Module semi-simple

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Camille Jordan, auteur du théorème clé de la théorie

En mathématiques et plus précisément en algèbre non commutative, un module sur un anneau est dit semi-simple ou complètement réductible s'il est somme directe de sous-modules simples ou, ce qui est équivalent, si chacun de ses sous-modules possède un supplémentaire.

Les propriétés des modules semi-simples sont utilisées en algèbre linéaire pour l'analyse des endomorphismes, dans le cadre des anneaux semi-simples et pour la théorie des représentations des groupes.

Définitions[modifier | modifier le code]

Soient A un anneau unitaire (non nécessairement commutatif) et M un A-module.

  • M est dit simple s'il est non nul et sans autres sous-modules que {0} et M.
  • Un sous-module de M est dit facteur direct s'il admet un sous-module supplémentaire.
  • M est dit semi-simple si tout sous-module de M est facteur direct.

Exemples[modifier | modifier le code]

Espaces vectoriels[modifier | modifier le code]

Tout espace vectoriel est un module semi-simple (y compris un espace vectoriel sur un corps gauche), puisque tout sous-espace vectoriel possède un sous-espace supplémentaire.

Anneaux semi-simples[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Anneau semi-simple.

Un anneau A est dit semi-simple s'il est semi-simple en tant que A-module. Dans ce cas, tous les A-modules seront semi-simples. Deux exemples historiques qui ont précédé la définition des modules semi-simples sont :

Propriétés[modifier | modifier le code]

Deux lemmes[modifier | modifier le code]

  • Pour tout module semi-simple M, les sous-modules de M et ses modules quotients sont semi-simples[1].

En effet, soit S un sous-module de M. Soit P un sous-module de S, il admet un supplémentaire dans M ; l'intersection de ce supplémentaire et de S est un supplémentaire de P dans S, donc S est semi-simple. Soit maintenant M/N un quotient de M, il est isomorphe à un supplémentaire S de N, donc il est semi-simple d'après ce qui précède.

  • Tout module semi-simple non nul contient un sous-module simple.

En effet, soient S un module semi-simple non nul et (par le lemme de Zorn) T un sous-module propre maximal. Soit P un supplémentaire de T. Ce sous-module P est simple, par maximalité de T.

Caractérisations équivalentes[modifier | modifier le code]

Le théorème suivant fournit une équivalence entre diverses caractérisations des modules semi-simples.

Théorème — Les propriétés suivantes sont équivalentes[2] :

  1. M est somme de sous-modules simples ;
  2. M est somme directe de modules simples ;
  3. M est semi-simple.

On peut remarquer que d'après ce théorème,

  • tout module possède un sous-module semi-simple maximum : la somme de tous ses sous-modules simples ;
  • toute somme directe de modules semi-simples est semi-simple.

Lemme de Schur[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Lemme de Schur pour les modules.

Le lemme de Schur pour les groupes est un lemme technique explicitant la nature des morphismes entre représentations d'un groupe dont l'algèbre est semi-simple, mais se généralise en termes de modules :

Tout morphisme non nul entre modules simples est un isomorphisme.

Plus précisément, un morphisme non nul de M dans N (deux modules quelconques) est injectif dès que M est simple, et surjectif dès que N est simple[3].

La structure d'un morphisme de modules semi-simples s'en déduit : c'est une somme directe d'isomorphismes de sous-modules simples et de morphismes nuls.

Décomposition canonique[modifier | modifier le code]

La décomposition d'un module semi-simple M en sous-modules simples n'est pas unique : par exemple le groupe de Klein, qui possède trois sous-groupes d'ordre deux, est somme directe de deux quelconques de ces trois sous-groupes.

Mais en choisissant l'une des décompositions de M et en regroupant, parmi les facteurs simples de cette somme directe, tous ceux qui sont isomorphes entre eux, on obtient une décomposition de M en somme directe de facteurs semi-simples NS (S désignant une classe d'isomorphisme de modules simples) dont on va montrer qu'ils sont, eux, canoniques.

Pour cela, on définit la notion d'isotypie : nous dirons qu'un module semi-simple N est S-isotypique s'il vérifie l'une des trois propriétés équivalentes suivantes :

  1. N est somme de sous-modules de classe S ;
  2. N est somme directe de modules de classe S ;
  3. tout sous-module simple de N est de classe S.

Cette définition permet de donner des sous-modules NS deux caractérisations qui dépendent uniquement de M et justifient leur nom de composantes isotypiques de M : pour toute classe d'isomorphisme T d'un sous-module simple P de M,

  • NT est la somme de tous les sous-modules de M isomorphes à P ;
  • NT est le sous-module T-isotypique maximum de M.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. En revanche, pour qu'un module M soit semi-simple, il ne suffit pas qu'il possède un sous-module semi-simple N tel que M/N soit semi-simple : par exemple, le ℤ-module ℤ/4ℤ n'est pas semi-simple (2ℤ/4ℤ n'a pas de supplémentaire), bien qu'il soit extension du groupe abélien ℤ/2ℤ par lui-même et que ce dernier soit simple.
  2. Serge Lang, Algèbre [détail des éditions]
  3. C'est une conséquence directe de la définition des modules simples et c'est le seul « énoncé du lemme de Schur » utilisé ici, mais les deux articles « Lemme de Schur pour les modules » et « Lemme de Schur pour les groupes » présentent des énoncés plus sophistiqués.

N. Bourbaki, Éléments de mathématique, Algèbre, chap. VIII

Article connexe[modifier | modifier le code]

Module sériel (en)