Le Breuil-Bernard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Le Breuil.
Le Breuil-Bernard
Image illustrative de l'article Le Breuil-Bernard
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Deux-Sèvres
Arrondissement Parthenay
Canton Cerizay
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Bocage bressuirais
Maire
Mandat
Emmanuelle Herbreteau
2014-2020
Code postal 79320
Code commune 79051
Démographie
Population
municipale
513 hab. (2015 en augmentation de 8,69 % par rapport à 2010)
Densité 62 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 43′ 11″ nord, 0° 33′ 07″ ouest
Altitude Min. 159 m
Max. 221 m
Superficie 8,25 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Deux-Sèvres

Voir sur la carte administrative des Deux-Sèvres
City locator 14.svg
Le Breuil-Bernard

Géolocalisation sur la carte : Deux-Sèvres

Voir sur la carte topographique des Deux-Sèvres
City locator 14.svg
Le Breuil-Bernard

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Le Breuil-Bernard

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Le Breuil-Bernard

Le Breuil-Bernard est une commune du centre-ouest de la France située dans le département des Deux-Sèvres en région Nouvelle-Aquitaine.

Géographie[modifier | modifier le code]

Située au cœur du bocage, à proximité de Moncoutant, et au sud de Bressuire Le Breuil-Bernard est surtout vouée à l'agriculture. Elle a la particularité de posséder une population croissante jeune et dynamique qui s'investit pleinement dans les associations et qui est très attachée à la vie de sa commune.

Localisation et communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Le Breuil-Bernard
Moncoutant
Moncoutant Le Breuil-Bernard Pugny
Moutiers-Sous-Chantemerle La Chapelle-Saint-Étienne Largeasse

Économie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (septembre 2008)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Le Breuil Bernard n’était vers 1030 qu’une simple villa d’origine mérovingienne appartenant à " Garnisus " et " Raingarde " son épouse. Probablement soucieux d’assurer leur salut éternel, ils léguèrent une partie de leurs terres aux moines de l’abbaye Saint-Cyprien de Poitiers afin qu’ils y édifient une église et un bourg. Au début du premier empire, quatre moulins à vent fonctionnaient. En 1750, le Breuil Bernard comptait 500 habitants.

Le Breuil-Bernard (villa Brolio Bernardi : traduisons village ou domaine d'un espace boisé appartenant à, ou habité par un certain Bernard) apparaît dans l'histoire vers 1030. C'était une simple villa mérovingienne qui appartenait à Garnisus et Raingarde sa femme.

D'après une partie des archives de la seigneurie de Bressuire voici les villages qui existaient vers 1400 dans la paroisse du Breuil-Bernard :

Angibault, La Barre, Le Beugnon, La Blanchardière, La Blinière, La Buchellerie, La Gourre, La Pesantière, Picocu, Les Touches.

En 1438, les habitants du Breuil et Pugny refusent d'accomplir leur tour de guet et garde au château de Bressuire. Ils se cotisent et décident de plaider leur cause aux assises de Poitiers. Avant la Révolution, c'était la paroisse du Breuil-Pugny qui existait bien qu'un décret de l'évêque de Poitiers du 28 août 1776 les ait érigées en paroisses séparées.

Pendant les événements qui agitèrent le pays moncoutantais en août 1792, la population se trouva divisée. Une partie se joignit aux gardes nationaux qui allaient au secours de Bressuire. Le 24 août en passant par Pugny le château fut pillé et saccagé.

D'autres se mirent du côté des insurgés et se trouvèrent dans les troupes royalistes de Lescure.

Plusieurs villages furent incendiés par les colonnes infernales de l’adjudant-général Prévignaud en 1794.

C'est en 1886 que la population connaissait son maximum avec 652 habitants. Elle était essentiellement constituée de personnes travaillant dans une multitude de petites borderies.

L'activité agricole étant pratiquement la seule existante sur la commune, la diminution de la main-d'œuvre liée à la modernisation de cette activité a fait chuter sa population qui n'était plus que de 358 habitants en 1975. Pour maintenir la population, la municipalité fait des efforts d'équipements depuis plus de 20 ans (lotissements, salle polyvalente, terrain de football, terrain de tennis, locatifs...) . Ces efforts portent leurs fruits. La population est maintenant de 510 habitants. L'école publique avec trois classes se porte bien. Le commerce, un bar restaurant, du centre bourg est toujours présent.

Administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1977 1995[1] Maurice Verger    
1995 2014[1] Serge Point    
2014 en cours Emmanuelle Herbreteau    

Démographie[modifier | modifier le code]

À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans. Pour Le Breuil-Bernard, cela correspond à 2005, 2010, 2015[2], etc. Les autres dates de « recensements » (comme 2006, 2009, etc.) sont des estimations légales.

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
530 402 511 509 580 534 565 566 590
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
600 607 603 569 588 614 652 634 609
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
560 559 571 540 533 490 490 502 497
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
445 402 358 384 445 419 440 472 513
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2006[4].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Site de la préfecture, consulté le 31 août 2008
  2. « Calendrier de recensement », sur Insee (consulté le 31 mars 2012)
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.