Mercedes-Benz Type 123

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Mercedes-Benz W123)
Aller à : navigation, rechercher
Cet article est en cours de réécriture ou de restructuration importante (17/07/2016).

Un utilisateur prévoit de modifier cet article pendant quelques jours. Vous êtes invité(e) à en discuter en page de discussion et à participer à son amélioration de préférence en concertation pour des modifications de fond.
Durée : Environ 2 semaines.
Bandeau apposé par Kev22 (d · c) le 17/07/2016.

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Article principal : Mercedes-Benz Classe E.
Mercedes-Benz Type 123
W123 ; S123 ; C123, V123 ; F123
Mercedes-Benz Type 123
Mercedes-Benz W123

Appelé aussi Mercedes-Benz 200 ; 220D ; 250E ; 280CE ; 300TD ...
Marque Drapeau : Allemagne Mercedes-Benz
Années de production Phase I : 1975 - 1979
Phase II : 1980 - 1982
Phase III : 1983 - 1986
Production 2 696 915 exemplaires
Classe Routière
Usine(s) d’assemblage Drapeau de l'Allemagne
Moteur et transmission
Énergie Essence
Diesel
Moteur(s) L4 (2,0 à 2,3 L) M 115 ; M102
L4 (2,0 à 2,4 L) OM 615 ; OM 616
L5 (3,0 L) OM 617
L6 (2,5 à 2,7 L) M 123 ; M 110
Position du moteur Longitudinal avant
Cylindrée 1 988 à 3 005 cm3
Puissance maximale 54 à 185 ch DIN (40 à 136 kW)
Couple maximal 113 à 250 Nm
Transmission Propulsion
Boîte de vitesses Manuelle à 4 ou 5 rapports
Semi-automatique à 5 rapports
Automatique à 5 rapports
Poids et performances
Poids à vide 1 340 à 1 680 kg
Vitesse maximale 200 km/h
Châssis - Carrosserie
Carrosserie(s) Berline, Break, Coupé, Limousine et Break rallongé (corbillards & ambulances)
Suspensions Hydraulique et hélicoïdaux
Direction A billes avec assistance hydraulique
Freins Hydraulique à disques et/ou tambours
Dimensions
Longueur 4 640 à 5 355 mm
Largeur 1 786 mm
Hauteur 1 395 à 1 450 mm
Empattement 2 795 ou ? mm
Chronologie des modèles
Précédent Mercedes-Benz /8 Mercedes-Benz
Type124
Suivant

La Mercedes-Benz Type 123 est une automobile de classe Routière fabriqué par Mercedes-Benz de 1975 à 1986. Elle sera restyler en 1980 puis en 1983. La 123 fait partie des Série 200 et 300. Elle succède les /8 et sera succédé par la Classe E (Type 124).

Elle sera un gros succès pour la marque avec plus de deux millions d'exemplaires produit. Son extrême robustesse fait qu'elle est encore très présente dans le paysage automobile, notamment en Amérique du Nord, en Europe, ainsi que dans les pays maghrébins. Elle est parfois considérée comme la voiture la plus fiable de l'histoire de l'automobile.

Historique[modifier | modifier le code]

Une 300 TD version "US" (S123).
  • 1975 : lancement de la Phase I.
    • Novembre : démarrage de la fabrication des premiers exemplaires de la berline W123.
    • Décembre : commercialisation des modèles 280 essence uniquement.
  • 1976
    • 27 janvier : présentation des modèles à Bandol en France.
    • Mars : commercialisation des modèles diesel et essence.
  • 1977
    • 17 au 27 mars : Daimler-Benz présente sa série de coupés C123 avec les types 230 C, 280 C et 280 CE au Salon automobile de Genève.
    • Août : lancement des limousines de 7/8 places V123 avec les types 240 D, 300 D et 250.
    • 12 août au 28 septembre : au Rallye-Marathon Londres-Sydney, les équipes Andrew Cowan/Colin Malkin/Mike Broad et Anthony Fowkes/Peter O'Gorman, ont remporté une double victoire avec la 280 E. Le rallye le plus dur du monde avait duré 6 semaines et demi sur un trajet de 30 000 km en Europe, Asie du Sud et Australie.
    • Septembre : introduction des 300 CD de 78 ch, réservé à l'exportation vers l'Amérique du Nord et ce dans le but de faire baisser la consommation moyenne de la gamme Mercedes aux États-Unis et au Canada.
    • 15 au 22 septembre : au Salon automobile de Francfort, présentation des modèles break S123 avec les types 240 TD, 230 T, 250 T et 280 TE. Le 200 T ne sera introduit qu'à l'apparition du moteur M 102. Daimler-Benz a présenté deux véhicules avec stockage hybride, dont une 280 E pour un mélange essence-hydrogène.
  • 1978
    • Janvier : option jante en aluminium disponible.
    • Avril : à l'usine de Brême la construction en série des modèles break commence. La puissance des 280 E avec moteur M 110 passe de 177 à 185 ch.
    • Août : la puissance des 240 D OM 616 passe de 65 à 72 ch, le couple reste inchangé.
    • 7 août au 24 septembre : les cinq premières places du Rallye Vuelta, en Amérique du Sud, après 30 000 km et 38 jours sont remportées par Mercedes, et la W123 est sur le podium devant Timo Mäkinen et Jean Todt.
  • 1979
    • Février : la puissance des 200 D avec moteur OM 615 passe de 55 à 60 ch.
    • Mars : fin de fabrication des 220 D.
    • Juillet : à Sindelfingen la millionième auto sort de la chaîne des usines.
    • Septembre : la puissance des 300 D avec moteur OM 617 passe de 80 à 88 ch, 85 ch pour le coupé ainsi que la berline et le break vendue sur le marché américain. La puissance des 250 avec le moteur M 123 passe de 129 à 140 ch.
    • 13 au 23 septembre : le 300 TD est le premier break Diesel de série du monde avec turbocompresseur de gaz d'échappement. Le moteur 3 litres Turbo diesel OM 617, équipait déjà la 300 SD Type 116 qui était destinée pour les marchés américain et canadien.
  • 1980 : lancement de la Phase II.
    Mercedes-Benz 230 TE (S123).
    • Mars : fin de fabrication des 280 coupé M 110 avec carburateur.
    • Avril : remplacement du 230 T par le 230 TE.
    • Juillet : remplacement du moteur à carburateur M 115 pour 200/230 par le nouveau moteur M 102 pour 200 avec 109 ch et pour 230 E injection avec 136 ch dans la série des coupés, limousine et 230 TE. L'ABS en option est disponible.
    • Octobre : début de la fabrication du Break 300 TD avec le moteur OM 617 de 125 ch (121 chevaux pour les versions nord-Américaines) uniquement disponible avec la boîte de vitesses automatique.
    • Novembre : apparition du 200 T avec 109 ch (moteur M 102).
  • 1981
    • Juillet : fin de fabrication de la limousine 280 avec carburateur.
    • Août : introduction du 300 TD avec moteur OM 617 pour les berlines et coupés, qui a une puissance de 121 chevaux. Les deux sont réservés pour l'exportation vers l'Amérique du Nord. Remplacement du 300 CD par le 300 CD avec turbo (seulement pour l'export).
    • 1er septembre : boîte de vitesses 5 rapports disponible en option pour toutes les voitures à essence.
  • 1982
    • Février : boîte de vitesses 5 rapports disponible en option pour 200 D, 240 D, 240 TD, 300 D et 300 TD
    • Mars : quatre ans après le lancement à Brême, 100 000 de break sont fabriqués.
    • Avril : après seulement six ans, la millionième berline diesel sort de la chaîne des usines.
    • Août : fin de la fabrication des 250 T.
    • Septembre : la 300 D et la 300 CD voient leurs puissances du moteur passer de 121 à 125 chevaux (en Californie, la puissance du 300 TD était limitée à 118 chevaux à partir de 1984 en raison des normes anti-pollution très strictes).
    • 1er septembre : les limousines, coupés et break sont revus avec un équipement de série amélioré. Direction assistée en série pour tous les modèles. Le coussin gonflable de sécurité en option disponible.
    • 19 septembre : la deux millionième 123 sort de la chaîne à Sindelfingen.
  • 1983 : lancement de la Phase III.
    Version coupé (C123).
    • Septembre : arrêt de la commercialisation de la 240 D sur les marchés américain et canadien.
  • 1984
    • 26 novembre : à Séville, Daimler-Benz présente à la presse internationale la toute nouvelle génération de Mercedes. La série 124 avec les modèles 200 D et 300 E va remplacer les Types 123, qui avec 2,4 millions de voitures a établi un nouveau record de production. Le lancement du Type 124 commence en décembre 1984 en Allemagne avec les motorisations 200 D, 250 D et 300 E.
    • En raison des normes antipollution mises en vigueur en Californie, les 300 TD exportés ont été dotés d'un catalyseur, ce qui réduit la puissance du moteur à 118 ch.
  • 1985
    • Novembre : fin de la production en série des berlines et des coupés 123. Il y a eu 2 397 513 berlines produites entre 1975 et 1985, et entre 1977 et 1985, il y a eu une production de 99 884 coupés, 15 509 avec un moteur diesel, le modèle le plus rare, le 280C qui a été commercialisé uniquement sur le marché allemand, a été produite à seulement 3 704 unités.
  • 1986
    • Janvier : arrêt définitif de la production de la 123 avec la sortie des chaines de l'usine de Brême des derniers breaks 123. Il y a eu en tout 199 518 breaks produits entre 1978 et 1986.

Lancement
La Type 123 est présentée en première mondiale en France dans la ville de Bandol, lieu de vacances pour beaucoup d'Allemands, et gros vivier d'acheteurs de la nouvelle Mercedes-Benz.

La première version, sortie en décembre 1975, était équipée d'un moteur 2,7 L, en version carburateur (modèle 280) ou injection (modèle 280 E). Trois mois après, sortent d'autres modèles diesel et essence, pour constituer une gamme variée, de l'économique 200 D à la sportive 280 E.

La gamme fait une large place au diesel, Mercedes-Benz étant le pionnier de ce genre de moteur sur les voitures particulières, avec une réputation de fiabilité, longévité, agrément de conduite, couple et prix.

Phase I[modifier | modifier le code]

Elle sera produite de 1975 à 1979.

  • Optiques de phares avant de forme ronds sur toutes les 123 (hormis pour les modèles 280 qui auront les optiques carrés, sauf les versions coupés destinée à la compétition).
  • Intérieur sans bois (en option et sur modèle haut de gamme).
  • Manivelle de vitres.
  • Compteurs (pastilles chromées et flèches clignotantes triangulaires).
  • Accoudoir central en option.
  • Bouton de dégivrage et de l'éclairage de la banquette arrière modifié pour des boutons plus petits en 1977.

Phase II[modifier | modifier le code]

Optiques de phares avant ronds.

Elle sera produite de 1980 à 1982.

  • Optiques de phares avant de forme ronds sur toutes les 123 (hormis pour les modèles 280, la 300 TD et tous les coupés qui auront les optiques carrés phares carrés)
  • Combiné d'instrumentation de climatisation manuelle et automatique modernisé dès 1981.
  • Bouton de lève vitre électrique et de warning plus petit dès 1982.
  • Boîte manuelle à 5 rapports disponible fin 1981 pour les essences, et début 1982 pour les diesel.
  • Compteurs différents des Phases I (pastilles chromées communes aux Phases I, et flèches clignotantes communes aux Phases II et III).

Phase III[modifier | modifier le code]

Elle sera produite de 1983 à 1986.

  • Phares carrés dès 1983 pour toute la gamme.
  • Compteur (pastilles noires et apparition de l'économètre sur les modèles essence dès 1983).
  • Manivelle de vitre manuelle identique à celle de la Série 190.
  • Nouvelle sellerie « creusé » pour les genoux des passagers.
  • Boiseries de tableau de bord de série.
  • Boîte de vitesses manuelle à 5 rapports de série à partir de 1985 en France, sauf sur la 300 TD qui n'est disponible qu'en boite automatique.
  • Climatisation de série sur les dernières 123 à partir de 1985 en France.

L'après 123[modifier | modifier le code]

La Type 124 a succédé à la 123.

Les coupés C123 perdureront une année de plus que la berline ; il est donc possible de trouver sur le marché des millésimes 1986. Le coupé C124 a été lancé au début de l'année 1987.

Les différentes versions[modifier | modifier le code]

Carrosseries[modifier | modifier le code]

Limousine V123.
Break rallongé F123 en déclinaison ambulance.

Berline (W123)

  • Carrosserie standard de la gamme. Elle remplace les W114 et W115.

Break (S123)

  • Déclinaison Break de la Mercedes-Benz W123. Le modèle break, dit modèle "T", reprend les mêmes caractéristiques avec en plus un volume de chargement important puisque la banquette arrière est rabattable 1/3 ou 2/3 sur les modèles haut de gamme. C'est aussi le modèle ayant la meilleure tenue de route du fait de l'emplacement de son réservoir de carburant au niveau du châssis et non, comme sur les berlines et coupés, au dos de la banquette arrière.

Coupé (C123)

  • Déclinaison Coupé de la Mercedes-Benz W123. Le coupé conserve les lignes classiques de la berline, l'empattement est réduit de 8,5 cm, la garde au toit est abaissée. Les vitres sans montants participent à son élégance. En Europe, elle est uniquement disponible avec les motorisations essence 230 et 280 à carburateur ou injection. Aux États-Unis, elle sera commercialisée avec une motorisation essence entre 1977 et 1980, à savoir le 2,7 litres injection, dont la puissance avait été porté à 145 ch sur le marché américain. Elle sera commercialisé avec deux moteurs diesel 300 CD (1977-1981) et 300 CD Turbodiesel (1981-1985). Le coupé n'est pas plus léger que la berline à cause des renforts qui ont été nécessaires pour assurer une bonne rigidité, de ce fait les performances et la consommation sont les mêmes que sur la version quatre portes.

Limousine (V123)

  • Déclinaison Limousine de la Mercedes-Benz W123. Une banquette pour trois personnes repliable derrière les sièges avant prend place au milieu de la voiture. D'une longueur totale de 5,355 mètres (soit 63 cm de plus que la berline et le break), elle est assez encombrante en ville et difficile à garer.

Break rallongé (F123)

  • Déclinaison corbillard et ambulance de la Mercedes-Benz W123.

Modèles de base[modifier | modifier le code]

200 ; 200 D ; 200 T
220 D
230 ; 230 E ; 230 TE ; 230 C ; 230 CE
240 D ; 240 TD
250
280 ; 280 E ; 280 TE ; 280 C ; 280 CE
300 D ; 300 D Turbodiesel  ; 300 TD ; 300 TD Turbodiesel ; 300 TC ; 300 TC Turbodiesel

Version spécifiques[modifier | modifier le code]

280 E Rallye :
280 CE Rallye :
280 CE AMG :
280 CE Carlsson :

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

La W123 peut apparaître comme une simple évolution de millésime, avec le changement de tableau de bord, l'abandon des feux verticaux pour des feux horizontaux. Mais c'est pourtant une voiture tout à fait différente, prête à accueillir les dernières nouveautés que sont l'ABS, et le coussin gonflable de sécurité (« airbag »). Elle présente un concept abouti de cellule de sécurité entouré de parties déformables à absorption de choc (le capot avant et le coffre), et d'une structure de toit renforcée.

La colonne de direction présente elle aussi une autre nouveauté : en cas de choc elle n'avance plus dans l'habitacle pour blesser le conducteur, qui lui-même peut être retenu par les ceintures avant à prétensionneurs. Ces équipements sont habituels en 2010, mais étaient révolutionnaires à l'époque, et seul Volvo avec sa série 200 semblait aussi avancé dans ce domaine.

La qualité de la tôlerie et des motorisations a permis d'amener jusqu'à 2010 un nombre important de W123. On estime en France que près de 60 000 sont encore en circulation (selon les données du contrôle technique 2004). L'abondance du modèle sur le marché de l'occasion fait que l'on a du mal aujourd'hui à le voir comme une voiture de collection.

Extérieur[modifier | modifier le code]

On trouve du chrome, mais des pièces comme les baguettes ou les poignées sont faites de chrome et de plastique. L'avant et l'arrière sont très proches de la Classe S de l'époque. Les phares avant ronds derrière leurs optiques communs rappellent les phares américains et ceux arrières sont conçus pour ne pas se salir. Les phares avant carrés équipent d'abord les versions haut de gamme avant de se voir généralisés sur toutes les W123 en septembre 1982.

Intérieur[modifier | modifier le code]

Seuls deux modèles Mercedes disposeront d'orifice d'aération ronds : la W123 et la W107, Ce qui évite à la planche de prendre trop tôt un air vieillissant et la rend plus agréable que les trappes rectangulaires présente sur les autres modèles. Par rapport à la W114/W115, la planche de bord est une petite révolution, tant dans l'aspect que dans la fonctionnalité et la clarté des commandes qui possède chacune un symbole. On trouve sous les aérateurs une plaque qui regroupe les interrupteurs d'équipements (lunette arrière dégivrante, assiette de phare, toit ouvrant). La qualité des matériaux est évidente le sérieux de la construction aussi même si certains tableaux de bord et plus particulièrement les bleus sont sujets à des fissures avec le temps et le soleil. En dessous prend place la commande de chauffage séparé gauche/droite puis l'emplacement pour l'autoradio et le cendrier.

Mercedes propose plusieurs couleurs d'intérieurs, certaines très seventies, il y a des intérieurs verts, et aussi des intérieurs très classiques, tableau de bord noir+sièges beiges.

Derrière le levier de vitesses sont alors placés les commandes de vitres électriques et l'imposant warning (pour les premières séries).

La W123 reprend énormément d'éléments des dernières W115 : rétroviseurs extérieurs, volant, manivelles de vitres.

Motorisations[modifier | modifier le code]

La Type 123 a eu neuf motorisations différentes de quatre, cinq et six cylindres lors de son lancement en Europe (cinq essence et quatre diesel). Elle en avait en tous seize de disponible dont neuf en essence et sept en diesel. La version berline de la 300 D turbodiesel était uniquement destinée à l'exportation vers les États-Unis, le Canada et le Japon. Certain modèles spécifiques seront également disponible pour la Suisse. Plus aucun ne sont plus disponibles car les ventes on été stoppée.

Ce large choix va contribuer à son succès. Les chauffeurs de taxi s'équiperont principalement en 240 D et 300 D ; ces modèles afficheront alors des kilométrages approchant souvent le million de kilomètres.

  • Du côté des moteurs essence :
    • le M 115 quatre cylindres en ligne à carburateur de 2,0 litres faisant 69 kW (94 ch). Disponible sur la 200 berline première génération.
    • le M 102 quatre cylindres en ligne à carburateur de 2,0 litres faisant 80 kW (109 ch). Disponible sur les 200 berlines et breaks.
    • le M 115 quatre cylindres en ligne à carburateur de 2,3 litres faisant 80 kW (109 ch). Disponible sur les 230 berlines, breaks et coupés.
    • le M 102 quatre cylindres en ligne atmosphérique à injection indirecte de 2,3 litres faisant 100 kW (136 ch). Disponible sur les 230 E berlines breaks et coupés.
    • le M 123 six cylindres en ligne à carburateur de 2,5 litres faisant 95 kW (129 ch). Disponible sur les 250 berlines, breaks et limousine première génération.
    • le M 123 six cylindres en ligne à carburateur de 2,5 litres faisant 103 kW (140 ch). Disponible sur les 250 berlines, breaks et limousine deuxième génération.
    • le M 110 six cylindres en ligne à carburateur de 2,7 litres faisant 114 kW (156 ch). Disponible sur les 280 berlines et coupés.
    • le M 110 six cylindres en ligne atmosphérique à injection indirecte de 2,7 litres faisant 130 kW (177 ch). Disponible sur les 280 E berlines, breaks et coupés première génération.
    • le M 110 six cylindres en ligne atmosphérique à injection indirecte de 2,7 litres faisant 136 kW (185 ch). Disponible sur les 280 E berlines, breaks et coupés deuxième génération.
  • Du côté des moteurs diesel :
    • le OM 115 quatre cylindres en ligne à injection directe Common Rail de 2,0 litres faisant 40 kW (54 ch). Disponible sur la 200 D berlines première génération.
    • le OM 115 quatre cylindres en ligne à injection directe Common Rail de 2,0 litres faisant 44 kW (60 ch). Disponible sur la 200 D berlines deuxième génération.
    • le OM 115 quatre cylindres en ligne à injection directe Common Rail de 2,2 litres faisant 44 kW (60 ch). Disponible sur la 220 D berlines.
    • le OM 116 quatre cylindres en ligne à injection directe Common Rail de 2,4 litres faisant 48 kW (65 ch). Disponible sur les 240 D berlines, breaks, et limousines première génération.
    • le OM 116 quatre cylindres en ligne à injection directe Common Rail de 2,4 litres faisant 53 kW (72 ch). Disponible sur les 240 D berlines, breaks, et limousines deuxième génération.
    • le OM 117 cinq cylindres en ligne à injection directe Common Rail de 3,0 litres faisant 59 kW (80 ch). Disponible sur les 300 D berlines, breaks, et limousines première génération.
    • le OM 117 cinq cylindres en ligne à injection directe Common Rail de 3,0 litres faisant 65 kW (88 ch). Disponible sur les 300 D berlines, breaks, et limousines deuxième génération.

Mécanique[modifier | modifier le code]

La mécanique s'articule autour d'un pont à bras oscillant, de boîtes manuelles 4 et 5 vitesses et d'une boîte automatique.

Les options[modifier | modifier le code]

Les options les plus prestigieuses et les plus coûteuses sont :

  • Le coussin gonflable de sécurité (« airbag ») et les prétensioneurs de ceintures avant ;
  • L'ABS ;
  • La climatisation ;
  • Le correcteur d'assiette ;
  • Le régulateur de vitesse ;
  • La radio Becker Mexico ;
  • Le toit ouvrant électrique ;
  • Les jantes alliage.

La W123 en chiffres[modifier | modifier le code]

Podium des ventes par année[modifier | modifier le code]

Classement des ventes par année

Chiffres de production par année[modifier | modifier le code]

  1975 1976 1977 1978 1979 1980 1981 1982 1983 1984 1985 1986 Total
200 M115 5 26 374 39 112 35 884 34 190 23 207             158 772
200 M102         37 17 606 54 780 60 670 44 419 29 652 10 151   217 315
200T           648 3 142 3 809 4 742 4 092 2 422 5 18 860
230 9 32 060 49 426 42 270 47 739 23 549 1 132           196 185
230T       1 793 3 829 1 262             6 884
230C   1 3 484 7 049 6 538 1 603             18 675
230E         37 24 997 62 125 60 777 50 931 38 298 8 717   245 882
230TE         2 375 5 655 7 158 9 731 9 617 6 340 31 42 284
230CE           4 818 7 192 6 734 6 038 4 052 1 024   29 858
250 5 14 915 25 138 23 306 21 758 17 447 8 029 5 392 3 246 2 232 1 396   122 864
250T     1 1 382 2 946 2 761 402 213         7 705
280 957 12 821 7 530 4 103 3 139 3 477 1 179           33 206
280C   2 1 577 1 243 757 135             3 704
280E 607 17 638 17 651 14 904 18 383 17 703 12 723 10 757 8 545 5 946 1 518   126 375
280TE     3 1 260 4 059 3 614 1 956 2 545 2 716 2 293 1 329 14 19 789
280CE   2 6 413 6 958 5 091 4 013 2 774 2 509 2 237 1 476 665   32 138
200D 5 36 894 56 378 49 359 52 834 56 435 51 152 44 633 20 444 9 308 696   378 138
220D 4 16 733 19 323 19 230 1 446               56 736
240D 7 21 247 40 382 42 816 62 678 69 908 73 162 74 627 44 718 23 338 1 897   454 780
240TD       3 003 6 387 5 820 5 078 5 881 5 134 4 491 3 103 1 38 903
300D 9 28 996 48 605 49 908 52 296 50 197 38 858 30 720 18 773 10 920 2 717   331 999
300TD     1 3 144 1 118 7 523 3 308 3 712 3 149 2 823 2 030 4 36 874
300CD     1 078 2 485 1 834 1 770 335           7 502
300D Turbo             4 505 20 178 20 005 19 673 10 900   75 261
300TD Turbo         2 1 852 6 710 6 302 4 898 4 739 3 713 3 28 219
300CD Turbo             777 1 985 2 031 1 923 1 291   8 007
Total 1 608 207 683 316 102 310 097 337 162 344 085 344 974 348 602 251 757 174 873 59 909 63 2 696 915

Remarques sur les chiffres de production[modifier | modifier le code]

L'année 1975 est une année à part puisque ce sont des modèles de présérie qui sont assemblés, notamment pour les diesel qui ont été produits à seulement 24 exemplaires cette année-là. La 123 a d'abord été commercialisée en Allemagne en décembre 1975 avant d'être vendue et présentée en France en 1976, d'où le nombre important de 123 essence qui sont sorties des chaines en 1975.

Les trois premières années, la 240D, qui est le best seller des W123, n'occupe pas la première place, c'est la 200D qui se vend le mieux.

En général, ce sont les modèles diesel qui se vendent le mieux mais les modèles essence ont une embellie lors de la refonte moteur de l'année 1981 et l'apparition du moteur M102, la 230E est même la première vente en 1983 et 1984.

La 300D berline Turbodiesel, uniquement commercialisée aux États-Unis et au Canada, a été vendue à 75 261 exemplaires. C'est une quantité remarquable étant donné le marché limité dans lequel ce modèle a été disponible.

À titre de comparaison les chiffres de production des concurrentes :

  • Mercedes W123 de 1975 à 1986 : 2 696 915
  • Citroën CX de 1974 à 1990 : 1 042 460
  • Renault 20 et 30 : 634 740

Notes et Références[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]