Famille de Percin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Percin.

de Percin
Armes de la famille.
Armes de la famille : de Percin

Blasonnement D'azur, à un cygne d'argent nageant sur des ondes du même, et surmonté de trois molettes d'or, rangées en chef
Branches de Montgaillard (Tarn-et-Garonne)
Pays ou province d’origine Languedoc
Allégeance Drapeau du royaume de France Royaume de France
Charges Gentilshommes de la chambre du roi
Conseillers au parlement de Toulouse
Conseiller-secrétaire du roi au parlement de Toulouse
Fonctions militaires Maréchaux de camp, officiers
Fonctions ecclésiastiques Évêque
Preuves de noblesse
Admis aux honneurs de la Cour Branche de Montgaillard

La famille de Percin est une famille de la noblesse française subsistante originaire du Languedoc[1], anoblie par charge en 1556[2] ou en 1553-1582[3].

Elle compte parmi ses membres des parlementaires d'Ancien Régime, deux gentilshommes de la chambre du roi, deux maréchaux de camp, un évêque...

Histoire[modifier | modifier le code]

Origine[modifier | modifier le code]

La famille de Percin, originaire du Languedoc, a pour auteur Bertrand Persin, qui fut reçu conseiller-secrétaire du roi au parlement de Toulouse en 1556.

Il laissa deux fils auteur de deux branches principales :

  • Bertrand Percin, écuyer, coseigneur de Seran, qui épouse en 1555 Antoinette de Baylet et en eut : Jean,écuyer, seigneur de Montgaillard, gentilhomme de la chambre du roi, allié en 1584 à Marthe Barrau d'où postérité[1].
  • Jean Percin, docteur es droit, conseiller au Parlement de Toulouse de 1553 à 1562, qui épouse Marie de Léglise et en eut : Valentin, conseiller au Parlement de Toulouse en 1582, allié en 1585 à Jacquette de Bely, d'où postérité[1].

Noblesse[modifier | modifier le code]

La famille de Percin fut anoblie par charge de conseiller-secrétaire du roi au parlement de Toulouse en 1556 et de conseiller au Parlement de Toulouse en 1553-1582[1],[3].

La branche de Montgaillard, de nos jours éteinte, fut reçue aux honneurs de la Cour[4].

Principales illustrations[modifier | modifier le code]

  • François de Percin, alias de Persin, chevalier, seigneur de Lauret, capitaine au régiment de Lorraine. Maintenu noble le . Gentilhomme de la chambre du Roi, marié avec Marie-Christine de Cheverry. Il fait son testament en 1742.
  • François de Percin, chevalier, seigneur de Lauret dès 1701, il se marie par contrat le avec Jeanne de Lamezan Nouailhan et reçoit la moitié de la seigneurie d'Engalin en dot. Capitaine au régiment de Salles, brevet de marquis de Lauret en 1723 (non héréditaire). Il fait son testament en 1760, année de sa mort.
  • Jean-François de Persin de Lauret, il fut en 1722 nommé à Mauvezin subdélégué d'intendance en l'élection d'Armagnac.
  • Bernard de Percin de Montgaillard, un des plus grands prédicateurs de son siècle. Fameux ligueur, connu sous le nom de « Petit Feuillant », né en 1563 dans le Languedoc, au Château de Montgaillard. Il entre dans l’ordre de Cîteaux, devient prédicateur de l’archiduc d’Autriche Albert, puis abbé de Nizelles en Brabant (Belgique) et d’Orval où il meurt le 8 juin 1628 à l'âge de 65 ans.
  • Charles-Bernard-Joseph de Percin, marquis de Montgaillard et de La Valette, chevalier de Saint-Louis, marié à Madeleine-Antoinette-Charlotte de Gontaud-Biron de Saint Blancard. En 1788, il est nommé commandant du régiment d'infanterie de Guyenne, et le , en pleine Révolution, il est promu maréchal de camp par la Convention nationale, mais il démissionne le
  • Pierre-Jean-François Percin de Montgaillard, prélat, né en 1633 à Toulouse et mort à Saint-Pons-de-Thomieres (34). Il embrassa la carrière ecclésiastique, janséniste, il fut « Docteur en Sorbonne » et évêque de Saint-Pons-de-Thomières en 1664.
  • Alexandre de Percin de Montgaillard, marquis de Montgaillard et de La Valette, seigneur de la Barthe. Son nom fut substitué en 1708 aux noms et armes de Nogaret de La Valette par Gabrielle-Eléonore de Nogaret de La Valette, laquelle lui laissa tous ses biens à la charge de perpétuer le nom historique de La Valette. Il hérita du château de Caumont.
  • Charles-Bernard-Joseph de Percin (né posthume en 1747 † 1798), marquis de Montgaillard et de Lavalette. Il épouse, le 29 octobre 1766, Madeleine de Gontaut-Biron. En 1772, capitaine de cavalerie, en 1780 mestre de camp du Rgt Bourgogne infanterie, en 1792 maréchal de camp.
  • Augustin de Percin de Montgaillard (1767 † 1846), marquis de La Valette, commence une carrière d'officier en 1787 à sa sortie de l'École militaire de La Flêche. En 1793, il rejoint l'armée de Dumouriez en Belgique puis émigre en Angleterre. Il revient en France en 1811.
  • Claude de Percin(1763/1836) écuyer né en Martinique et décédé à Fort Royal. Il se distingue notamment durant la bataille de l'Acajou. Celle ci oppose des planteurs essentiellement aristocrates et le parti des villes constitué de patriotes dirigé par Coquille Dugommier. Lors de cette bataille il s'empare du canon des républicains et en fait un massacre[5]. Il fut fait chevalier de Saint Louis en 1815, chevalier de la légion d'honneur en 1823 puis membre du conseil privée de sa majesté[6].

Alliances[modifier | modifier le code]

Les principales alliances de la famille de Percin sont :

Armes[modifier | modifier le code]

D'azur, à un cygne d'argent nageant sur des ondes du même, et surmonté de trois molettes d'or, rangées en chef.[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d et e Henri Jougla de Morenas, Grand Armorial de France, tome 5, page 246.
  2. E de Séréville et F de Saint-Simon, Dictionnaire de la noblesse française, 1975, page 784.
  3. a et b Régis Valette, Catalogue de la noblesse française au XXIe siècle, 2002, page 150.
  4. Régis Valette, édition 2007, pages 151, 312 et 313.
  5. http://roglo.eu/roglo?lang=fr;i=4109402
  6. Eugène Bruneau-Latouche, 209 anciennes familles subsistantes de la Martinique. Tome 2, page 837

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]