Balnot-sur-Laignes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Balnot-sur-Laignes
Balnot-sur-Laignes
Le monument aux morts.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Aube
Arrondissement Troyes
Intercommunalité Communauté de communes du Barséquanais en Champagne
Maire
Mandat
Éric Fournier
2020-2026
Code postal 10110
Code commune 10029
Démographie
Gentilé Balnotiers, Balnotières
Population
municipale
155 hab. (2018 en diminution de 2,52 % par rapport à 2013)
Densité 15 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 01′ 58″ nord, 4° 21′ 57″ est
Superficie 10,13 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton des Riceys
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Balnot-sur-Laignes
Géolocalisation sur la carte : Aube
Voir sur la carte topographique de l'Aube
City locator 14.svg
Balnot-sur-Laignes
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Balnot-sur-Laignes
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Balnot-sur-Laignes

Balnot-sur-Laignes est une commune française, située dans le département de l'Aube en région Grand Est.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Balmont-sur-Laignes
Polisy
Avirey-Lingey Balmont-sur-Laignes Neuville-sur-Seine
Les Riceys

Au cours de la Révolution française, la commune, alors nommée Balnot-le-Châtel ou Balnot-le-Croc, changea son nom en Balnot-sur-Laigne[1] ; l'ajout du s est moderne.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Selon la terminologie définie par l'Insee et le zonage publié en 2020, Balnot-sur-Laignes est une commune rurale, car elle n'appartient à aucune unité urbaine[Note 1],[2],[3]. La commune est en outre hors attraction des villes[4],[5].

Histoire[modifier | modifier le code]

La présence est attesté depuis l'époque gallo-romaine par la découverte d'une villa avec sa piscine, un cimetière sur la côte de Vaux[6] ainsi qu'un cercueil mérovingien actuellement au musée Saint-Loup. La seigneurie dépendait des comtes de Bar-sur-Seine avant le XIIe siècle et eut beaucoup à souffrir des guerres, à tel point qu'il est qualifié de comme inhabitable et qu'aucune taxe ne put y être prélevée[7].

En 1789, le village dépendait de l'intendance et de la généralité de Dijon, de la recette et du bailliage de Bar-sur-Aube.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
avant 1995 2001 Jules Prelat DVD  
mars 2001 En cours Eric Fournier[8] DVG Agriculteur
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[9]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[10].

En 2018, la commune comptait 155 habitants[Note 2], en diminution de 2,52 % par rapport à 2013 (Aube : +1,12 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
636595550588350518530528501
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
473457437420400389379359348
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
371314286240266218207202164
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
162172153149158175166156157
2018 - - - - - - - -
155--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006[12].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Carte postale de l'école en 1910.
(Coll. François)

La commune abrite

  • un des monuments aux morts pacifistes français, on y lit « Maudite soit la guerre ».
  • L'église paroissiale sous le vocable de Saint-Savinien était du doyenné de Bar-sur-Seine et appartenait u chapitre de Mussy entre 1218 et 1779. Sa nef est du XIIe siècle et fut remaniée au XVIe comme le reste de l'édifice. Construite sur un plan de croix latine et sa nef n'est pas voûté. Parmi ses statues du XVIe siècle il faut citer le saint Savinien[13] en calcaire polychrome. La dalle funéraire de Pierre-Louis Bourgeois[14] ancien curé mort en 1771.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Une commune rurale est une commune n'appartenant pas à une unité urbaine. Les autres communes sont dites urbaines.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale - Balnot-sur-Laignes », sur EHESS, École des hautes études en sciences sociales (consulté le 26 décembre 2012)
  2. « Base des unités urbaines 2020 », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 6 novembre 2020)
  3. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 6 novembre 2020)
  4. « Base des aires d'attraction des villes 2020 », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 6 novembre 2020)
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc, Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 6 novembre 2020)
  6. Henri d'Arbois de Jubainville, Rép; archéo., 80.
  7. Archives départementales de la Côte-d'Or, B3024, 2° compte, f, 4 v°.
  8. Conseil général de l'Aube mise à jour au 10 avril 2008
  9. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  10. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  11. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  13. « statue », notice no IM10003379, base Palissy, ministère français de la Culture
  14. « dalle funéraire », notice no IM10003388, base Palissy, ministère français de la Culture

Liens externes[modifier | modifier le code]