Wodzū

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Wuḍūʾ(arabe : الوضوء, al-wuḍūʼ) est un mot arabe, lui-même dérivé du mot ض.و.ء qui signifie lumière et qui se prononce [vozdu][1]. Woudhoû est une forme particulière de purification rituelle (en) ou d'ablution en Islam[2]. les rituels qui le constituent et les éléments susceptibles de l'invalider, sont définis et régis par le fiqh (Jurisprudence islamique)[3]. Le wudu est obligatoire pour les prières formelles (salat), et avant la manipulation et/ou la lecture du texte du Qorʾān[4]'[5].

Le woudhoû est parfois traduit par « ablution(s) mineure(s) » ou « petite(s) ablution(s) » par opposition au ghusl (ou « grande(s) ablution(s) ») qui constitue un bain rituel que le croyant doit impérativement effectuer après pénétration au cours d'un rapport sexuel (même sans éjaculation) ou, écoulement séminal, cessation des règles ou cessation des lochies après une naissance[6].

Les actes qui requièrent obligatoirement les ablutions[modifier | modifier le code]

  • Pour toutes les prières obligatoires (excepté la Prière funéraire) ;
  • Pour faire le Ṭawāf (Circumambulation autour de la Kaaba) ;
  • Lorsque quelqu'un a fait le vœu ou le serment (ou pris l'engagement solennel) de faire le wudhu ;
  • Lorsque quelqu'un, fait le vœu de toucher le texte du Coran[7].

La philosophie[modifier | modifier le code]

Ali ar-Rida a dit: «Si l’homme est obligé de faire les ablutions (avant d’entamer la prière), c’est pour qu’il soit complètement pur lorsqu’il s’adresse au Tout-puissant, et (pour qu’il soit prêt) à exécuter ses ordres. (En plus), les ablutions chassent la paresse et le sommeil, et purifient le cœur.» Puis il a dit: «Si nous avons permis (aux croyants) de faire la prière des morts même s’ils n’ont pas fait les ablutions, c’est parce que l’inclination et la prosternation ne font pas partie de cette prière. On n’est obligé de faire les ablutions que (lorsqu’on veut faire) la prière dans laquelle ar-roukou‘ et as-soujoud (sont obligatoires)»[8].

Les conditions de la validité des ablutions[modifier | modifier le code]

L'intention[modifier | modifier le code]

L'intention implique de concevoir mentalement en son intérieur, la volonté de faire cesser l'état d'impureté (mineure). Plus généralement l'intention, c'est-à-dire le fait de vouloir faire telle chose de façon consciente et délibérée (Niyyah (en)), tient une place majeure en Islam puisqu'elle est une condition qui intéresse tous les actes de l'Homme. En effet, Mahomet aurait dit dans un hadîth rapporté par al-Boukhârî[9] et Muslim[10] : « Les actes ne valent que selon les intentions qui les animent et chacun n’a pour lui que ce qu’il a eu réellement l’intention de faire. ».

La pureté des membres[modifier | modifier le code]

Rien ne doit faire obstruction entre les membres sur lesquels on veut pratiquer le woudhoû et l'eau du woudhoû. Cela signifie par exemple qu'on ne doit pas porter de maquillage, d'huile, d'encre, de colle ou de vernis

L'eau[modifier | modifier le code]

Types d'eau autorisés
 
Types d'eau interdits
  • Eau impropre ou impure.
  • Eau extraite des arbres ou des fruits.
  • Une eau qui a changé de couleur, de goût et d'odeur et qui est devenue épaisse parce que quelque chose y était trempé.
  • Une petite quantité d’eau dans laquelle est tombé un objet impur, par exemple de l’urine, du sang, des selles, du vin etc. ou dans laquelle un animal est mort.
  • L'eau des précédentes ablutions (selon l'avis du madhhab hanbalite).

Ordre et continuités des actes[modifier | modifier le code]

Pour être valide, le woudhoû doit être effectué dans le bon ordre, de façon continue (c'est-à-dire sans trop attendre entre chaque acte) et par soi-même[11].

La forme de implication[modifier | modifier le code]

selon le Coran[modifier | modifier le code]

Dans le Qorʾān, le sixième verset de la sourate Al-Ma'ida (5) définie le woudhoû de la façon suivante : « Ô vous qui croyez! Lorsque vous vous disposez à la prière, lavez vos visages et vos mains jusqu’aux coudes; passez les mains sur vos têtes et sur vos pieds, jusqu’aux chevilles »[12].

En sunnite[modifier | modifier le code]

Le woudhoû implique de dire la Basmala, de se laver les mains (trois fois, en commençant par la droite), de se laver la bouche (3 fois, en y introduisant de l'eau avec sa main droite, puis en la recrachant), de se rincer le nez (3 fois, en y introduisant de l'eau avec sa main droite, puis en l'expulsant avec sa main gauche), de se laver le visage (3 fois, de haut en bas, avec les deux mains), de se laver les avant-bras (3 fois, du bout des doigts jusqu'aux coudes inclus, en commençant par le droit), d'essuyer sa tête (une fois, de la racine jusqu'à la nuque, puis le chemin inverse), de s'essuyer les oreilles (simultanément, en y introduisant l'index, puis en rabattant les pouces sur la face externe des pavillons), de se laver les pieds avec la main gauche (3 fois, jusqu'aux chevilles, en commençant par le droit).

En chiite[modifier | modifier le code]

Un compagnon de Ja'far al-Sâdiq a dit: « un jour, l’Imam as-Sadiq [nous] a dit: «Voulez-vous que je vous montre comment le Prophète faisait-il les ablutions?» Nous avons dit: «Bien sûr!» Alors il a demandé qu’on lui ramène un peu d’eau dans une écuelle. (Lorsqu’on lui a ramené l’écuelle), il l’a posée devant lui; et après avoir retroussé ses manches, il a mis sa main droite dans celle-ci, puis il a dit: «C’est comme ça (qu’il faut faire) lorsque la main est pure». il a ensuite pris de l’eau avec sa main, puis il l’a posée sur son front en disant: «Au nom de Dieu» et a laissé l’eau couler jusqu’à l’extrémité de sa barbe, puis il a passé une seule fois sa main sur son visage et sur ses tempes. Après cela, il a pris de l’eau avec sa main gauche, puis il a posé celle-ci sur le coude de sa main droite et il l’a passée sur son bras jusqu’à ce que l’eau a atteint le bout des doigts. Il a ensuite pris de l’eau avec sa main droite, puis il a déposé celle-ci sur le coude de sa main gauche et il l’a passée sur son bras jusqu’à ce que l’eau a atteint le bout des doigts. Et après cela, il a nettoyé le devant de sa tête et la partie supérieure de chacun de ses deux pieds avec l’humidité de sa main gauche et le reste de l’humidité de sa main droite»[13].

Ce qui invalide les ablutions[modifier | modifier le code]

D'après le madhhab malikite (qui est le plus suivi en France), les actes qui annulent les petites ablutions (Mubtilât al-wudû) sont au nombre de seize, listés de la façon suivante par Ibn ‘âshir[14] :

  1. Uriner ;
  2. Déféquer (matières fécales solides), péter, émettre un liquide prostatique (madhyun) ;
  3. Incontinence urinaire (si elle n'est pas fréquente)
  4. Éjection de selles (matières fécales liquides) ;
  5. Sommeil profond ;
  6. Émission pré-séminale ;
  7. Ivresse ;
  8. Évanouissement ;
  9. Démence ou folie ;
  10. Émission post-urinaire ;
  11. Toucher, caresser quelqu'un ;
  12. Embrasser quelqu'un ;
  13. (?) ;
  14. Toucher directement son sexe ;
  15. Douter d'avoir commis un annulatif des petites ablutions ;
  16. Apostasier

Enfin, en vue de quelques sunnites (hanbalites) seulement, manger du chameau[15],[16].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. D'autres forme d'orthographe français imaginable: wodhu, wozdu, woudhu, waudhu, wodu, wozu.
  2. « Comment faire wudhu », sur fr.wikihow.com (consulté le 3 mars 2019)
  3. (en) Cyril Glassé, The New Encyclopedia of Islam (en), Altmira Press, , p. 477
  4. « Les ablutions (Wudhû) » Les actes qui requièrent obligatoirement les ablutions » (consulté le 3 mars 2019)Article 144.
  5. Cela réside dans la sourate 56 al waqia (l'événement) verset 77 à 79 où Allah dit: " Et c'est certainement un Coran noble, dans un Livre bien gardé, que seuls les purifiés touchent."
  6. « Ghusl », sur Doctrine-malikite.fr (consulté le 27 mars 2019)
  7. « Les ablutions (Wudhû) » Les actes qui requièrent obligatoirement les ablutions. » (consulté le 10 mars 2019) Article 143.
  8. (ar) « وسائل الشيعة (آل البيت) الحر العاملي ج 1 » (consulté le 18 mai 2019)numéro:[367]
  9. (en) « Sahih Bukhari / Hadith 1 », sur Quranx.com (consulté le 27 mars 2019)
  10. (en) « Sahih Muslim / Hadith 1907 », sur Quranx.com (consulté le 27 mars 2019)
  11. « Il existe trois conditions pour la validité du wudhu », sur Aalulbayt Global Information Center (consulté le 4 mars 2019)
  12. « SOURATE (5) AL-MA-IDAH (LA TABLE SERVIE), verset: (6) »
  13. Mohammed-Jawad Maghnia (trad. Ibrahim Touati), Le fiqh de l'imam as-Sadiq (ISBN 978-964-529-457-9), p. 72-73
  14. « Actes qui annulent les petites ablutions », sur Doctrine-malikite.fr (consulté le 27 mars 2019)
  15. « Cinq choses annulent les ablutions », sur http://www.convertistoislam.fr (consulté le 6 mars 2019)
  16. (ar) « الموسوعة الحديثية », sur dorar.net (consulté le 6 mars 2019)Hadith numéro 15

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]