Jean Guiart

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Guiart.
Jean Guiart
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (91 ans)
LyonVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activité
Père
Autres informations
Site web

Jean Guiart, né le à Lyon, est un anthropologue et ethnologue français spécialiste de la Mélanésie.

Biographie[modifier | modifier le code]

Origine familiale[modifier | modifier le code]

Son père, Jules Guiart, était professeur de parasitologie et d'histoire naturelle médicale, et son grand-père professeur spécialisé en psychiatrie. Son grand-oncle, le professeur Charles Bouchard, était directeur de la médecine au ministère de l'instruction publique. Son autre grand-oncle, sir Marc Armand Ruffer était Chief medical officer for the Near East établi en Égypte.

Son père était d'une lignée d'officiers de santé de père en fils. Sa mère, Hélène Pierret, était d'une famille de médecins et de banquiers établis en Angleterre, en France et en Allemagne et dont la racine était en Silésie. La famille est ainsi traditionnellement trilingue, français, anglais et allemand.

À seize ans, Jean Guiart joue un rôle mineur dans la résistance, confectionnant de faux papiers pour des familles juives et pour les réfractaires au STO, le service du travail obligatoire en Allemagne. Sa connaissance de l'allemand lui permet d'échapper à une arrestation par la Gestapo au printemps 1943 dans un train entre Lyon et Valence[réf. nécessaire].

Études[modifier | modifier le code]

Né à Lyon, il y étudie au Lycée Ampère, puis à Paris. Après un semestre pendant l'hiver 1943-1944 au Séminaire de la Faculté de théologie protestante de Paris où les étudiants sont trop vichystes à son goût, il se concentre sur une licence libre (sociologie, avec mention bien et une dissertation sur Marx, en pleine guerre ; psychologie, mention esthétique ; histoire des religions, avec une dissertation sur le mana ; ethnologie, mention sciences) et sur l'enseignement de Maurice Leenhardt à la 5e section, Sciences religieuses, de l'École pratique des hautes études. Il y ajoute le diplôme de l'École des langues orientales vivantes, langues océaniennes, puis le diplôme de l'EPHE 5e section pour son travail sur Tanna (île du Vanuatu). La thèse de doctorat vient plus tard, ancienne formule, avec une grande thèse portant sur la structure de la chefferie en Mélanésie du Sud et une petite thèse sur la mythologie du masque en Nouvelle-Calédonie. Le jury comprend Raymond Aron, Claude Lévi-Strauss, Georges Balandier, André Leroi-Gourhan, Henri Bastide et Raymond Firth de la London School of Economics à Londres. Ses Saints-Patrons assumés sont Maurice Leenhardt et Claude Levi-Strauss (2013:275).

Carrière[modifier | modifier le code]

Jean Guiart est un spécialiste des arts et des religions de l'Océanie, en particulier ceux de Nouvelle-Calédonie (Kanak) et du Vanuatu. Il a fait une importante contribution à l'étude des prophétismes et millénarismes mélanésiens d'avant et d'après guerre, faussement connus sous le nom de culte du cargo. Il a mis en évidence la rationalité de comportements pré-nationalistes. Il a travaillé en Nouvelle-Calédonie, aux îles Loyauté, au Vanuatu (Ambrym, Malekula, Tanna, Espiritu Santo, Efate et Îles Shepherd). Il pratiquait l'observation silencieuse s'ajoutant aux techniques de terrain classiques. Il est le seul anthropologue français travaillant sur la région à avoir relevé, à la planchette, parcelle par parcelle, les systèmes de tenure foncière. Le seul aussi à être passé de l'enregistrement de quelques généalogies à celui de mettre sur pied des couvertures généalogiques prenant en compte la totalité de la population d'un ensemble social cohérent, bien au-delà de l'échelle du village. Le rassemblement d'informations de détail à une échelle alors jamais atteinte par un individu seul lui fournit de quoi illustrer et analyser tranquillement la plus grande partie des événements qui surviennent et sont imperméables à la plupart des Européens. Sa formation linguistique aura été du fait d'André Haudricourt, à un moment interdit d'enseignement à la Sorbonne et qui officiait dans un sous-sol de la Cité Universitaire. Sa formation anthropologique est due à Maurice Leenhardt, le successeur de Marcel Mauss à la Ve section, sciences religieuses, de l’École Pratique des Hautes Études, le prédécesseur de Claude Lévi-Strauss. Ce sera ce dernier qui introduira Jean Guiart à la vie académique en le faisant élire à une direction d'études de religions du Pacifique à cette même section de l'EPHE.

Il a été directeur d'Études à l'École pratique des hautes études, professeur d'ethnologie générale à la Sorbonne (1968-1973) où il a succédé à André Leroi-Gourhan. Il a dirigé l'Unité d'enseignement et de recherches de sciences sociales à la Sorbonne de 1969 à 1973, réorganisant l'enseignement de ce qui correspondait à la licence et obtenant la fin de la contestation constante du système qu'il était en train de libéraliser empiriquement tout en installant l'autorité de la fonction professorale sur une fondation plus solide. Il avait été, en 1968, le seul enseignant de rang magistral à être tous les jours à son poste à la Sorbonne, protégeant, par sa présence, les locaux et les collections d'ouvrages précieux du pillage[réf. nécessaire]. De 1973 à 1988, professeur d'ethnologie au Muséum national d'histoire naturelle et directeur du laboratoire d'ethnologie du Musée de l'Homme, où il a mis sur pied une nouvelle politique d'expositions, aussi bien à Paris qu'en Province, et commencé la réfection des galeries publiques en expérimentant de nouveaux moyens de présentation et en rationalisant les commentaires offerts au public. Parallèlement, il constituait les collections océaniennes, par des achats sur le terrain et donc à bon compte pour la puissance publique, et sur le marché international, en même temps que par des arrêts en douane sélectifs, ayant recours à des crédits mis à sa disposition par André Malraux et ses successeurs au ministère de la Culture, et avec l'appui actif de Claude Lévi-Strauss et de Georges-Henri Rivière. Ces artefacts font de nos jours partie de la collection du musée des arts premiers du quai Branly.

Il s'est intéressé de près au lien entre l'ethnologie et l'archéologie, ayant, sur la proposition d'André Leroi-Gourhan, recruté José Garanger pour un programme de fouilles en liaison avec la tradition orale (au lieu de fouiller seulement les sites côtiers apparents du fait de "kjoekenmoedings" ou escargotières, tas de détritus composé pour l'essentiel de coquillages[Quoi ?]). Il lui demandera, d'une part de faire prendre les décisions de fouilles par les insulaires intéressés eux-mêmes, maîtres des sites, et de ne travailler sur les sites qu'avec les descendants ayant seuls le droit traditionnel d'y toucher, au lieu d'amener de la main d'œuvre extérieure, ce qui peut provoquer la colère des ayants droit. José Garanger acceptera facilement ces conditions et s'y conformera, ce qui assurera sa réputation internationale. Il était le premier archéologue à avoir agi ainsi, en contradiction avec l'archéologie anglo-saxonne, qui fouillait le plus souvent sans demander l'autorisation aux groupes de descendance maîtres des sites, et qui, en Nouvelle-Zélande, avait réussi à provoquer la colère des communauté maories.

Alors jeune chercheur à Nouméa, il rencontre sa future femme, Joséphine, native des îles Loyauté en Nouvelle-Calédonie, avec laquelle il se fiançe. Lorsqu'il voulut présenter sa fiancée à son directeur, celui-ci lui dit : "Vous voulez épouser une Noire ? Est-ce que vous vous rendez compte que cela risque de ruiner votre carrière ?" et l'administration voulut l'envoyer en Afrique. Choqué par cette réaction, il déclare en 1974 : "Mon directeur était un raciste. Comme c'était un authentique savant, sa position était absurde : comment peut-on empêcher un anthropologue d'épouser une femme d'une autre race que la sienne ? Mais le préjugé à la vie dure car, même actuellement, il n'y a pas plus d'un pour cent d'entre nous marié avec une femme de racé différente, alors que nous devrions être cinquante pour cent.[1]"

Après sa retraite, il réside à Nouméa en Nouvelle-Calédonie, puis à Tahiti, et en 1997, il a fondé sa propre société d'édition, Le Rocher-à-la-Voile.

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Un siècle et demi de contacts culturels à Tanna, Nouvelles-Hébrides, ORSTOM & Publications de la Société des Océanistes no 5, Paris 1956,
  • Espiritu Santo, Plon, L’Homme, Cahiers d’Ethnologie, de Géographie et de Linguistique n¨2, Paris 1958,
  • Le voyage au pays des morts. Le pays des morts selon les premiers pères [article], tensions entre Belep et Nenema, Paris, EPHE, N°75, 1962, article pp. 3-29,
  • Les Religions de l’Océanie, Presses universitaires de France, Paris 1962
  • Structure de la chefferie en Mélanésie du Sud, Institut d’Ethnologie de l’Université de Paris, Paris 1963,
  • Océanie, L’Univers des Formes, Gallimard, Paris 1963,
  • La Mythologie du Masque en Nouvelle-Calédonie, Publications de la Société des Océanistes no 18, Paris,
  • Clefs pour l’ethnologie, Seghers, Paris 1971, 268 p., 17 fig., 4 tableaux,
  • Jullien, Charles André & Guiart, Jean, Histoire de l’Océanie, Encyclopédie : Que Sais-je ?, Presses universitaires de France, Paris 1971,
  • Espirat, Jean-Jacques ; Guiart, J. ; Lagrange, Marie-Salomé & Renaud, Monique, Système des titres dans les Nouvelles Hébrides Centrales, d’Efate aux Iles Shepherds, Institut d’Ethnologie, Paris 1973,
  • Ozeanien, Kunst der Naturvölker, Propyläen Kunstgeschichte, édité par Elsy Leuzinger, Propyläen Verlag, Berlin 1978,
  • La Terre est le Sang des Morts, Éditions Anthropos, Paris 1983,
  • Structure de la Chefferie en Mélanésie du Sud, Institut d’Ethnologie, Paris 1992 2e édition réécrite et complétée,
  • Bwesou Eurijisi.Le premier écrivain canaque, Le Rocher-à-la-Voile, Nouméa 1998, rééd.
  • Les Canaques devant l’économie de marché, Le Rocher-à-la-Voile, Nouméa 1998, rééd.
  • Autour du rocher d’Até. Les effets de la résistance canaque sur l’axe Koné-Tiwaka, Le Rocher-à-la-Voile, Nouméa 1998,
  • Heurs et malheurs du pays de Numea, ou le péché originel, Le Rocher-à-la-Voile, Nouméa 1999,
  • Découverte de l’Océanie.I.Connaissance des îles, Le Rocher -à-la-Voile, Nouméa 2000, en coédition avec les éditions Haere Po.
  • Sociétés mélanésiennes : Idées fausses, idées vraies, Le Rocher-à-la-Voile, Nouméa 2001, (la couverture porte Sociétés canaques),
  • Et le masque sortit de la mer, Les pays canaques anciens, de Hienghène à Voh, Gomèn et Koumac, Le Rocher-à-la-Voile, Nouméa 2002,
  • J.Guiart (présentés par), Les Cahiers de Théodore Braïno Kaahwa, Le Rocher-à-la-Voile, Nouméa 2002,
  • Découverte de l’Océanie II.Connaissance des Hommes, Le Rocher-à-la-Voile, Nouméa 2003, 362 p. (en coédition avec les éditions Haere Po
  • Maurice Leenhardt, le lien d'un homme avec un peuple qui ne voulait pas mourir, Le Rocher-à-la̠-Voile, Nouméa, 2003,
  • Ça plait ou ça ne plait pas, Éléments de bibliographie critique - I, Le Rocher-à-la-Voile, Nouméa 2004,
  • Ça plait ou ça ne plait pas, Éléments de bibliographie critique - II, Le Rocher-à-la-Voile, Nouméa 2004,
  • L’enfer expatrié, Réflexion sur la guerre dans le Pacifique Sud (1941-1945), Le Rocher-à-la-Voile et les Éditions du Cagou, Nouméa 2005,
  • Les réseaux d’identification partagée, une clé de la société canaque, Le Rocher-à-la-Voile et les Éditions du Cagou, Nouméa 2005,
  • Mon Dieu là haut, la tête en bas ! Introduction à la connaissance des cultures océaniennes, I. Les pionniers, Le Rocher-à-la-Voile et les Éditions du Cagou, Nouméa, 2006a,
  • Variations sur les Arts Premiers I.La manipulation, Le Rocher-à-la-Voile, Nouméa 2006b, 279 p.,
  • Mon Dieu là haut, la tête en bas.L’Ethnologie dans le Pacifique I.Les Anciens, Le Rocher-à-la-Voile et les Éditions Haere Po no Tahiti, Nouméa et Pape’ete 2.006c,
  • La Terre qui s’enfuit. Les pays canaques anciens de La Foa à Kouaoua, Moindou et Bourail, Le Rocher-à-la-Voile, Nouméa 2010,
  • Ça plait ou ça ne plait pas, Éléments de bibliographie critique - III, Le Rocher-à-la-Voile, Nouméa 2010,
  • Jules Calimbre, Chronique de trois femmes et de trois maisons, Le Rocher-à-la-Voile et les Éditions du Cagou, Nouméa 2010, rééd.,
  • Adieu Calédonie, ou le jeu de go d’un colonel kanak, roman d’anticipation, Le Rocher-à-la-Voile, Nouméa, 2011.
  • On a perdu, une perle noire et deux cadavres, roman policier, Le Rocher-à-la-Voile, Nouméa et Papeete, 2011.
  • Malekula, l’explosion culturelle, Le Rocher-à-la-Voile, Nouméa et Papeete, 2011.
  • Return to Paradise. Les dossiers oubliés ː le fardeau de l'homme blanc, Le Rocher-à-la-Voile, Nouméa 2011,
  • Un royaume canaque dans les nuages, La Tierra Austrialia del Espiritu Santo, Le Rocher à la Voile, Nouméa et Pape'ete 2012,
  • Agir à contre-emploi (Chronique d'une vie en zigzags), Le Rocher à la Voile, Nouméa et Pape'ete 2013,

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Télé 7 jours n°738, semaine du 15 au 21 juin 1974, pages 56 et 57, interview de Jean Guiart à l'occasion de sa participation à l'émission "Les Grandes Enigmes" de Robert Clarke et Nicolas Skrotzky, ayant pour sujet : "Races et Racismes", sur la première chaîne, le mardi 18 juin 1974, à partir de 21h 20.

Liens externes[modifier | modifier le code]