Moncoutant

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Moncoutant
La mairie.
La mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Deux-Sèvres
Arrondissement Parthenay
Canton Cerizay
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Bocage bressuirais
Maire
Mandat
Philippe Mouiller
2014-2020
Code postal 79320
Code commune 79179
Démographie
Gentilé Moncoutantais
Population
municipale
3 161 hab. (2015 en diminution de 0,28 % par rapport à 2010)
Densité 120 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 43′ 28″ nord, 0° 35′ 15″ ouest
Altitude Min. 153 m
Max. 226 m
Superficie 26,32 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Deux-Sèvres

Voir sur la carte administrative des Deux-Sèvres
City locator 14.svg
Moncoutant

Géolocalisation sur la carte : Deux-Sèvres

Voir sur la carte topographique des Deux-Sèvres
City locator 14.svg
Moncoutant

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Moncoutant

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Moncoutant
Liens
Site web www.moncoutant.fr

Moncoutant est une commune du centre-ouest de la France située dans le département des Deux-Sèvres en région Nouvelle-Aquitaine.

Ses habitants sont les Moncoutantais[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Moncoutant, commune de 3075 habitants en 2008, est située sur la Sèvre Nantaise au nord du département des Deux-Sèvres, à 50 km au nord de Niort. Elle est située dans une zone de bocage à 15 km à l'ouest de Bressuire.

Localisation et communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Moncoutant
Courlay
Saint-Jouin-de-Milly
Chanteloup
La Forêt-sur-Sèvre Moncoutant Pugny
Le Breuil-Bernard
Moutiers-sous-Chantemerle

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom Moncoutant doit son nom à la colline sur laquelle elle est bâtie, Mons Contantius ou Mons Contantis au XIIe siècle, Moncostanz en 1215, Mons Constancii en 1300. Moncoutant, relève de Thouars, 1470 (Histoire de Thouars par Imbert, 175), Saint-Gervais et Saint-Protais de Montcoutant[2],[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Archéologie de Moncoutant[modifier | modifier le code]

Il y a presque 50 millions d’années, la région de Moncoutant est au bord d’un large fleuve l’Yprésis. De l’époque protohistorique subsiste une sculpture de granit en forme de tête de bélier.

Le peuplement de Moncoutant remonte au néolithique[4].

Au lieu-dit le Noir, R. Alexandre a recueilli un cristal de quartz à proximité d'une pointe de flèche à retouches bifaciales ; à la Pierre Plate, les Grosses Pierres, les Pierres et les Pierres Folles, furent également découvertes des haches polies par le même R. Alexandre. Enfin à la Basse Burelière, découverte d'une pointe de lance (métal) dans les alluvions de la Sèvre Nantaise, ainsi que deux anneaux en bronze (collection Guibert à Reims)[5].

Divers lieuxdits suggèrent la présence de mégalithes[6], la Pierre plate citée par G. Pillard, non cadastrée, la Pierre, les Pierres, les Pierres folles, la Grosse Pierre et la Pierre Blanche.

Lors de la démolition de l'église de Moncoutant, en décembre 1888, on a exhumé plusieurs sarcophages taillés dans une pierre si friable qu’ils n'ont pas pu être conservés. Une plaque de ceinturon ainsi qu'une monnaie en provenaient. En février 1889, d’autres tombeaux orientés et « étroits  » ont été dégagés. L'époque d'utilisation de ce cimetière reste indéterminée[7],[8]

À la Burelière, l'exploitation d'une sablière a entraîné la découverte de quelques vases, recueillis par R. Alexandre et la famille Guibert exploitant du site, datés de l'époque gallo-romaine : tripode à engobe noir, sigillée du II (Drag 37 à métopes et médaillons de Gaule centrale), cols d'amphores ou de vases (dont un fermé par un bouchon de liège)[9].Il y fut découvet également une pointe de lance en bronze, une tuile gallo-romaine parfaitement conservé et divers autres objets.

Au lieu-dit la Basse-Burelière, un important site gallo-romain, localisé par R. Alexandre sur près d'un hectare, livre régulièrement de très nombreux tessons de céramique antique. On ignore tout du mètre de stratigraphie entrevu, sinon qu'on y a prélevé des tessons à pâte rouge et grise, des fragments ornés à la molette, diverses sigillées... Aucun mur maçonné n’a été repéré bien que les tegulae et les moellons abondent dans les champs. A. Bocquet, qui prospecta le site, propose d 'y voir des bâtiments liés à une exploitation agricole[10].

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

L’abbé de Maillezais nommait le prêtre desservant de la paroisse. La châtellenie de Moncoutant dépendait du doyenné et de la baronnie de Bressuire, de la sénéchaussée de Poitiers et de l’élection de Thouars. Moncoutant formait, dès 1380, un des bailliages qui ressortissaient de la sénéchaussée de Bressuire. Le péage[précision nécessaire], inféodé dès 1402, relève de ladite baronnie (arch. Saint Loup)[réf. nécessaire].

Temps modernes[modifier | modifier le code]

En 1702, une grave épidémie fit de nombreux morts sur la commune (68 personnes en septembre 1702)[11]

Il y avait 400 feux (foyers) en 1750[réf. nécessaire].

Révolution française[modifier | modifier le code]

Le canton de Moncoutant, créé en 1790, fut d'abord attribué au district de Châtillon-sur-Sèvre, puis à celui de Bressuire. En l'an VIII, on le réunit à l’arrondissement de Parthenay. Il se composait en 1790 des communes de Moncoutant, Le Breuil-Bernard, Pugny, La Chapelle-Saint-Étienne, La Chapelle-Seguin, Les Moutiers-sous-Chantemerle et Saint-Paul-en-Gâtine. En l'an VIII, on lui adjoignit le canton de la Chapelle-St-Laurent supprimé, c'est-à-dire les communes de la Chapelle-Saint-Laurent, Chanteloup, Clessé, Largeasse et Traye.

Le 19 Aout 1792 sur la place de l'église eu lieu le premier rassemblement d'un mouvement qui rassembla pendant quelques jours plusieurs milliers de personnes. Après avoir rejoint le château de Pugny, la petite troupe rejoignit Chatillon sur Sevre (Maulèon) puis retourna sur Bressuire. Le mouvement fut écrasé sous les remparts de la ville, les insurgés laissèrent sur le terrain plusieurs centaines de morts.

Ce mouvement fut le prélude aux Guerres de Vendée qui commencèrent quelques mois plus tard.

Industrialisation et XIXe siècle[modifier | modifier le code]

Du XVIIIe siècle à la fin du XIXe siècle, une importante industrie textile se développa à Moncoutant. Des moulins étaient installés au bord de la Sèvre Nantaise pour laver la laine. Par la suite, ces moulins furent utilisés pour moudre la farine.

L'arrivée du chemin de fer à Moncoutant s'est effectuée à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle par la construction de la ligne Bressuire-Niort par laquelle transitait le charbon extrait du bassin houillier de Faymoreau ainsi que des voyageurs. Cette ligne fut connectée peu après à Fontenay-le-Comte, permettant ainsi d'accéder au port de La Rochelle. Elle n'existe plus aujourd'hui.

XXe siècle[modifier | modifier le code]

Pendant la Seconde Guerre mondiale, un groupe de résistants FFI était installé à Moncoutant. Cinq résistants du village périrent pendant l'occupation.

Du Moyen Âge on retrouve encore de nos jours de larges étendues d’eau qui alimentaient à l’époque des moulins et servaient également de réserves. Ces plans d’eau constituent encore des apports significatifs pour la Sèvre Nantaise et la Vendée.

Le sol principalement granitique offre quelques marigots le long de la Sèvre qui permirent l’extraction de sable en grande quantité pour la construction de la voie de chemin de fer. Les trous d’extraction appelés « fouilles » et particulièrement à la Morinière se gorgèrent rapidement d’eau pour le plus grand plaisir des carpistes d’aujourd’hui. Des fouilles de la Burelière ont mis au jour des pointes de lance de l’époque des Pictons.

Légende[modifier | modifier le code]

La légende du Pas du Loup met en scène une sorte de Manon des Sources locale médiévale. Le rocher du « Pas du Loup » est encore visible le long d’un minuscule cours d’eau au cœur de la commune[12].

Administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1787 1791 Louis Puichaud   Propriétaire
1791 1792 Pierre Louis Puichaud   Propriétaire
1800 1800 Joseph Bernardel   Aubergiste
1800 1803 François Mongadin   secrétaire de l'administration
1803 1813 Jacques Delavaux    
1813 1814 J M Severin Dehanne de la Saumoriere   Propriétaire
1814 1826 Jean gallot   Propriétaire
1826 1829 J M Severin Dehanne de la Saumorière    
1830 1834 Casimir Ceran Puichaud   Propriétaire
1834 1840 Jacques Grelliere   Propriétaire.
1851 1853 Charles Henry Barriou   Notaire
1853 1853 Belliard   Notaire
1853 1857 Charles Henry Barriou   Notaire
1857 1858 Claude Delauzon   Chef d'Escadron d'Artillerie
1858 1865 Nicolas Poupard   Officier
1865 1978 Florentin Puichaud   Propriétaire
1878 1881 David    
1881 1881 Bonnain    
1881 1910 Florentin Puichaud   Propriétaire
1910 1930 Palustre de Montifaud   Propriétaire
1930 1938 Clovis Macouin   Député puis Maire de Perthenay
1938 1944 Charles Jadeau    
1944 1950 Albert Tessier   Conseillé d'état et à la cour de cassation
1950 1959 Henry Bernier   Quincailler
1959 1977 Jean Lorit   Chef d'entreprise
1977 2008 Michel Bécot UMP Chef d'entreprise, sénateur 1995 à 2014
2008 2017 Philippe Mouiller[13] UMP puis LR Secrétaire départemental, conseiller régional, sénateur depuis 2014
2017   Gilles Petraud    

[1]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[14]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[15].

En 2015, la commune comptait 3 161 habitants[Note 1], en diminution de 0,28 % par rapport à 2010 (Deux-Sèvres : +1,4 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 800 1 766 1 613 1 684 1 822 1 686 2 026 2 070 2 065
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 145 2 250 2 347 2 413 2 566 2 653 2 854 2 960 2 915
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 766 2 772 2 810 2 558 2 454 2 358 2 327 2 387 2 346
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
2 538 2 598 2 803 2 981 3 102 2 985 3 019 3 121 3 151
2015 - - - - - - - -
3 161 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[16] puis Insee à partir de 2006[17].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

La commune est d'abord à vocation agricole, mais quelques commerces sont implantés en centre-ville. Il existe un peu d'artisanat et quelques industries. Avec l'ouverture du centre de vacances Pescalis en 2001, la commune se donne une nouvelle vocation touristique.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église Saint-Gervais et Saint-Protais. Elle a été agrandie de 1865 à 1867. Elle mélange les styles gothique flamboyant et roman. La base du clocher semble romane. Le pavage de la nef remploie de nombreuses pierres tombales gravées du XVIIe siècle. Les vitraux sont l'œuvre de G.P. Gustave Pierre Dagrant, peintre verrier à Bordeaux.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Michel Bécot, sénateur des Deux-Sèvres de 1995 à 2014 et maire de Moncoutant de 1977 à 2008, a été fait maire honoraire[18] par Philippe Mouiller, également conseiller régional d'opposition, maire de Moncoutant le 12 septembre 2009 en présence de Jean-Pierre Raffarin (Premier ministre de 2002 à 2005).
  • Jean Grellier, député du Nord Deux-Sèvres, né à Moncoutant.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Expositions Tous les ans pendant les vacances de Noël une exposition au château de Genève présente trois artistes autour d'un thème : un peintre, un sculpteur et un écrivain. Cette initiative, appelée "L'art de la Maîtrise"[19], regroupe aujourd'hui une autre catégorie : "Le vivier artistique du Moncoutantais" qui offre leur chance aux artistes locaux.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Nom des habitants de la commune sur le site habitants.fr, consulté le 18 novembre 2012.
  2. Moncoutant et son histoire sur le site officiel de la commune, consulté le 18 novembre 2012.
  3. Ledain B. (1902), Dictionnaire topographique du département des Deux-Sèvres comprenant les noms de lieux anciens et modernes, publié par A. Dupont, p. 181.
  4. Germond G. (2001), Les Deux-Sèvres préhistoriques, Geste édition, p. 138
  5. J.-P. Pautreau, Chalcolithique et Age du Bronze en Poitou, 1979, p. 206 et 324
  6. G. Germond, Inventaire des mégalithes des Deux-Sèvres, éd. CNRS, 1976, p. 95
  7. Jean Hiernard, Dominique Simon-Hiernard, Carte archéologique de la Gaule, Deux-Sèvres, 1997, volume 79, p. 207
  8. C. Puichaud, Lettre à la Société de Statistique des Deux-Sèvres du 7.02.1889, Archives départementales des Deux-Sèvres 9F37.
  9. Hiernard, op. cit., p. 207
  10. Hiernard, op. cit., p. 207.
  11. "Lacrampe H (2000), 1702 : année difficile en Deux-Sèvres", bulletin de l'Association pour le développement de l’archéologie sur Niort et les environs, p. 70-86
  12. Pas du Loup
  13. Site de la préfecture, consulté le 31 août 2008
  14. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  15. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  16. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  17. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  18. maire honoraire
  19. "L'art de la Maîtrise"