Deus ex machina

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Deus ex machina (homonymie).
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Des informations de cet article ou section devraient être mieux reliées aux sources mentionnées dans la bibliographie, sources ou liens externes (avril 2016).

Améliorez sa vérifiabilité en les associant par des références à l'aide d'appels de notes.

Deus ex machina dans le théâtre grec (Medea par Euripide, mise en scène de 2009 à Syracuse, Italie)

Deus ex machina [deus ɛks makina] est une locution latine qu'on peut traduire par « dieu sorti de la machine ».

Étymologie[modifier | modifier le code]

Traduction d'une expression grecque préalable (Ἀπὸ μηχανῆς θεός / Apò mêkhanễs theós), cette locution désigne, dans le vocabulaire théâtral, le procédé faisant entrer en scène, en le descendant des cintres, un dieu. Le mécanisme exact servant à faire entrer en scène une divinité s'appelle en grec ancien « mèchanè ».

Aspect linguistique[modifier | modifier le code]

L'intervention d'une divinité étant à même de dénouer de manière impromptue une situation désespérée, l'expression peut être étendue à toute résolution d'histoire qui ne suit pas la logique interne du récit mais permet au dramaturge de conclure sa pièce de la manière qu'il désire. Elle peut, cependant, désigner la simple représentation sur scène d'une divinité.

Cette expression est employée dans le domaine de la dramaturgie au sens large (théâtre, scénario de cinéma et de série télé, bande dessinée…) pour désigner « l’événement inattendu et improbable qui vient régler les problèmes du protagoniste à la dernière minute[1] ».

Dans le langage courant, l'expression s'applique aussi à un élément qui arrive par surprise et qui résout un problème bloqué jusque-là. On peut donc dire d'une personne qu'elle est le deus ex machina si elle vient arranger un problème au dernier moment.

Exemples[modifier | modifier le code]

Littérature[modifier | modifier le code]

Chez Molière, l’intervention de l’autorité royale constitue une variante du Deus ex machina : dans Tartuffe, la dernière réplique est un éloge du prince, auquel le recours a été rendu nécessaire par les violentes attaques des coteries contre la pièce : « Nous vivons sous un prince ennemi de la fraude, / Un prince dont les yeux se font jour dans les cœurs, / Et que ne peut tromper tout l’art des imposteurs. ».

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Yves Lavandier, La dramaturgie, Le Clown et L'Enfant, 1994, 1997, 2004 (ISBN 2-910606-03-1)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Brigitte Le Guen (dir.) et Silvia Milanezi (dir.), L'appareil scénique dans les spectacles de l'Antiquité, Saint-Denis, Presses universitaires de Vincennes, coll. « Théâtres du monde », , 249 p. (ISBN 978-2-84292-392-1, présentation en ligne)
    Actes de la journée d'étude internationale tenue le 26 mars 2010 à l'Université de Nantes.
  • Jules Brody, « Deus ex machina, ou le mythe de l'intrusion divine dans le théâtre de Jean Giraudoux », Revue d'histoire littéraire de la France, Paris, Presses universitaires de France (PUF), no 1, 102e année,‎ , p. 57-69 (lire en ligne).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :