Grand menhir brisé d'Er Grah

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la Préhistoire image illustrant l’archéologie image illustrant les monuments historiques français
Cet article est une ébauche concernant la Préhistoire, l’archéologie et les monuments historiques français.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Grand menhir brisé d'Er Grah
Image illustrative de l'article Grand menhir brisé d'Er Grah
Vue générale de l'édifice
Présentation
Nom local Men ar hroëc'h
Chronologie 5000 à 4500 av. J.-C.
Type Menhir
Période Néolithique
Faciès culturel Mégalithisme
Protection Logo monument historique Classé MH (1935)
Visite libre d'accès
Caractéristiques
Dimensions 20,60 m (280 tonnes)
Matériaux Pierres
Géographie
Coordonnées 47° 34′ 17″ Nord 2° 57′ 01″ Ouest / 47.571306, -2.950222[1]
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Morbihan
Commune Locmariaquer

Géolocalisation sur la carte : Bretagne

(Voir situation sur carte : Bretagne)
Grand menhir brisé d'Er Grah

Géolocalisation sur la carte : Morbihan

(Voir situation sur carte : Morbihan)
Grand menhir brisé d'Er Grah

Géolocalisation sur la carte : golfe du Morbihan

(Voir situation sur carte : golfe du Morbihan)
Grand menhir brisé d'Er Grah

Géolocalisation sur la carte : Alignements de Carnac

(Voir situation sur carte : Alignements de Carnac)
Grand menhir brisé d'Er Grah

Le Grand menhir brisé d'Er Grah, ou Men ar hroëc'h qui signifie « Pierre de la Fée » en Breton, situé sur le territoire de la commune de Locmariaquer, dans le Morbihan, est un menhir de dimensions exceptionnelles, le plus grand d'Europe[2] : 18,5 m de hauteur lorsqu'il était dressé (20,4 m partie en terre comprise), 3 m de largeur, masse estimée à 280 t[3]

Ce menhir, dont l'érection remonterait au milieu du Ve millénaire av. J.-C. est aujourd’hui à terre et brisé en quatre morceaux. Il se dressait au milieu d'un ensemble monumental associant exceptionnellement, en un même lieu, les trois familles de monuments mégalithiques :

Historique[modifier | modifier le code]

Le Grand menhir brisé d'Er Grah, vu du tumulus d'Er Grah

Selon le préhistorien Charles-Tanguy Le Roux, les résultats des dernières fouilles archéologiques montrent que le menhir n'était pas solitaire : il était relié à un alignement de fosses contenant 18 autres menhirs, découverts à l’arrière de la « Table des Marchand ». Cet alignement laisse supposer l'existence d’un ancien complexe de pierres levées, érigées en file indienne, qui se tenaient alignées, de la plus grande à la plus petite, sur plus de 55 mètres en direction du nord à partir de la base du Grand menhir mais la zone au-delà de la route actuelle n'a pas été fouillée[4]. Les fosses sont associées à des calages de trous de poteaux qui pourraient être les éléments des échafaudages destinés à tailler et lever ces grands menhirs[5].

Sur un des blocs, une gravure de « hache-charrue » découverte par René Serge Minot en 1964[6], est réinterprétée par l'archéologue Serge Cassen comme un cachalot, l'animal étant associé à des bovidés, une hache et une crosse. Cassen propose une opposition mythologique forte entre le motif qui évoque le milieu marin et les motifs symbolisant le milieu terrestre, opposition qui correspond à une époque de transition, où les derniers chasseurs-cueilleurs doivent abandonner leur ancien mode de vie[7].

Taillé dans de l'orthogneiss, dont les plus proches gisements se trouvent entre 10 et 20 km, il fut probablement acheminé sur radeau à travers le golfe du Morbihan (aux courants pourtant très forts), après avoir traversé l’estuaire des rivières de Vannes et Auray[8].

Pendant longtemps a prévalu l'hypothèse que ce monolithe, trop gros, s’est brisé lors de son érection[9]. Les hypothèses sur la chute du menhir ont varié entre la foudre, l'action humaine ou la ruine par un phénomène d'érosion progressive. Hypothèse la plus probable, l'ingénieur Francis Bougis pense que les séismes locaux auraient d'abord incliné la pierre avant de la faire chuter à une époque pouvant remonter à la fin du Néolithique[10]. On ne connait pas la raison de la chute des autres vers 4300 av. J.-C.. Une réutilisation de l'un d'eux à Gavrinis et sur la Table des Marchands est prouvée par une gravure scindée. Mais aucun tronçon du grand menhir n'a été réutilisé. Son redressement comme tant d'autres menhirs et antiquités a été envisagé en 1904 par M. Le Rouzic. L'attrait en serait accru sans nuire à sa valeur archéologique.

Certains[11] ont cru y voir la « colonne du Nord » ou la « colonne boréale » du géographe grec dit le Pseudo-Scymnos de Chio[12] (Ier siècle av. J.-C.). D'autres lui ont attribué la fonction d'indiquer l'entrée du golfe du Morbihan, mais sans apporter d'éléments en ce sens.

Il fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques depuis 1889[13].

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Géolocalisation grâce à Google Maps et Géoportail
  2. Henry de Lumley, Jean Guilaine, La Préhistoire française, Éditions du CNRS, , p. 208
  3. Francis Bougis, À propos du grand menhir brisé de Locmariaquer, Selbstverl, , p. 27
  4. Ministère de la Culture et de la Communication, Le Grand-Menhir… et les autres, sur le site Mégalithes du Morbihan, consulté le 5 juillet 2010.
  5. Jacques Briard, Loïc Langouët, Yvan Onnée, Les mégalithes du département d'Ille-et-Vilaine, Institut culturel de Bretagne, , p. 23
  6. R. S. Minot, Les monuments mégalithiques de l'Ile aux Moines, Société polymathique du Morbihan, 1964, p.72
  7. Cassen S., Vaquero J., 2000, La Forme d’une chose. In : Eléments d’architecture (Exploration d’un tertre funéraire à Lannec er Gadouer, Erdeven, Morbihan. Constructions et reconstructions dans le Néolithique morbihannais. Propositions pour une lecture symbolique). Chauvigny: Éditions chauvinoises, Mémoire 19, pp. 611–656.
  8. Charles-Tanguy Le Roux, « Les mégalithes armoricains dans leur paysage », Anthropologie et Préhistoire, no 109,‎ , p. 250
  9. Hypothèse d'Hornsey (R. Hornsey, The Grand Menhir Brisé: megalithic success or failure ?, Oxford Journal of Archaeology 6 (2), 1987, p.185–217) reprise par Gillings et al (Gillings, M., Pollard, J., Wheatley, D.W. and Peterson, R., Landscape of the Megaliths: excavation and fieldwork on the Avebury Monuments 1997–2003. Oxford: Oxbow, 2008.
  10. Jacques Briard, Les mégalithes, ésotérisme et réalité, Éditions Jean-Paul Gisserot, , p. 13
  11. Voir, par exemple, ici.
  12. Voir Fragments des poèmes géographiques de Scymnus de Chio et du faux Dicéarque, éd. par Antoine Jean Letronne, Paris, 1840, p. 66-69 (en ligne) ; ou une éd. de 1878. Cf. Les Géographes grecs. Tome I, Introduction générale. Pseudo-Scymnos, Circuit de la terre, éd. et trad. par Didier Marcotte, Paris, 2000 (CUF, 403) (ISBN 2-251-00487-4).
  13. « Notice no PA00091390 », base Mérimée, ministère français de la Culture

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Charles-Tanguy Le Roux, Éric Gaumé, Yannick Lecerf, Jean-Yves Tinevez, Monuments mégalithiques à Locmariaquer (Morbihan) : Le long tumulus d'Er Grah dans son environnement, CNRS éditions, 2007, (ISBN 2-2710-6490-2)
  • J.-A. Cilleros (dir.), Lieux étranges, mondes insolites, Marshall Edition developments limited, Londres, 1994