Liste des armées de l'Armée impériale japonaise

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Le terme armée (, gun?) dans l'armée impériale japonaise était utilisé de plusieurs façons pour désigner des formations militaires différentes, correspondant en Occident à des groupes d'armées, à des armées ou à des corps d'armée.

Les armées générales[modifier | modifier le code]

L'armée du Guandong en manœuvre.

L'armée générale (総軍, Sō-gun?) était le plus haut niveau dans la structure de l'armée impériale japonaise. Cela correspondait à un groupe d'armées dans la terminologie militaire occidentale. Destinées à être auto-suffisantes pendant des périodes indéterminées, les armées générales étaient commandées soit par un maréchal soit par un général.

La première armée générale est l'armée japonaise de Mandchourie, formée en 1904–1905 durant la guerre russo-japonaise en tant que structure de commandement temporaire pour coordonner les efforts de plusieurs armées japonaises dans la campagne contre l'empire russe.

En ce qui concerne les unités permanentes, l'armée japonais fonda l'armée du Guandong (Kantōgun) pour superviser les déploiements dans le territoire du Guandong et le futur Mandchoukouo à partir de 1906.

D'autres armées générales furent créées en réponse aux besoins de la seconde guerre sino-japonaise et de la Seconde Guerre mondiale, durant laquelle les déploiements outre-mer nécessitait une structure pouvant apporter une réponse rapide tout en étant autonome de l'État-major de l'armée impériale japonaise de Tokyo. Ainsi, les forces japonaises furent réorganisées en trois zones de commandements séparées : la Mandchourie, la Chine et l'Asie du Sud-Est, en plus du Japon même qui formait la quatrième.

Vers la fin de la Seconde Guerre mondiale, le commandement de la zone Japon (c'est-à-dire le commandement général de défense) fut restructuré géographiquement entre la première armée générale à l'est, la deuxième armée générale à l'ouest, et l'armée générale aérienne responsable de l'aviation militaire.

Après la signature des Actes de capitulation du Japon de septembre 1945, toutes les armées générales furent dissoutes, sauf la première armée qui continua d'exister jusqu'au sous le nom de 1re unité de démobilisation.

Nom Période d'activité Zone d'opération
1 Armée du Guandong (関東軍, Kantōgun?) 1906–1945 Mandchoukouo
2 Armée expéditionnaire de Chine (支那派遣軍, Shina hakengun?) 1939–1945 Chine
3 Groupe d'armées expéditionnaire du Sud (南方軍, Nampōgun?) 1941–1945 Asie du Sud-Est, Sud-Ouest du Pacifique
4 Commandement général de défense (防衛総司令部, Bōei Sōshireibu?) 1941–1945 Japon
5 Première armée générale (第1総軍, Dai-ichi Sōgun?) 1945-1945 Japon
6 Deuxième armée générale (第2総軍, Dai-ni Sōgun?) 1945-1945 Japon
7 Armée générale aérienne (航空総軍, Kōkū Sōgun?) 1945-1945 Japon

Les armées régionales[modifier | modifier le code]

Les armées régionales (方面軍, Hōmen-gun?) dans la terminologie militaire japonaise sont l'équivalent des armées en Occident. Ces unités étaient généralement commandées par un lieutenant-général. Il y a beaucoup de confusions entre les nombreuses armées régionales similaires et les armées des chroniques historiques, étant donné que beaucoup d'écrivains ne faisaient pas de distinctions précises lorsqu'ils parlaient des unités impliquées.

Nom Période d'activité Zone d'opération
1 1re armée régionale (第1方面軍, Dai ichi hōmen gun?) 1942–1945 Mandchoukouo
2 2e armée régionale (第2方面軍, Dai ni hōmen gun?) 1942–1945 Mandchoukouo
3 3e armée régionale (第3方面軍, Dai san hōmen gun?) 1942–1945 Mandchoukouo
4 5e armée régionale (第5方面軍, Dai go hōmen gun?) 1944–1945 Japon
5 6e armée régionale (第6方面軍, Dai roku hōmen gun?) 1944–1945 Chine
6 7e armée régionale (第7方面軍, Dai nana hōmen gun?) 1944–1945 Malaisie britannique, Singapour, Sumatra
7 8e armée régionale (第8方面軍, Dai hachi hōmen gun?) 1942–1945 Îles Salomon, Nouvelle-Guinée
8 10e armée régionale (第10方面軍, Dai jyū hōmen gun?) 1944–1945 Taïwan
9 11e armée régionale (第11方面軍, Dai jyū ichi hōmen gun?) 1945-1945 Japon
10 12e armée régionale (第12方面軍, Dai jyū ni hōmen gun?) 1945-1945 Japon
11 13e armée régionale (第13方面軍, Dai jyū san hōmen gun?) 1945-1945 Japon
12 14e armée régionale (第14方面軍, Dai jyū yon hōmen gun?) 1942–1945 Philippines
13 15e armée régionale (第15方面軍, Dai jyū go hōmen gun?) 1945-1945 Japon
14 16e armée régionale (第16方面軍, Dai jyū roku hōmen gun?) 1945-1945 Japon
15 17e armée régionale (第17方面軍, Dai jyū nana hōmen gun?) 1945-1945 Corée
15 18e armée régionale (第18方面軍, Dai jyū hachi hōmen gun?) 1943–1945 Thaïlande
16 Armée régionale japonaise de Birmanie (緬甸方面軍, Biruma hōmen gun?) 1943–1945 Birmanie
17 Armée expéditionnaire de Chine centrale (中支那派遣軍?) 1937–1939 Chine
18 Armée régionale japonaise de Chine centrale (中支那方面軍, Naka-Shina hōmen gun?) 1937–1938 Chine
19 Armée régionale japonaise de Chine du Nord (北支那方面軍, Kita-Shina hōmen gun?) 1937–1945 Chine
20 Armée régionale japonaise de Chine du Sud (南支那方面軍, Minami-Shina hōmen gun?) 1940–1941 Chine
21 Armée du district du Nord (北部軍, Hokubu gun?) 1940–1945 Japon
22 Armée du district de l'Est (東部軍, Tobu gun?) 1923–1945 Japon
23 Armée du district de l'Ouest (西部軍, Seibu gun?) 1937–1945 Japon
24 Armée du district central (中部軍, Chubu gun?) 1945-1945 Japon
25 Armée expéditionnaire de Shanghai (上海派遣軍, Shanhai Haken gun?) 1932, 1937–1938 Chine
25 Armée expéditionnaire d'Indochine (印度支那派遣軍, ndoshina Hakengun?) 1940-1941 Indochine française

Armées[modifier | modifier le code]

Les armées (, gun?) japonaises correspondaient aux corps d'armée dans la terminologie militaire occidentale. Elles étaient généralement commandées par un lieutenant-général.

Auxiliaires[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]