Tansu Çiller

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Tansu Çiller
Illustration.
Tansu Çiller en 1995.
Fonctions
Vice-Première ministre turque (en)

(1 an et 2 jours)
Président Süleyman Demirel
Premier ministre Necmettin Erbakan
Gouvernement Erbakan
Législature XXème (en)
Coalition RP-DYP
Prédécesseur Nahit Menteşe (en)
Successeur İsmet Sezgin (en)
Ministre des Affaires étrangères

(1 an et 2 jours)
Président Süleyman Demirel
Premier ministre Necmettin Erbakan
Gouvernement Erbakan
Prédécesseur Emre Gönensay (en)
Successeur İsmail Cem
Première ministre turque

(2 ans, 8 mois et 10 jours)
Président Süleyman Demirel
Gouvernement Çiller I (en), II (en) et III (en)
Législature XIXème (en) et XXème (en)
Coalition DYP-SHP-CHP
Prédécesseur Erdal Inönü (intérim)
Süleyman Demirel
Successeur Mesut Yılmaz
Présidente du Parti de la juste voie

(9 ans, 6 mois et 1 jour)
Prédécesseur Süleyman Demirel
Successeur Mehmet Ağar (en)
Ministre d'État chargée de l'Économie et du Trésor (tr)

(1 an, 7 mois et 5 jours)
Président Turgut Özal
Premier ministre Süleyman Demirel
Gouvernement Demirel VII (en)
Prédécesseur Ekrem Pakdemirli (tr)
Successeur Aykon Doğan (tr)
Membre de la Grande Assemblée nationale de Turquie

(11 ans)
Élection 20 octobre 1991 (tr)
Réélection 24 décembre 1995 (tr)
18 avril 1999 (tr)
Circonscription Istanbul
Législature XIXème (en), XXème (en) et XXIème (en)
Biographie
Nom de naissance Tansu Pembe Çiller
Date de naissance (76 ans)
Lieu de naissance Istanbul (Turquie)
Nationalité Turque
Parti politique Parti de la juste voie (1990-2002)
Père Necati Çiller (tr)
Conjoint Özer Uçuran Çiller (tr)
Diplômé de Université du Bosphore
Université du New Hampshire
Université du Connecticut
Profession Économiste

Signature de Tansu Çiller

Tansu Çiller
Premiers ministres de la Turquie

Tansu Çiller, née le à Istanbul (Turquie), est une économiste et femme d'État turque. Elle est la première et la seule femme à avoir exercé la charge de Premier ministre dans ce pays.

Biographie[modifier | modifier le code]

Née à Istanbul, elle fréquente le lycée américain (Robert College) et obtient le diplôme de l'école des sciences économiques de l'université du Bosphore. Elle devient enseignante dans cette même université en 1983.

Entrée en politique en 1990, elle est élue au parlement en octobre 1991 et devient ministre de l'Économie dans le gouvernement de Suleyman Demirel. Ce dernier accédant à la présidence en 1993, elle hérite de la direction de son parti, le Parti de la juste voie (DYP), et de la présidence du gouvernement de à .

Après les élections législatives anticipées de décembre 1995, son parti perd la majorité absolue, et elle décide donc de s'allier avec le Parti du bien-être (RP) de Necmettin Erbakan pour constituer une majorité parlementaire. Elle mit au point avec lui une alternance du pouvoir, visant à partager le poste de Premier ministre. En attendant son tour, elle devint ministre des Affaires étrangères. À la suite du mémorandum militaire turc de 1997 (qualifié de « coup d'État post-moderne »), la coalition DYP-RP prit fin.

Elle se retira de la vie politique après sa cuisante défaite électorale lors des élections législatives turques de 2002 qui voit son parti expulsé du parlement après avoir obtenu un score (9,54 %) inférieur au seuil électoral (10 %).

Son nom, ainsi que celui de son époux, sont impliqués dans plusieurs affaires de corruption. Elle a en effet fait l'objet d'enquêtes par le Parlement turc après 1997, bien qu'elle ait échappé à toute condamnation, de même que l'ex-Premier ministre Mesut Yılmaz, grâce à son immunité parlementaire et à la prescription et au soutien apporté par les députés du DYP, de l'ANAP et du DSP[1].

Rompant avec la politique d'ouverture vis-à-vis de la population kurde initiée par son prédécesseur, elle a mené une politique de répression aussi bien contre le PKK, organisation séparatiste reconnue comme terroriste par de nombreux pays, que contre les députés pro-Kurdes du Parti de la démocratie (DEP). La dissolution du parti en juin 1994 et la condamnation de quatre de ses membres (Hatip Dicle (en), Leyla Zana, Orhan Doğan (en) et Selim Sadak (en)) à 15 ans de prison, quelques mois plus tard, en raison de leur discours politique ont été jugées comme des atteintes aux droits de l'homme par la CEDH[2],[3].

Elle est mariée à Özer Uçuran Çiller (tr) et le couple a deux fils.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Rapport de 1998 de la Fondation des droits de l'homme de Turquie (en), p. 11.
  2. Décision no 40/1995 rapportée par le Conseil interparlementaire, « Droits de l'homme des parlementaires », sur www.ipu.org, (consulté le ).
  3. HUDOC - European Court of Human Rights, "fulltext":%5B"partideladémocratie"%5D,"display":%5B0%5D,"itemid":%5B"001-65370"%5D} « AFFAIRE DICLE pour le PARTI DE LA DÉMOCRATIE (DEP) c. TURQUIE », sur hudoc.echr.coe.int, (consulté le ).

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]