La Petite-Fosse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une commune des Vosges
Cet article est une ébauche concernant une commune des Vosges.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

La Petite-Fosse
Le Centre et l'église.
Le Centre et l'église.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Vosges
Arrondissement Saint-Dié-des-Vosges
Canton Saint-Dié-des-Vosges-2
Intercommunalité Communauté de communes Fave, Meurthe, Galilée
Maire
Mandat
Jean-Marie Cuny
2014-2020
Code postal 88490
Code commune 88345
Démographie
Population
municipale
83 hab. (2014)
Densité 16 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 19′ 17″ nord, 7° 03′ 15″ est
Altitude Min. 440 m – Max. 870 m
Superficie 5,04 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
La Petite-Fosse

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
La Petite-Fosse

La Petite-Fosse est une commune française située dans le département des Vosges en région Grand Est.

Géographie[modifier | modifier le code]

Végétation sauvage sur les hauteurs.

La Petite-Fosse est une commune encastrée entre deux massifs qui se rejoignent au col d'Hermanpaire, situé à son extrémité ouest dans le même axe que la petite fosse ou vallée.

Le bras méridional est un prolongement collinaire du massif de l'Ormont, qui culmine au sud-ouest à la Tête de Raves dont les 873 m d'altitude se reconnaissent de loin.

Mais le territoire englobe, dans une extension méridionale, un sommet plus emblématique bien que modeste, le Spitzemberg.

Le Bois des Faîtes qui constitue le bras septentrional moins élevé ne culmine au nord qu'à 743 m d'altitude.

La vallée, encaissée, est parcourue par le Bestrupt, un petit affluent de la Fave qui s'échappe par l'est, puis le sud vers Provenchères, l'ancien chef-lieu de canton, situé à moins de trois kilomètres.

Les autres issues routières de la commune sont le col d'Hermanpaire (608 m) à l'ouest vers Saint-Jean-d'Ormont et la route vers le col du Las (702 m) au nord qui domine de plus de cent mètres la commune de La Grande-Fosse à l'est ou les hameaux du Ban-de-Sapt à l'ouest.

Les écarts de la commune sont le Bois-Brûlé, les Brûlés, la Grande Basse, la Belle Charbonnière et, non loin du village, le Founi.

C'est une des 188 communes[1] du parc naturel régional des Ballons des Vosges.

Communes limitrophes de La Petite-Fosse
Ban-de-Sapt La Grande-Fosse
Ban-de-Sapt La Petite-Fosse Provenchères-sur-Fave
Nayemont-les-Fosses Frapelle Le Beulay

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Le nom du village, La Petite Fosse, est attesté dès 1349. La Petite-Fosse appartenait au bailliage de Saint-Dié, en 1790 à celui de Bertrimoutier et en l’an X à celui de Saâles. Restée française à la suite de la guerre de 1870, elle est attribuée au canton de Provenchères par la loi du 5 avril 1873[2].

Le village de la Petite-Fosse était le chef lieu d'une mairie dépendant directement des ducs de Lorraine[3]. Sur le plan spirituel, la Petite-Fosse était comprise dans la paroisse de Provenchères. À la fin du XVIIe siècle, il y avait dans ce village 21 communiants [4]; les paroissiens étaient tenus d'assister aux processions les lundi, mardi et mercredi des Rogations, sous peine d'une livre de cire d'amende.

Situé sur la ligne de front lors de la guerre 1914-1918, le territoire de la commune fut le théâtre de durs affrontements, notamment au Spitzemberg où s'illustrèrent les soldats du 152e RI (surnommé régiment des Diables Rouges par les Allemands au cours des combats du Vieil Armand (en allemand: l'Hartmannswillerkopf) en 1915, le 152e RI a conservé ce nom de tradition). La commune a été décorée de la Croix de guerre 1914-1918 le 21 octobre 1920[5].

Le château du Spitzemberg[modifier | modifier le code]

À 1 km au sud de la Petite-Fosse, était situé, sur le mont Spitzemberg, près de la vaste montagne d'Ormont, un ancien château dont il ne reste que quelques vestiges. Le château du Spitzemberg qui existait encore au XVIIe siècle, était une forteresse imposante. Les comtes de la Petite-Raon la cédèrent en 1243 au duc Mathieu II et les ducs de Lorraine la possédaient en toute souveraineté depuis cette époque. Le château appartenait à la Révolution, au seigneur Charles Hugo de Spitzemberg qui, à peine évadé de la prison révolutionnaire de Saint-Dié, fut repris et écharpé par une foule populaire à la croix Saint-Jean[6],[7].

Lieu de pèlerinage[modifier | modifier le code]

Dans la forêt, située entre la Petite-Fosse et Provenchères existait jadis un pèlerinage très fréquenté. Suivant la tradition du pays, c'est dans ce lieu qu'auraient été déposées les reliques de saint Gondelbert, né de la dévotion populaire, fondateur de l'abbaye de Senones[8].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Budget et fiscalité 2015[modifier | modifier le code]

En 2015, le budget de la commune était constitué ainsi[9] :

  • total des produits de fonctionnement : 186 000 €, soit 2 088 € par habitant ;
  • total des charges de fonctionnement : 146 000 €, soit 1 646 € par habitant ;
  • total des ressources d’investissement : 113 000 €, soit 1 272 € par habitant ;
  • total des emplois d’investissement : 89 000 €, soit 1 001 € par habitant.
  • endettement : 53 000 €, soit 601 € par habitant.

Avec les taux de fiscalité suivants :

  • taxe d’habitation : 16,28 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés bâties : 7,50 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés non bâties : 14,88 % ;
  • taxe additionnelle à la taxe foncière sur les propriétés non bâties : 38,75 % ;
  • cotisation foncière des entreprises : 15,91 %.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
    Aimé Valentin    
1976 mars 1989 Marcel Grandadam    
mars 1989 mars 2008 Yvonne Lerognon (1924-2013)   Agricultrice
mars 2008 en cours
(au 18 février 2015)
Jean-Marie Cuny    

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du début des années 2000, les populations légales des communes sont publiées annuellement. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[10]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[11],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 83 habitants, en diminution de -11,7 % par rapport à 2009 (Vosges : -1,78 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1856
294 249 201 293 343 365 351 364 334
1861 1866 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
356 360 402 361 328 277 263 275 233
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968
229 158 178 149 149 135 124 106 76
1975 1982 1990 1999 2007 2011 2014 - -
73 64 74 59 91 87 83 - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2006 [13].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Château du Spitzemberg, encore utilisé pendant la guerre de Trente Ans. Ses vestiges sont le lieu d'un terrible combat franco-allemand mi-septembre 1914 que mènent les chasseurs à pied du 152e RI (le fameux 15/2) pour parvenir à son sommet.
  • Église Saint-Joseph construite en 1864[14].
Mécanisme d'horloge[15].
  • Croix Saint-Nicolas, calvaire en grès rose des Vosges érigée en 1718.
  • Oratoire Notre-Dame-de-Confiance[16].
  • Monuments commémoratifs[17],[18].
  • Monument aux morts au col d'Hermanpaire.
  • Mairie et école construites en 1844.
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Liste des 188 communes adhérentes au parc naturel régional des ballons des Vosges, 3e Charte 2012 - 2024
  2. Archives communales
  3. « présentation de la commune de La Petite-Fosse », base Mérimée, ministère français de la Culture
  4. Par communiants on entend les enfants entre 7 ans et 14 ans
  5. Communes décorées de la Croix de guerre 1914-1918
  6. « château fort », base Mérimée, ministère français de la Culture
  7. « château et maisons fortes », base Mérimée, ministère français de la Culture
  8. Le cadre de vie et de prière des bénédictins de la congrégation de Saint-Vanne et Saint-Hydulphe de la province de Lorraine aux XVIIe et XVIIIe siècles, par Claude Faltrauer, PP. 517-518-520-526-535
  9. Les comptes de la commune
  10. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  11. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  12. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  13. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  14. « église paroissiale Saint-Joseph », base Mérimée, ministère français de la Culture
  15. « mécanisme d'horloge », base Mérimée, ministère français de la Culture
  16. « oratoire Notre Dame de Confiance », base Mérimée, ministère français de la Culture
  17. « cimetière (carré militaire) », base Mérimée, ministère français de la Culture
  18. La Petite-Fosse (152e Régiment d'Infanterie)
  19. La Fontenelle et l'Ormont, le col d'Hermanpaire