17e armée régionale (Japon)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

17e armée régionale
第17方面軍
Image illustrative de l’article 17e armée régionale (Japon)
Retrait des troupes japonaises de Corée.

Création
Dissolution
Pays Drapeau de l'Empire du Japon Empire du Japon
Type Infanterie
Rôle Armée
Garnison Keijō
Surnom Construction (築, Chiku)

La 17e armée régionale (第17方面軍, Dai-jūroku hōmen gun?) est une composante de l'armée impériale japonaise basée en Corée durant la Seconde Guerre mondiale.

Histoire[modifier | modifier le code]

La 17e armée régionale japonaise est formée le sous le contrôle direct du quartier-général impérial comme successeur de l'armée japonaise de Corée dans le cadre des efforts désespérés de l'empire du Japon d'empêcher les débarquements alliés sur la péninsule coréenne durant l'opération Downfall (ou opération Ketsugō (決号作戦, Ketsugō sakusen?) en japonais). Elle est basée à Keijō. Cependant, la structure administrative réelle de l'ancienne armée de Corée reste en place et le commandement de la 17e armée régionale se trouve ainsi mis en concurrence[1].

La plupart des soldats des armées présentes au Japon sont composées de réservistes peu entraînés, d'étudiants conscrits, et de miliciens car la plupart des vétérans et des troupes entraînées ont été envoyés sur les autres fronts de la guerre du Pacifique.

De plus, les Japonais forment des corps combattants des citoyens patriotiques qui intègrent tous les hommes en bonne santé de 15 à 60 ans et les femmes de 17 à 40 ans. Les armes, l'entraînement, et les uniformes manquent globalement, certains hommes ne sont même armés qu'avec des mousquets à chargement par la bouche, des arcs longs, ou des lances de bambou. On attend cependant d'eux qu'ils fassent leur devoir jusqu'au bout[2] .

Le , la 17e armée régionale est transférée sous le contrôle de l'armée japonaise du Guandong et reçoit l'ordre d'avancer vers le nord pour s'opposer à l'invasion soviétique de la Mandchourie. Cependant, la guerre prend fin avant qu'elle n'est traversé le fleuve Yalou.

La 17e armée régionale est démobilisée sans avoir combattu et reste dans ses bases de garnison jusqu'à l'arrivée des forces américaines en Corée.

Commandement[modifier | modifier le code]

Commandants[modifier | modifier le code]

Nom De À
1 Général Seishirō Itagaki 1er février 1945 20 avril 1945
2 Lieutenant-général Yoshio Kozuki 20 avril 1945 15 août 1945

Chef d'état-major[modifier | modifier le code]

Nom De À
1 Lieutenant-général Juntaro Iihara 1er février 1945 15 août 1945

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Madej, Japanese Armed Forces Order of Battle, 1937-1945
  2. Frank, Downfall, p. 188–9. Bauer and Coox, OLYMPIC VS KETSU-GO.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Edward J. Drea, In the Service of the Emperor: Essays on the Imperial Japanese Army, University of Nebraska Press, (ISBN 0-8032-1708-0), « Japanese Preparations for the Defense of the Homeland & Intelligence Forecasting for the Invasion of Japan »
  • Richard B Frank, Downfall: The End of the Imperial Japanese Empire, New York, Random House, (ISBN 0-679-41424-X)
  • Bernard Jowett, The Japanese Army 1931-45 (Volume 2, 1942-45), Osprey Publishing, (ISBN 1-84176-354-3)
  • Victor Madej, Japanese Armed Forces Order of Battle, 1937-1945, Game Publishing Company,
  • Daniel Marston, The Pacific War Companion: From Pearl Harbor to Hiroshima, Osprey Publishing, (ISBN 1-84176-882-0)
  • John Ray Skates, The Invasion of Japan: Alternative to the Bomb Downfall, New York, University of South Carolina Press, (ISBN 0-87249-972-3)

Lien externe[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]