Martot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Martot
Martot
Blason de Martot
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Eure
Arrondissement Les Andelys
Intercommunalité Communauté d'agglomération Seine-Eure
Maire
Mandat
François Charlier
2020-2026
Code postal 27340
Code commune 27394
Démographie
Gentilé Martotais
Population
municipale
531 hab. (2018 en diminution de 9,54 % par rapport à 2013)
Densité 63 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 17′ 45″ nord, 1° 03′ 58″ est
Altitude Min. 4 m
Max. 126 m
Superficie 8,48 km2
Unité urbaine Rouen
(banlieue)
Aire d'attraction Rouen
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Pont-de-l'Arche
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Normandie
Voir sur la carte administrative de Normandie
City locator 14.svg
Martot
Géolocalisation sur la carte : Eure
Voir sur la carte topographique de l'Eure
City locator 14.svg
Martot
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Martot
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Martot

Martot est une commune française située dans le département de l'Eure, en région Normandie.

Les Martotais y habitent.

Géographie[modifier | modifier le code]

Martot est située dans la plaine alluviale de la Seine, entre Elbeuf et Val-de-Reuil.

Représentations cartographiques de la commune
Carte OpenStreetMap
Carte topographique

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est d'une part riveraine de la Seine.

La commune est d'autre part traversée par l'Eure, cette rivière étant passée en amont par Criquebeuf-sur-Seine. Le déversoir qui y est construit marque la limite départementale. L'Eure y coule en lieu et place d'un ancien bras du fleuve Seine (l'île aux Moines sépare les deux cours d'eau) remployé lorsqu'il s'est agi d'assurer la navigabilité de la rivière vers la fin des années 1930. Le barrage sur la Seine (dit barrage de Martot) se situant à l'extrémité nord-ouest de la commune est ainsi supprimé.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Selon la terminologie définie par l'Insee et le zonage publié en 2020, Martot est une commune urbaine[Note 1]. Elle appartient en effet à l'unité urbaine de Rouen, une agglomération inter-départementale regroupant 50 communes[1] et 467 575 habitants en 2017, dont elle est la banlieue[2],[3].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Rouen, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 317 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[4],[5].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous la forme Marethot vers 1160[6],[7].

Il s'agit d'une formation toponymique médiévale de type scandinave en -tot[6],[7], élément issu du vieux norrois topt, toft « emplacement pour une habitation, ferme ». Le premier élément Mar- représente l'appellatif toponymique et nom propre mare « mare, étang »[7], terme normand à l'origine passé en français. Il est issu du vieux norrois marr « mer » qui a acquis en Normandie un sens restreint cf. féroien marrur « boue ». Il est normalement placé en seconde position (Roumare, Vandrimare, Prétot-Vicquemare, etc.) mais en position initiale, il est plus rare, on le rencontre par exemple dans Marbeuf (Eure, Marbuet XIe siècle)[7].

Histoire[modifier | modifier le code]

On garde le souvenir d'une chapelle Saint-Nicolas[8], placée entre les XIIIe et XVIIe siècles sous le patronage de l'abbaye du Bec.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Martot Blason
Coupé : au 1) d'or à l'aigle de sable, au 2) parti au I de gueules semé de fleurs de lys d'argent et au II d'azur à la fasce ondée d'argent.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1843 1870 Pierre Alexandre Grandin de L'Eprevier    
Les données manquantes sont à compléter.
avant 1995 ? Pierre Picard    
mars 2001 mars 2014 Daniel Laffilée DVD  
mars 2014 En cours François Charlier LREM Cadre
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[9]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[10].

En 2018, la commune comptait 531 habitants[Note 3], en diminution de 9,54 % par rapport à 2013 (Eure : +0,83 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
184199189191195219226266260
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
274279309324327304326301291
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
262251225208195219199212222
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
246270294508505435506559590
2018 - - - - - - - -
531--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006[12].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

  • Le siège du groupe Sétin [1] (quincaillerie) se situe à Martot.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Aignan, construite en 1857 par la famille Grandin de L'Eprevier, pour remplacer l'ancienne église paroissiale, devenue chapelle du château[13]. Le diocèse catholique d'Évreux en est l'affectataire par l'intermédiaire de la paroisse Saint-Pierre-des-Deux-Rives qui dessert cette église.
  • Un ancien hôtel particulier de 1734 en lisière de commune[14], qui passa en 1835 à la famille Grandin de L'Eprevier, dont un membre, Pierre Alexandre Grandin de L'Eprevier, fut maire de 1843 à 1870.
  • Illustrations en ligne[15].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Une commune rurale est une commune n'appartenant pas à une unité urbaine. Les autres communes sont dites urbaines.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Unité urbaine 2020 de Rouen », sur https://www.insee.fr/ (consulté le 3 décembre 2020)
  2. « Base des unités urbaines 2020 », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 3 décembre 2020)
  3. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 3 décembre 2020)
  4. « Base des aires d'attraction des villes 2020 », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 3 décembre 2020)
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc, Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 3 décembre 2020)
  6. a et b Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, Librairie Guénégaud, (1re éd. 1963), 738 p. (ISBN 2-85023-076-6), p. 439.
  7. a b c et d François de Beaurepaire (préf. Marcel Baudot), Les Noms des communes et anciennes paroisses de l'Eure, Paris, A. et J. Picard, , 221 p. (ISBN 2-7084-0067-3, OCLC 9675154), p. 142
  8. Notice no IA00017986.
  9. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  10. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  11. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  13. « Église Saint-Aignan », notice no IA00017987.
  14. « Château de Martot », notice no IA00017985.
  15. « Photographies de Martot », sur www.annuaire-mairie.fr (consulté le 25 juin 2016)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :