Belmont-sur-Vair

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Belmont.
Belmont-sur-Vair
Blason de Belmont-sur-Vair
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Lorraine
Département Vosges
Arrondissement Neufchâteau
Canton Vittel
Intercommunalité Communauté de communes de Bulgnéville entre Xaintois et Bassigny
Maire
Mandat
Florent Hatier
2014-2020
Code postal 88800
Code commune 88051
Démographie
Gentilé Belmontois(es)
Population
municipale
107 hab. (2012)
Densité 17 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 15′ 20″ N 5° 54′ 29″ E / 48.2555555556, 5.9080555555648° 15′ 20″ Nord 5° 54′ 29″ Est / 48.2555555556, 5.90805555556
Altitude 360 m (min. : 317 m) (max. : 429 m)
Superficie 6,17 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Belmont-sur-Vair

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Belmont-sur-Vair

Belmont-sur-Vair est une commune française située dans le département des Vosges en région Lorraine.

Ses habitants sont appelés les Belmontois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le village doit son nom à sa position à flanc de colline, sur la rive droite du Vair, à l'altitude moyenne de 450 mètres, un kilomètre en aval de Saint-Remimont. La départementale 13, entre Vittel et Châtenois, suit le cours de la rivière 30 mètres en contrebas. Belmont est à 11 km de chacune des deux villes, mais à seulement 11 km du chef-lieu de canton Bulgnéville et donc de l'accès à l'autoroute A31.

Le territoire communal s'étend un peu sur la rive gauche du Vair, jusqu'au ruisseau du Mourotier, offrant une large prairie inondable. Le relief s'élève vers l'est de la commune, partie plus boisée d'où s'échappe notamment le ruisseau de la Prêle. Le point culminant est atteint au Happia (500 m), une colline qu'on peut rattacher aux monts Faucilles.

Histoire[modifier | modifier le code]

Belmont est une ancienne seigneurie qui appartenait depuis le XVe siècle à la famille de Serocourt. Les armes de cette noble lignée se trouve gravées sur les murs de l'église[1].

Blason Blasonnement :
De gueules à la croix d’argent cantonnée de quatre billettes de même.
Commentaires : Ce sont les armes de la famille Belmont, d'ancienne chevalerie, qui a donné son nom à la commune.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
  mars 2001 Hubert Fontaine    
mars 2001 mars 2014 Henri Bodig    
mars 2014 en cours Florent Hatier    

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2012, la commune comptait 107 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1856
225 300 348 330 354 345 352 329 278
1861 1866 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
280 248 254 238 247 231 205 188 177
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968
169 131 122 140 152 141 145 134 124
1975 1982 1990 1999 2006 2011 2012 - -
131 172 155 120 118 109 107 - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église Notre-Dame-de-l'Assomption
Édifice remarquable Coordonnées
L'église Notre-Dame-de-l'Assomption 48° 15′ 21.54″ N 5° 54′ 23.87″ E / 48.2559833, 5.9066306 (église Notre-Dame-de-l'Assomption de Belmont-sur-Vair)
Le monument aux morts, près de l'église 48° 15′ 21.67″ N 5° 54′ 23.49″ E / 48.2560194, 5.906525 (monument aux morts de Belmont-sur-Vair)
L'ancien château[4] 48° 15′ 22.66″ N 5° 54′ 23.62″ E / 48.2562944, 5.9065611 (château de Belmont-sur-Vair)
La croix de Belmont-sur-Vair fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques depuis le [5]. 48° 15′ 13.8″ N 5° 54′ 23.11″ E / 48.253833, 5.9064194 (croix de Belmont-sur-Vair)
La mairie-école 48° 15′ 14.18″ N 5° 54′ 21.34″ E / 48.2539389, 5.9059278 (mairie-école de Belmont-sur-Vair)

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Charles-Laurent Salch, Dictionnaire des châteaux et fortifications de la France au Moyen Âge, Strasbourg, éditions Publitotal,‎ 1978, reprint 1991, 1287 p. (ISBN 2-86535-070-3)
    Une vision d’ensemble de l’architecture castrale. Page 136 : Belmont-sur-Vair

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Pour l'ensemble des points mentionnés sur cette page : voir sur Bing Maps (aide) ou télécharger au format KML (aide).

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Franck Coudray, Histoire des seigneurs de Serocourt et du Bassigny barrois, Editions ICC,‎ (ISBN 978-2-908003-37-6).
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011, 2012.
  4. Dont les traces sont lisibles dans le plan cadastral et la toponymie.
  5. « Notice no PA00107094 », base Mérimée, ministère français de la Culture