United States Football League

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche


United States Football League
Logo de l'United States Football League reprenant les couleurs du drapeau des États-Unis sur ces initiales U.S.F.L.
Logo de l'United States Football League.
Généralités
Sport football américain
Création 1983
Disparition 1985
Autre(s) nom(s) « 1 dollar league »
Organisateur(s) USFL
Éditions 3
Périodicité annuelle (mars-juillet)
Participants 12 (1983)
18 (1984)
14 (1985)
Statut des participants Professionnels

Palmarès
Plus titré(s) Stars de Philadelphie / Stars de Baltimore (2)

La United States Football League (USFL) est une ligue de football américain qui a joué pendant trois saisons, de 1983 à 1985. Elle dispute un programme printemps / été à chacune de ses saisons actives. La saison 1986 doit se dérouler en automne / hiver et concurrencer directement la National Football League (NFL), établie de longue date. Cependant, l'USFL cesse ses activités avant son démarrage prévu[1].

Les idées de l'USFL sont conçues en 1965 par l'homme d'affaires de la Nouvelle-Orléans, David Dixon, qui voit un marché pour le football professionnel en été, lorsque la National Football League et le football universitaire sont en basse saison[2]. Dixon est un acteur clé dans la construction du Louisiana Superdome et dans l'expansion de la NFL à La Nouvelle-Orléans en 1967[3]. Il développe «The Dixon Plan» - un projet pour l'USFL basé sur l’assurance de disposer de stades de calibre NFL, les principaux marchés de la télévision, la conclusion d'un contrat de diffusion télévisée nationale et le contrôle des dépenses - et trouve des investisseurs prêts à souscrire[4].

Bien que les propriétaires et les fondateurs de l’USFL d’origine promettent de respecter les directives générales énoncées dans le plan de Dixon, des problèmes se posent avant même que les équipes ne s’engagent sur le terrain, certaines franchises étant confrontées à des problèmes financiers et à une instabilité dès le début[5]. En raison de la pression exercée par la NFL, certaines franchises ont du mal à obtenir des baux dans des stades également utilisés par les équipes de la NFL, les obligeant à se bousculer pour trouver des sites alternatifs dans la ville de leur choix ou à se déplacer rapidement vers un nouveau marché[6]. L'USFL n’a pas de plafond salarial strict, et certaines équipes augmentent rapidement la masse salariale des joueurs à des niveaux insoutenables malgré les promesses de maîtrise des coûts[2]. Bien qu'une poignée de franchises de l'USFL respectent le plan Dixon et sont relativement stables, d'autres subissent des crises financières répétées, et de nombreuses délocalisations, fusions et changements de propriété ont lieu au cours de leur courte existence[7]. Ces problèmes s'aggravent lorsque certains propriétaires se lancent dans des guerres d’enchères opposant les joueurs vedettes aux équipes de la NFL, forçant d’autres propriétaires à faire de même ou à subir un désavantage concurrentiel[8].

Sur le terrain, l’USFL est considérée comme un produit relativement bon. De nombreux entraîneurs et dirigeants d’équipes ont une expérience de la NFL et de nombreux futurs joueurs et entraîneurs de la NFL y ont fait leurs débuts[9]. Les Panthers du Michigan remportent le premier championnat USFL en 1983[10], les Stars de Philadelphie le deuxième et[11], après s'être installés à Baltimore[12], gagnent le dernier championnat USFL en 1985 sous le nom de Stars de Baltimore[13].

En 1985, l'USFL vote pour passer d'un calendrier de printemps à un calendrier d'automne en 1986 afin de concurrencer directement la NFL[14]. Cela est fait à la demande du propriétaire majoritaire des Generals du New Jersey, Donald Trump, et d'une poignée d'autres propriétaires, afin de forcer la fusion des deux entités[15]. Dans le cadre de cette stratégie, l'USFL intente une poursuite antitrust contre la National Football League en 1986[16], et un jury juge que la NFL viole les lois anti-monopoles[17]. Cependant, dans une victoire au nom seulement, l'USFL obtient un dollar seulement, qui, en vertu des lois antitrust, est triplé à 3 dollars[17]. Cette décision de justice met effectivement fin à l'existence de l'USFL[2]. Ils ne disputent jamais la saison 1986 et, au moment de sa fin, elle a perdu plus de 163 millions de dollars[7].

Importance historique[modifier | modifier le code]

Herschell Walker
Herschell Walker, la première star signée par l'USFL:

L'USFL est historiquement importante en partie pour le niveau de talent qui s'y joue. Trois vainqueurs consécutifs du trophée Heisman y jouent: le running back des Bulldogs de l'université de Géorgie, Herschel Walker et le quarterback Doug Flutie des Eagles du Boston College signent avec les Generals du New Jersey, et le RB, Mike Rozier (en) des Cornhuskers de l'université du Nebraska signe avec les Maulers de Pittsburgh (en), de même que de nombreuses autres stars universitaires[18]. Le defensive end Reggie White, futur membre du Pro Football Hall of Fame[19], l'offensive tackle Gary Zimmerman[20] et les quarterbacks Jim Kelly[21] et Steve Young[22] débutent leur carrière professionnelle au sein de l'USFL pour les Showboats de Memphis, l'Express de Los Angeles, les Gamblers de Houston et encore l'Express, respectivement.

Un certain nombre de vétérans de la NFL de tous les niveaux jouent dans l'USFL. Il est vrai que certains réservistes de la NFL, qui n’avaient que peu de succès, y sont devenues des stars, cependant, d'autres ont connu des difficultés ou n’ont pas réussi à s'imposer. De plus, des titulaires NFL y sont attirés au début de leur carrière, notamment le MVP 1980, Brian Sipe (en), quarterback des Browns[23], le running back des Bills, trois fois élu au Pro Bowl, Joe Cribbs (en)[24], et Gary Barbaro (en), safety des Chiefs de Kansas City, également triple Pro Bowler[25].

Histoire[modifier | modifier le code]

Organisation[modifier | modifier le code]

L'USFL est une idée originale de David Dixon, un antiquaire de la Nouvelle-Orléans, qui joue un rôle déterminant dans l'arrivée des Saints à La Nouvelle-Orléans (et dans la construction de leur stade, le Superdome)[26]. En 1965, il envisage le football comme un sport de printemps et d’été possible.

Au cours des 15 années suivantes, il étudie les deux derniers obstacles à la domination du football professionnel par la NFL: l'American Football League et la World Football League. En 1980, il commande une étude à Frank Magid Associates, qui révèle des résultats prometteurs pour le football au printemps et en été[8]. Il élabore également un plan directeur pour les opérations de la ligue potentielle, qui comprend une exposition télévisée précoce, une forte promotion sur les marchés nationaux et des propriétaires ayant les ressources et la patience nécessaires pour absorber des années de pertes, ce qui, à son avis, serait inévitable jusqu'à ce que tout le monde trouve ses marques. Il rassemble également une liste de franchises potentielles situées dans des marchés attrayants pour un partenaire de télévision potentiel[27].

Après presque deux ans de préparation, Dixon annonce officiellement la formation de l'USFL au 21 Club de New York le pour commencer à jouer en 1983[28]. Le président d'ESPN, Chet Simmons, est nommé premier commissaire en [29].

Selon le plan Dixon, si son idée doit être un succès, elle a besoin de revenus et de visibilité pour la télévision. En 1983, des contrats sont signés avec le diffuseur en direct ABC et un diffuseur de télévision par câble, la jeune ESPN, pour la télédiffusion de match[30]. Les accords ont rapporté environ 13 millions de dollars en 1983 et 16 millions de dollars en 1984, dont 9 millions de dollars par an d’ABC. ABC avait des options pour la saison 1985 à 14 millions de dollars et 1986 à 18 millions de dollars. Chaque semaine, il y aurait un match télévisé à l'échelle nationale, ainsi que la propre version de l'USFL du Monday Night Football[31].

Problèmes avant de commencer[modifier | modifier le code]

Comme presque toutes les nouvelles ligues de football professionnel, l'USFL a des facteurs hors du terrain qui l'ont empêché de commencer de manière adéquate. Cela commence lorsque le propriétaire initial de la franchise de Los Angeles, Alex Spanos, se retire et choisit de devenir plutôt propriétaire minoritaire des Chargers de San Diego, club de la NFL[32]. Jim Joseph, un promoteur immobilier qui perd avec son ami Tad Taube l'obtention de la franchise dans la région de la baie de San Francisco, pense qu'il serait heureux d'être copropriétaire des Invaders d'Oakland. Lorsque la franchise potentiellement plus lucrative de Los Angeles devient disponible, Joseph se procure les droits sur la région. Les propriétaires de la franchise de San Diego, les magnats de la télévision par câble Bill Daniels et Alan Harmon, se voient refuser un contrat de location pour le stade Jack Murphy, en partie à cause de la pression exercée par les Chargers et les Padres de la MLB qui ont le contrat de location du stade à l'époque[33]. Los Angeles est considérée comme essentielle au succès, et Dixon et Simmons estiment que deux patrons de télévision sont mieux à même de diriger les efforts de l'USFL là-bas. Joseph est contraint de déplacer son opération. L'équipe ouvre ses portes à Phoenix, en Arizona, où elle devient les Wranglers de l'Arizona[34]. L'équipe de Daniels et Harmon est l'Express de Los Angeles[35].

La franchise de Boston, les Breakers, a également des problèmes de stade. Le groupe de propriété de Boston veut jouer au Harvard Stadium, mais n’est pas en mesure de conclure un accord avec l’université. Le stade de Sullivan appartient aux Patriots, qui ne sont pas disposés à partager leur site avec un rival, tandis que le Fenway Park est utilisé au printemps par les Red Sox et n’est donc pas disponible, et l'Alumni Stadium sur le campus de Boston College, pour des raisons jamais rendues publiques, décline également. Enfin, ils ont pu négocier un bail pour jouer au Nickerson Field, situé sur le campus de l’université de Boston, une installation pouvant accueillir 21 000 personnes[36].

Avant la saison inaugurale, il est prévu d’établir quatre franchises au Canada à Vancouver, à Edmonton, à Montréal et dans le sud de l’Ontario (plus précisément au stade Ivor Wynne à Hamilton, en Ontario). La proposition est poussée par John F. Bassett, le Canadien qui va devenir propriétaire de l’équipe USFL des Bandits de Tampa Bay. Cependant, le sénateur Keith Davey avertit que le gouvernement canadien agira pour protéger la Ligue canadienne de football de la concurrence. La Loi sur le football canadien est proposée, mais non approuvée, lorsque Basset tente d'établir les North American de Toronto dans la World Football League en 1974[37]. Une telle loi aurait interdit aux associations de football américaines de jouer au Canada. En particulier, l’équipe de la LCF montréalaise, les Concordes, est sur un terrain financier précaire, elle vient juste d’être créée pour remplacer les Alouettes récemment disparus. Cela amène Bassett à abandonner l'idée[38].

Une fois que le jeu commence réellement, ils connaissent le même type d’instabilité, de délocalisation et de fermetures de franchise que presque toutes les ligues de football professionnel, y compris la NFL, dans leurs premières années.

Saison 1983[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Saison 1983 de l'USFL.

Saison 1984[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Saison 1984 de l'USFL.

Saison 1985[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Saison 1985 de l'USFL.

USFL vs NFL[modifier | modifier le code]

Le plan Dixon ou une ligue de stars[modifier | modifier le code]

Au début, l’USFL rivalise avec la plus ancienne et plus établie National Football League en suivant le plan de Dixon. Le plan a pour but de concurrencer la NFL en jouant de mars à juin pendant la saison morte de la faction rivale, mais aussi en ayant:

  • Des équipes qui jouent dans de grands stades de calibre NFL[39].
  • Des budgets promotionnels de pré-saison pour s'introduire sur le marché local[40].
  • Un plafond salarial serré de 1,8 million de dollars US par équipe. La NFL l'introduit en 1994[41].
  • Une draft territoriale, pour mieux recruter les étoiles collégiales locales bien connues pour aider la renommée des franchises. (Semblable à celle utilisée de nos jours par l'Alliance of American Football)[42].

Les revenus de télévision répondent aux exigences du plan Dixon. Le plan prévoit une participation de plus de 18 000 personnes par match pour la première année. En 1983, 10 des 12 équipes dépassent ce seuil[43]. Les salaires des joueurs sont le point où on s’écarte du plan, au nom du recrutement des stars[44].

Le plus gros succès - la signature de Herschel Walker, All-American à trois reprises et vainqueur du trophée Heisman en 1982 - constitue une violation importante du plan Dixon[45]. À l'instar de la NFL, l'USFL interdit aux underclassmen de signer[46]. Cependant, les officiels étant certains que cette règle ne serait jamais respectée, ils permettent à Walker de signer avec les Generals du New Jersey[47]. Plus important encore, Walker signe un contrat de trois ans d’une valeur de 4,2 millions de dollars, assorti d’une prime à la signature d’un million de dollars[48]. Les autres propriétaires ne soulèvent aucune objection, sachant qu’avoir le vainqueur en titre du Heisman donnerait une crédibilité instantanée.

Craig James (en)[49], Anthony Carter (en)[50] et Kelvin Bryant (en)[51], ainsi que des vétérans de la NFL comme Chuck Fusina (en)[52] et des membres du Blitz de Chicago (en), comme Greg Landry (en)[53], montrent également montré que l'USFL est un challenger crédible à la NFL. Des offres sérieuses sont faites à d'autres stars, telles qu'Eric Dickerson et Dan Marino[54].

La recherche de talents de haut niveau se révèle être une arme à double tranchant. Alors que la présence de nombreuses stars de premier ordre prouve qu'on peut mettre un produit compétitif sur le terrain, de nombreuses équipes dépassent largement le plafond salarial afin de mettre des équipes plus compétitives sur le terrain[55]. Par exemple, les Panthers du Michigan perdent des millions de dollars alors même qu'ils deviennent les premiers champions[56]. Le désir de rivaliser avec d’autres équipes de l'USFL et de faire en sorte d'être considéré comme proche du calibre de la NFL amène presque toutes les équipes à dépasser le plafond salarial des équipes du Plan Dixon au cours des six à dix-huit premiers mois[55].

Six nouvelles équipes arrivent en 1984, au lieu des quatre initialement envisagées par Dixon, pour empocher deux frais d'extension supplémentaires[57]. Dixon, frustré, vend ses parts et quitte le bateau[58].

Calendrier de printemps ou d'automne[modifier | modifier le code]

En 1984, les proprétaires commencent à discuter de la possibilité de rivaliser avec la NFL en jouant ses matchs à l’automne à partir de 1986. Les plus fervents partisans de l’automne sont Eddie Einhorn, propriétaire de Chicago, et Donald Trump, des Generals. Einhorn et Trump font valoir que si l'USFL se dirige vers l'automne, elle obligera éventuellement une fusion avec la NFL dans laquelle l'ancienne ligue devrait admettre au moins certaines équipes de l'USFL. Ils ont également fait valoir que si une fusion se produisait, l'investissement initial des équipes survivantes ferait plus que doubler[59].

Une firme de consultants recommande de s’en tenir à une saison de printemps. Malgré les protestations de nombreux membres de la "vieille garde", qui souhaitent rester fidèles au plan original de jouer au printemps , le , les propriétaires votent (12 pour - 2 contre) pour commencer à jouer une saison d'automne en 1986[60]. Le propriétaire des Bandits de Tampa Bay, John F. Bassett, qui enregistre l’un des deux votes "non", déclare son intention de sortir son équipe de l’USFL et d’organiser une nouvelle ligue de football au printemps[61],[62]. Cependant, sa santé défaillante (il est décédé d'un cancer en ) contraint Bassett à renoncer à ses projets et à vendre les Bandits à son partenaire mineur, Lee Scarfone, qui accepte de conserver la franchise à l'USFL[63]. Les défenseurs du printemps ont perdu, et les défenseurs de l’automne s’attachent maintenant à imposer une fusion avec la NFL ou, à tout le moins, à gagner un règlement important et à sécuriser un réseau de télévision pour les émissions d’automne. La USFL abandonne son modèle initial de football de printemps au profit du pari risqué (mais potentiellement rentable) de s'affronter face à face avec la NFL[64].

En conséquence directe de cette décision, les Maulers de Pittsburgh (en) s'effondrent au lieu de rivaliser avec les Steelers de Pittsburgh[65], la vente des Federals de Washington (en), en difficulté, au groupe de propriété basé à Miami de Weiser est annulée[66], les Breakers de La Nouvelle-Orléans[67], et le champion de 1984, les Stars de Philadelphie, doivent déménager[68] et les Panthers du Michigan, champion en 1983, surprennent le commissaire en annonçant qu’ils ne joueront pas dans la région de Détroit pour la saison 1985[69]. Le propriétaire des Panthers, A. Alfred Taubman, informe lors d'une réunion qu'il a négocié une fusion conditionnelle avec Invaders d'Oakland, en fonction du résultat du vote, avec Taubman comme propriétaire majoritaire[70]. Dans l’espoir de jouer à l’automne 1986, Einhorn décide de ne pas aligner d'équipe pour la dernière saison de printemps du canard boiteux[71]. Quelques semaines après sa décision, l'USFL est contrainte d'abandonner quatre marchés lucratifs, de se passer d'un cinquième et de suspendre ses activités dans un sixième. Avec le recul, cela détruit la viabilité de l'USFL, bien que la chute des Maulers aurait probablement eu lieu de toute façon, l'équipe appartenant au magnat des centres commerciaux Edward J. DeBartolo Sr. (qui est également propriétaire des Penguins de Pittsburgh de la National Hockey League à l'époque), Son fils, Edward J. DeBartolo Jr., possède les 49ers, champions du Super Bowl (une équipe qui appartient maintenant à sa sœur Denise DeBartolo York), ce qui crée un conflit d'intérêts potentiel pour la famille entre l'USFL et la NFL[72].

ABC offre à l'USFL un contrat télévisé de 175 millions de dollars sur quatre ans pour la diffusion au printemps 1986[31]. ESPN offre 70 millions de dollars sur trois ans[17]. Après toutes les fusions et les fermetures, il ne reste plus assez de défenseurs du football de printemps dans la ligue pour accepter ces contrats. Les propriétaires de la ligue ont perdu 67 millions de dollars en moyenne par an à partir de 1986 afin de vaincre la NFL[73].

Après la saison 1985, d'autres plans sont annoncés pour tenir compte du calendrier d'automne, mettre en commun les ressources financières et éviter une concurrence onéreuse en tête-à-tête avec les équipes de la NFL. Deux fusions ont lieu, le Gold de Denver fusionne avec les Bulls de Jacksonville (en), les Bulls formant l’équipe survivante[74]. Trump achète les actifs des Gamblers de Houston pour un montant non divulgué et les fusionne avec les Generals[75]. Alors que les Generals sont l'équipe survivante, l'entraîneur, Jack Pardee, est nommé nouvel entraîneur de l'équipe issue de la fusion[75]. En dépit de tous ces changements, l'USFL ne jouerait jamais un jeu d'automne.

Le procès USFL/NFL[modifier | modifier le code]

Dans un autre effort pour se maintenir à flot tout en attaquant la National Football League, plus établie, l'USFL intente une action en justice antitrust contre son rival, affirmant qu'elle établit un monopole en ce qui concerne les droits de retransmission télévisée et, dans certains cas, l'accès aux stades[16].

La cause est entendue par le juge Peter K. Leisure. L'USFL affirme que la NFL a intimidé ABC, CBS et NBC en leur interdisant la retransmission télévisée des matchs de l'USFL à l'automne. Il est également affirmé que la NFL a un plan spécifique pour éliminer l'USFL, la «Présentation de Porter». En particulier, l'USFL dit que la NFL conspire pour ruiner les Invaders et les Generals. L'USFL demande 567 millions de dollars de dommages et intérêts, qui sont triplés pour atteindre 1,7 milliard de dollars en vertu de la législation antitrust. Ils espèrent annuler les contrats de la NFL avec les trois principaux réseaux. L'USFL proposé deux solutions: contraindre la NFL à négocier de nouveaux contrats de télévision avec seulement deux réseaux ou forcer la NFL à se scinder en deux entités de 14 équipes concurrentes, chacune limitée à un contrat avec un réseau majeur[76].

L'avocat de l'USFL, Harvey Myerson, a ce qu'il considérait être trois «pistolets fumants» (smoking guns):

  1. Une note de mars 1973 adressée par l'avocat Jay Moyer, au directeur de la télédiffusion de la NFL, Robert Cochran, affirmant qu'un «réseau ouvert» pourrait être ouvert à «une invitation à la formation d'une nouvelle ligue»[77].
  2. Une note d'août 1983 adressée à son personnel par le directeur exécutif du conseil de direction de la NFL, Jack Donlan. Le document présente des plans pour que les équipes de la NFL «augmentent les offres de salaire de l'USFL aux joueurs existants ou courent le risque de les perdre»[78].
  3. En 1984, Michael Porter, professeur à la Harvard Business School, présente aux dirigeants de la NFL un exposé sur «comment conquérir» la United States Football League[79].

Toutes les équipes, sauf une, sont nommées co-défendants. Al Davis, propriétaire des Raiders de Los Angeles de l'époque, est un témoin important de l'USFL et est exclu de la poursuite en échange de son témoignage[80]. Howard Cosell d'ABC Sports est également un témoin clé de l'USFL[79].

L'affaire est jugée au printemps 1986 et dure 42 jours. Le , un jury composé de six personnes rend un verdict qui dévaste l'USFL, même si, techniquement, elle a gain de cause. Le jury déclare que la NFL est un «monopole illégal dûment reconnu» et conclut que la NFL a délibérément acquis et maintenu son statut de monopole dans le football professionnel par le biais de tactiques prédatrices[76]. Cependant, il rejette les autres revendications de l'USFL. Le jury estime que l'USFL a modifié sa stratégie pour atteindre un objectif plus risqué consistant à forcer la fusion avec la NFL[81]. En outre, le passage à un calendrier d’automne a entraîné la perte de plusieurs grands marchés (Philadelphie, Denver, Houston, Pittsburgh, Detroit, Miami et la région de la Baie de San Francisco)[17]. Le jury prend également note d'une communication écrite par Tad Taube à propos du litige, qui cite la bande dessinée Pogo: «Nous avons rencontré l'ennemi et il est nous.»[82].

Plus important encore, le jury conclut que la NFL n'a pas tenté de forcer l'USFL à quitter la télévision. En effet, ESPN reste disposé à diffuser des matchs à l’automne[83], plusieurs équipes ont également des contrats de diffusion locale et 1986 est également la saison inaugurale de la Fox Broadcasting Company, un réseau qui deviendra éventuellement le quatrième grand réseau de radiodiffusion[84]. En substance, le jury estime que si l'USFL est lésée par la monopolisation de facto du football professionnel par la NFL aux États-Unis, la plupart de ses problèmes sont dus à sa propre mauvaise gestion. Elle accorde des dommages et intérêts nominaux d'un dollar, qui sont multipliés par trois en vertu de la législation antitrust, à trois dollars[85].

Le verdict est une victoire à la Pyrrhus classique. L’USFL a essentiellement misé son avenir sur l’issue de la poursuite, s’appuyant sur un règlement substantiel pour financer le déménagement à l’automne. Ils considèrent que les revendications liées à la télévision constituent le cœur de leur affaire. Le , soit quatre jours après l’annonce du verdict, les propriétaires décident de suspendre leurs opérations pour la saison 1986, dans l’intention de revenir en 1987[1],[86]. La NFL organise une draft en 1984 pour que les équipes acquièrent les droits des joueurs de la USFL, dans l’éventualité d'une cessation de la ligue ou des équipes[87]. Même le commissaire de la NFL, Pete Rozelle, après avoir entendu le verdict de culpabilité initial, est sorti de la salle d'audience en sachant que l'USFL s'était effectivement fermée en tentant de s'en prendre à la NFL[88]. Cependant, il est peu probable que l'USFL ait été en mesure de créer un produit viable dans tous les cas, la ligue ayant une dette d'environ 160 millions de dollars[89].

Cinq jours après le verdict, les Bandits de Tampa Bay sont effectivement fermés lorsqu'un juge exerce un droit de rétention la franchise pour faire face aux arriérés de salaire dus à l'ancien joueur Bret Clark. Tous les actifs restants de l'équipe sont saisis pour régler la dette[90]. Désespérés, les Outlaws organisent une réunion en avec des représentants de la Ligue canadienne de football dans l'espoir de négocier une fusion. Les propriétaires de la LCF sont «tièdes» et rejettent finalement la demande des Outlaws[91]. Avec presque tous ses joueurs sous contrat avec la NFL et la LCF, Harry Usher annonce que la ligue restera inactive en 1987 également[81].

L'USFL interjette un appel de la sentence, mais celui-ci est rejeté par la Cour d'appel des États-Unis pour le deuxième circuit en 1988. Cette décision met un terme aux chances de revenir sur le terrain et les sept équipes restantes décident de se dissoudre officiellement peu de temps après. Cependant, comme l'USFL est, au moins nominalement, le vainqueur de la poursuite, la NFL est tenue de couvrir les honoraires d'avocat de l'USFL et les frais de procédure, et l'USFL se voit attribuer plus de 5,5 millions de dollars en frais d'avocat et plus de 62 000 $ en frais de justice. La NFL fait également appel de cette décison; elle est confirmée devant la Cour suprême des États-Unis en 1990, quatre ans après la fin des opérations de l'USFL. Elle reçoit finalement un chèque de 3,76 dollars en 1990, les 76 ¢ supplémentaires représentant les intérêts gagnés alors que les procédures judiciaires sont poursuivies. Ce chèque n'a pas encore été encaissé[92].

Franchises[modifier | modifier le code]

Palmarès[modifier | modifier le code]

Les champions[modifier | modifier le code]

Les finales de l'USFL
Saison Date Vainqueur Finaliste MVP Lieu Spectateurs Réf
1983 Panthers du Michigan 24 Stars de Philadelphie 22 Bobby Hebert (en), QB, Panthers Mile High Stadium, Denver, Colorado 50 606 [93]
1984 Stars de Philadelphie 23 Wranglers de l'Arizona 3 Chuck Fusina (en), QB, Stars Tampa Stadium, Tampa, Floride 52 662 [94]
1985 Stars de Baltimore 28 Invaders d'Oakland 24 Kelvin Bryant (en), RB, Stars Giants Stadium, East Rutherford, New Jersey 49 263 [95]

MVP de la saison[modifier | modifier le code]

Les vainqueurs du trophée MVP [96]
Saison Joueur Pos Équipe
1983 Kelvin Bryant (en) RB Stars de Philadelphie
1984 Jim Kelly QB Gamblers de Houston
1985 Herschel Walker RB Generals du New Jersey

Membres de l'USFL au Pro Football HOF[modifier | modifier le code]

Les Hall of Famers de l'USFL
Nom Fonction Équipe An/Éq Date d'entrée Réf
George Allen (en) Coach Blitz de Chicago (en) 1983 HOF Classe 2002 [97]
Wranglers de l'Arizona 1984
Sid Gillman (en) Consultant Outlaws d'Oklahoma (en) 1984 HOF Classe 1983 [98]
Express de Los Angeles
Jim Kelly Joueur Gamblers de Houston 84-85 HOF Classe 2002 [99]
Marv Levy (en) Coach Blitz de Chicago 1984 HOF Classe 2001 [100]
Bill Polian (en) Directeur des joueurs Blitz de Chicago 1984 HOF Classe 2015 [101]
Steve Young Joueur Express de Los Angeles 84-85 HOF Classe 2005 [102]
Reggie White Joueur Showboats de Memphis 84-85 HOF Classe 2006 [103]
Gary Zimmerman Joueur Express de Los Angeles 84-85 HOF Classe 2008 [104]

Commissionnaires de l'USFL[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en-US) Gerald Eskenazi, « U.s.f.l. Calls Off 1986 Fall Season », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 17 février 2019)
  2. a b et c (en) Michael N. Marcus, What's Wrong With Trump?, Silver Sands Books, (ISBN 9780998883519, lire en ligne)
  3. (en-US) The Times-Picayune, « Dave Dixon, driving force behind Superdome, dies », sur NOLA.com (consulté le 17 février 2019)
  4. (en-US) Jim Byrne, « Views of Sport; a Look Back at the Idea That Created the U.s.f.l. », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 17 février 2019)
  5. (en-US) Michael Janofsky, « Usher Confronts U.s.f.l. Finances », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 17 février 2019)
  6. (en) Neil Longley, An Absence of Competition: The Sustained Competitive Advantage of the Monopoly Sports Leagues pg 33, Springer Science & Business Media, (ISBN 9781461494850, lire en ligne)
  7. a et b (en) « Why did the USFL fold? Was there any scenario where it could have continued? - Quora », sur www.quora.com (consulté le 17 février 2019)
  8. a et b (en) « USFL v. NFL: The Challenge Beyond the Courtroom »
  9. (en-US) Thomas Barrabi, « XFL, USFL, other pro football leagues that took on the NFL », sur FOXBusiness, (consulté le 17 février 2019)
  10. (en) « 1983 USFL Championship Game - Michigan Panthers vs. Philadelphia Stars », sur Vimeo (consulté le 17 février 2019)
  11. (en-US) Fun While It Lasted says, « » The Stars Win the 1984 USFL Championship Philly Sports History », sur Philly Sports History (consulté le 17 février 2019)
  12. (en-US) William N. Wallace, « U.s.f.l. Stars Team Shifts to Baltimore », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 17 février 2019)
  13. (en) USFL Forever, « 1985 - USFL Championship Game: Baltimore Stars vs Oakland Invaders », (consulté le 17 février 2019)
  14. (en) Gary Pomerantz, « USFL Owners Vote For Fall '86 Switch », The Washington Post,‎ (lire en ligne)
  15. (en-GB) Jeff Pearlman, « The day Donald Trump's narcissism killed the USFL », The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne, consulté le 17 février 2019)
  16. a et b (en-US) Michael Janofsky, « U.s.f.l. Files Antitrust Suit Against N.f.l. », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 17 février 2019)
  17. a b c et d (en-US) Michael Janofsky, « U.s.f.l. Loses in Antitrust Case; Jury Assigns Just $1 in Damages », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 17 février 2019)
  18. (en) « 5 things about Donald Trump's USFL adventure », sur ESPN.com, (consulté le 17 février 2019)
  19. (en) « Memphis Showboats get Reggie White for $4 million », sur UPI (consulté le 17 février 2019)
  20. (en-US) Mike Klis | The Denver Post, « Hall of Fame calls Zimmerman », sur The Denver Post, (consulté le 17 février 2019)
  21. (en-US) « Book excerpt: For USFL's Houston Gamblers, high times on and off the field - HoustonChronicle.com », sur www.houstonchronicle.com, (consulté le 17 février 2019)
  22. (en) « FLASHBACK: Steve Young's 43-year, $40 million USFL contract », sur CBSSports.com (consulté le 17 février 2019)
  23. (en-US) William N. Wallace, « Generals Give Sipe Multiyear Contract », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 17 février 2019)
  24. (en) « Birmingham Stallions running back Joe Cribbs, who was obtained... », sur UPI (consulté le 17 février 2019)
  25. (en-US) William N. Wallace, « Barbaro Signs Pact with the Generals », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 17 février 2019)
  26. (en-US) Richard Goldstein, « David F. Dixon, Force Behind Saints and Superdome, Dies at 87 », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 17 février 2019)
  27. (en) JC De La Torre, « Don't Call It a Comeback: USFL's Return Could Cause Trouble for the NFL », sur Bleacher Report (consulté le 17 février 2019)
  28. (en) Jeff Pearlman, Football for a Buck: The Crazy Rise and Crazier Demise of the USFL, Houghton Mifflin Harcourt, (ISBN 9780544453685, lire en ligne)
  29. (en-US) Joseph Durso, « Simmons Quits U.s.f.l. Post », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 17 février 2019)
  30. (en-US) Skip Myslenski, « USFL EXPERIMENT BLOWS UP », sur chicagotribune.com (consulté le 17 février 2019)
  31. a et b (en) « Remember the USFL - History », sur web.archive.org, (consulté le 17 février 2019)
  32. (en) OldSchoolShirts.com, « Arizona's (Almost) Pro Football Champions », sur OldSchoolShirts.com (consulté le 17 février 2019)
  33. (en-US) « Express Team Formation », sur Sports Team History, (consulté le 17 février 2019)
  34. (en) Juan Llambes, 90 Years of Football Almanac, BookBaby, (ISBN 9781543922820, lire en ligne)
  35. (en-US) « Los Angeles Express Team History », sur Sports Team History (consulté le 17 février 2019)
  36. (en) « Boston Breakers (1983) », sur sportsecyclopedia.com (consulté le 17 février 2019)
  37. (en-CA) Sean Fitz-Gerald, « Keep NFL out of Canada: senator », National Post,‎ (ISSN 1486-8008, lire en ligne, consulté le 17 février 2019)
  38. (en-US) « Tampa Bay Bandits Team History », sur Sports Team History (consulté le 17 février 2019)
  39. (en-US) About the Author Neil Patrick Healy Sports Editor of the Nevada Sagebrush, « The World According to Neil: Trump’s botching of the USFL is an omen for America », sur The Nevada Sagebrush (consulté le 18 février 2019)
  40. (en-US) « WI: The USFL minus Donald Trump », sur Alternate History Discussion (consulté le 18 février 2019)
  41. (en-US) Trey Daubert, « Donald Trump Ruined The USFL, Will He Ruin The USA Next? », sur Vendetta Sports Media, (consulté le 18 février 2019)
  42. (en) Leonard Shapiro, « Territories Assigned for USFL Draft », The Washington Post,‎ (lire en ligne)
  43. (en) « Attendance Figures: American Football League, USFL & XFL - OurSports Central Independent and Minor League Sports Forums », sur www.oursportscentral.com (consulté le 18 février 2019)
  44. (en) Paul Attner, « Birth of USFL Wasn't Boon to NFL Salaries », The Washington Post,‎ (lire en ligne)
  45. (en-US) Joe Nocera, « Donald Trump’s Less-Than-Artful Failure in Pro Football », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 18 février 2019)
  46. (en) « The rules of the NFL Draft | NFL Football Operations », sur operations.nfl.com (consulté le 18 février 2019)
  47. (en-US) Gordon S. White Jr, « Walker Signing Greeted with Sharp Criticism », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 18 février 2019)
  48. (en-US) William N. Wallace, « Walker Re-Signs Formillions », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 18 février 2019)
  49. (en-US) « U.S.F.L. Signs James of S.M.U. », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 18 février 2019)
  50. (en-US) Ap, « Carter Is Signed by U.S.F.L. », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 18 février 2019)
  51. (en) « Bryant Signs With USFL For Reported $2 Million », The Washington Post,‎ (lire en ligne)
  52. (en) Jill Lieber, « Pro football's forgotten dynasty: The overlooked Stars », sur SI.com (consulté le 18 février 2019)
  53. (en-US) « SPORTS PEOPLE; Blitz for Greg Landry », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 18 février 2019)
  54. (en) Paul Attner, « USFL vs. NFL: The Wages Of This War Get Higher All the Time », The Washington Post,‎ (lire en ligne)
  55. a et b (en) « Why did so many star players join the USFL (a startup league) instead of playing in the NFL? Was the money that good? - Quora », sur www.quora.com (consulté le 18 février 2019)
  56. (en) « Al Taubman lost millions on the upstart USFL; could it have survived as a spring pro football league? », sur Crain's Detroit Business, (consulté le 18 février 2019)
  57. (en-US) William N. Wallace et Special To the New York Times, « U.s.f.l. to Add 2 Teams », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 18 février 2019)
  58. (en-US) Jim Byrne, « Views of Sport; a Look Back at the Idea That Created the U.s.f.l. », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 18 février 2019)
  59. (en-US) Michael Janofsky, « U.s.f.l. Envisions Fall Schedule Begining in 1987 », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 18 février 2019)
  60. (en-US) Gerald Eskenazi, « U.s.f.l. Votes to Switch to Playing Fall Schedule », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 18 février 2019)
  61. (en) « By its own hand, USFL will fall into oblivion - St. Petersburg Times - Recherche d'archives de Google Actualités », sur news.google.com (consulté le 18 février 2019)
  62. (en) « Bassett will pull Bandits out of USFL. - St. Petersburg Times - Recherche d'archives de Google Actualités », sur news.google.com (consulté le 18 février 2019)
  63. (en) « Crazy Scarfone set to take on big boys. - Lakeland Ledger - Recherche d'archives de Google Actualités », sur news.google.com (consulté le 18 février 2019)
  64. (en-US) Michael Janofsky, « U.S.F.L. Owners' Merger Strategy in '84 Revealed », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 18 février 2019)
  65. (en-US) « Maulers Fold PITTSBURGH, Oct. 25 (AP) », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 18 février 2019)
  66. (en-US) Upi, « U.s.f.l.'s Federals Not Going to Miami », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 18 février 2019)
  67. (en) « USFL's Breakers to move to Portland », sur UPI (consulté le 18 février 2019)
  68. (en-US) William N. Wallace, « U.s.f.l. Stars Team Shifts to Baltimore », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 18 février 2019)
  69. (en-US) AC, « Michigan Panthers, United States Football League », sur Fun While It Lasted, (consulté le 18 février 2019)
  70. (en) « Merger Solves Problems For Oakland Invaders », sur UPI (consulté le 18 février 2019)
  71. (en) James Quirk et Rodney D. Fort, Pay Dirt: The Business of Professional Team Sports, Princeton University Press, (ISBN 9780691187945, lire en ligne)
  72. (en-US) Michael Janofsky et Special To the New York Times, « N.f.l. Sees Conflict in Bid by Debartolo », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 18 février 2019)
  73. (en) « United States Football League on television - Infogalactic: the planetary knowledge core », sur infogalactic.com (consulté le 18 février 2019)
  74. (en-US) Thomas Rogers et Frank Litsky, « SCOUTING; On the Block », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 18 février 2019)
  75. a et b (en-US) Robert Mcg Thomas Jr, « Generals-Gamblers Merger Is Official », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 18 février 2019)
  76. a et b (en) JC De La Torre, « Don't Call It a Comeback: USFL's Return Could Cause Trouble for the NFL », sur Bleacher Report (consulté le 18 février 2019)
  77. (en-US) Michael Janofsky, « Rozelle Questioned On TV Contracts », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 18 février 2019)
  78. (en-US) Michael Janofsky, « Seminars Defended by Donlan », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 18 février 2019)
  79. a et b (en) Gary Pomerantz et John Kennedy, « USFL Is Awarded $1 In Suit Against NFL », The Washington Post,‎ (lire en ligne)
  80. (en) « ESPN Classic - Just do it, baby », sur www.espn.com (consulté le 18 février 2019)
  81. a et b (en) « usfl vs nfl antitrust case - treble damages interest and legal fees and error by jury | RMBS Message Board Posts », sur InvestorVillage (consulté le 18 février 2019)
  82. (en-US) « To players compelled », sur Arizona Sports Fans Forum (consulté le 18 février 2019)
  83. (en) « ESPN, minus USFL, has 66 hours to fill. - St. Petersburg Times - Google News Archive Search », sur news.google.com (consulté le 18 février 2019)
  84. (en) « Fox Broadcasting Company | Encyclopedia.com », sur www.encyclopedia.com (consulté le 18 février 2019)
  85. (en-US) RICHARD HOFFER, « USFL Awarded Only $3 in Antitrust Decision : Jury Finds NFL Guilty on One of Nine Counts », Los Angeles Times,‎ (ISSN 0458-3035, lire en ligne, consulté le 18 février 2019)
  86. (en) Scott Fowler, « USFL Frees Players », The Washington Post,‎ (lire en ligne)
  87. (en) Mike Tanier, « In 1984, three hours changed NFL history. », Sports on Earth,‎ (lire en ligne, consulté le 18 février 2019)
  88. (en) « Small Potatoes: Who killed the USFL? - ESPN Films: 30 for 30 », sur www.espn.com (consulté le 18 février 2019)
  89. (en) Roger Gordon, Cleveland Browns A - Z, Simon and Schuster, (ISBN 9781613218587, lire en ligne)
  90. (en) « Bandits lose possessions after bizarre legal action. - St. Petersburg Times - Recherche d'archives de Google Actualités », sur news.google.com (consulté le 18 février 2019)
  91. (en) « New football league hope slim // CFL `lukewarm' to merger with the defunct USFL - Chicago Sun-Times | HighBeam Research », sur web.archive.org, (consulté le 18 février 2019)
  92. (en) « USATODAY.com - Twenty years later, USFL still brings fond memories », sur usatoday30.usatoday.com (consulté le 18 février 2019)
  93. (en-US) « Finale proves USFL for real », sur NewsOK.com, (consulté le 18 février 2019)
  94. (en-US) « Reflecting Back: The Stars Win the 1984 USFL Championship », sur Corner Pub Sports, (consulté le 18 février 2019)
  95. « Baltimore Stars (1985-1986) », sur sportsecyclopedia.com (consulté le 18 février 2019)
  96. « USFL Awards - USFL (United States Football League) », sur www.usflsite.com (consulté le 18 février 2019)
  97. « George Allen - Class of 2002 | Pro Football Hall of Fame Official Site », sur www.profootballhof.com (consulté le 18 février 2019)
  98. (en-US) The Associated Press, « 5 Inducted at Pro Football Hall of Fame », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 18 février 2019)
  99. « Jim Kelly | Pro Football Hall of Fame Official Site », sur www.profootballhof.com (consulté le 18 février 2019)
  100. « Marv Levy | Pro Football Hall of Fame Official Site », sur www.profootballhof.com (consulté le 18 février 2019)
  101. « Player BIO | Pro Football Hall of Fame Official Site », sur www.profootballhof.com (consulté le 18 février 2019)
  102. « Steve Young | Pro Football Hall of Fame Official Site », sur www.profootballhof.com (consulté le 18 février 2019)
  103. « Reggie White | Pro Football Hall of Fame Official Site », sur www.profootballhof.com (consulté le 18 février 2019)
  104. « Gary Zimmerman | Pro Football Hall of Fame Official Site », sur www.profootballhof.com (consulté le 18 février 2019)

Liens externes[modifier | modifier le code]