Monastère de Bouvines

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Monastère de Bouvines
Image illustrative de l’article Monastère de Bouvines
Présentation
Nom local Communauté du Chemin Neuf
Culte Catholique romain
Type Monastère
Début de la construction 1868
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Nord
Ville Bouvines
Coordonnées 50° 34′ 36″ nord, 3° 11′ 29″ est

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Monastère de Bouvines

Géolocalisation sur la carte : Métropole européenne de Lille

(Voir situation sur carte : Métropole européenne de Lille)
Monastère de Bouvines

Le monastère de Bouvines est une demeure du XIXe siècle, mise à la disposition des religieuses dominicaines en 1945, puis à partir de 2003 à celle de la Communauté du Chemin Neuf. Il se trouve à Bouvines dans le Nord.

Historique[modifier | modifier le code]

Communauté du Chemin Neuf.

Construite en 1868, la bâtisse est initialement la demeure de la famille de Félix Dehau (1846-1934), maire de Bouvines. Il a dix enfants dont deux entrent dans les ordres : l'aîné, Pierre Dehau (1870-1956) devient dominicain et l'une de ses filles Claire Dehau (1872-1932) devient fille de la Charité. Sur ses cinquante-trois petits-enfants, quatorze deviennent également religieux. C'est notamment ici que les futurs pères dominicains Thomas Philippe (1905-1993), cofondateur de l'Arche, et Marie-Dominique Philippe (1912-20006), fondateur de la Communauté Saint-Jean, ont passé de fréquents et longs moments avec leurs frères, sœurs et cousins chez leurs grands-parents, notamment pendant la Première Guerre mondiale[1].

Pendant la Seconde Guerre mondiale, la maison est réquisitionnée par les Allemands et Louise Dehau (1881-1948), l'une des filles de Félix, est chassée dans la maison du jardinier. Elle fait alors le vœu que si Dieu préserve la population bouvinoise des massacres, elle mettra la bâtisse au service de communautés religieuses. La Fondation Félix Dehau, constituée par des descendants de ce dernier, la met ainsi à la disposition des sœurs dominicaines en 1945[2].

En 2003, à la suite du départ des dominicaines, Mgr Gérard Defois, archevêque de Lille, avec l'accord de la Fondation Félix Dehau, fait appel à la Communauté du Chemin Neuf, une association de laïcs consacrés issus de différentes branches chrétiennes et axée sur l'œcuménisme, afin d'en faire une antenne locale du mouvement[3].

Le 6 janvier 2005, le monastère est ravagé par un incendie. Un tableau de Jacob van Oost le Jeune intitulé Visitation (1687) est notamment sauvé puis vendu en 2006 à un Chinois[4]. En janvier 2016, Corinne Protais, ancienne responsable de la communauté, estime que cet incendie fut « un bienfait ». Grâce aux assurances, le monastère est mis aux normes et les étages, autrefois inhabitables, sont restaurés. Disposant d'une capacité de 70 personnes, le monastère héberge, en 2016, trois couples consacrés dont deux avec des enfants, trois religieuses et un père blanc. Il accueille également des fidèles pour des retraites spirituelles[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Marie-Christine Lafon, Marie-Dominique Philippe: Au coeur de l'Eglise du xxe siècle, Éditions Desclée de Brouwer, (ISBN 9782220067384, lire en ligne)
  2. a et b Marie Vandekerkhove, « Bouvines : « Cet incendie a été un bienfait pour le monastère » », La Voix du Nord, no 22642,‎ , p. 15 (lire en ligne, consulté le 7 janvier 2016).
  3. « Qui sont ces religieux qui vivent au monastère de Bouvines ? », La Voix du Nord, (consulté le 21 mai 2012)
  4. Clément Lernoncour, « Une toile de 1687 quitte la Pévèle pour la Chine », Pays de Pévèle, no 59,‎ .

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :