Nieul

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Nieul (homonymie).
Nieul
Le château de Nieul.
Le château de Nieul.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Haute-Vienne
Arrondissement Limoges
Canton Couzeix
Intercommunalité Communauté de communes Élan Limousin Avenir Nature
Maire
Mandat
Béatrice Tricard
2014-2020
Code postal 87510
Code commune 87107
Démographie
Gentilé Nieulois, Nieuloises
Population
municipale
1 652 hab. (2014)
Densité 97 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 55′ 31″ nord, 1° 10′ 20″ est
Altitude Min. 282 m – Max. 432 m
Superficie 16,97 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Vienne

Voir sur la carte administrative de la Haute-Vienne
City locator 14.svg
Nieul

Géolocalisation sur la carte : Haute-Vienne

Voir sur la carte topographique de la Haute-Vienne
City locator 14.svg
Nieul

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Nieul

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Nieul

Nieul (Nuèlh en occitan) est une commune française située dans le département de la Haute-Vienne, en région Nouvelle-Aquitaine.

Ses habitants s'appellent les Nieulois, Nieuloises[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune de Nieul a une superficie de 17 km2. La plus grande ville la plus proche est Limoges, qui est située à 12 km au sud-est.

Le territoire communal est traversé par la rivière la Glane.

Communes limitrophes de Nieul
Peyrilhac Saint-Jouvent
Saint-Gence Nieul Chaptelat
Couzeix

Toponymie[modifier | modifier le code]

Il s'agit d'un composé dont les deux parties sont d'origine gauloise : novio- (« nouveau ») et -ialo (« clairière »), mais plus tard -ialo prend aussi le sens d'« habitation », « village ».
Nieul est donc une « nouvelle clairière » ou plus simplement un « nouveau village ».

Histoire[modifier | modifier le code]

Le château de Nieul eut comme propriétaire Aymeric de Nieul figure dans un acte de 1027 du cartulaire de Saint-Etienne. Sa signature se trouve auprès de celle de Aimery Ier de Rochechouart. Ce cadet de la famille des vicomtes de Limoges voire Liste des vicomtes de Limoges, a épousé la fille de Guillaume Ier, comte d'Angoulême. Il fut vendu comme bien national fut la propriété du général Léonard Cacatte (1760-1837). Engagé volontaires nationaux pendant la Révolution dans le 2e bataillon du département de la Haute-Vienne. Lieutenant, 18 octobre 1791. Capitaine de la compagnie de canonnier, 17 septembre 1792. Aide de camp, 30 septembre 1793, attaché au général Jean-Baptiste Jourdan, commandant l'armée de Sambre-et-Meuse. Adjudant-général, chef de brigade, à titre provisoire, 28 juillet 1794. Confirmé adjudant-général, chef de brigade, 13 juin 1795. Chef de brigade du 6e régiment de cavalerie, 2 janvier 1799. Premier aide de camp du général en chef Jourdan, 16 mars 1804. Chef de l’état-major du maréchal Jourdan, alors gouverneur de Naples,16 septembre 1807. Commandant de la place de Naples, en octobre 1807. Passé au service du gouvernement espagnol, en vertu d’un ordre du ministre de la guerre de France, 4 mars 1809 .Commandant de la place de Madrid, 19 mars 1809. Maréchal de camp, 21 avril 1809. Démissionnaire du service de l’Espagne pour rester Français, 19 mai 1812. Rentré au service de la France, 8 janvier 1813, avec rang de colonel. Maréchal de camp, par décision de Louis XVIII, datée du 31 octobre 1814. Admis à la retraite, 31 mai 1815, après 40 ans, 5 mois et 12 jours de service. La troupe doit cantonner le 10 au soir à Nieul. Le bourg d'Oradour-sur-Glane se trouve sur le trajet de Saint-Junien à Nieul. « Le 10 juin 1944, vers 20 heures, peu après le massacre d'Oradour-sur-Glane j'ai vu et entendu des Waffen-SS chantant et jouant de l'accordéon. » Plusieurs autres témoins confirment d'ailleurs ce témoignage. Tous les habitants sont d'accord pour signaler qu'à leur arrivée à Nieul les Allemands étaient en proie à une excitation extraordinaire. Ils se répandirent dans les rues en poussant des cris. Ils ont déclaré avoir été surpris par le calme et la correction de l'accueil de la population qui ne savait encore rien de ce qui s'était passé à Oradour. Ils se sont montrés très méfiants. Les officiers décidèrent de ne pas se séparer et de coucher dans la même pièce. On rentre d'une dure expédition. On a eu chaud ! On boit, on boit beaucoup ! On passe une partie de la nuit à se laver dans les lavabos de l'école. Il y a des taches qui sont difficiles à enlever ! On gaspille vivres et vins. Et c'est la grande ripaille ! On boit, on mange, on hurle ! On profère des menaces de mort et d'incendie. De jeunes femmes sont obligées de prendre la fuite. M. Bouty, directeur d'école à Nieul, nous a fait, à ce sujet, la déclaration suivante « Les S. S. sont arrivés à Nieul, le samedi 10 juin 1944, vers 20 heures ; leurs camions, précédés d'une autochenille, se sont arrêtés sur la place devant le groupe scolaire. Aussitôt, les soldats allemands sont descendus de leurs véhicules et, peu après, un petit groupe de trois ou quatre hommes s'est dirigé vers l'école ». « L'un d'eux a donné de violents coups de botte dans la porte fermée de mon habitation. J'ai ouvert aussitôt et un soldat qui parlait un peu le français m'a demandé : « École pour 150 bonshommes ? » J'ai indiqué les classes qui avaient été réquisitionnées la veille par un détachement de soldats allemands en même temps que les deux chambres de mon logement personnel et de nombreuses autres chambres du bourg. Les soldats se sont installés dans les classes, et, durant toute la nuit, de nombreux camions ont évolué dans les cours de récréation. Les officiers qui devaient occuper les chambres de mon appartement ne sont pas venus. J'ai appris, plus tard, qu'ils s'étaient fait porter des matelas dans la salle d'un bâtiment communal où ils passèrent la nuit ». « Le lendemain, dimanche, les soldats allemands se sont fait préparer des repas dans les maisons du bourg de Nieul, Ils reprirent la route le 11 juin direction Normandie direction le Débarquement de Normandie. La tempête du 27 décembre 1999 a causé des dégâts considérables dans le parc. Pour lui redonner sa beauté et son charme, la tâche de la municipalité en collaboration avec l'Office National des Forêts (O.N.F), sera longue et difficile. Déjà d'importants travaux ont pu permettre au public de circuler à nouveau dans les allées principales du parc. De nombreux bénévoles ont répondu présents et sont intervenus pour accélérer le dégagement des chablis ; le broyage des souches ou leur repositionnement ont permis de redonner un visage moins meurtri au parc ; la reconstruction du mur d'enceinte a été réalisée... Inauguré le 17 octobre 1998, l'espace Georges-Emmanuel Clancier comprend une salle pour enfants, « l'heure du comte », et une bibliothèque riche de 5 000 volumes. des ouvrages peuvent être empruntés moyennant une cotisation annuelle de trois euros pour une durée de trois semaines. Ainsi s'affirme la vocation culturelle du château.

Blasonnement[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Nieul (Haute-Vienne).svg

Les armoiries de Nieul[2] se blasonnent ainsi :

D’argent au lion de gueules, à la bordure d’azur chargée de onze besants d’or.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[3]
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1971 mars 1977 Edouard Mouratille    
mars 1977 mai 1992 Jean Mahaut PCF Conseiller général du canton de Nieul (1967-2001)
mai 1992 juin 1995 Jean Dufour PCF  
juin 1995 mars 2001 Françoise Perot RPR  
mars 2001 mars 2014 Claude Rebeyrotte[4] MRC  
mars 2014 En cours Béatrice Tricard PS  
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[6],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 1 652 habitants, en augmentation de 3,25 % par rapport à 2009 (Haute-Vienne : 0,36 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
656 671 655 746 730 751 831 843 819
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
810 821 786 772 801 943 1 004 1 022 1 013
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 021 1 018 1 032 899 838 800 830 932 948
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2007 2011 2014
924 936 1 001 1 198 1 348 1 350 1 545 1 616 1 652
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église de l'Assomption-de-la-Vierge.
  • Église de l'Assomption-de-la-Vierge des XIIe et XIIIe siècles, avec chapelle du XVe siècle et deux oratoires en granit du XVIIe siècle.
  • Le centre émetteur-radio de Limoges-Nieul, avec une antenne de 90 m. Cette installation a été arrêtée dans la nuit du 8 au 9 juillet 2014, après plus de 70 ans de fonctionnement, quasi ininterrompu de services.
  • L'établissement La Chapelle Saint-Martin, un Relais & Châteaux quatre étoiles qui peut s'enorgueillir d'avoir accueilli des hôtes prestigieux, à commencer par le président Jacques Chirac et son épouse, ou Hillary Clinton. Fréquentée par des artistes comme Eddy Mitchell ou le groupe Indochine, La Chapelle Saint-Martin est aussi très prisée des acteurs du tissu industriel et des délégations étrangères en visite à Limoges.
  • Le château de Nieul, l'étang et le parc du château.
  • Pont de Puymaud (gallo-romain) sur la D 128 en direct de la nationale 147 Bellac - Limoges

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Jean Gandois, personnalité du monde des affaires et ancien président du CNPF (aujourd'hui le Medef) est né le 7 mai 1930 à Nieul.
  • Emile Foussat.
  • Hillary Clinton à séjourné à La Chapelle Saint-Martin.
  • Albert Chaminade (1912-2009), résistant FFI, joueur du CSP et dirigeant de basket, homme politique avait une maison ici.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Nom des habitants », sur www.habitants.fr (consulté le 16 avril 2011)
  2. « Les armoiries de la commune », sur blason-des-villes.e-monsite.com (consulté le 16 avril 2011)
  3. « Les maires de la commune » (consulté le 16 avril 2011)
  4. [PDF] Site officiel de la préfecture de Haute-Vienne - liste des maires
  5. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .