Azerbaïdjan oriental

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Azerbaïdjan (homonymie).
Azerbaïdjan-Oriental
Şərqi Azərbaycan Ostanı
استان آذربایجان شرقی
Image illustrative de l'article Azerbaïdjan oriental
Administration
Pays Drapeau de l'Iran Iran
Type Province
Capitale Tabriz
Date de création 1950
ISO 3166-2 IR-01
Code national as
Démographie
Population 3 724 720 hab. (2011)
Densité 82 hab./km2
Langue(s) Azéri
Géographie
Altitude Max. 3 722 m
Superficie 45 651 km2

L'Azerbaïdjan-Oriental ou Azerbaïdjan de l'Est (Şərqi Azərbaycan Ostanı en azéri, آذربایجان شرقی, Āzarbāyjān-e Šarqi en persan) est une province d'Iran faisant partie de l'Azerbaïdjan iranien. Elle est située au nord-ouest du pays, à la frontière de l'Arménie et de la république d'Azerbaïdjan. Sa capitale est Tabriz.

Géographie[modifier | modifier le code]

Arasbaran
Rivière Azar

L'Azerbaïdjan-Oriental couvre une superficie de 45 651 km2. Son territoire s'étend de la vallée de l'Araxe, au nord, jusqu'au confins septentrionaux du Zagros, au sud. Elle a des frontières communes avec la République d'Azerbaïdjan, l'Arménie et le Nakhitchevan au nord. Elle est bornée par les provinces d'Ardabil à l'est, de Zanjan au sud-est et d'Azerbaïdjan-Occidental au sud et à l'est. Un réseau développé de routes et de chemin de fer relie l'Azerbaïdjan de l'est aux autres parties de l'Iran et aux pays voisins.

Le relief est fortement montagneux, comptant sept chaînes de montagnes : les monts Qara Daq au nord, le Ghousheh Dagh au centre-nord, les volcans de Sabalân constituant la frontière avec l’Ardabil, la chaîne de Mishou et Mourou à l'ouest, le Bozghoush entre Miyâneh et Sarâb, la chaîne de volcans de Sahand au sud de Tabriz, et le Takht-e Soleyman au sud. Le plus haut sommet est le mont Sahand culminant à 3 722 m et situé au sud de Tabriz. La vallée de Tchâldorân au nord-est et la plaine de Moghân au nord-est sont les principaux espaces habitables auxquels s'ajoutent les plaines de Tabriz, de Marand et de Marâgheh[1].

Le climat est frais et sec, étant en majorité une région montagneuse. Mais les douces brises venant de la mer Caspienne ont une influence notable sur le climat dans les régions les plus basses. Les saisons idéales pour visiter cette province sont le printemps et l'été. L'amplitude thermique annuelle au sud est grande, avec des températures pouvant aller jusqu'à 50 C l'été et sous zéro l'hiver[2].

Subdivisions administratives[modifier | modifier le code]

Préfectures de la province d'Azerbaïdjan oriental.

Depuis la dernière subdivision du pays en 1996, les préfectures de la province d'Azerbaïdjan oriental sont : Ahar, Bonab, Bostan Abad, Haris, Hashtrood, Jolfa, Kalibar, Marand, Maraqeh, Malekan, Mianeh, Shabestar, Sarab et Tabriz. L'antique Tabriz est la ville la plus importante de la province, du point de vue culrurel, politique, économique et du commerce.

Environnement[modifier | modifier le code]

L'UNESCO a reconnu deux réserves de la biosphère dans la province d'Azerbaïdjan oriental : le lac d'Ourmia[3] et l'Arasbaran[4]. La superficie du lac d'Ourmia régresse depuis la construction dans les années 1980 de quelque 70 barrages sur les rivières tributaires du lac afin de dainer les terres agricoles. Son taux de salinitié augmente, la végétation et l'agriculture riveraines déclinent alors que le plancton se raréfie[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Porte de Tabriz vers 1840

L'Azerbaïdjan-Oriental est un des territoires les plus anciens en Iran. Il est le berceau du christianisme en Perse[5]. Le nom d'« Azerbaïdjan » dérive du nom du satrape achéménide de la Médie, Atropatès, qui conserva le pouvoir même après la conquête de la région par Alexandre le Grand, et qui le transmit à ses successeurs, qui en firent une État indépendant, jusqu'au IIe siècle av. J.-C. Les géographes grecs appelèrent la région Atropatène ou Médie Atropatios (Strabon), Tropatène (Ptolémée). Les Arméniens lui donnèrent le nom d'Āturpātakān, puis les Perses d'Āḏarbāyjān et Āḏarbāygān[6]. Au Moyen Âge, les géographes arabes forgèrent des étymologies fantaisistes, comme celle qui faisait dériver « Azerbaïdjan » d’āḏar, (le « feu ») et bāykān (le « guardian »)[6].Il contient Anshan, la capitale des Elamites, et le noyau de l'empire perse. Durant le règne d'Alexandre le Grand en Iran (331 av. J.-C.), un guerrier nommé Attorpat a mené une révolte dans cette région, qui est ensuite devenue un territoire mède et qui a par la suite été renommé Attorpatkan. Depuis lors, cette région a été connue sous les noms de Azarabadegan, Azarbadgan et Azerbaïdjan.

Certains chercheurs proclament que la naissance de Zoroastre aurait eu lieu dans cette région, au voisinage du lac d'Orumieh (Chichesht), dans la ville de Konzak. Cette province a été sujette a de nombreux bouleversements, attirant les intérêts des étrangers. Les Russes en particulier ont essayé d'exercer une influence durable sur cette région au cours des 300 années passées, occupant la région en de nombreuses occasions. Le mouvement constitutionnaliste iranien a commencé à Tabriz et dans les environs à la fin du XIXe siècle.

Dans la première moitié du XXe siècle, le territoire occupé actuellement par l'Azerbaïdjan-Oriental fait partie de la province iranienne d'Azerbaïdjan[7]. En décembre 1945, le Gouvernement populaire d'Azerbaïdjan est proclamé avec comme capitale Tabriz, pour une courte période[8].. En 1950, lors d'une réorganisation des divisions territoriales, cette province est scindée pour former les provinces de l'Azerbaïdjan-Occidental et de l'Azerbaïdjan-Oriental, lequel correspond alors aux provinces actuelles d'Azerbaïdjan-Oriental d'[9].

Démographie[modifier | modifier le code]

Selon le Recensement de l'Iran de 2011, l'Azerbïdjan-Occidental compte 3 724 720 habitants pour une densité brute de 81,6 habitants/km2[10].

Évolution de la population totale, 1956-2011 (milliers)[11]

Culture[modifier | modifier le code]

Monastère Saint Stepanos à Jolfa

Les particularités de la région d'un point de vue culturel sont sans contexte sa langue et son folklore.

Patrimoine[modifier | modifier le code]

L'organisation iranienne des héritages culturel (ICHO) a enregistré 936 sites d'intérêt historique significatif dans la province. Les principaux lieux patrimoniaux comprennent le bazar de Tabriz, le plus grand d’Iran, resté très authentique et classé à l’UNESCO, la Mosquée bleue de Tabriz, construite au XVe siècle, le Monastère Saint Stepanos à Jolfa et le village troglodyte de Kadovan[5].

Langues et groupes ethniques[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : Azéris d'Iran et Arméniens d'Iran.

Les Azéris d'Iran sont un peuple d'origines caucasienne, iranienne et turque, dont la langue, l'azéri, est de la famille turque. Ils représentent 16 % de la population iranienne totale et sont même majoritaires dans la province d'Azerbaïdjan oriental. On trouve également de petits groupes d'Arméniens.

La langue est l'azéri, une langue de la famille ouralo-altaïque, ayant des liens de parenté avec la langue turque. La province a engendré de nombreux intellectuels et poètes comme le mystique Mowlana Baba Mazeed (aussi nommé Rumi) et le poète contemporain Ostad Mohammad Hossein Shahriyar qui possède son mausolée à Tabriz.

L'Azerbaïdjan-Oriental est riche de nombreuses traditions azéries. Plusieurs danses locales et chansons folkloriques continuent à survivre parmi les différents peuples de la province. En tant que province de l'Iran depuis des siècles, l'Azerbaïdjan est mentionné favorablement dans de nombreuses occasions dans la littérature persane par les plus grands auteurs et poètes iraniens :

گزیده هر چه در ایران بزرگان

زآذربایگان و ری و گرگان

Tous les nobles et grands d'Iran

viennent d'Azerbaïdjan, de Rey et de Gorgan.

-- Vis o Ramin

از آنجا بتدبیر آزادگان

بیامد سوی آذرآبادگان

les sages et les hommes libres de là bas,

se sont installés en Azerbaïdjan

-- Nizami

بیک ماه در آذرآبادگان

ببودند شاهان و آزادگان

L'espace d'un mois, les Rois et les hommes libres

ont choisi l'Azerbaïdjan.

Gastronomie[modifier | modifier le code]

Ghorabiyes de Tabriz

La région de Tabriz est fameuse pour ses ghorabiyes, biscuits à base d'amande, de même que pour le koufteh, un plat avec de la viande hachée, du riz, des pois, des œufs, des noix et des herbes, le dolma, feuille de vigne farcie au riz et légumes, l'ash, soupe aux nouilles et légumes, et des pâtisseries[12].

Politique[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Les ressources minières de la province d'Azerbaïdjan oriental sont importantes, et elle compte plus de 180 mines en 1997. Le cuivre, par exemple, est exploité à Sungun, près de Ahar. Le pétrole est exploité par le Tabriz Oil Refinery and Petrochemical Complex

La province d'Azerbaïdjan oriental est un des centres industriels majeurs de l'Iran. Elle compte plus de 5 000 entreprises, dont 800 travaillent dans le secteur secondaire, ce qui représente 6 % du total national. La valeur de la production de ces entreprises industrielles totalisait 374 millions de dollars en 1997, soit 4,07 % du total national.

Les principales entreprises de la province sont les usines de verrerie Azerr, la papèterie Maraqeh, les engins agricoles de la Tabriz Tractor Manufacturing Co., les machines-outils de la Tabriz Machine Manufacturing Co., etc.

Tabriz est par ailleurs un centre important de l'artisanat traditionnel iranien. L'Azerbaïdjan oriental produit environ 66 000 tapis, ce qui correspond à 792 000 m², soit 35 % de la production iranienne. Les tapis de Tabriz participent à la réputation de la province par leurs motifs et leurs couleurs et la province représente plus de 70 % des exportations de tapis en Iran.

Collectivités locales[modifier | modifier le code]

Les principales communes de l'Azerbaïdjan oriental sont :

Rang Ville Nombre d'habitants
(2006)
1. Tabriz 1 398 060
2. Maraqeh 149 929
3. Marand 114 841
4. Mianeh 89 796
5. Ahar 86 760
6. Benab 76 610
7. Sarab 42 335
8. Azarshahr 36 801
9. Hadishahr 28 555
10. Ajabshir 26 847
11. Sardrud 24 932
12. Malekan 24 680

Société[modifier | modifier le code]

Éducation[modifier | modifier le code]

L'Azerbaïdjan-Oriental accueille de nombreuses universités techniques :

  1. Université de technologie de Sahand
  2. Université de médecine de Tabriz
  3. Université de formation des maîtres de Tabriz
  4. Université de Tabriz
  5. Université islamique libre de Bonab
  6. Université islamique libre de Tabriz
  7. Université islamique libre de Shabestar
  8. Université islamique libre de Maragheh
  9. Université islamique libre de Miyaneh
  10. Université des arts islamiques de Tabriz
  11. Université d'Azerbaïdjan de formation des maîtres, Azarshahr
  12. Collège universitaire de Nabi Akram

Personnalités[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Signes conventionnels : . Non disponible.

  1. Sarah Mirdamadi, « L’Azerbaïdjan Oriental », La revue de Téhéran, vol. 84,‎ (lire en ligne).
  2. a et b Sébastien Castelier, « La disparition du lac d’Ourmia à l’origine de troubles en Iran », Middle East Eye,‎ (lire en ligne).
  3. « Lake Oromeeh », UNESCO - MAB Reserve Mab Biosphere Directory.
  4. « Arasbaran », UNESCO - MAB Reserve Mab Biosphere Directory.
  5. a et b « Tabriz et l'Azerbaïdjan oriental », 2028-44, Comptoir des Voyages, (consulté le 20 juin 2017).
  6. a et b (en) Xavier de Planhol, « Azerbaijan i. Geography », Encyclopædia Iranica Online, mis à jour le 18 août 2011.
  7. (en) Gwillim Law, « Provinces of Iran », sur Statoids, (consulté le 4 janvier 2017).
  8. Edmond Berthaud, « La vie rurale dans quelques villages de l'Azerbaïdjan occidental », Revue de géographie de Lyon, vol. 43, no 3,‎ , p. 291-331 (lire en ligne).
  9. (en) Jan Lahmeyer, « Iran: Historical demographical data of the administrative division », sur Populstat, (consulté le 17 février 2017).
  10. (en) Statistical Center of Iran, National Population and Housing Census 2011 (1390) : Selected Findings, Téhéran, The President's Office, Deputy of Strategic Planning and Control, , 32 p. (lire en ligne).
  11. a. 1956 : Compilation par Law (2015) à partir de The Encyclopaedia Britannica World Atlas, 1964.
    b. 1961 : Compilation par Lahmeyer (2004) à partir de HW. Année de référence incertaine.
    c. 1966 : Compilation par Law (2015) à partir de Webster's New Geographical Dictionary, 1980 et par Lahmeyer (2004) à partir de WG.
    d. 1971 : Compilation par Lahmeyer (2004) à partir de PM.
    e. 1976 : Compilation par Law (2015) à partir de Iran Almanac, 1978, et par Lahmeyer (2004) à partir de DV.
    f. 1986 à 2011 par Law (2015) à partir de Iran Almanac, 1978 (1976); Fourth United Nations Conference on the Standardization of Geographical Names, volume II, 1987 (1986); The Stateman's Year-Book, 1997-1998 (1991 et 1996); (en) Statistical Center of Iran, National Population and Housing Census 2011 (1390) : Selected Findings, Téhéran, The President's Office, Deputy of Strategic Planning and Control, , 32 p. (lire en ligne) (2006 et 2011).
  12. Katayoun Varizi, « Tabriz, capitale de la province de l’Azerbaïdjan oriental », La revue de Téhéran, vol. 84,‎ (lire en ligne).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Pays et provinces limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Nakhitchevan
(Drapeau de l'Azerbaïdjan Azerbaïdjan)
(Drapeau de l'Arménie Arménie (Drapeau de l'Azerbaïdjan Azerbaïdjan Rose des vents
Azerbaïdjan-Occidental N Ardabil
O    Azerbaïdjan-Oriental    E
S
Azerbaïdjan-Occidental Zanjan