Marine de la République du Congo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ne doit pas être confondu avec Marine de la République démocratique du Congo.
Marine de la République du Congo
Création 1960
Pays Drapeau de la République du Congo République du Congo
Type Marine de guerre
Effectif 800
Fait partie de Forces armées de la République du Congo
Garnison Groupement Naval de Pointe-Noire, Brazzaville et Mossaka

La Marine de la République du Congo assure une surveillance de l'espace maritime de la République du Congo, de ses 169 km de côtes et du fleuve Congo avec son équipement réduit.

Organisation[modifier | modifier le code]

Marins congolais salué par un capitaine de l'US Navy à Port-Noire en 2011.

Elle dispose de 3 bases navales à Pointe-Noire, Brazzaville et Mossaka et son effectif en 2011, comme en 2007 était de 800 personnes dont 600 fusiliers marins contre 250 en 1985[1]. Elle est divisée entre marine côtière et marine fluviale.

Équipement en 2011[modifier | modifier le code]

Sa flotte a été renouvelée entre 2009 et 2010 par des navires provenant de chantiers navals militaires chinois[2] :

  • 4 patrouilleurs construit par Quionjan (Qingdao) livrés entre 2009 et 2010. Déplacement : 203 tonnes (247 pc). Dimensions : 46,8 m x 7,20 m x 1,96 m. Vitesse : 26 nœuds Équipage : 26 marins. Armement : 1 canon de 30 mm, 2 x 2 mitrailleuses de 14,5 × 114 mm.
    • P 201 05 février 1979
    • P 202 31 juillet 1968
    • P 203 15 août 1960
    • P 204 10 juin 1991
  • 4 vedettes type 305 PH chinoises livrés en 2009. Dimensions : 11,99 m x 3,20 x 0,65 m. Vitesse : 36 nœuds. Équipage : 4 marins (+ 4 passagers). Armement : 3 mitrailleuses de 7,62 mm.
    • V 121
    • V 122
    • V 123
    • V 124
  • 2 vedettes de transport d'autorités. Dimensions : 6,20 m x 2,40 m. Moteur Yamaha de 200 ch.

Équipement en 2007[modifier | modifier le code]

Hors navires de construction locales, les unités listées ont été commandées sous la république populaire du Congo. Certains des bateaux cités ci-dessus n'étaient déjà plus opérationnels en 2001 à la suite de la guerre civile du Congo-Brazzaville qui a touché ce pays[3], et étant données les faibles ressources de l'état Congolais, la situation en 2007 était quasiment la même à part la disparition des trois patrouilleurs de classe Zhuk et l'apparition d'une dizaine de petits bateaux construits dans ce pays[4] :

  • 3 patrouilleurs classe Piranha construits par Bazan à Cadix en juillet 1981[1] . Déplacement : 138 tonnes (pleine charge). Dimensions : 32,7 m x 6,15 m x 1,55 m. Équipage : 19 marins. Armement : 1 canon OTO Melara de 40mm + 1 canon Oerlikon de 20mm + 1 x 2 mitrailleuses Browning M2 de 12,7mm.
    • P 601 Marien N'Gouabi (ex-L'Intrépide). Contrat d'achat en 1980. Commissionné le 11 novembre 1982.
    • P 602 Les Trois Glorieuses (ex-Le Vaillant). Commissionné en janvier 1983, seul rescapé des 3 navires en 2001 selon le site Hazegray[5].
    • P 603 Maloango (ex-Le Terrible). Commissionné le 28 mars 1983.
  • 3 patrouilleurs classe Zhuk construits en URSS. Déplacement : 50 t (plein charge). Dimensions : 24 m x 5 m x 1,5 m. Équipage : 12 marins. Armement : 2 x 2 mitrailleuses de 14,5 × 114 mm.
    • V 301. Commissionnés entre 1982 et février 1984. Ne sont pas mentionnés dans le Naval Institute Guide de 2007.
    • V 302
    • V 303
  • 2 vedettes type Arcor 43 construites par Arcor en France. Déplacement : 12 t. Dimensions : 13 m x 4 x 1,5 m. Armement : 1 mitrailleuse de cal. 7,62 mm.
    • André Matsoua. Commissionnés entre 1982 et 1985.
    • Christian Malongga Mokoko
  • 2 vedettes type Arcor 38 construites par Arcor en France. Déplacement 7,5 t. Dimensions : 11,4 m x 3,6 m x 1,1. Armement : 1 mitrailleuse de cal. 7,62 mm.
    • Enseigne de Vaisseau Yamba Lamass. Commissionnés en 1982.
    • nc
  • Plus d'une dizaine de bateaux à moteurs locaux.

Marine marchande[modifier | modifier le code]

La marine marchande de ce pays en 1984 comprenait 21 navires totalisant un tonnage de 8 458 tjb[1].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Jean Labayle-Couhat, Flottes de combat 1986, Édition maritimes & d'outre-mer, , 890 p. (ISBN 2-7373-2887-X), p. 208
  2. Bernard Prézelin, Les Flottes de combat 2012, Rennes, Éditions maritimes et d'outre-mer, , 1475 p. (ISBN 978-2737350214), p. 365
  3. Bernard Prézelin, Les Flottes de combat 2002, Rennes, Éditions maritimes et d'outre-mer, (ISBN 2-7373-2887-X), p. 289
  4. (en) Eric Wertheim, Naval Institute Guide to Combat Fleets of the World: Their Ships, Aircraft, and Systems, Naval Institute Press, , 1124 p. (ISBN 978-1591149552, lire en ligne), p. 143
  5. (en) Andrew Toppan, « World Navies Today: Other Africa Navies », Hazegray, (consulté le 14 mai 2011)