Manade

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Gardian au milieu de sa manade.

Une manade (prov. manado) est un troupeau libre de taureaux, de vaches ou de chevaux conduit par un gardian, notamment en Camargue. Elles constituent des lieux d'élevage extensif de taureaux et de chevaux de Camargue pour la course camarguaise, les fêtes taurines, l'équitation et la commercialisation de leur viande. Le taureau de Camargue est sauvage, sa robe est noire et ses cornes en lyre sont pointées vers le ciel ; il est léger, souple, rapide et combatif, il est aussi classé AOP pour sa viande. Dans les manades, on peut assister à des ferrades (le ferrage des jeunes taurillons à la marque de la manade), ou bien au tri des taureaux ; certaines manades possèdent des arènes où des jeux de course camarguaise sont organisés.

Présentation[modifier | modifier le code]

La manade est dirigée par le manadier (ou la manadière)[1], tandis que le baile en est le régisseur. Les taureaux sauvages de Camargue sont de trois sortes :

Les manades sont répandues principalement en Crau, en Camargue de Provence, ou dans la Petite Camargue du Languedoc[6], comme à Aimargues. Le mot « manade », employé pour les troupeaux de gros bétail, désignait aussi autrefois les troupeaux de moutons[6].

Liste des manades par ordre alphabétique[modifier | modifier le code]

Sommaire : Haut - A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

A[modifier | modifier le code]

B[modifier | modifier le code]

C[modifier | modifier le code]

F[modifier | modifier le code]

J[modifier | modifier le code]

L[modifier | modifier le code]

M[modifier | modifier le code]

N[modifier | modifier le code]

R[modifier | modifier le code]

S[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Saint-Gilles, Aigues-Mortes, Le Grau-du-Roi et la Camargue. Au cours du Vidourle, ouvr. coll. dir. par Pierre Macaire, éd. Le Plein des Sens, 2003, (ISBN 87-90493-73-7).
  2. Saumade 1994 et 1995, p. 10.
  3. a b et c Casanova et Dupuy 1981, p. 100.
  4. Bérard 2003, p. 410.
  5. Bérard 2003, p. 267.
  6. a et b Casanova et Dupuy 1981, p. 101.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :