4e armée (Japon)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir 4e armée.

4e armée
第4軍
Image illustrative de l’article 4e armée (Japon)
Positionnement de la 4e armée au nord de la Mandchourie en 1945.

Création
Dissolution
Pays Drapeau de l'Empire du Japon Empire du Japon
Type Infanterie
Rôle Corps d'armée
Garnison Bei'an, Mandchoukouo
Surnom Lumière (光, Hikari)
Guerres Guerre russo-japonaise
Invasion soviétique de la Mandchourie

La 4e armée (第4軍, Dai-yon gun?) est une unité de l'armée impériale japonaise basée au Mandchoukouo durant la Seconde Guerre mondiale, mais elle a existé préalablement durant la guerre russo-japonaise.

Histoire[modifier | modifier le code]

La 4e armée est initialement créée le durant la guerre russo-japonaise sous le commandement du général Nozu Michitsura à partir de diverses forces de réserves. Sa tâche principale est de soutenir l'avancée japonaise sur Mukden vers la fin de la guerre. Elle est dissoute à Mukden le après la victoire finale et la signature du traité de Portsmouth.

La 4e armée est recréée au début de la seconde guerre sino-japonaise au Mandchoukouo en tant que force de garnison des frontières nord contre de possibles incursions de l'armée rouge soviétique. Elle est basée à Bei'an, la capitale d'une province du même nom, qui est lourdement fortifiée. Elle passe ensuite sous le contrôle de la 1re armée régionale au sein de l'armée japonaise du Guandong. À la vue de la détérioration de la situation militaire du Japon en Asie du Sud-Est, la plupart de ses unités expérimentées et de son équipement est transférée dans d'autres troupes.

Durant l'invasion soviétique de la Mandchourie, ses forces sous-équipées et pauvrement entraînées ne peuvent rien faire contre les divisions aguerries de l'armée rouge et sont forcées de reculer. Elles se trouvent à Harbin au moment de la reddition du Japon. Beaucoup de ses soldats sont faits prisonniers en Sibérie.

Commandement[modifier | modifier le code]

Commandants[modifier | modifier le code]

Nom De À
1 Général Nozu Michitsura 30 juin 1904 12 janvier 1906
X dissoute
1 Lieutenant-général Kesago Nakajima 15 juillet 1938 1er août 1939
2 Lieutenant-général Jun Ushiroku 1er août 1939 28 septembre 1940
3 Lieutenant-général Kohei Washizu 28 octobre 1940 15 octobre 1941
4 Lieutenant-général Isamu Yokoyama 15 octobre 1941 21 septembre 1942
5 Lieutenant-général Tatsumi Kusaba 21 septembre 1942 7 février 1944
6 Lieutenant-général Kanji Nishihara 7 février 1944 23 mars 1944
7 Lieutenant-général Mikio Uemura 23 mars 1944 septembre 1945

Chef d'état-major[modifier | modifier le code]

Nom De À
1 Major-général Uehara Yūsaku 30 juin 1904 23 janvier 1906
X Dissoute
1 Lieutenant-général Renya Mutaguchi 15 juillet 1938 1er décembre 1939
2 Lieutenant-général Masao Yoshizumi 1er décembre 1939 9 septembre 1940
3 Lieutenant-général Hiroshi Watanabe 9 septembre 1940 7 juillet 1941
4 Lieutenant-général Asasaburo Kobayashi 7 juillet 1941 1er décembre 1941
5 Lieutenant-général Hiroshi Watanabe 1er décembre 1941 1er août 1942
6 Lieutenant-général Kohei Takeshi 1er août 1942 11 septembre 1943
7 Major-général Saburo Hagi 11 septembre 1943 26 décembre 1944
8 Major-général Bujo Ono 26 décembre 1944 septembre 1945

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Richard B Frank, Downfall: The End of the Imperial Japanese Empire, New York, Random House, (ISBN 0-679-41424-X)
  • Bernard Jowett, The Japanese Army 1931-45 (Volume 2, 1942-45), Osprey Publishing, (ISBN 1-84176-354-3)
  • Victor Madej, Japanese Armed Forces Order of Battle, 1937-1945, Game Publishing Company,
  • Daniel Marston, The Pacific War Companion: From Pearl Harbor to Hiroshima, Osprey Publishing, (ISBN 1-84176-882-0)
  • David Glantz, The Soviet Strategic Offensive in Manchuria, 1945 (Cass Series on Soviet (Russian) Military Experience, 7), Routledge, (ISBN 0-7146-5279-2)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]