Famille de Lambilly

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Famille de Lambilly
Image illustrative de l’article Famille de Lambilly
Armes

Blasonnement D'azur, à 6 quintefeuilles d'argent [1]
Devise Point gesné, point gesnant.
Période XIVe siècle - XXIe siècle
Pays ou province d’origine Bretagne
Fiefs tenus Lambilly, Kergrois
Demeures Château de Lambilly (Taupont)
Château de Kergroix (Remungol)
Charges Député aux États de Bretagne
Conseiller au Parlement de Bretagne
Conseiller général de Vendée
Fonctions militaires Général de division
Récompenses militaires Chevalier de Saint-Louis
Commandeur de la Légion d'honneur
Croix de guerre 1939-1945
Preuves de noblesse
Réformation de la noblesse 1668 à Rennes
Admis aux honneurs de la Cour 1780 et 1786

La famille de Lambilly est une famille subsistante de la noblesse française, d'extraction chevaleresque, originaire de Bretagne. Elle tire son nom d'une terre située dans le Morbihan. Sa filiation prouvée remonte à 1361 et elle fut maintenue noble en 1668. Un de ses membres, Guillaume de Lambilly, fut président de la Noblesse aux États de Bretagne en 1687[2]. Elle a été admise à l'ANF en 1945.

Histoire[modifier | modifier le code]

La famille de Lambilly tire son nom de la seigneurie de Lambilly, à Taupont, près de Ploërmel (Morbihan). Lambilly (Lann-Bily) signifie en breton terre de Bily. Cette terre avait droit de moyenne et basse justice. Elle relevait directement des ducs de Bretagne, puis des rois de France après la réunion de la Bretagne à la Couronne.

La famille de Lambilly remonte sa filiation suivie jusqu'en 1361[1]. Elle a paru aux réformations de 1427, 1448, 1454, 1513 et 1536 dans l'évêché de Saint-Malo. Elle a été maintenue noble le 17 novembre 1668 à Rennes. Elle fut admise aux Honneurs de la Cour en 1780 et 1786, et aux pages de la Grande Ecurie en 1695, 1720 et 1721.

Elle compte parmi ses membres un grand chambellan et premier gentilhomme de la maison du duc Jean V de Bretagne en 1415 et un président de l'ordre de la noblesse aux États de Bretagne en 1687[3].

Personnalités[modifier | modifier le code]

  • Guillaume de Lambilly, tué le 25 octobre 1415 à la bataille d'Azincourt.
  • Jean de Lambilly, grand chambellan, grand écuyer et 1er gentilhomme de la chambre du duc de Bretagne en 1415.
  • Guillaume de Lambilly, seigneur de Lambilly, Crémenan, La Ville-Dénaché, Kergrois, en Remungol, baptisé à Taupont le 12 avril 1621, maintenu noble d'ancienne extraction à Rennes le 17 novembre 1668, président de l'Ordre de la Noblesse aux États de Bretagne tenus à Morlaix en 1687, mort à Kergrois en 1693.
  • Pierre Joseph de Lambilly, seigneur de Kergrois, du Broutay, en La Croix-Helléan, de Baud-Kerveno, en Baud et Pluméliau, de Crémenan, La Rivière-Bréaut, La Ville-Dénaché, La Ville-Morin, Le Ruffé, Rohallaire et Quistinic, né à Kergrois le 15 octobre 1679, page de la Grande Écurie du roi Louis XIV le 20 mars 1695, conseiller au Parlement de Bretagne en 1707, l'un des chefs de la conspiration de Cellamare en 1718, réfugié en Espagne en 1719, condamné à mort par contumace en 1720, nommé gentilhomme de la Chambre du roi d'Espagne Philippe V en 1720, mort en avril 1731.
  • Pierre Laurent de Lambilly, né à Saint-Malo le 3 avril 1702, réfugié en Espagne de 1720 à 1731, page du roi d'Espagne Philippe V, mort à Kergrois le 1er mai 1742.
  • Pierre Gabriel François de Lambilly, né à Rennes le 5 janvier 1759, lieutenant aux Gardes Françaises en 1782, admis aux Honneurs de la Cour en 1780 et 1786, émigré en Belgique, puis en Prusse et au Danemark ; chef de bataillon de l'Armée catholique et royale de Bretagne de 1795 à 1797, chevalier de Saint-Louis, mort à Lyon le 2 avril 1817.
  • Thomas Hippolyte de Lambilly, né à Altona (Danemark) le 23 octobre 1796, volontaire royal dans la Légion de Ploërmel en 1815, sous-lieutenant au 5e régiment d'infanterie de la Garde du Roi Louis XVIII en 1816, mort à Kergrois le 28 septembre 1876.
  • Charles Ferdinand de Lambilly, né à Neuilly-sur-Seine le 26 mai 1825, chef de bataillon aux Zouaves Pontificaux de 1866 à 1870, mort à Vannes le 29 octobre 1901.
  • Humbert Henri de Lambilly, né à Rennes le 17 décembre 1832, lieutenant-colonel, officier de la Légion d'Honneur, blessé mortellement au combat de Ponthieu (Sarthe) le 11 janvier 1871.
  • Jean-Gabriel de Lambilly, né à Rennes le 31 janvier 1834, officier de chasseurs à pied, commandant des Mobiles de Ploërmel en 1870, président du comité royaliste et du conseil général du Morbihan, chevalier de la Légion d'Honneur, commandeur de l'Ordre de Pie IX, mort à Lambilly le 21 mars 1896.
  • Jean Eugène de Lambilly, né à Paris le 2 juin 1901, général de division (origine infanterie), Commandeur de la Légion d'honneur, Croix de guerre 1939-1945, Croix de guerre des Théâtres d'Opérations Extérieures, décédé à Paris le 1er novembre 1985.
  • Aymar Geoffroy de Lambilly, maire de Fougeré, en Vendée, de 1951 à 1986, décédé le 12 avril 2011.
  • Jean-Pierre de Lambilly, maire de Sainte-Hermine, en Vendée, de 1986 à 1989, et conseiller général de la Vendée de 1979 à 2004.

Châteaux et demeures[modifier | modifier le code]

Armes[modifier | modifier le code]

  • Armes : D’azur à six quintefeuilles d’argent
  • Devise : « Point gesné, point gesnant ».
  • Supports : deux lions.
  • Cimier : une hermine au naturel.

Alliances[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Régis Valette, Catalogue de la Noblesse Française, éd. Robert Laffont, Paris, 2007, p. 114
  2. Henri Jougla de Morenas, Grand Armorial de France, p. 400
  3. Fournier de Bellevue, Généalogie de la famille de Lambilly, (lire en ligne)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]