Changchun

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Idéogrammes chinois Cette page contient des caractères chinois. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Changchun (homonymie).
Changchun shi
长春市
Image illustrative de l'article Changchun
Administration
Pays Drapeau de la République populaire de Chine Chine
Province ou région autonome Jilin
Statut administratif Ville sous-provinciale
Secrétaire du PCC Wang Junzheng (王君正)
Maire Jiang Zhiying (姜治莹)
Code postal Ville : 130000[1]
Code aéroport CGQ
Indicatif +86 (0)431[1]
Immatriculation 吉A
Démographie
Population 7 677 100 hab. (2011)
Densité 373 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 53′ 00″ nord, 125° 19′ 00″ est
Superficie 2 057 100 ha = 20 571 km2
Températures
moyennes
Ville de Changchun :
mois le plus froid -16,2 °C
mois le plus chaud +23,4 °C
annuelles +5 °C
Pluviométrie 613,4 mm
Divers
PIB total 450,6 milliards de yuans (2012)[2]
PIB par habitant 58 702 yuans (2012)[2]
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Chine

Voir la carte administrative de Chine
City locator 14.svg
Changchun shi

Géolocalisation sur la carte : Chine

Voir la carte topographique de Chine
City locator 14.svg
Changchun shi
Liens
Site web www.changchun.gov.cn

Changchun (chinois simplifié : 长春市 ; pinyin : chángchūn shì, Tchang-Tchouen en version romanisée d'autrefois) est une ville du Nord-Est de République populaire de Chine, capitale de la province du Jilin, dans le Dongbei (autrefois Mandchourie). Elle a le statut administratif de ville sous-provinciale. Sa population qui est de plus de sept millions d'habitants, parle le « dialecte de Changchun » du groupe du nord-est du mandarin. Pendant l'invasion japonaise de la Mandchourie, l'Empire du Japon, y place la capitale de l'État fantoche du Mandchoukouo, sous le nom de Hsinking et le siège de l'armée du Guandong de 1931 à 1945.

Géographie[modifier | modifier le code]

Changchun est située dans la région du Dongbei (autrefois appelé Mandchourie), un ensemble regroupant totue la partie Nord-est de la Chine frontalière à la fois avec la Russie et la Corée du Nord et la Mongolie, caractérisée par un climat froid et continental. Elle se trouve au milieu de la plaine du nord-est de la Chine (plaine de Mandchourie) d'une superficie de 350 000 km² située au nord-est du pays cultivée et pratiquement dépourvue d'arbres. La ville est située dans une région légèrement vallonnée dont l'altitude est comprise entre 250 et 350 mètres. La ville est traversée par la rivière Ytong un petit affluent de la rivière Songhua. La ville proprement dite a une superficie de 150 km² tandis que l'agglomération a une superficie de 2 583 km². La municipalité de Changchun administre un territoire qui couvre 20 571 km².

vue panoramique.

Climat[modifier | modifier le code]

Changchun a un climat continental humide (Dwa dans la classification de Köppen) caractérisés par des hivers longs (novembre à mars), froids, venteux mais secs du fait de l'influence de l'anticyclone de Sibérie. La température moyenne en janvier est de -15,1°C. Le printemps et l'automne sont des saisons courtes avec quelques précipitations. Les étés sont chauds et humides dominés par les vents du sud-ouest produits par la mousson de l'Extrême-Orient. La moyenne mensuelle des températures en juillet est de 23,1°C. Les précipitations (570 mm an) sont concentrées sur la période d'été entre juin et aout. Il tombe peu de neige. L'ensoleillement est de 47% en juillet et monte à 66% en janvier et février. Le nombre d'heures ensoleillées dans l'année est de 2 617 heures. Il y a entre 140 à 150 jours sans gel. Les températures extrêmes sont de −33 °C pour le mois le plus froid et de +35,7 °C pour le mois le plus chaud[3].

Relevé météorologique de Changchun (période 1981−2010)
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) −19,9 −15,9 −7,6 1,9 9,3 15,4 19 17,3 10,1 1,9 −7,8 −16,1 0,63
Température moyenne (°C) −15,1 −10,7 −2 7,8 15,2 20,6 23,1 21,6 15,4 7 −3,4 −11,7 5,65
Température maximale moyenne (°C) −9,8 −5 3,5 14,1 21,4 26,1 27,6 26,4 21,3 12,9 1,7 −6,6 11,13
Précipitations (mm) 3,2 4,5 12,3 21,9 49,9 99,7 161,1 121,7 51,9 28,9 10,3 5 570,4
Humidité relative (%) 66 61 53 49 51 65 78 79 69 61 63 66 63,4
Source : Administration chinoise de la météorologie, Weather China[4]


Histoire[modifier | modifier le code]

Fondation[modifier | modifier le code]

La création de l'agglomération située au cœur de la Mandchourie, elle-même territoire chinois, est récente. Elle a lieu en 1800 sous le règne de l'empereur Jiaqing de la dynastie Qing, qui y fonde par décret impérial le un petit poste pour collecter les taxes sur les activités commerciales de la région qui portaient principalement les fourrures et d'autres produits naturels. Un petit village situé sur les bords de la rivière Ytong pour servir de siège au poste qui est baptisé "Changchun Ting"[5]. A cette époque des payses venues des régions surpeuplées du Shandong et du Hebei commencent à coloniser la région. En 1889 l'agglomération acquiert le statut de ville sous l'appellation Changchu Fu[6].

Arrivée du chemin de fer[modifier | modifier le code]

L'Empire russe, qui a obtenu la concession de la Mandchourie à l'issue de la Guerre sino-japonaise (1894-1895), construit la ligne de chemin de fer reliant Harbin à Lushun (branche sud du Chemin de fer de l’Est chinois) pour permettre au transsibérien d'atteindre Port Arthur, port en permanence libre de glaces contrairement à Vladivostok. Une gare est construite sur la ligne en mai 1895 à Changchun (sur le territoire du district de Kuancheng) en mai 1898[7]. A la suite de la défaite de l'Empire russe face au Japon au cours de la Guerre russo-japonaise (1904-1905) le sud de la Mandchourie est annexé par le Japon. La frontière entre les zones occupées par les russes et les japonais se situe juste au nord de Changchun. Les japonais créent la Société des chemins de fer de Mandchourie du Sud chargée d'administrer la partie du la ligne Harbin-Lushun située désormais sur le territoire qu'ils administrent. Celle-ci est mise à l'écartement normal qui remplace l'écartement russe. La première gare (terminus en territoire japonais est construite à Changchun.

En 191 une e épidémie de peste pneumonique se répand en Mandchourie et en Mongolie depuis la ville de Manzhouli en suivant le tracé du Transsibérien. En deux ans elle fait 60 000 victimes.

Développement de la ville de Changchun par les japonais[modifier | modifier le code]

Plan de la ville Changchun en 1932.

Les japonais, réalisant la position stratégique de la ville par rapport aux territoires chinois et russes, décident de développer celle-ci de manière active afin d'en faire une solide tête de pont de la présence japonaise dans la région. Ils créent une nouvelle gare à Changchun qui doit servir de nœud ferroviaire d'un réseau chargé de drainer les ressources agricoles et minières de la région. Le Japon investit massivement dans la mise en place d'une industrie lourde. Le territoire est exploité comme une colonie en implantant une importante population japonaise. Des architectes japonais sont chargés de concevoir un nouveau quartier de Changchun autour de la nouvelle gare qui doit notamment héberger les japonais. Ils adoptent un plan régulier constitué de voies orientées est-ouest et nord-sud se coupant régulièrement à angle doit avec de larges avenues. Chaque bloc découpé par les rues se voit attribuer une fonction : logement, commerce, usine, dépôt, administration dont caserne, amusement[8].

Capitale du Mandchoukouo (1932)[modifier | modifier le code]

Plan du grand Hsiking.

Jusque là la Mandchourie restait une partie intégrante de la Chine dont l'administration et les forces militaires restaient en place. En septembre 1931, prenant prétexte de l'incident de Moukden, un sabotage de la voie ferrée perpétré par des officiers japonais et faussement attribué à des chinois, l'armée japonaise décide sans l'accord de son gouvernement de chasser l'administration chinoise et d'annexer la Mandchourie. L'opération ne rencontre qu'une faible résistance militaire et reçoit bientôt l'appui du gouvernement japonais. Malgré les résolutions passées par la Société des Nations demandant au Japon de faire marche arrière, l'annexion est un fait accompli et le 18 février 1932 le territoire de la Mandchourie rebaptisé Mandchoukouo devient un état indépendant de la Chine sous protectorat japonais d'une superficie d'environ 1,5 millions de km² et peuplé de 31 millions d'habitants. Changchun, devenue la capitale du nouvel état, est rebaptisé Hsinking (en chinois : nouvelle capitale). Puyi le dernier empereur chinois de la dynastie Qing, déchu de cette charge par la proclamation de la république de Chine (1912), accepte de prendre la tête du nouvel état en prenant le titre d'empereur. Il réside dans un palais impérial construit à cet effet qui est aujourd'hui occupé par le Musée du palais impérial de l'État mandchou. Le gouvernement formé par Puyi n'exerce aucun pouvoir réel. Celui-ci est détenu par l'armée japonaise. La Mandchourie est exploitée de manière brutale mais efficace par le Japon. Les chinois sont obligés de travailler dans les mines ouvertes pour exploiter les grandes richesses naturelles de la région et les mouvements d'opposition de la population civile sont réprimés de manière brutale.

Pour remplir son rôle de capitale, les dirigeants japonais planifient soigneusement l'agrandissement de Hsinking/Changchun en s'inspirant à la fois du plan de rénovation de Paris par le préfet Haussmann, du concept des cités-jardins de l'urbaniste britannique Ebenezer Howard et des travaux des urbanistes américains de l'époque. En 1944 la surface bâtie atteint une superficie de 160 km² auxquels s'ajoutent 71 km² de parcs et jardins. La population de Hsinking, qui s'élevait à 140 000 habitants en 1931 croit rapidement à la suite de l'implantation de l'administration du nouvel état. Elle dépasse les 500 000 habitants en 1940 et atteint 860 000 habitants en 1944. A cette époque les japonais qui peuplent les administrations et dirigent la police municipale sont 150 000. Hsinking est alors la troisième ville la plus peuplée de Mandchoukouo après Moukden et Harbin.

Prise de Changchun par les communistes[modifier | modifier le code]

Trompettes de l'APL après la victoire de celle-ci en 1949.

Profitant de la défaite du Japon à la fin de la Seconde guerre mondiale, les troupes soviétiques envahissent l'État du Mandchoukouo en août 1945 et celui-ci est dissous.

Dans la dernière phase de la guerre civile chinoise, le siège de Changchun est effectué par l'Armée populaire de libération (APL) entre le 23 mai et le . Lorsque les forces de l'Armée nationale révolutionnaire défendant la ville capitulent, il n'y a que 40 000 survivants au bout de 150 jours de siège soit, selon une estimation en 2009, 80 % de la population civile décimée[9].

Jung Chang et Jon Halliday estime dans Mao : l'histoire inconnue édité en 2005 que de 170 000 à 330 000 personnes y sont affamés à mort, en faisant un événement aussi sanglant que le massacre de Nankin[10].

Selon Zhang Zhenglu, un ancien lieutenant-colonel de l'APL et l'auteur du livre neige blanche, sang rouge (en) (chinois : 雪白血红), publié en 1989 par la maison d’édition de l'APL et retiré de la circulation au printemps 1990 après que le président Yang Shangkun ait déclaré qu'il « insultait le Parti communiste », le bilan est d'environ 150 000 habitants morts de faim[11][réf. nécessaire]. Un feuilleton éponyme en 24 épisodes est sorti en Chine en 2003[12]. L'historien Frank Dikötter indique que le blocus total de la ville par l'APL provoqua la mort de 160 000 civils[13].

Économie[modifier | modifier le code]

Marché à Changchun (2005)

Changchun est un des plus anciens centres industriels de la Chine. L'industrie lourde en particulier l'industrie métallurgique est très présente bien que déclinante. C'est l'un des principaux centres de production de véhicules automobiles chinois. FAW Group Corporation (en chinois : 第一汽车集团), anciennement First Automobile Works, entreprise publique chinoise spécialisée dans la construction automobile a son siège et y fabrique des voitures, des bus et des camions. C'est le troisième constructeur automobile chinois, avec 3,080 millions de véhicules fabriqués en 2014 [14]. FAW construit des véhicules de marques étrangères dans le cadre d'accords de coopération imposés par la réglementation chinois : Volkswagen depuis 1990, Toyota depuis 2003 et Mazda depuis 2003. Changchun est un centre de fabrication majeur de trains de voyageurs et de rames de métro (société CRRC Changchun Railway Vehicles) dont la croissance est dopée par les investissements entrepris par la Chine dans son réseau à grande vitesse et des transports en commun. Changchun, située au milieu d'une vaste région agricole aux terres noires très riches, accueille une importante industrie agro-alimentaires. Ces dernières années les responsables de l'agglomération ont entrepris de diversifier une industrie lourde vieillissante en encourageant les activités dans de nouveaux secteurs comme l'énergie renouvelable, l'industrie pharmaceutique, l'électronique, ....

En 2004, le PIB total a été de 153,5 milliards de yuans, et le PIB par habitant de 21 285 yuans[15]

Subdivisions administratives[modifier | modifier le code]

Changchun est une ville sous-provinciale c'est-à-dire une agglomération qui dispose d'une grande autonomie de gestion par rapport à la province à laquelle elle est rattachée. Ce statut est intermédiaire entre celui des quatre grandes municipalités (Pékin, Tianjin, Chongqing et Shangaï) et celui des 15 villes-préfectures. Changchun exerce sa juridiction sur dix subdivisions - six districts, trois villes-districts et un xian :

Carte Nom Caractères
simplifiés
Pinyin Population
Recensement 2010
Superficie
(km2)
Ville proprement dite
District de Chaoyang 朝阳区 Cháoyáng Qū 675270 237
District de Nanguan 南关区 Nánguān Qū 533 979 81
District de Kuancheng 宽城区 Kuānchéng Qū 457 959 238
District d'Erdao 二道区 Èrdào Qū 402 090 452
District de Luyuan 绿园区 Lùyuán Qū 602 072 216
Banlieues
District de Shuangyang 双阳区 Shuāngyáng Qū 377 933 1 677
District de Jiutai 九台区 Jiǔtái Qū 738606 3 375
Villes satellites
Dehui 德惠市 Déhuì Shì 839 786 3 435
Yushu 榆树市 Yúshù Shì 1 160 969 4 712
Rural
Nong'an 农安县 Nóng'ān Xiàn 1 029 680 5 400

Changchun est par ailleurs la capitale de la province du Jilin regroupant environ 27 millions de personnes.

Transports[modifier | modifier le code]

Ligne 3 du métro léger.

Changchun dispose de trois gares ferroviaires pour les passagers mais la plupart des trains ne s'arrêtent qu'à la gare de Changchun (gare principale). Des liaisons intercités quotidiennes à destination des villes de la région Jilin, Harbin, Shenyan et Dalian ainsi que les grandes métropoles chinoises Pékin, Shanghai et Guangzhou. Cette gare est par ailleurs desservie par les lignes de métro 1, 2 et 3. La ligne à grande vitesse Harbin–Dalian inaugurée en 2012, comporte une gare dédiée située à l'ouest de la ville de la partie construite de Changchun

Changchun possède un aéroport international (code AITA : CGQ) à une trentaine de kilomètres au nord est de la ville par lequel transitent chaque année environ 8,5 millions de passagers (2015) et 75000 tonnes de fret.

Transports en commun[modifier | modifier le code]

Le système de transports en commun lourd comporte une ligne de métro (ligne 1), deux lignes de métro léger (lignes 3 et 4) et une ligne de tramway rescapé d'un des réseaux de tramway les plus étoffés de Chine. Un nouvelle ligne de métro (ligne 2) est en construction et le réseau doit encore agrandi par la suite.

Monuments et musées[modifier | modifier le code]

  • Cathédrale catholique Sainte-Thérèse
  • Le temple de Confucius de Changchun
  • Musée du palais impérial de l'État mandchou, (chinois : 偽滿皇宮博物院 ; pinyin : wěi mǎn huánggōng bówùyuàn ; littéralement : « Musée du palais impérial illégitime du Mandchoukouo ») se trouve au Nord-Est de la ville. Le palais fut une résidence officielle créée par l'armée impériale japonaise pour le dernier empereur de Chine, Puyi, en tant que nouvel empereur de l'État fantoche du Mandchoukouo. De nos jours en république populaire de Chine, le site est généralement appelé le « palais et le hall d'exposition de l'empereur marionnette »[16]. Il est classé comme site touristique AAAA (en) par l'office national du tourisme de Chine[17].
  • Le musée des studios de cinéma de Changchun (长春电影制片厂), qui retrace l'histoire du premier et plus important studio de cinéma de Chine, crée en 1935.
  • Le musée des beaux-arts du Jilin (吉林省美术馆), situé au Sud-Est de la ville, proche de la station Changyingshijicheng, au terminus de la ligne n°3 du métro léger.
  • Le Musée international d'animation du Jilin (吉林国际动漫博物馆), situé dans le campus universitaire d'animation du Jilin (吉林动画学院)[18], présentant des pièces internationales concernant le cinéma d'animation y a ouvert ses portes en 2012, elle est réservée au professionnels et seulement sur invitation.
  • Changchun Movie Wonderland, parc d'attractions proche du musée des beaux-arts. Il a la particularité d'être un plagiat architectural et conceptuel du Futuroscope[19]

Éducation[modifier | modifier le code]

Universités[modifier | modifier le code]

Changchun possède 27 institutions d'enseignement supérieur avec 160 000 étudiants inscrits. Parmi, ces universités, on compte l'Université de Jilin, fondée en 1946, qui est l'une des universités les plus importantes en Chine, avec plus de 60 000 étudiants et un classement national dans les dix premières universités en Chine continentale (10e rang en 2012 et 8e rang en 2013 selon le classement du China Education Center)[20].

  • Université de finance et d'économie de Jilin
  • Université de Changchun
  • Université des Sciences et Technologies de Changchun
  • Université de médecine traditionnelle chinoise[61]
  • Institut des Arts de Jilin
  • Institut Jilin des langues étrangères de Huaqiao, un institut privé offrant des programmes niveau licence en langues étrangères dont le français, en management international et commerce et didactique[62]
  • Université de Jilin
  • Université Normale du Nord-est
  • Université normale d'ingénierie de Jilin
Square devant les bâtiments du centre de recherche de l'Université de Jilin à Changchun

Coopération avec la France dans le domaine éducatif[modifier | modifier le code]

Sous l'impulsion du Consulat Général de France de Shenyang, les coopérations avec Changchun dans le domaine éducatif ont pris une certaine importance: on compte parmi les plus grandes réussites les coopérations avec l'université de Jilin et Science Po Toulouse dans le domaine des sciences politiques, dans des programmes en anglais, sous l'impulsion de Sébastien Mauve, et l'organisation d'événement culturel à l'institut Huaqiao, comptant l'un des départements de français les plus actifs dans la mise en place du programme de coopération en français avec la France, avec un système de double licence anglais français.

Personnalités[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Le maire de Changchun, M. Cui Jie, a inauguré à Montreuil, le 27 août 2007, une statue du sculpteur Wang Keqing. Cette statue en bronze et étain, d'une hauteur de 3,06 m, est intitulée Le calligraphe Fu Mi.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Codes postaux et téléphoniques du Jilin, (en) China Zip Code/ Telephone Code, ChinaTravel.
  2. a et b 2012年吉林省各市GDP和人均GDP排名.
  3. (en) Données climatiques pour 43°N 125°E, Historique des relevés météorologiques de Changchun.
  4. (zh) « 长春气候背景分析 », Weather China
  5. (zh) 新京特別市公署『新京市政概要』12–13頁、新京商工公会刊『新京の概況 建国十周年記念發刊』1–7頁、『満洲年鑑』昭和20年(康徳12年)版 389–390頁、他を参照。
  6. (en) « History » [archive du ], Changchun Municipal Government (consulté le 23 juillet 2012)
  7. Li Zhiting, « Changchun Ⅱ- Le chemin de fer de Changchun », sur cctv.com-Francais, (consulté le 17 octobre 2014)
  8. Akira Koshizawa, Manchukuo Capital Planning (Jiangsu: Social Sciences Academic Press,2011), 26–97
  9. (en) Andrew Jacobs, « China Is Wordless on Traumas of Communists’ Rise », sur The New York Times, (consulté le 25 février 2016).
  10. (en) Jon Halliday et Jung Chang, Mao: The Unknown Story, Random House, , 992 p. (ISBN 9781448156863), p. 383.
  11. Lieutenant-colonel Zhang Zhenglu de l'Armée de libération populaire, publié par la maison d'édition de l'armée et interdit aujourd'hui (en) « Red Army Starved 150,000 Chinese Civilians, Books Says », sur community.seattletimes.nwsource.com/.
  12. (zh) « 雪白血红 », sur v.Sogou.com
  13. Entretien de Frank Dikötter avec Ursula Gauthier, « La révolution chinoise, ce cauchemar absolu », sur L'Obs, (consulté le 23 février 2016).
  14. China Corp. 2015 - Auto Industry DCA Chine-Analyse, mai 2015.
  15. (en) Market Profiles on Chinese Cities and Provinces (actualisation 08/2006).
  16. Travelchinaguide.com.
  17. « AAAAA Scenic Areas », Office national du tourisme de Chine, (consulté le 9 avril 2011).
  18. (zh) (en) http://new.jldh.com.cn/link/bwg/
  19. Sujet évoqué sur un forum non officiel Le forum du futuroscope, sujet du 8 avril 2011.
  20. www.chinaeducenter.com, « China University Ranking - China Education Center », sur www.chinaeducenter.com (consulté le 23 janvier 2017)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

  • Jilin région chinoise dont fait partie Changchun

Liens externes[modifier | modifier le code]