Saints de La Nouvelle-Orléans

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis New Orleans Saints)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saints.
Saints de La Nouvelle-Orléans
Casque de l'équipe Logo de l'équipe
Fondé en 1967
Couleurs               
Stade Mercedes-Benz Superdome
Capacité 73 208 spectateurs
Propriétaire Gayle Benson[1]
Ville Flag of New Orleans, Louisiana.svg La Nouvelle-Orléans
Drapeau de la Louisiane Louisiane
Pays Drapeau des États-Unis États-Unis
Ligue National Football League
Conférence National Football Conference
Division Sud

Super Bowl XLIV

Description de l'image Superdome from Garage.jpg.

Les Saints de La Nouvelle-Orléans (New Orleans Saints en anglais) sont une franchise de la National Football League (NFL) basée dans la ville de La Nouvelle-Orléans.

La franchise des Saints, fondée en 1967, compte à son palmarès, une victoire au Super Bowl acquise lors de la Saison NFL 2009. Après une saison régulière 2009 marquée par une série de 13 victoires consécutives et après avoir remporté le titre de champion de conférence NFC en prolongation contre les Vikings du Minnesota (31-28), les Saints s'étaient qualifiés pour la première fois de leur histoire pour la finale du championnat de NFL, le Super Bowl. Ils remporteront ensuite le 7 février 2010 à Miami, le Super Bowl XLIV contre les Colts d'Indianapolis sur le score de 31 à 17.

L'histoire récente des Saints a été marquée par le passage de l'ouragan Katrina en 2005. Il a contraint la franchise à jouer ses matches à domicile la saison suivante au Giants Stadium de New York, à l'Alamodome à San Antonio dans le Texas et au Tiger Stadium de Bâton-Rouge . Ils rejouent au Louisiana Superdome en septembre 2006. Depuis le passage de Katrina et le retour des Saints au Superdome, les Saints sont perçus par la population de La Nouvelle-Orléans comme les représentants de la ville, à l'instar des Pelicans de La Nouvelle-Orléans (NBA). Leur retour et leur parcours en 2006 ont soulevé l'enthousiasme des supporters de La Nouvelle-Orléans, les Saints concluant leur saison par une fiche de 10-6 (10 victoires, 6 défaites) et une participation à la demi-finale du championnat. En dépit de la situation économique d'alors, les Saints ont signé un contrat avec l'État de la Louisiane : la franchise devrait ainsi rester à La Nouvelle-Orléans jusqu'en 2025.

Origine[modifier | modifier le code]

Le nom « Saints » fait allusion à la fête catholique de la Toussaint du 1er Novembre. De plus, la Nouvelle-Orléans possède une large population de Catholiques. La chanson When the Saints Go Marching In est largement associée à l'équipe, étant chantée régulièrement par les fans lors des matchs. Les couleurs de l'équipe sont le noir et l'or et leur logo une fleur de lys. Ils jouèrent leurs matchs au Stade Tulane jusqu'en 1974. Ils émigrent ensuite au Louisiana Superdome. Désormais, ce stade s'appelle le Mercedes-Benz Superdome, le constructeur automobile ayant racheté les droits du nom du stade.

Palmarès[modifier | modifier le code]

Rivalité[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (20 novembre 2018)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

1966 - 1969 : L'ère de Tom Fears[modifier | modifier le code]

Le 1er novembre 1966, la ville de La Nouvelle-Orléans obtient une franchise de la NFL grâce aux activismes locaux (comme David Dixon (en), aux membres de médias locaux (tels que Crozet Duplantier, rédacteur sportif de New Orleans States-Item (en)) et aux forces politiques locales (comme le sénateur Russell Long (en) et le membre du Congrès Hale Boggs ayant subordonné l'approbation de la fusion NFL-AFL à l'attribution d'une franchise à la Nouvelle-Orléans).

En décembre, le pétrolier John W. Mecom Jr. (en) devient actionnaire majoritaire et président de l’équipe. Il nomme alors Tom Fears (en) comme entraîneur principal. L’équipe est surnommée "Saints" en raison de la fête de la Toussaint de l’Église catholique romaine, un surnom approprié pour la région catholique de La Nouvelle-Orléans. Le stade initial de l'équipe est le Tulane Stadium qui peut accueillir plus de 80 000 spectateurs. L'équipe est placée dans la Division Capitole de la NFL. Cette division est composée des Cowboys de Dallas, des Eagles de Philadelphie et des Redskins de Washington.

L’équipe débute bien puisqu'elle obtient un bilan de 5 victoires pour une seule défaite en pré-saison. Lors de leur premier match officiel contre les Rams de Los Angeles, John Gilliam (en) marque en début de match un TD en 94 yards. Cela n’a pas suffisant pour les Saints qui perdent 13 à 27. Ils obtiennent leur première victoire (31 à 24) le 5 novembre contre les Eagles. Ils terminent la saison avec un bilan de 3-11, le deuxième plus mauvais score de la ligue.

Les prochaines années sont du même acabit. En 1968, ils évoluent dans la Division Century et enregistrent un bilan de 4-9-1 alors qu’ils avaient comme adversaire, les Browns de Cleveland, les Cardinals de St. Louis et les Steelers de Pittsburgh. En 1969, ils reviennent en Division Capitole (avec les même adversaires en division qu'en 1967) et obtiennent un bilan de 5-9.

1970 - 1974 : L'ère de J.D. Roberts et de John North[modifier | modifier le code]

La saison 1970 voit un nouveau réalignement pour les Saints à la suite de la fusion entre l'AFL et la NFL. Les Saints sont placés dans la division NFC West où ils resteront jusqu'en 2001. Les premiers adversaires de division seront les Falcons d'Atlanta, les Rams de Los Angeles et les 49ers de San Francisco Les Rams seront remplacés par les Panthers de la Caroline en 1995.

La saison commence mal pour les Saints. Tom Fears (en) est limogé et est remplacé le 3 novembre par J.D. Roberts (en). Lors du premier match de Roberts comme entraîneur principal, la Nouvelle-Orléans s'incline 16 à 17 contre les Lions de Détroit malgré un FG de 63 yards de K Tom Dempsey (en), record de la NFL à l'époque. Ce record sera battu 43 ans plus tard (en 2013) par K Matt Prater des Broncos de Denver lequel inscrit un FG de 64 yards. La réussite de Dempsey est d'autant plus remarquable qu'il est né sans orteils au pied droit, pied avec lequel il a frappé. Cette victoire sera cependant la dernière de la saison. Ils perdent leurs six derniers matchs pour finir avec un bilan de 2-11-1, le pire record de la jeune histoire de la franchise.

Pour la draft 1971 de la NFL (en), les Saints possédaient le deuxième choix global après les Patriots de Boston. Un quarterback étant nécessaire pour la franchise, ils choisissent Archie Manning des Rebels d'Ole Miss. En début de saison, Manning ne déçoit pas : il gagne 218 yards et inscrit 2 TDs lors du match gagné 24 à 20 contre les Rams. Quatre semaines plus tard, Manning contrarie les Cowboys de Dallas (victoire à 24 à 14). Les Cowboys reviendront au Tulane Stadium trois mois plus tard pour remporter le Super Bowl VI contre les Dolphins de Miami. Tout au long de la saison, Manning va partager les responsabilités du quarterback avec le vétéran Edd Hargett (en). Manning termine la saison avec six TDs à la passe et quatre TDs à la course. Il devient titulaire incontesté de l'équipe la saison suivante mais malgré les prouesses de Manning, les Saints terminent de nouveau la saison avec un bilan négatif : 4-8-2.

En 1972, les Saints débitent par cinq défaites et terminent avec un bila de 2-11-1. Au cours de la pré-saison 1973, les Saints licencient Roberts (en) et recrutent John North (en) qui va obtenir les 2 saisons suivantes (1973 et 1974) un bilan de 5-9.

1975 - 1979 : l'ère de Hank Stram et de Dick Nolan[modifier | modifier le code]

En 1975, les Saints quittent le stade de Tulane pour s’installer au Superdome situé en Louisiane. Malgré ce changement de stade, ils n'aiifhent qu'un bilan médiocre de 2-12 en fin de saison. L'entraîneur principal John North (en) est congédié après six matchs et Ernie Hefferle (en) est nommé comme intérimaire à ce poste pour les huit derniers matchs de la saison.

Pour la saison 1976, Hank Stram (en) est engagé comme entraîneur principal. Il possède un solide palmarès puis qu’avec les Chiefs de Kansas City (anciennement les Texans de Dallas), il remporte trois titres AFL et un Super Bowl. Cependant, il n'améliore pas grand chose aux Saints qui clôturent leur saison avec un bilan de no!veau négatif de 4-10. Archie Manning, après avoir subi une opération du coude juste après l'embauche de Stram (en), ne joue aucun match de la saison et est remplacé par les QBs Bobby Scott (en) et Bobby Douglass (en) (ce dernier, arrivé des Bears de Chicago). La saison de 1977 ne sera pas meilleur puisque les Saints terminent avec 3 victoires pour 11 défaites (dont une défaite humiliante 33 à 14 le 11 décembre des œuvres des Buccaneers de Tampa Bay soit la première victoire des Bucs en NFL après 26 défaites consécutives).

En 1978, Stram (en) est remplacé par Dick Nolan (en). La franchise va s'améliorer : Manning va connaitre la meilleure saison de sa carrière à cette date, enregistrant 3 416 yards et 17 touchdowns. Il est nommé pour la première fois dans l'équipe de la NFC pour le Pro Bowl et est également nommé meilleur joueur NFC par The Sporting News et UPI. Les Saints obtiennent un bilan de 7-9. Les Saints auraient participé aux séries éliminatoires sans les défaites contre les Falcons d'Atlanta ("Big Ben" d'Atlanta marque un TD décisif dans les dernières secondes de chaque match) et contre les Steelers de Pittsburgh (défaite par un petit écart contre les vainqueurs du Super Bowl XIII).

En 1979, les Saints vont se baser sur les succès de l'année précédente. Après un début de saison négatif (0-3, y compris une défaite de 34 à 40 en prolongation contre les Falcons lors du premier match), les Saints remportent cinq de leurs six prochains matchs et deviennent leader de la NFC West après neuf matchs. Les Saints affichent un bilan provisoire de 7-6 avant le match du lundi soir contre les Raiders d'Oakland. Les Rams de Los Angeles (8-6) sont leurs rivaux pour le titre de la NFC West. Les Saints mènent 35 à 14 mais cette avance va fondre et ils vont perdre le match 35 à 42. La semaine suivante, ils sont battus à domicile 35 à rien par les Chargers de San Diego ce qui met un terme à leurs espoirs de playoffs. Les Saints battent les Rams de Los Angeles (qui jouaient leur dernier match au Los Angeles Memorial Coliseum) lors du dernier match de la saison régulière. Ils terminent donc la saison avec un bilan de 8-8, la première saison avec autant de défaite que de victoire. Dans leur division, ils terminent pour la première fois plus haut qu'à la troisième place.

1980 : l'ère de Dick Stanfel[modifier | modifier le code]

Pour la saison 1980, les Saints fondaient de grands espoirs après leurs deux dernières saisons relativement réussies. Malheureusement, malgré une solide attaque, leur défense va faillir. L'équipe débute par 12 défaites consécutives et l'entraîneur principal Dick Nolan (en) est congédié. Dick Stanfel (en) le remplace , perd ses deux premiers matchs (dont celui à San Francisco où les Saints avaient une avance de 28 points) mais gagne ensuite d'un point contre les Jets de New York (ceux-ci finiront la saison avec le deuxième plus mauvais score de la ligue à 4-12). Après ce match, alors qu'Archie Manning signait des autographes, un garçon a couru vers lui et lui a volé sa cravate (elle n'était pas attachée). Suite à cela, Manning recevra une amende de la NFL pour avoir enfreint leur code vestimentaire. Les Saints perdent leur dernier match de la saison contre les Patriots de la Nouvelle-Angletrere et finissent avec un bilan de 1-15, le pire de l’histoire de la franchise et (à l’époque) le pire pour un calendrier à 16 matchs (depuis, il a été dépassé par les Lions de Detroit en 2008 : 0-16). Buddy Diliberto (en), journaliste local et personnalité en radio et télévision, portait un sac d'épicerie en papier sur la tête afin de promouvoir le sac brun de Sonic, son sponsor de l'époque. De nombreux fans l'ont imité et se sont mis à porter des sacs au-dessus de leur tête pendant les matchs. Le surnom "Aints" est également né en raison de l'ineptie des Saints de 1980.

1981 - 1985 : L'ère de Bum Philips[modifier | modifier le code]

En 1981, Bum Phillips (en), ancien entraîneur principal des Oilers de Houston, est nommé à la direction des Saints. La triste saison de 1980 ayant permis aux Saints d’obtenir le premier choix lors de la Draftt 1981 de la NFL, ils y choisissent RB George Rogers, vainqueur du trophée Heisman avec les Gamecocks de la Caroline du Sud. Il va jouer avec les Saints, tous les matchs de la saison, participant à au moins 25 jeux par match (à l'exception d'un seul match). Il gagne 1 674 yards à la course et devient le meilleur coureur de la saison NFL. Cependant, cela ne permet pas aux Saints d'obtenir un bon bilan puisqu'ils terminent la saison à 4-12, deux des victoires remportées contre les Rams.

En 1982, les Saints engagent Ken Stabler, ancien QB des Raiders d'Oakland et des Oilers de Houston. Ils cèdent Archie Manning aux Oilers. Les Saints débutent la saison avec un bilan provisoire de 1-1, lorsqu'une grève des joueurs va entraîner l'annulation de sept matchs. Lorsque la saison reprend, les Saints remportent deux matchs de suite, perdent ensuite quatre matchs de suite avant de gagner leur dernier match. Ils finissent avec un bilan de 4 victoires pour 5 défaites et ne sont pas qualifiés les séries éliminatoires.

En 1983, les Saints vont encore améliorer leur bilan de saison. Ils afficheront un bilan positif pendant la majeure partie de la saison. Cependant, la défaite 28-31 contre les Jets de New York (après avoir mené de 17 points dans le 4e quart-temps) combinée avec la défaite contre les Rams de Los Angeles (les Rams inscriront deux TDs à la suite d'interception, un autre en retour de kickoff et un dernier de 42 yards par Mike Lansford (en) à six secondes de la fin du match) annihilent leurs chances de participer aux séries éliminatoires. Ils terminent avec un bilan de 8-8, égalisant leur précédent record de saison.

Huit semaines après la fin de la saison 1983, les Saints cèdent leur premier choix de la Draft 1984 contre le quarterback Richard Todd des Jets de New York. Au cours de la saison 1984, les Saints acquièrent Earl Campbell (ancien lauréat du trophée Heisman, futur défenseur membre du Pro Football Hall of Fame, meilleur coureur NFL lors de ses trois premières saisons avec les Oilers sous les ordres de l'entraîneur principal Bum Phillips). Les Saints vont battre pour la première fois les Steelers de Pittsburgh au Superdome, mais le binal restera négatif (7-9) à cause d'une série de trois défaites en fin de saison.

La franchise est mise en vente par le propriétaire John W. Mecom Jr. (en) lors de la saison 1984. Des rumeurs faisaient craindre que le nouveau propriétaire pourrait déplacer la franchise vers Jacksonville en Floride. Il n'en sera rien puisque le 31 mai 1985, la franchise est reprise par Tom Benson, un Néo-Orléanais originaire de la Nouvelle-Orléans et propriétaire de nombreux concessionnaires d’automobiles.

En 1985, les Saints présentent un bilan provisoire de 3-2 avant de perdre perdu six matchs de suite. Bum Phillips (en) démissionne après le 12e match de la saison. Son fils, Wade Phillips, coordonnateur défensif des Saints, est nommé entraîneur par intérim. Les Saints terminent la saison avec un bilan négatif de 5-11. L’émergence de QB Bobby Hebert (en), originaire de Louisiane, permet aux Saints de remporter des victoires contre les Vikings et les Rams en fin de la saison. Hebert (en) avait précédemment joué trois saisons dans la (Ligue de Football des États-Unis (en) (ligue de football américain ayant existé de 1982 à 1986) avec les Panthers du Michigan et les Invaders d'Oakland, remportant cette ligue en 1983 avec les Panthers.

1986 - 1990[modifier | modifier le code]

1997 - 1999[modifier | modifier le code]

2000 - 2005[modifier | modifier le code]

2006 - Présent[modifier | modifier le code]

Effectif[modifier | modifier le code]

 Effectif 2018 des Saints de La Nouvelle-Orléans v · d · m 
Quarterbacks

Running Backs

Wide Receivers

Tight Ends

Offensive Linemen

Defensive Linemen

Linebackers

Defensive Backs

Special Teams

Injured list

Légende :

  • Joueurs rookie en italique
  • Dernière mise à jour :

Historique des saisons[modifier | modifier le code]

Saison Vic. Déf. Nuls classement en play-offs
1967 3 11 0 4e Capitol --
1968 4 9 1 3e Century --
1969 5 9 0 3e Capitol --
1970 2 11 1 4e NFC Ouest --
1971 4 8 2 4e NFC Ouest --
1972 2 11 1 4e NFC Ouest --
1973 5 9 0 3e NFC Ouest --
1974 5 9 0 3e NFC Ouest --
1975 2 12 0 4e NFC Ouest --
1976 4 10 0 3e NFC Ouest --
1977 3 11 0 4e NFC Ouest --
1978 7 9 0 3e NFC Ouest --
1979 8 8 0 2e NFC Ouest --
1980 1 15 0 4e NFC Ouest --
1981 4 12 0 4e NFC Ouest --
1982 4 5 0 9e NFC Conf. --
1983 8 8 0 3e NFC Ouest --
1984 7 9 0 3e NFC Ouest --
1985 5 11 0 3e NFC Ouest --
1986 7 9 0 4e NFC Ouest --
1987 12 3 0 2e NFC Ouest Défaite en play-offs (wild-card) (Vikings du Minnesota) 44-10
1988 10 6 0 3e NFC Ouest --
1989 9 7 0 3e NFC Ouest --
1990 8 8 0 2e NFC Ouest Défaite en play-offs (wild-card) (Bears de Chicago) 16-6
1991 11 5 0 1er NFC Ouest Défaite en play-offs (wild-card) (Falcons d'Atlanta) 27-20
1992 12 4 0 2e NFC Ouest Défaite en play-offs (wild-card) (Eagles de Philadelphie) 34-20
1993 8 8 0 2e NFC Ouest --
1994 7 9 0 2e NFC Ouest --
1995 7 9 0 5e NFC Ouest --
1996 3 13 0 5e NFC Ouest --
1997 6 10 0 3e NFC Ouest --
1998 6 10 0 3e NFC Ouest --
1999 3 13 0 5e NFC Ouest --
2000 10 6 0 1er NFC Ouest Défaite en play-offs (division) (Vikings du Minnesota) 34-16
2001 7 9 0 3e NFC Ouest --
2002 9 7 0 3e NFC Sud --
2003 8 8 0 2e NFC Sud --
2004 8 8 0 2e NFC Sud --
2005 3 13 0 4e NFC Sud --
2006 10 6 0 1er NFC Sud Défaite en finale de conférence (Bears de Chicago) 39-14
2007 7 9 0 3e NFC Sud --
2008 8 8 0 4e NFC Sud --
2009 13 3 0 1er NFC Sud Victoire au Super Bowl XLIV (Colts d'Indianapolis) 31-17
2010 11 5 0 2e NFC Sud Défaite en play-offs (wild-card) (Seahawks de Seattle) 41-36
2011 13 3 0 1er NFC Sud Défaite en play-offs (division) (49ers de San Francisco) 36-32
2012 7 9 0 3e NFC Sud --
2013 11 5 0 2e NFC Sud Défaite en play-offs (division) (Seahawks de Seattle) 23-15
2014 7 9 0 2e NFC Sud --
2015 7 9 0 3e NFC Sud --
2016 7 9 0 3e NFC Sud --
2017 11 5 0 1er NFC Sud Défaite en play-offs (division) (Vikings du Minnesota) 29-24

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Gayle Benson becomes Saints, Pelicans owner », ProFootballTalk - NBC Sports, sur NBC, (consulté le 15 mars 2018)

Liens externes[modifier | modifier le code]