McLaren MP4/5B

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
McLaren MP4/5B
McLaren MP4/5B
La McLaren MP4/5B d'Ayrton Senna exposée à Suzuka
Présentation
Équipe Drapeau : Royaume-Uni Honda Marlboro McLaren
Constructeur McLaren Racing
Année du modèle 1990
Concepteurs Neil Oatley
Spécifications techniques
Châssis Monocoque en kevlar moulée en fibre de carbone
Suspension avant Amortisseurs Showa
Suspension arrière Amortisseurs Showa
Nom du moteur Honda RA100E
Cylindrée 3 493 cm3
690 ch à 13 000 tr/min
Configuration V10 ouvert à 72°
Boîte de vitesses McLaren/Hewland transversale
Nombre de rapports 6 + marche arrière
Système de freinage Freins à disque carbone Brembo / Carbon Industries
Dimensions Empattement : 2 940 mm
Voie avant : 1 820 mm
Voie arrière : 1 670 mm
Carburant Shell
Pneumatiques Goodyear
Histoire en compétition
Pilotes 27. Drapeau : Brésil Ayrton Senna
28. Drapeau : Autriche Gerhard Berger
Début Grand Prix automobile des États-Unis 1990
Courses Victoires Pole Meilleur tour
16 6 12 5
Championnat constructeur Champion avec 121 points
Championnat pilote Ayrton Senna : Champion
Gerhard Berger : 4e

Chronologie des modèles (1990)

La McLaren MP4/5B est la monoplace de Formule 1 engagée par l'écurie britannique McLaren Racing dans le cadre de la saison 1990 de Formule 1. Conçue par Neil Oatley, elle est pilotée par le Brésilien Ayrton Senna, présent dans l'écurie depuis 1988, et l'Autrichien Gerhard Berger, en provenance de la Scuderia Ferrari. La MP4/5B est équipée d'un moteur V10 Honda.

Historique[modifier | modifier le code]

La McLaren MP4/5B d'Ayrton Senna exposée au Honda Collection Hall.

La saison commence aux États-Unis où Berger signe la pole position. En course, l'Autrichien heurte un mur de pneus, sans gravité pour sa monoplace, mais est bon dernier, jusqu'à son abandon au quarante-quatrième tour sur un problème d'embrayage. Senna, parti cinquième, remonte à la seconde place dès le premier tour et se bagarre avec la Tyrrell 018 de Jean Alesi, qu'il dépasse au trente-quatrième tour, et remporte la course[1],[2].

Au Brésil, Senna obtient la pole position et conserve la tête de l'épreuve jusqu'au quarante-et-unième tour, où il percute la Tyrrell de Satoru Nakajima, à qui il allait prendre un tour. Le Brésilien rentre aux stands pour faire réparer son aileron avant et repart en troisième position, place qu'il occupe à l'arrivée. Berger, parti deuxième, conserve cette position et termine derrière le vainqueur Alain Prost[3],[4].

Senna et Berger occupent la première ligne du Grand Prix de Saint-Marin, mais le Brésilien abandonne au troisième tour sur un problème de jante, tandis que son coéquipier termine deuxième[5],[6]. Ayrton Senna signe la pole et la victoire lors des deux manches suivantes, à Monaco et au Canada, alors que son coéquipier n'obtient qu'un podium en principauté[7],[8].

Au Mexique, Gerhard Berger part de la première place et termine troisième, alors que la monoplace de Senna, en tête de la course pendant les soixante premiers tours, est victime d'une crevaison de son pneu arrière droit, l'obligeant à s'arrêter à six tours de l'arrivée[9],[10].

Les Grands Prix de France et de Grande-Bretagne sont plus délicats pour McLaren, lors desquels Senna obtient deux troisièmes places alors que Berger est cinquième sur le circuit Paul-Ricard[11],[12]. Les cinq manches suivantes permettent au Brésilien trois victoires et deux deuxièmes places, tandis que Berger monte à trois reprises sur le podium.

Lors du Grand Prix d'Espagne, Senna ne doit marquer qu'un point pour être sacré champion du monde devant Alain Prost. Le Brésilien s'élance depuis la pole position et est en lutte contre son rival français jusqu'au cinquante-et-troisième tour où il abandonne sur une défaillance de radiateur, permettant au pilote Ferrari de remporter la course. Trois boucles plus loin, Berger, alors cinquième, tente de dépasser la Williams FW13B de Thierry Boutsen mais s'accroche avec la monoplace du Belge, le contraignant à l'abandon[13],[14].

Vue arrière de la McLaren MP4/5B d'Ayrton Senna, exposée au Honda Collection Hall.

Au Japon, avant-dernière manche de la saison, Senna signe la pole devant Prost. La première place sur la grille étant du côté sale de la piste, le Brésilien demande que cet emplacement soit changé. Si les organisateurs acceptent sa requête, Jean-Marie Balestre, le président de la Fédération internationale du sport automobile intervient pour annuler cette décision. Au départ de la course, Prost s'envole et dépasse Senna, qui le percute au premier virage, entraînant l'abandon des deux hommes. Ayant neuf points d'avance sur le Français à une manche de la fin du championnat, le Brésilien remporte son deuxième titre de champion du monde alors que McLaren est champion du monde des constructeurs. Si son geste suscite l'incompréhension de la part de la discipline qui regrette que Senna ne soit pas pénalisé, Ron Dennis, le patron de l'écurie, avouant même à son pilote qu'il est déçu de ce comportement, Senna explique : « Aujourd'hui, je suis réellement heureux. Ce titre représente énormément de choses pour moi et pour l'écurie Mclaren qui m'a soutenu dans les périodes délicates que j'ai traversées en début d'année. La saison a été longue et difficile, la concurrence redoutable. L'accident ? Ce sont des choses qui arrivent. Nous voulions tous les deux l'emporter, donc nous avons pris des risques. Alain a tout simplement commis une erreur. Par ailleurs, un titre mondial se construit sur l'ensemble d'une saison et non pas sur une course. De toute façon, cet accrochage a remis les choses à leur place par rapport à 1989 ». De son côté, Gerhard Berger, quatrième sur la grille, part en tête-à-queue dès le premier tour[15],[16],[17].

Un an plus tard, Ayrton Senna avoue que cet accrochage était prémédité : « En 1989, j'ai gagné la course mais on me l'a enlevée. Il va toujours manquer cette victoire à ma carrière. J'ai été empêché d'accéder au podium par Balestre alors que j'avais gagné. Ça, je n'oublierai jamais. Comme résultat de ceci, il y a eu la course de 1990. Le mauvaise emplacement de la pole position n'a pas été déplacé par Balestre. J'ai été si frustré que je me suis juré que si, après le départ, je perdais la première place, je tenterais tout au premier virage et que Prost ne passerait pas devant moi. Ça a été le résultat des décisions stupides prises par les politiciens... »[18].

Lors de la dernière manche de la saison, en Australie, Senna et Berger sont ensemble sur la première ligne. Si le Brésilien abandonne au soixante-et-unième tour de l'épreuve à la suite d'un accident alors qu'il était en tête, l'Autrichien termine quatrième[19],[20].

À l'issue du championnat, McLaren Racing est champion du monde des constructeurs avec 121 points. Avec 92 points, Ayrton Senna devient double champion du monde, tandis que Gerhard Berger, détenteur de 43 unités, est quatrième[21],[22].

Résultats en championnat du monde de Formule 1[modifier | modifier le code]

Résultats détaillés de la McLaren MP4/5B en championnat du monde de Formule 1
Saison Écurie Moteur Pneumatiques Pilotes Courses Points
inscrits
Classement
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16
1990 Honda McLaren Marlboro Honda V10 Goodyear USA BRÉ SMR MON CAN MEX FRA GBR ALL HON BEL ITA POR ESP JAP AUS 121 Champion
Ayrton Senna 1er 3e Abd 1er 1er 20e* 3e 3e 1er 2e 1er 1er 2e Abd Abd Abd
Gerhard Berger Abd 2e 2e 3e 4e 3e 5e 14e* 3e 16e* 3e 3e 4e Abd Abd 4e

Légende : ici
* Le pilote n'a pas franchi la ligne d'arrivée mais est classé pour avoir parcouru plus de 90% de la distance de course.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Qualifications du Grand Prix des États-Unis 1990 », sur statsf1.com (consulté le 2 mai 2014)
  2. « Classement du Grand Prix des États-Unis 1990 », sur statsf1.com (consulté le 2 mai 2014)
  3. « Qualifications du Grand Prix du Brésil 1990 », sur statsf1.com (consulté le 2 mai 2014)
  4. « Classement du Grand Prix du Brésil 1990 », sur statsf1.com (consulté le 2 mai 2014)
  5. « Qualifications du Grand Prix de Saint-Marin 1990 », sur statsf1.com (consulté le 2 mai 2014)
  6. « Classement du Grand Prix de Saint-Marin 1990 », sur statsf1.com (consulté le 2 mai 2014)
  7. « Classement du Grand Prix de Monaco 1990 », sur statsf1.com (consulté le 2 mai 2014)
  8. « Classement du Grand Prix du Canada 1990 », sur statsf1.com (consulté le 2 mai 2014)
  9. « Qualifications du Grand Prix du Mexique 1990 », sur statsf1.com (consulté le 2 mai 2014)
  10. « Classement du Grand Prix du Mexique 1990 », sur statsf1.com (consulté le 2 mai 2014)
  11. « Classement du Grand Prix de France 1990 », sur statsf1.com (consulté le 2 mai 2014)
  12. « Classement du Grand Prix de Grande-Bretagne 1990 », sur statsf1.com (consulté le 2 mai 2014)
  13. « Qualifications du Grand Prix d'Espagne 1990 », sur statsf1.com (consulté le 2 mai 2014)
  14. « Classement du Grand Prix d'Espagne 1990 », sur statsf1.com (consulté le 2 mai 2014)
  15. « Qualifications du Grand Prix du Japon 1990 », sur statsf1.com (consulté le 2 mai 2014)
  16. « Classement du Grand Prix du Japon 1990 », sur statsf1.com (consulté le 2 mai 2014)
  17. Olivier Ferret, « Ron Dennis : Senna était le plus grand, il était unique », sur motorsport.nextgen-auto.com, (consulté le 2 mai 2014)
  18. « Ayrton Senna, le mythe : Règlement de comptes à O.K. Suzuka », sur motorsinside.com (consulté le 2 mai 2014)
  19. « Qualifications du Grand Prix d'Australie 1990 », sur statsf1.com (consulté le 2 mai 2014)
  20. « Classement du Grand Prix d'Australie 1990 », sur statsf1.com (consulté le 2 mai 2014)
  21. (en) « Classement des constructeurs1991 », sur formula1.com (consulté le 2 mai 2014)
  22. (en) « Classement des pilotes 1991 », sur formula1.com (consulté le 2 mai 2014)

Sur les autres projets Wikimedia :