Corbetta (Italie)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Corbetta.
Corbetta
Administration
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Région Drapeau de la région de Lombardie Lombardie 
Ville métropolitaine Milan 
Code postal 20011
Code ISTAT 015085
Code cadastral C986
Préfixe tel. 02
Démographie
Gentilé corbettesi
Population 17 365 hab. (31-12-2010[1])
Densité 965 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 28′ 00″ nord, 8° 55′ 00″ est
Superficie 1 800 ha = 18 km2
Divers
Saint patron San Vittore
Fête patronale 8 mai
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Lombardie

Voir sur la carte administrative de Lombardie
City locator 14.svg
Corbetta

Géolocalisation sur la carte : Italie

Voir la carte administrative d'Italie
City locator 14.svg
Corbetta

Géolocalisation sur la carte : Italie

Voir la carte topographique d'Italie
City locator 14.svg
Corbetta
Liens
Site web http://www.comune.corbetta.mi.it

Corbetta est une commune italienne de la ville métropolitaine de Milan dans la région Lombardie en Italie.

Les origines de la ville sont déjà à l'époque celtique entre les VIIe et VIe siècles av. J.-C., une période à la date à laquelle, depuis les premiers artefacts trouvés dans la municipalité. Grâce à son rôle de capopieve (chef de piev), pendant des siècles a été une force religieuse fondamentale pour le développement du christianisme dans la région, a continué dans l'ère moderne du sanctuaire, qui est devenu l'un des centres majeurs de la foi mariale de Magenta et Abbiategrasso.

Géographie[modifier | modifier le code]

Territoire[modifier | modifier le code]

Le territoire communal est un quadrilatère en forme et est bordée à l'ouest et au sud-ouest, respectivement, par Magenta et Robecco sul Naviglio, Cassinetta di Lugagnano et Albairate, au sud-est avec Cisliano, nord-est avec Vittuone et au nord de Santo Stefano Ticino. Au sein de ses frontières, se trouvent plusieurs places et quatre hameaux : Soriano, Castellazzo de' Stampi (ce qui était autrefois un village à part entière), Cerello et Battuello. Milan, la capitale, est à environ 20 km.

Géologie et hydrographie[modifier | modifier le code]

Morphologiquement, le territoire est caractérisé par l'environnement plat typique de la Pianura Padana, surtout adaptée aux forêts ou de cultures qui occupent presque 3/4 du territoire municipal. Son altitude varie de 127 mètres et 147 m s.m.l. L'aspect caractéristique de l'hydrographie de Corbetta sont les ressorts qui une fois eu grande importance économique pour l'agriculture et constituent aujourd'hui l'une des principales attractions de l'agricolo Parco Sud Milano. Certaines de ces ressorts, actuellement, sont en mauvais état ou secs, tandis que d'autres comme le fontanile di Castellazzo de' Stampi ou Soriano ont été récemment restaurés. Corbetta est également partie, en raison de sa proximité avec le Naviglio Grande, pôle Navigli, mis en place par la province de Milan.

Sismologie[modifier | modifier le code]

Du point de vue de Corbetta a un très faible risque sismique et a été classé comme zone 4 (sismicité faible) de la protection civile nationale.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat est typique des plaines du Nord italiens avec des hivers assez rigides et les étés qui sont influencées par les températures élevées; les précipitations se concentre principalement en automne et au printemps. Le pays appartient à la zone climatique.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les époques pré-romaine et romaine[modifier | modifier le code]

Poterie vitrifiée trouve dans les anciens puits de l'attestation de château à peupler la région les VIIe et VIe siècles av. J.-C. par les tribus celto-ligures. Au IVe siècle av. J.-C., il y avait une colonie (pagus) gallo-celtique (Insubres) et probablement après la bataille de Télamon (225 av. J.-C.) et Casteggio (222 av. J.-C.), ou au moins autour du IIe siècle av. J.-C., une colonie romaine dans le but évident de protéger Milan et territoires à l'est du Tessin pille des Bourguignons gaulois. La configuration des murs, qui l'entourent pour un troisième château et l'esquisse de cours d'eau adjacents caractéristiques défensives du camp romain retranché. Preuve des vestiges de ruines romaines d'impression sont dédiés à Jupiter, les mains de dieux votives et les Saintes matrones (déjà vénérées par les Celtes), divinité tutélaire de la famille (pièces incorporées dans les côtés de la construction église San Vittore Martire) et diverses pièces de monnaie à l'effigie de César, Claude et Trajan. La proximité de Milan, est devenu le quartier général impérial et l'emplacement sur les voies romaines (comme le vetustissima rue, déjà battu par les Celtes et les Étrusques, qui de Corbetta mène à Castellazzo de "timbres et de là vers la capitale) n'étaient certainement pas développement civil de la Curia Picta, dans laquelle était peut-être même un magistrat public (Curia = Sénat).

La Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Après la chute de l'Empire romain d'Occident et le siège de Milan en 539, la ville est la plus peuplée, avec les exilés venant de la capitale. C'est de cette période de l'expansion du christianisme en Italie du Nord qui atteint même Corbetta, comme en témoignent la découverte de la basilique paléochrétienne en 1971 sous le plancher de l'église de San Vittore. Dans a.d. 569 Lombards a été marquée par l'amélioration de la législation et par l'apparition des premiers signes qui mentionnent expressément la présence du village. Au IXe siècle, le village et le château de Corbetta passent sous la seigneurie de l'archevêque de Milan. En 1037, ils commencent les hostilités entre l'archevêque Aribert d'Intimiano et l'empereur Conrad II le Salique que, voir inutile au siège à Milan pour la multitude des défenseurs, le 28 mai se dirige vers Corbetta et occupe le château avec ses troupes. Plusieurs sources selon laquelle le sursaut de la foudre à ciel sereno a jeté dans la tourmente de l'armée de Conrad, en dehors de ces phénomènes qui se manifeste. Selon la chronique de Landulf le Vieux, saint Ambroise est apparu à l'empereur à la place de la menace. Corbetta est resté fidèle à Milan dans le temps contre les empereurs et en 1100 le village prend une nouvelle importance comme lieu principal de le Burgaria, un des quatre contadi de Milan, qui dit fractionné en deux parties avec capital respectivement Rosate et Corbetta.

En 1154, l'empereur Frederick Barbarossa mis à feu et à sang la borgata lors du conflit avec la coalition des municipalités. Dans un document daté de 1162 - actum in loco Corbetta, regnante imperatore Frederico - avec qui ce Passavino Burro dit vie professée conformément à la Loi, Curia Picta vient pour la première fois officiellement indiqué par le nom de Corbetta, même si dans une bulle de la même année, avec laquelle le pape Alexandre III a confirmé l'archevêque Uberto da Pirovano et à son église, tous droits et biens, il n'y a aucune mention du lieu et du château, qui soi-disant avait déjà perdu en faveur de l'Empire. Dans les siècles précédents, Corbetta est appelé Curbitum de Wippone, Corio-Picta par Landulf l'Ancien, ailleurs Curia picta (ou Curia pincta) Sancti Ambrosii et Castrum Sancti Ambrosii. Une hypothèse relativement récente préfèrent expliquer le nom de la ville deux termes celtiques-ligures de cur (anneau) et betda (maison en bois) : une fortification entourée d'un fossé. La population de lutte dans les rangs de l'armée milanaise en 1239 contre Frederick II qui, défait à Rosate, verse de nouveau avec ses troupes sur Corbetta, dépassant alors et le rattraper plus tard.

L'ère de Visconti[modifier | modifier le code]

Après ressuscité ceux de Milan, Corbetta en 1270 passé sous la domination des Visconti, qui fut un retour presque à la seigneurie archiépiscopale, puisque Ottone Visconti élu archevêque en 1262, bataille de Desio en 1277, devenue effectivement un arbitre à Milan, bien qu'ils ont maintenu des prérogatives municipales. Scarsio (ou Scarsino ou Squarcino) de Lanfranco de Borri, capitaine général des nobles exilés de Milan, pour les services rendus à Ottone et Matteo Visconti (soutenant en effet le Visconti contre le Torriani), obtient en 1275 à la récompense de plusieurs seigneuries dans le village de Corbetta, ainsi que la Borri, original de Santo Stefano Ticino, devient les principaux propriétaires. En juillet 1289 à Corbetta les représentants de la République milanais et le Marquis Guillaume VII de Montferrat afin de conclure une alliance en fonction anti-visconti. En 1292, a repris le pouvoir à Milan, Matteo Visconti, le fils à la Cour de Charles II de Naples, faisant elle-même de faire précéder le podestat de Milan à Bernate Ticino, recueillis à Corbetta la principale armée puis la tête à Novare pour le vaincre. Avec le succès du fils des Visconti, Galeazzo, était constitué du père podestat ou vicario à Novara. Ici, en 1299, il a planifié la conspiration des partisans de Montferrat qui conquérir la ville : Galeazzo Visconti a juste le temps de s'échapper et se réfugier dans le château de Corbetta. À la fin du XIIIe siècle a été le peintre Simone da Corbetta, membre de l'école lombarde: il reste quelques fresques exécutées par lui dans l'église et le cloître de Santa Maria dei Servi à Milan et aujourd'hui conservée à la Pinacoteca di Brera. Le 4 janvier 1363 Magenta et Corbetta ont été conquis par une société britannique à la solde du Marquis du Monferrato, mais uniquement afin d'effectuer des raids: pour cette raison, Gian Galeazzo Visconti, comte de vertus, est envoyé par son père Galeazzo II en 1376 contre l'armée de Montferrat dans une campagne qui force le Visconti se retirer à Corbetta où est assiégé. Gian Galeazzo, devenu premier duc de Milan en 1385, il a retiré le pays de la juridiction de la Burgaria, en plaçant sous le podestat de Milan ensemble à Cisliano, Sedriano, Bareggio, San Vito, Bestazzo et San Pietro di Bestazzo. L'édifice politique construit de Gian Galeazzo menaçait de s'effondrer au contraire en vertu de la règle ruineuse de son fils Giovanni Maria qui a été assassiné par des conspirateurs au seuil de l'église de San Gottardo à Milan, 16 mai 1412 ; Il avait embauché en 1407 certains aventuriers espagnols pour la défense du Tessin et eux se sont installés dans le château de Corbetta. Au XIVe siècle par quatre contadi a deux formats : Seprio-Burgaria et Martesana-Barzana, devenant ensuite (sous le règne de Charles Quint, empereur germanique) simplement Seprio et Martesana.

Le gouvernement de Sforza[modifier | modifier le code]

Avec la montée de Francesco Sforza, Corbetta a changé une fois de plus la seigneurie. En 1499, les troupes françaises de Louis XII ont envahi le territoire milanais et le territoire de la Corbetta, trouver faible défense en mercenaires suisses engagés par Ludovico il Moro pour la défense du duché. Pour cela le Sforza se réfugie d'abord en Allemagne où, en février 1500, avec l'aide des impériaux, réussi à retrouver le duché pendant deux mois : quand le Français défait les troupes milanaises à Novare lui emprisonné en France où il mourut. Louis XII revint locateur de Milan mais pendant une courte période. En 1513 la commandant de Swiss troops, Matthieu Schiner, évêque de Sion et cardinal, embauché de Massimiliano Sforza, premier fils de Ludovico il Moro a regagné le duché et il céda à la Sforza. En 1515, François Ier de France reprend Milan, passant le gouvernement de Charles III de Bourbon-Montpensier à Odet de Foix, comte de Lautrec. Pour la dernière fois Milan retournée par Charles Quint et le pape Léon X à un autre fils de le Moro, Francesco II, mort le 19 novembre 1535, les territoires de la milanese que Duché passa définitivement sous la règle impériale. L'ancienne famille patricienne de Milan, Aliprandi, était présente à Corbetta entre cinq et sept cents et avait un certain poids dans la gestion administrative du sanctuaire. La même propriété un bien immobilier dans le village de Santo Stefano Ticino.

La domination espagnole[modifier | modifier le code]

Charles V annexé le milanais pour les dominions espagnols inaugurant une des périodes plus désastreuses de Milan. De cette période sont Carlo et Federico Borromeo. Le 17 avril 1555, remonte à la première miracle présumé. Le 22 novembre 1577 Carlo Borromeo, à l'occasion de sa visite, consacrée solennelle davantage les nouvelles cloches de l'église et il a administré la confirmation sur la place. En 1581, le 17 juin, se souvient une autre visite du cardinal. En 1582, la population de Corbetta se révolte à la domination des Espagnols les attaquer dans leurs quartiers et pillage aussi l'église fut re-consacrée le 29 juillet de la même année. Après la peste de 1630, 1631 en milices allemandes, revenant du siège de Mantoue, pillé le pays et en 1650, le château, déjà partiellement en ruines depuis les assauts soutenus, est venu presque tout démontées et les rares reste utilisé à la maison seigneuriale. De cette époque date la construction de certains bâtiments historiques du corso Garibaldi, dénommé « Quartiere spagnolo » ou « degli Umiliati » parce qu'ils appartenaient à la société des frères humiliés de Brera. Depuis 1706, à la suite de la crise du Royaume d'Espagne a été l'occupation de l'ensemble du territoire de Milan par le prince Eugène de Savoie, qui a passé les autrichiens, officialisant la paix de Rastatt en 1714.

De la période autrichienne la conquête napoléonienne[modifier | modifier le code]

La première période de domination autrichienne sous Joseph Ier (1711) et Charles VI n'était pas beaucoup plus heureux que le précédent et même plus paisible. Pour l'expansionniste de Philippe V d'Espagne et ses alliés Charles-Emmanuel III de Savoie, le duché de Milan fut à nouveau occupée par les espagnols, mais avec la paix de Vienne (1736), l'État de Milan revient à l'Autriche de Marie-Thérèse d'Autriche. C'est aussi la période où le territoire est officiellement pour la première fois mappée dans le cadastre. Durant cette période, Corbetta il orne de ses plus somptueuses villas nobiliaires et estime la splendeur perdue grâce à la main des architectes spécialisés tels que Francesco Maria Richini ou Francesco Croce mise en œuvre des améliorations importantes sur les structures existantes, création de nouvelles résidences d'aristocrates, villas et Palais milanais qui aujourd'hui constituent le pays, une perle aux villas de délice du Naviglio Grande. Le 15 mai 1796, le général Napoléon Bonaparte entre à Milan, vainqueur des autrichiens, se succédant au gouvernement de l'i et II de la République cisalpine, de la République italienne et le Royaume d'Italie en laquelle Milan a une nouvelle période de prééminence politique et civile. Corbetta est supprimée du chapitre et érigé l'église paroissiale actuelle.

La bataille de Magenta et l'unification de l'Italie[modifier | modifier le code]

Le 3 juin 1859, à la veille de la bataille de Magenta, la villa Massari à Corbetta est devenu un du siège de l'autrichien maréchal Ferencz Gyulai, retour puis à Abbiategrasso le 5 juin, après que les soldats français (46 883 hommes) avec un petit groupe de bersagliers piémontaise (634 hommes) avaient défait l'armée autrichienne de deuxième (55 792 hommes) ce qui permet à Victor-Emmanuel II et Napoléon III pour entrer dans la triomphale à Milan le 8 juin de la même année. La 2e Division de cavalerie d'austro-hongrois 7e Corps commandé par le lieutenant-Feldmarschall von Lilia, comprenant les brigades von Weigl et von Dondorf, a son siège dans les jardins et dans les écuries du château, tandis que dans la fraction de Cerello le régiment sostava réserve de cavalerie sous le commandement du comte Alexander Mensdorff et à Castellazzo de' Stampi de la brigade comte Palffy : toutes ces forces n'étaient pas directement impliqués dans les opérations militaires. La mémoire populaire raconte qu'à la tombée de la nuit, à la fin de la bataille de Magenta, nombreux infanterie austro-hongrois en cours de route vers Corbetta retardataires ont été rejoints par "zuav frances cont le visage de les démons» (en fait c'était le 9e bataillon de bersaglieri et certains ministères des chasseurs de la garde impériale) à la hauteur de la Piazza del Popolo actuelle et passée pour armes ou fait prisonnier.

Depuis la fin du XIXe siècle à nos jours[modifier | modifier le code]

En 1866, avec la naissance de la garde nationale, était également un détachement Corbetta ayant leur siège dans le château : de 150 hommes répartis en quatre équipes. Entre 1885 et 1889 dans différents pays de la milanaise ont été enregistrées de nombreuses grèves agraires. Paysans affamés par pendizzi (débits honteux mais aussi appendici dans les contrats de location) et des salaires de misère, au-delà qu'exaspérée à cause de malheureux millésimes et mort subite du carzeem (vers à soie), souvent la seule source de revenu pour les familles de les obbligàa (salariés), est descendu sur la place contre les maîtres. En particulier, en 1889, après Casorezzo, les ouvriers déménagent à Arluno, Santo Stefano Ticino, Vittuone, Sedriano et Bareggio. Dimanche, le 19 mai, devant la mairie de Corbetta (alors situé dans la Via Cavour et correspondant à l'actuel numéro 5), trente ans entre carabiniers du rou et les agents de la sécurité publique ont tiré sur la foule, tuant le 18-year-old Enrico Lovati, en blessant au moins sept dans un sérieux personnes et en arrêtant de vingt et un manifestant. En 1891, a ouvert la nouvelle église, mais l'effondrement catastrophique du clocher (2 juin 1902), en raison de la hauteur de 81 mètres et le poids de neuf cloches, il a retardé l'achèvement jusqu'en à 1908.

Au cours de la guerre mondiale, j'ai eu 158 Corbetta déchu. En 1921, la municipalité a 7 689 personnes, et à ce moment-là, la structure urbaine du pays subit des changements radicaux. La population active est occupée principalement dans les secteurs dispersés sur le territoire, mais une bonne partie des travailleurs est toujours consacrée à l'agriculture. Abbiategrasso en août 1944 ont été arrêtés sur ordre du capitaine allemand Theo Saevecke (de), responsable du massacre de Piazzale Loreto à Milan, huit civils, y compris le partisan de Corbetta Pierino Beretta, puis torturés et assassinés à Pavie car responsables avec des collègues deux attaques sur les troupes allemandes. Le 5 février 1988 à Corbetta vient conféré le titre de ville par le président de la République italienne Francesco Cossiga. Aujourd'hui Corbetta consolide davantage comme un pôle culturel et naturaliste, et pour le rendre encore plus réaliste, ces prérogatives en 2007 a commencé sur le projet « développement durable », qui vise à rendre commune durable à faible impact environnemental.

Économie[modifier | modifier le code]

Culture[modifier | modifier le code]

Événement commémoratif[modifier | modifier le code]

Fêtes, foires[modifier | modifier le code]

Administration[modifier | modifier le code]

Les maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1945 1950 Giuseppe Scazzosi DC  
1950 1953 Tomaso Capsoni DC  
1953 1957 Francesco Caimi PCI  
1957 1973 Mario Olivares DC  
1973 1977 Guiseppe Grassi PSI  
1977 1985 Aldo Salvi PSDI  
1985 1993 Antonio Farao PSI  
1993 1997 Ermanno Ceconi LN  
1997 2006 Francesco Prina Centre gauche  
2006 2011 Ugo Parini Centre gauche  
2011 en cours Antonio Balzarotti Centre droit  
Les données manquantes sont à compléter.

Hameaux[modifier | modifier le code]

Battuello, Castellazzo, Cerello, Soriano

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Arluno, Santo Stefano Ticino, Vittuone, Magenta, Cisliano, Robecco sul Naviglio, Albairate, Cassinetta di Lugagnano

Notes et références[modifier | modifier le code]