Mevlüt Çavuşoğlu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Mevlüt Çavuşoğlu
Mevlüt Çavuşoğlu en avril 2015.
Mevlüt Çavuşoğlu en avril 2015.
Fonctions
Ministre turc des Affaires étrangères
En fonction depuis le
(1 an, 8 mois et 22 jours)
Premier ministre Ahmet Davutoğlu
Gouvernement Davutoğlu III
Prédécesseur Feridun Sinirlioğlu

(11 mois et 30 jours)
Premier ministre Ahmet Davutoğlu
Gouvernement Davutoğlu I
Prédécesseur Ahmet Davutoğlu
Successeur Feridun Sinirlioğlu
Biographie
Date de naissance (49 ans)
Lieu de naissance Alanya (Turquie)
Parti politique AKP
Diplômé de Université d'Ankara
London School of Economics

Signature de Mevlüt Çavuşoğlu

Mevlüt Çavuşoğlu[1], né le à Alanya, est un homme politique turc, cofondateur du Parti de la justice et du développement (AKP). Il est actuellement ministre des Affaires étrangères.

Biographie[modifier | modifier le code]

Mevlüt Çavuşoğlu, à Strasbourg, le 7 septembre 2016.

Le 25 janvier 2010, il est élu par acclamation, président de l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe, premier Turc à ce poste. Il représente la province d'Antalya dans la Grande assemblée nationale de Turquie. Élu une première fois en 2002, il est un membre fondateur de l'AKP.

En 1988, Mevlüt Çavuşoğlu est diplômé de l'université d'Ankara où il étudie les relations internationales. Il obtient ensuite un mastère en économie à l'université de Long Island à New York et a a participé aux cours de doctorat à l'université Bilkent et a assisté à un programme de recherche London School of Economics, où il est un certain temps président de la Turkish Society. Il est marié et a un enfant.

En tant que parlementaire, il y a présidé la commission des Migrations, Réfugiés et Population. En novembre 2009, il rencontre le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov dans le contexte d'un rapport que l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe[2] prépare sur la famine en Union soviétique en 1932-1933.

Alors que la Turquie est vivement critiquée pour son absence d'engagement contre l'État islamique dans le cadre de la guerre civile syrienne, Mevlüt Çavuşoğlu rappelant en avril 2015 les positions de la diplomatie turque annonce qu'« il faut éradiquer les causes de cette situation. C’était le régime Maliki en Irak, […] et c’est le régime d’Assad en Syrie ! »[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]