Deus ex machina

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Deus ex machina (homonymie).
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (avril 2016).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
La mise en forme de cet article est à améliorer (avril 2016).

La mise en forme du texte ne suit pas les recommandations de Wikipédia : il faut le « wikifier ». Découvrez comment faire.

La typographie, les liens internes ou externes, les conventions de style, la présentation des sourcesetc. sont autant de points qui peuvent ne pas convenir voire être absents. Les raisons de la pose de ce bandeau sont peut-être précisées sur la page de discussion. Si seules certaines sections de l'article sont à wikifier, pensez à les indiquer en utilisant {{section à wikifier}}.

Deus ex machina dans le théâtre grec (Medea par Euripide, mise en scène de 2009 à Syracuse, Italie)

Deus ex machina [deus ɛks makina] est une locution latine qu'on peut traduire par « dieu sorti de la machine ».

Étymologie[modifier | modifier le code]

Traduction d'une expression grecque préalable (Ἀπὸ μηχανῆς θεός / Apò mêkhanễs theós), cette locution désigne, dans le vocabulaire théâtral, le procédé faisant entrer en scène, en le descendant des cintres, un dieu. Le mécanisme exact servant à faire entrer en scène une divinité s'appelle en grec ancien « mèchanè ».

Aspect linguistique[modifier | modifier le code]

L'intervention d'une divinité étant à même de dénouer de manière impromptue une situation désespérée, l'expression peut être étendue à toute résolution d'histoire qui ne suit pas la logique interne du récit mais permet au dramaturge de conclure sa pièce de la manière qu'il désire. Elle peut, cependant, désigner la simple représentation sur scène d'une divinité.

Cette expression est employée dans le domaine de la dramaturgie au sens large (théâtre, scénario de cinéma et de série télé, bande dessinée…) pour désigner « l’événement inattendu et improbable qui vient régler les problèmes du protagoniste à la dernière minute[1] ».

Dans le langage courant, l'expression s'applique aussi à un élément qui arrive par surprise et qui résout un problème bloqué jusque-là. On peut donc dire d'une personne qu'elle est le deus ex machina si elle vient arranger un problème au dernier moment.

Exemples[modifier | modifier le code]

Littérature[modifier | modifier le code]

Chez Molière, l’intervention de l’autorité royale constitue une variante du Deus ex machina : dans Tartuffe, la dernière réplique est un éloge du prince, auquel le recours a été rendu nécessaire par les violentes attaques des coteries contre la pièce : « Nous vivons sous un prince ennemi de la fraude, / Un prince dont les yeux se font jour dans les cœurs, / Et que ne peut tromper tout l’art des imposteurs. ».

Bandes dessinées / Mangas[modifier | modifier le code]

Deus ex Machina est le titre d'une série de bande dessinée, scénarisée par Anton et dessinée par Boutanox.

Dans Doraemon, les gadgets de Doraemon peuvent provoquer des manières de deus ex machina.

Dans Date A Live, les héros ont affaire à l'entreprise DEM, abréviation pour « Deus Ex Machina ».

Dans Hellsing, « Deus Ex Machina » est le nom du ballon dirigeable en commandement des opérations sur territoire anglais.

Dans Mirai Nikki, « Deus Ex Machina » est le dieu qui organise le jeu des journaux du futur.

Dans Scott Pilgrim, lors du combat contre Todd dans le tome 3, Scott est sauvé par un deus ex machina.

Jeux[modifier | modifier le code]

En murder party, ou soirée enquête, ce terme réfère souvent à un abus du scénario ou de l'organisateur pour déclencher une action qui n'aurait pas pu avoir lieu du seul jeu de rôle des joueurs.

Dans le cas des jeux de rôles, un usage similaire du terme est fait lorsque le maître de jeu résout, par le biais d'une force extérieure, une situation à laquelle les personnages joueurs ne pourraient survivre sinon. Généralement, le fait qu'un personnage soit désigné comme un « élu » et qu'il force un autre personnage à accomplir une action qu'il n'aurait pas accomplie auparavant, l'apparente au deus ex machina.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Yves Lavandier, La dramaturgie, Le Clown et L'Enfant, 1994, 1997, 2004 (ISBN 2-910606-03-1)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :