Neuville-sur-Seine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Neuville sur Seine
Neuville-sur-Seine
Le champ Bouton vers la statue.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Aube
Arrondissement Troyes
Intercommunalité Communauté de communes du Barséquanais en Champagne
Maire
Mandat
Gérard Hugot
2020-2026
Code postal 10250
Code commune 10262
Démographie
Gentilé Navarrats, Navarrates
Population
municipale
434 hab. (2018 en augmentation de 2,12 % par rapport à 2013)
Densité 30 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 02′ 34″ nord, 4° 24′ 43″ est
Superficie 14,42 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Mussy-sur-Seine
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Neuville sur Seine
Géolocalisation sur la carte : Aube
Voir sur la carte topographique de l'Aube
City locator 14.svg
Neuville sur Seine
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Neuville sur Seine
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Neuville sur Seine

Neuville sur Seine est une commune française, située dans le département de l'Aube en région Grand Est.

Géographie[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Neuville-sur-Seine est une commune rurale[Note 1],[1]. Elle fait en effet partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[2],[3]. La commune est en outre hors attraction des villes[4],[5].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (54,4 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (56,1 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (41,9 %), cultures permanentes (26,9 %), terres arables (20,8 %), prairies (4,8 %), zones urbanisées (3,8 %), zones agricoles hétérogènes (1,9 %)[6].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[7].

Site naturel[modifier | modifier le code]

  • Les forêts entourant le village comportent de nombreuses espèces végétales rares ou protégées, ce qui en fait une des stations botaniques forestières les plus riches du département de l'Aube : on y trouve aussi bien des espèces méridionales (qui, en dehors du Sud de la France, ne s'observent que dans une dizaine de localités dans l'Aube et la Côte d'Or), que des espèces issues de l'Europe centrale (grosse population de narcisse des poètes, céphalanthère rouge), ou des espèces submontagnardes, notamment dans les lisières et sur les chemins bien ensoleillés (gentiane jaune et carline acaule qui ne se rencontrent pour le département de l'Aube que dans certaines localités du Barséquanais).
  • Quatre espèces sont protégées au niveau régional et quatre sont inscrites sur la liste rouge des végétaux menacés en Champagne-Ardenne, ce qui est exceptionnel pour un milieu forestier. Les lisières et milieux ouverts sont fréquentés par la mante religieuse et la petite cigale des montagnes.

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1789, le village dépendait de l'intendance et de la généralité de Châlons, de l'élection de Bar-sur-Aube, du bailliage seigneurial de Gyé-sur-Seine.

  • L’église est dédiée à la Nativité de la Vierge Marie. Son clocher du XIIe siècle est la partie la plus ancienne et le seul vestige de l’église primitive.En effet l’église fut en partie détruite en 1474 durant la lutte qui opposa Louis XI à Charles le Téméraire. La nef et le chœur, plus récents, sont du XVIe siècle.
  • Deux retables de Jean-Baptiste Bouchardon[8] ornent les chapelles latérales.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Neuville-sur-Seine.svg

Les armes de la ville se blasonnent ainsi :

de gueules à la croix celtique d'argent mouvant de la pointe surmontée du monogramme de la Sainte Vierge de sable*, chaussé d'or à deux grappes de raisin de gueules tigées et feuillées de sinople.
* Il y a là non-respect de la règle de contrariété des couleurs : ces armes sont fautives.


Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
  ?? Mr. Abel Miney    
?? 1983 Mr. Pierre Daniel   Retraité de la Gendarmerie
1983 1988 Mr. Pierre Gillet   Viticulteur
1988 2001 Mr. Guy Millot   Viticulteur
mars 2001 juillet 2016 Mme Nicole Herard[9] DVD Retraitée de l'enseignement
décès en cours de mandat
novembre 2016 En cours M. Gérard Hugot[9]
Réélu pour le mandat 2020-2026[10]
DVD viticulteur
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[11]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[12].

En 2018, la commune comptait 434 habitants[Note 2], en augmentation de 2,12 % par rapport à 2013 (Aube : +1,12 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
9399959419179811 018966963972
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
895950936880846830848842816
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
814723611545553495467475469
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
429391380346357351365397443
2018 - - - - - - - -
434--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[13] puis Insee à partir de 2006[14].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Statue colossale de Notre-Dame des Vignes 1864, restaurée en 1980 : statue de 5 m, par Nadège Mermet, posée sur une colonne de 17 m, tenant une grappe de raisin et implorant le ciel pour la protection des vignes.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Zonage rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  2. « Commune urbaine-définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  6. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  7. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  8. « Réunion des sociétés savantes des départements en 1894; Jean-Baptiste Bouchardon », sur gallica BNF (consulté le )
  9. a et b Site officiel de la préfecture de l‘Aube
  10. https://reader.cafeyn.co/fr/1927222/21599923
  11. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  12. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  13. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  14. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :