meuse au sein du bassin Rhin-Meuse. Elle est drainée par le Vair, le ruisseau le Petit Vair et le ruisseau d'Arceau[1],[Carte 1].

Le Vair, d'une longueur totale de 65,3 km, prend sa source dans la commune de Dombrot-le-Sec et se jette dans la Meuse à Maxey-sur-Meuse, en limite avec Greux, après avoir traversé 23 communes[2].

Le Petit Vair, d'une longueur totale de 15,6 km, prend sa source dans la commune de Thuillières et se jette dans le Vair à Saint-Remimont, en limite avec Belmont-sur-Vair, après avoir traversé six communes[3].

Carte en couleur présentant le réseau hydrographique de la commune
Réseaux hydrographique et routier de Norroy.

Gestion et qualité des eaux[modifier | modifier le code]

Le territoire communal est couvert par le schéma d'aménagement et de gestion des eaux (SAGE) « Nappe des Grès du Trias Inférieur ». Ce document de planification, dont le territoire comprend le périmètre de la zone de répartition des eaux[Note 1] de la nappe des Grès du trias inférieur (GTI), d'une superficie de 1 497 km2, est en cours d'élaboration. L’objectif poursuivi est de stabiliser les niveaux piézométriques de la nappe des GTI et atteindre l'équilibre entre les prélèvements et la capacité de recharge de la nappe. Il doit être cohérent avec les objectifs de qualité définis dans les SDAGE Rhin-Meuse et Rhône-Méditerranée. La structure porteuse de l'élaboration et de la mise en œuvre est le conseil départemental des Vosges[4].

La qualité des eaux de baignade et des cours d’eau peut être consultée sur un site dédié géré par les agences de l’eau et l’Agence française pour la biodiversité[Carte 2].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Norroy est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 2],[5],[6],[7].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Vittel - Contrexéville, dont elle est une commune de la couronne[Note 3]. Cette aire, qui regroupe 72 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[8],[9].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (63,6 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (70 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : prairies (34,9 %), forêts (28,4 %), terres arables (27,8 %), zones urbanisées (6,5 %), espaces verts artificialisés, non agricoles (1,5 %), zones agricoles hétérogènes (0,9 %)[10].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[11].

Toponymie[modifier | modifier le code]

On trouve au cours des siècles différentes écriture pour Norroy restant similaire entre elle, on voit ainsi les noms de: Noroy, Noroy sur Vair, Norroys, Nouroy, Nourroy

Histoire[modifier | modifier le code]

Carte localisant les travaux miniers et les villages.
Les travaux de la concession de Norroy.

La commune de Norroy-sur-Vair[12] possédait une commanderie, qui aurait été donnée aux templiers par Henri, comte de Vaudémont. La commune était aux mains pour deux tiers des ducs de Lorraine et pour un tiers à celles du commandeur de Robécourt. La commune dépendait en 1751 du bailliage et de la maîtrise de Bourmont, et en 1790 du district de Lamarche et du canton de Mandres.

Des mines de charbon sont exploitées de manière irrégulière par différentes compagnies entre les années 1820 et les années 1920[13].

Au spirituel, Norroy-sur-Vair était une annexe de la paroisse de Mandres-sur-Vair, dépendant de la cure de Bulgnéville.

La commanderie fut détruite et vendue pierre par pierre dans les années 1990 pour construire un terrain de basket.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1977 mars 1989 Roger Blaison (1917-2017) DVG Dessinateur, conducteur de travaux[14]
  mars 2001 François Blaison    
mars 2001 En cours
(au 18 février 2015)
Annette Marchal   Retraitée de la fonction publique

Situation administrative[modifier | modifier le code]

À la suite de la réforme sur les intercommunalités, Norroy intègre la communauté de communes de Vittel-Contrexéville en 2013 en lieu et place de celle de Bulgnéville entre Xaintois et Bassigny après 20 ans de collaboration.

L'intercommunalité de Vittel-Contrexéville a mis en place une "Route des Jardins" qui a pour but de donner à chaque commune de la communauté une identité via la faune et la flore. À Norroy, il s'agit du "Jardin des Vergers".

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[15]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[16].

En 2019, la commune comptait 215 habitants[Note 4], en diminution de 6,93 % par rapport à 2013 (Vosges : −2,86 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1856
391402446443471486480450370
1861 1866 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
362363383346328295285298320
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968
323275281265254251260257269
1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009 2014 2019
241276313276244231238230215
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[17] puis Insee à partir de 2006[18].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Evre.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Èvre, d'origine romane, reconstruite au XIXe siècle.
  • Les vestiges miniers liées à l'exploitation du charbon sur la colline du Haut de Charmont[13].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
D'argent au noyer terrassé de sinople, au chef parti au 1° de gueules à la mitre d'or, au 2° parti d'argent et de gueules à la croisette pattée de l'un en l'autre.
Commentaires : Le noyer terrassé évoque la localité sur sa butte. La mitre indique que c'est saint Epvre le patron de la paroisse. La croix pattée rappelle les templiers qui avaient des biens à Norroy[19].

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Une zone de répartition des eaux est une zone comprenant les bassins, sous-bassins, fractions de sous-bassins hydrographiques et systèmes aquifères définis dans le décret du 29 avril 1994, où sont constatées une insuffisance, autre qu'exceptionnelle des ressources par rapport aux besoins.
  2. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  3. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.
  • Cartes
  1. « Réseau hydrographique de Norroy » sur Géoportail (consulté le 29 juillet 2022).
  2. « Qualité des eaux de rivière et de baignade. », sur qualite-riviere.lesagencesdeleau.fr/ (consulté le )

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Fiche communale de Norroy », sur le système d'information pour la gestion des eaux souterraines Rhin-Meuse (consulté le )
  2. Sandre, « le Vair »
  3. Sandre, « le ruisseau le Petit Vair »
  4. « SAGE Nappe des Grès du Trias Inférieur », sur https://www.gesteau.fr/ (consulté le )
  5. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  6. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  7. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  8. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Vittel - Contrexéville », sur insee.fr (consulté le ).
  9. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  10. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  11. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  12. Archives départementales
  13. a et b R. Dormois, Houille triasique du département des Vosges, BRGM, (lire en ligne [PDF]), p. 7-10-11.
  14. Vosges Matin, 10 mars 2017
  15. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  16. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  17. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  18. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  19. http://www.genealogie-lorraine.fr/blasons/index.php?dept=88&blason=NORROY