Bandido

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bandido (homonymie).
Bandido à Beauvoisin.
Abrivado-bandido à Calvisson.

La bandido est un mot provençal (du provençal bandir ou fòrabandir, « expulser » les taureaux) qui désignait initialement le retour des taureaux des arènes vers les pâturages (l'abrivado désignant le transfert des pâturages vers les arènes).

Depuis le XXe siècle, ce terme désigne une tradition taurine provençale et languedocienne consistant à simuler dans les rues fermées d’une ville ou d’un village le retour des taureaux des arènes au pré.

Origines[modifier | modifier le code]

La bandido était le contraire de l'abrivado: la course aux arènes une fois finie, les taureaux étaient ramenés par les gardians vers leurs pâturages en effectuant le chemin inverse, c'est-à-dire des arènes au pré. Comme dans le cas de l'abrivado, il arrivait que les jeunes villageois tentent de faire échapper les taureaux, afin de s’en amuser.

De nos jours[modifier | modifier le code]

Bandido[modifier | modifier le code]

Attrapaïre en action lors de l'abrivado-bandido de Calvisson.
Attrapaïre en action lors de l'abrivado-bandido de Calvisson.

L'abrivado-bandido a remplacé le taureau à la corde, course chaotique ou bourgino qui s'achevait par l'abattage de l'animal et qui est interdite dans le département du Gard[1]. Dans les villages languedocien de Marsillargues et de Saint-Laurent-d'Aigouze, les encierros ont lieu le dimanche de soir vers 18 heures dans des rues fermées par de hautes barrières et le parcours du bandido est plus petit que celui de l''abrivado[2]'.

En général on assiste à plusieurs passages. Les taureaux passent une fois chacun seuls, encadrés au galop par 2 ou 3 cavaliers. Ensuite ils passent le plus souvent 2 fois par 2 et encadrés par plus de cavaliers et une fois par 4. Parfois il arrive que la manade gratifie le public d'un passage « à l'ancienne » c’est-à-dire que tous les taureaux sont menés par un ou deux cavaliers au pas de course.

Les attrapaïres (« attrapeurs », figurant les jeunes villageois d'antan) tentent ici de capturer les taureaux par derrière en les saisissant par la queue et les cornes.Parfois il arrive qu'on organise des concours d'attrapaïres ainsi celui qui attrapera le plus de taureaux gagnera un prix (généralement de l'argent).

Abrivado-bandido[modifier | modifier le code]

La bandido a généralement lieu dans la soirée, contrairement à l'abrivado qui a lieu vers 11 h du matin.

Mais il arrive souvent que la bandido ait lieu non le soir mais en fin de matinée lors d'un spectacle combiné appelé abrivado-bandido : la bandido désigne alors le trajet retour à l'issue duquel les taureaux retournent dans le camion qui bouche le fond de la rue.

Orthographe et prononciation[modifier | modifier le code]

Bandido est un mot féminin et, comme tous les mots provençaux, invariable au pluriel. Comme dans la plupart des langues romanes, l'accent tonique doit être placé sur l'avant dernière syllabe (bandido) et non sur la dernière comme en français. De ce fait, la prononciation du o ou a final en provençal est pratiquement celle d'une voyelle atone.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Saumade 1998, p. 93
  2. Saumade 1998, p. 94

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]