Mode masculine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la mode et le vêtement
Cet article est une ébauche concernant la mode et le vêtement.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

L'élégant Robert de Montesquiou, dandy et poète.

La mode masculine, plus précisément la mode vestimentaire, désigne la manière de se vêtir des hommes, conformément au goût d’une époque dans une région donnée. C’est un phénomène impliquant le collectif via la société, le regard qu’elle renvoie, les codes qu’elle impose et le goût individuel.

La mode masculine[modifier | modifier le code]

La mode concerne non seulement le vêtement mais aussi les accessoires, le maquillage, le parfum et même les modifications corporelles.

La mode[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Mode (habillement).
Jeune bédouin d’Israël portant un fez d’Afrique du Nord.

Les facteurs déterminant la mode sont parfois une recherche esthétique (notamment pour les grands créateurs). Néanmoins, la mode est aussi déterminée par d'autres facteurs, pour ceux qui la suivent : un moyen d'affirmer son rang social, son groupe social, son pouvoir d'achat et sa personnalité ; ou bien pour les créateurs qui imitent, un moyen commode de gagner de l'argent et du succès.

Les vêtements[modifier | modifier le code]

Dans un même pays, pour une même fonction, le costume évolue rapidement au gré des modes, grâce à de nouveaux matériaux et pour des raisons fonctionnelles, ici pour le costume militaire aux États-Unis.
Article détaillé : Vêtement.

L'une des caractéristiques de la mode vient de son changement incessant, incitant par là-même à renouveler le vêtement avant que celui-ci ne soit usé ou inadapté. Au sens strict, un vêtement est un objet, en général textile, venant couvrir une partie du corps.

Parmi les vêtements masculins, on peut trouver :

L'histoire de la mode masculine[modifier | modifier le code]

Durant la Préhistoire[modifier | modifier le code]

Les vêtements de cuir ou de fourrure ont probablement été les premiers à avoir été portés. Dès le Paléolithique moyen, au Moustérien, le travail du cuir est attesté par les analyses tracéologiques des outils de pierre taillée.

Au Paléolithique supérieur, des courants d'échange ont pu être mise en évidence pour le silex mais aussi pour l'ambre et les coquillages, témoignant du goût pour la parure. Au Solutréen (- 22 à - 17 000 ans BP), les premières aiguilles à chas en os témoignent de techniques de couture élaborées. L'habillement durant les périodes froides du Paléolithique supérieur était peut-être analogue à celui des Eskimos.

Dans les pays chauds et tempérés, les hommes furent plus ornés que vêtus. Les peaux et pelleteries furent cependant également utilisées, sans doute davantage pour servir de cache-sexe que de protection. Ce pagne originel perdurera pendant des millénaires, en tissu par la suite.

L'ornementation, tant dans les zones froides que tempérées ou chaudes, avait certainement pour origine des raisons spirituelles : préciser le statut d'un individu (marié ou célibataire), sa classification tribale, séduire en attirant la sympathie. Les raisons magico-religieuses devaient également avoir une grande importance : porter certains attributs équivaut à s'identifier à un animal, totem du clan, ou à un dieu. Très tôt, le costume a donc eu pour but d'exprimer et de manifester des sentiments : correspondant à une certaine puissance il sert à exprimer une certaine richesse. La puissance et la richesse se confondant, le costume indique la caste et la fortune, le rang social et l'autorité.

Le tissage dut apparaître dans les zones tempérées sur le modèle de la vannerie à partir de matières végétales dès le Néolithique. Les tissus primitifs étaient de très petite dimension. Des bandes étroites étaient cousues ensemble pour constituer un vêtement. Au fur et à mesure que les métiers à tisser se perfectionneront, les pièces de tissus deviendront plus grandes.

La peinture corporelle (comme chez les aborigènes australiens) devait tenir une part importante du costume en tant qu'ornementation. On sait que l'ocre rouge fut très utilisée durant pratiquement tout le Paléolithique où elle est aussi universelle qu'omniprésente (la terre rouge est présente dans la plupart des sépultures), un peu moins au Néolithique. Les couleurs utilisées qu'on a pu identifier à partir de l'Aurignacien sont le jaune, le rouge et le mauve qui apparaissent aussi bien en Afrique du nord qu'en Europe septentrionale. Les colorants utilisés pour les teintures à partir du Néolithique étaient principalement extraites des plantes : les bleus étaient obtenus à partir de l'aulne ou du sureau, les mauves des myrtilles, le jaune du réséda. Les terres servaient pour les ocres.

La mode masculine à la cour de Versailles[modifier | modifier le code]

Louis XIV

Au début du règne, la mode masculine réglementée par les lois somptuaires, encouragée par Louis XIV (le roi soleil) , changeait souvent, plus fréquemment que la mode féminine. On portait des rubans, jusqu’à 300 aulnes et aussi des bijoux. Le roi dansait fardé de rouge et de rose. Les hommes l'imitaient en se mettant de petits bouts de taffetas découpés en comètes, en étoiles ou en lunes.
La gent masculine n'hésitait pas à recourir à des prothèses qui peuvent aujourd'hui surprendre : fausses hanches, faux mollets glissés sous les bas, attelles rectifiant les épaules tombantes, etc. Les hommes portaient par ailleurs des chaussures à talons hauts pour éviter de se salir en marchant dans les rues des villes alors souvent sales et boueuses.

Le justaucorps à brevet[modifier | modifier le code]

Il s'agissait d'un habit brodé d’or et d’argent. Au temps de Mademoiselle de La Vallière, Louis XIV en distribua à ceux qui l'avaient accompagnés de Saint-Germain à Versailles. C’est un honneur que d’en porter un ; un honneur qui ne donne droit à rien.

Les perruques[modifier | modifier le code]

À partir de 35 ans, Louis XIV dut se résigner à porter la perruque. Néanmoins, il refusa qu’on lui coupe les cheveux.

Le XIXe est l'évolution de la silhouette masculine[modifier | modifier le code]

Un homme du monde en 1895.

Il y a eu très peu d'évolution tout au long du XIXe siècle et au début du XXe siècle, dans le très simple costume trois pièces (pantalon, veste et gilet) noir ou sombre porté aussi bien par les hommes les plus aisés que par la bourgeoisie plus modeste.

Les différences, subtiles, se font sur les accessoires : qualité des tissus, montre à chaînette d'or, canne à pommeau sculpté, gants de chevreau, etc. font la panoplie de l'homme du monde ou du dandy.

De même, les tenues des ouvriers et des paysans restent très figées, comme tout au long du siècle précédent.

Les cheveux étaient généralement portés courts ; ni favoris ni cheveux mi-longs n'étaient plus en faveur. La moustache était très à la mode, et dans une moindre mesure, une petite barbichette pointue.

La mode masculine dans les médias[modifier | modifier le code]

Presse masculine[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Presse masculine.

Les premiers magazines consacrés à la mode masculine sont apparus au début du XXe siècle avec des titres comme Monsieur. Dans les années 1970 et 80, de nouveaux titres ont fait leur apparition sur le marché comme Vogue Hommes et L'Officiel Hommes.

Sites web spécialisés[modifier | modifier le code]

Exemple de tenue avec un costume croisé: mélange entre les motifs rayure du costume et la texture grenadine de la cravate en soie

Depuis le milieu des années 2000, la mode masculine trouve également écho sur internet, avec la création de blogs de mode ciblés. Ces nouveaux médias ont largement contribué au développement des jeunes créateurs français[1] et au regain d’intérêt de l’homme pour la mode[2]. Selon une étude Technorati de 2013[3], 45 % des consommateurs utilisent les blogs de mode pour se renseigner et 31,1 % achètent un produit sur la base des informations qu’ils y ont trouvées.

Bibliographie sur la mode masculine[modifier | modifier le code]

  • Histoire de la mode au XXe siècle, Yvonne Deslandres et Florence Müller
  • De la mode (1858) par Théophile Gautier (1811-1872)
  • François Boucher, Histoire du costume en occident, Paris, Flammarion, 1965 (1re éd.), 1996 (dernière éd.) Bibliothèque des Arts Décoratifs (MC 654) - Centre de documentation (mode)
  • Colin McDowell Histoire de la mode masculine, Paris, Éditions de la Martinière, 1997 Centre de documentation (mode)
  • Henny Harald Hansen Histoire du costume, Paris, Flammarion, 1956 Bibliothèque des Arts Décoratifs (XP 211) - Centre de documentation (mode) L’évolution illustrée du costume de l’Antiquité aux années 1950.
  • Jacques Ruppert Le costume, Tome I : L'Antiquité et le Moyen Âge ; Tome II : La Renaissance, Le Style Louis XIII ; Tome III : Époques Louis XIV et Louis XV ; Tome IV : Époques Louis XVI et Directoire ; Tome V : Consulat, Empire ; Tome VI : De la restauration à la Belle Époque ; Tome VII : De 1914 aux Années Folles ; Tome VIII : Époque contemporaine, Paris, Flammarion, 1930 1re éd.).(La Grammaire des styles) Bibliothèque des Arts décoratifs (Libre accès V.0-RUP) - Centre de documentation (mode)
  • Diana de Marly Fashion for men : an illustrated history, Londres, Batsford Ltd, 1989 Bibliothèque des Arts Décoratifs (XU 2371) - Centre de documentation (mode) Une histoire de la mode masculine illustrée de gravures et photographies.
  • Marion Sichel History of men’s costume, Londres, Batsford Academic and Educationnal Ltd, 1984 Centre de documentation (mode) Synthèse illustrée sur l’histoire de la mode masculine. Premier vestiaire pour l’histoire du costume masculin, vol. 1, Apparat Rites et Simulacres, Paris, Jacques Damase éditeur, 1983.(Archives pour une histoire de la mode) Bibliothèque des Arts Décoratifs (ZW 1152/1) - Centre de documentation (mode) Recueil iconographique de costumes masculins depuis l’Antiquité. Public averti.
  • Zillah Halls Men’s costume, 2 vol. (1580-1750, 1750-1800), Londres, London Museum, 1970 Centre de documentation (mode) Fascicules sur les collections de costumes d’hommes du XVIe au XVIIIe siècle conservées au Musée de Londres. Trois siècles de modes masculines : Gravures et lithographies, Paris, P. Prouté, 1931 Bibliothèque des Arts Décoratifs (BD 29/3) Petit fascicule de l’exposition tenue à la Galerie Paul Prouté du 20 avril au 2 mai 1931 indiquant la liste des œuvres exposées. Six gravures reproduites à la fin de l’ouvrage. Public averti.
  • Farid Chenoune, Des modes et des hommes : deux siècles d’élégance masculine, Paris, Flammarion, 1993 Bibliothèque des Arts Décoratifs (XY 3000) - Centre de documentation (mode) L’auteur retrace l’évolution de la mode masculine depuis le milieu du XVIIIe siècle et distingue 4 grandes périodes (1760-1850 : le frac et la redingote ; 1850- 1914 : le paletot et la jaquette ; 1914-1940 : le complet et le veston ; 1940-1990 : le costume et le blouson).
  • L'Homme paré in : Connaissance des Arts, Hors-Série no 262, octobre 2005 Centre de documentation (mode) Publication parue à l'occasion de l'exposition L'Homme paré, tenue au musée de la Mode et du Textile du 20 octobre 2005 au 30 avril 2006, sur la parure masculine du XVIIe siècle à nos jours, et offrant une sélection des costumes, accessoires, documents graphiques et albums d’échantillons présentés.
  • Nino Casalino La moda e la ragione = Fashion and Exposition : un percorso di duecento anni di moda e stile, Milan, Lupetti, 2005 Centre de documentaion (mode) Étude sur les grands courants de la mode masculine et ses tissus aux XIXe et XXe siècles.
  • Maria Constantino Men’s fashion in the twentieth century : from frock coats to intelligent fibres, Londres, Batsford Ltd, 1997 Centre de documentation (mode) L’évolution de la mode au XXe siècle, des conventions vestimentaires héritées de l’époque victorienne aux nouveaux textiles qui déterminent la mode d’aujourd’hui. Exposition. Marseille. Musée de Marseille, 1996. L’homme objet : la mode masculine de 1945 à nos jours, Marseille, Musée de la mode, 1996 Bibliothèque des Arts Décoratifs (MA2) - Centre de documentation (mode) Publication de l’exposition tenue au Musée de la Mode de Marseille du 23 février au 30 juin 1996 sur la création de mode masculine depuis 1945. Dictionnaire des créateurs et couturiers de mode homme à la fin de l’ouvrage.

Références[modifier | modifier le code]

  1. http://blogs.lexpress.fr/styles/le-boulevardier/2011/06/28/mode-francaise-made-in-france-et-mode-en-france/
  2. http://culturebox.francetvinfo.fr/le-luxe-part-a-la-conquete-de-la-clientele-masculine-73643
  3. http://technorati.com/business/article/technorati-medias-2013-digital-influence-report/

Articles connexes[modifier | modifier le code]