Famille de Kergorlay

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Maison de Kergorlay)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Famille de Kergorlay
Image illustrative de l’article Famille de Kergorlay
Armes

Blasonnement Vairé d'or et de gueules
Devise « Ayde toi, Guergorlay, et Dieu t'aidera »
Période XIVe siècle - XXIe siècle
Pays ou province d’origine Bretagne
Demeures Château de Canisy
Charges Député
Conseiller général
Fonctions militaires Lieutenant-général des armées du roi
Maréchal de camp
Récompenses civiles Pair de France
Récompenses militaires Croix de Saint-Louis

La famille de Kergorlay est une famille subsistante de la noblesse française, d'extraction féodale, originaire de Bretagne.

Origines[modifier | modifier le code]

Pierre de Kergorlay fut tué à la bataille de Mons-en-Pévèle en 1304. Jean de Kergorlay fut tué à la bataille d'Auray en 1364[1].

La famille de Kergorlay remonte sa filiation prouvée à Jean, seigneur de Kergorlay, marié en 1380[2]. Les seigneurs de Kergorlay possédaient leur château à Motreff , dans le Poher et dans l'actuel département du Finistère.

Cette famille a possédé les seigneuries de Chouffe, du Cludon, du Cosquer, de Coatnouel, de Kersalaun, de Tromeneuc, de Trouzilit, de Trogoff...

Personnalités[modifier | modifier le code]

  • Jean Thébaud de Kergorlay, seigneur du Cludon (décédé en 1433)
  • Jean de Kergorlay, seigneur de Kersalaun, en Plouvien (Finistère), maintenu noble en Bretagne le 26 mars 1671
  • Charles Louis de Kergorlay (1678-1721), seigneur de Trouzilit en Plouguin (Finistère)
  • Alain Marie de Kergorlay (1715-1787), seigneur de Trogoff (Finistère), capitaine aux Gardes françaises, brigadier des armées du Roi, maréchal de camp le 3 janvier 1770, lieutenant-général le 1er janvier 1784, chevalier de Saint-Louis
  • Gabriel-Louis-Marie de Kergorlay (1766-1830), capitaine de cavalerie en 1788, conseiller général et député de la Manche de 1820 à 1827, pair de France le 5 novembre 1827, baron-pair héréditaire le 15 avril 1829, l'un des meneurs les plus déterminés de la faction des Ultras[3]
  • Florian de Kergorlay (1769-1856), député de l'Oise en 1815-1816 et de 1820 à 1823, pair de France le 23 décembre 1823, baron-pair héréditaire le 9 mars 1826
  • Hervé de Kergorlay (1803-1873), député de la Manche[4]
  • Louis de Kergorlay (1804-1880), député de l'Oise le 20 février 1871
  • Alain Henri Ernest de Kergorlay (1847-1875), ancien auditeur au Conseil d'État, ancien député, conseiller général de la Haute-Loire
  • Denis de Kergorlay (1947), maire de Canisy de 1985 à 1995, président du Cercle Interallié.
  • Geoffroy de Kergorlay (P. Pierre-Marie), prieur depuis 2012 du couvent de la Haye-aux-Bonshommes de la Fraternité Saint-Dominique[5].

Portraits[modifier | modifier le code]

Possessions[modifier | modifier le code]

Titre de noblesse[modifier | modifier le code]

Armoiries, devise[modifier | modifier le code]

Famille de Kergorlay

Blasonnement : Vairé d'or et de gueules

Devise : Ayde toi, Guergorlay, et Dieu t'aidera.

Cri : Go go go fort boyaux

Situation contemporaine[modifier | modifier le code]

La famille de Kergorlay a adhéré à l'ANF en 1933.

Alliances[modifier | modifier le code]

Les principales alliances de la famille de Kergorlay sont : de Plœuc, de Barbeyrac-Saint-Maurice, de Boisgelin, de Clermont-Tonnerre de Curel, d'Hervilly, de La Rochefoucauld d'Estissac, de La Tour-Maubourg, de Liedekerke-Beaufort, de Montholon, Mouchet de Battefort de Laubespin, de Moustier, de Poilloüe de Saint-Perrier, de Talhouët, de Parcevaux, de Sesmaisons, de Montalembert, etc.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Pol Potier de Courcy, "Nobiliaire et armorial de Bretagne", tome 2, 1862, consultable [1]
  2. Henri Jougla de Morenas, Grand Armorial de France
  3. Francis Démier, La France de la Restauration, 1814-1830), Gallimard 2012, p.623
  4. http://www.assemblee-nationale.fr/sycomore/fiche.asp?num_dept=9451
  5. Élection du prieur d'Avrillé
  6. Site internet : Château de Canisy

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]