Magneti Marelli

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Magneti-Marelli)
Aller à : navigation, rechercher
Magneti Marelli S.p.A.
Image illustrative de l'article Magneti Marelli

Création 1919
Dates clés 1967 rachat par Fiat
Personnages clés Sergio Marchionne - Président
Forme juridique Société par actions (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Siège social Corbetta, Province de Milan
Drapeau de l'Italie Italie
Direction Eugenio Razelli
Actionnaires Fiat Chrysler Automobiles
Activité Composants automobiles
Société mère Fiat Chrysler Automobiles
Filiales Automotive Lighting - COFAP - Borletti - Vitaloni
Effectif 25 195 (en 2006)
Site web www.magnetimarelli.com

Chiffre d’affaires 4,5 Mds € en 2006

Magneti Marelli est une entreprise industrielle italienne filiale du groupe FCA qui fabrique des alternateurs, batteries pour tous véhicules automobiles, des bobines, des centrales et des systèmes électroniques d'allumage et d'autres composants dans le domaine des transports. Le siège social de la société holding est situé à Corbetta dans la province de Milan. Magneti Marelli est membre de l'association européenne des équipementiers automobiles, le CLEPA.

Historique[modifier | modifier le code]

La création de la société remonte à 1919, sous le nom « F.I.M.M. - Fabbrica italiana Magneti Marelli », fruit d'une coentreprise entre Fiat (groupe auquel la société appartient toujours) et la société Ercole Marelli, un constructeur de matériel électrique, dont la première usine était implantée à Sesto San Giovanni, aux portes de Milan.

Après des débuts entièrement consacrés aux composants pour voitures, ses activités se diversifient au niveau de l'implantation géographique avec une internationalisation importante : ouverture de sites à Paris, Londres et Bruxelles, mais aussi dans l'éventail des fabrications avec la fabrication des points d'éclairage et de klaxons, mais également avec la fabrication d'appareils radio et TV avec la création des sociétés RadioMarelli et Fivre (Fabbrica Italiana Valvole Radio Elettriche).

Lors de la Seconde Guerre mondiale, les fréquents bombardements des sites industriels les plus importants de la société créèrent une période de crise de laquelle Magneti Marelli réussit à sortir rapidement. Dès 1967, son capital fut entièrement racheté par le groupe Fiat S.p.A..

La société, devenue une vraie holding industrielle, poursuit sa politique de croissance et absorbe bon nombre d'entreprises de tous pays et spécialités comme :

Sites de production[modifier | modifier le code]

Désormais les usines Magneti Marelli sont implantées dans chaque partie du monde, partout où les constructeurs automobiles sont installés : Italie, France, Espagne, Grande-Bretagne, Allemagne, Pologne, Russie, République Tchèque, Turquie, Brésil, Argentine, Chine, Inde...

Sites de production en France[modifier | modifier le code]

Common rail et multijet[modifier | modifier le code]

En collaboration avec le Centro Ricerche Fiat et Elasis, Magneti Marelli a mis au point le système common rail d'injection directe à haute pression pour moteur diesel[3]. De plus, il a inventé et commercialise depuis 2006 le système de dernière génération, le moteur JTD Multijet[réf. nécessaire].

Principaux concurrents[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Magneti Marelli est le fournisseur attitré des composants et des systèmes électroniques pour les principaux championnats internationaux, Formule 1, MotoGP, rally WRC, et bien d'autres. En Formule 1, il est le sponsor technique des principales écuries, entre autres Ferrari,Toyota, Renault F1 Team, Red Bull ; ainsi que fabricant du KERS (Kinetic Energy Recuperation System) chez Renault F1 Team.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Magneti Marelli, dans l'ombre de vos moteurs », sur Journal de l'orne (consulté le 26 mars 2017)
  2. « Magneti-Marelli : 159 emplois menacés après 2015 ? - 20/09/2014 - La Nouvelle République Vienne », sur www.lanouvellerepublique.fr (consulté le 26 mars 2017)
  3. Common-rail sur cybermecanique.free.fr, consulté le 26/01/2011

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]