Liste d'explosions accidentelles impliquant du nitrate d'ammonium

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Cet article présente une liste d'explosions accidentelles impliquant du nitrate d'ammonium. Le nitrate d'ammonium (NH4NO3) est un sel largement utilisé comme base de produit fertilisant (l'ammonitrate) en agriculture en raison de son apport en azote. Il est aussi employé dans l'industrie comme explosif. Il a également un usage moins répandu de réfrigérant. Dans le premier cas, il s'agit du NAA (nitrate d'ammonium pour l'agriculture, en anglais FGAN : Fertilizer Grade Ammonium Nitrate) fabriqué sous forme de granulés blanchâtres enrobés pour éviter le mottage, et dans le second cas de NAI (nitrate d'ammonium industriel) dont les granulés sont rendus poreux pour faciliter les réactions chimiques. C'est un explosif stable qui détone lorsqu'il est amorcé par un détonateur ou après un incendie avec confinement lorsqu'il y a ajout de combustible, car le nitrate est spontanément un comburant. C'est le cas de l'ANFO, mélange de nitrate d'ammonium et de fioul. Ces deux cas expliquent en grande partie pourquoi il cause des explosions accidentelles, soit dans l'industrie, soit lors du transport.

Depuis la fin des années 1980, dix incidents en France susceptibles d'avoir impliqué le nitrate d'ammonium ont été recensés[1].

Tableau récapitulatif[modifier | modifier le code]

Pays Lieu Date Mort(s) Tonnage Article
Drapeau des États-Unis États-Unis Gibbstown (en) (New Jersey) 1 1,81
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni Faversham 115 700
Drapeau des États-Unis États-Unis Oakdale (Pennsylvanie) 6 1,36
Drapeau de l'Allemagne Allemagne Kriewald 19 30
Drapeau de l'Allemagne Allemagne Oppau 561 4 500 Explosion d'Oppau
Drapeau des États-Unis États-Unis Nixon (New Jersey) 20 2 Catastrophe de Nixon Nitration Works
Drapeau de la Belgique Belgique Tessenderlo 189 150
Drapeau des États-Unis États-Unis Texas City (Texas) 581 2 086 + 870 Catastrophe de Texas City
Drapeau de la France France Brest 29 1 700-3 309 Explosion de l'Ocean Liberty
Drapeau des États-Unis États-Unis Roseburg (Oregon) 14 4,1
Drapeau de l'Australie Australie Taroom (Queensland) 3 12
Drapeau des États-Unis États-Unis Kansas City (Missouri) 6 23
Drapeau de la Papouasie-Nouvelle-Guinée Papouasie-Nouvelle-Guinée Mine de Porgera 11 80
Drapeau des États-Unis États-Unis Sergeant Bluff (Iowa) 4 Explosion de l'usine de Port Neal (en)
Drapeau de la République populaire de Chine Chine Xingping (Shaanxi) 22 27,6
Drapeau de la France France Toulouse 31 300 Explosion de l'usine AZF de Toulouse
Drapeau de la Corée du Nord Corée du Nord Ryongchon 162 Accident ferroviaire de Ryongchon
Drapeau de la Roumanie Roumanie Mihăilești 18 20 Explosion de Mihăilești
Drapeau du Mexique Mexique Monclova (Coahuila) 40 22
Drapeau des États-Unis États-Unis West (Texas) 15 240 Explosion de la West Fertilizer Company
Drapeau de la République populaire de Chine Chine Port de Tianjin 173 800 Explosions de Tianjin en 2015
Drapeau du Liban Liban Beyrouth 220 2 750 Explosions au port de Beyrouth de 2020

Explosions accidentelles ayant impliqué du nitrate d'ammonium[modifier | modifier le code]

2 avril 1916, explosion de Faversham, Kent (Royaume-Uni)[modifier | modifier le code]

Une grande explosion dans la poudrerie de la société Explosives Loading Company cause la mort de 116 personnes. Cette explosion est la conséquence d'un incendie qui a ravagé des magasins dans lesquels étaient stockées 15 tonnes de TNT et 150 tonnes de nitrate d'ammonium. Le souffle de l'explosion a détruit des fenêtres jusqu'à Southend-on-Sea de l'autre côté de l'estuaire de la Tamise tandis que la secousse était ressentie jusqu'à Norwich[2].

4 octobre 1918, explosion de Morgan, New Jersey (États-Unis)[modifier | modifier le code]

Pour alimenter en obus les canons des Alliés en Europe, plusieurs usines de munitions furent construites près de la côte du New-Jersey. À la suite de l'incendie d'un atelier de chargement d'explosif qui dura une journée, la nuit quelques obus propulsés en l'air retombèrent dans un magasin de 4 000 tonnes de nitrate d'ammonium et y explosèrent. L'un d'eux provoqua une forte détonation. Malgré d'autres détonations d'obus similaires, une grande partie du stock de nitrate en barils ne fut pas détruit. La série d'explosions tua une centaine de personnes et les pompiers et autres bénévoles furent impuissants à arrêter le feu[3].

26 juillet 1921, explosion de Kriewald/Knurów, Silésie[modifier | modifier le code]

Pour désagréger 30 tonnes de nitrate d'ammonium pris en masse dans deux wagons, on y fit exploser une cartouche d'explosif minier. Les wagons explosèrent. Dix-neuf personnes furent tuées.

21 septembre 1921, explosion d'Oppau, Rhénanie (Allemagne)[modifier | modifier le code]

Vue du site d'Oppau, en 1921, après l'explosion d'un silo contenant du nitrate d'ammonium sulphate.

L'explosion, à la suite d'un tir de mine, d'un hangar contenant 4 500 tonnes d'un mélange moitié de sulfate d'ammonium et moitié de nitrate d'ammonium, provoqua la mort de 561 personnes[4] et la destruction de 700 logements. L'usine avait l'habitude de désagréger les tas à l'explosif et avait, à la date de la catastrophe, fait plus de 20 000 tirs. On suppose que la mine explosa dans une région du tas où la concentration en nitrate d'ammonium était plus élevée que la moyenne. La sensibilité du mélange à l'entraînement explosif augmente très vite avec la concentration en nitrate d'ammonium, ce qui explique qu'une partie seulement (450 tonnes) du tas ait explosé.

, catastrophe de Nixon Nitration Works, New Jersey (États-Unis)[modifier | modifier le code]

Un incendie, suivi d'explosions, fit rage dans un magasin de nitrate d'ammonium pollué de composés nitrés. Ce nitrate était fabriqué avec de l'acide nitrique provenant d'acide nitrique résiduaire de fabrication de trinitrotoluène.

16 novembre 1936 et 4 avril 1940 explosions de Miramas (France)[modifier | modifier le code]

En 1936, à la suite d'un incendie, une explosion à la Poudrerie de Miramas a causé 53 décès, plus de 200 blessés et de gros dégâts. En avril 1940 une autre explosion cause 11 décès[5].

5 août 1940, explosion de Miramas (France)[modifier | modifier le code]

Un tas de 240 tonnes de nitrate d'ammonium pur en sacs explosa après un incendie provoquant l'émission de fumées rousses. L'enquête conclut que l'explosion avait été déclenchée par celle d'un obus projeté par une autre explosion, en l'occurrence d'un wagon de munitions voisin.

29 avril 1942, désastre de Tessenderlo (Belgique)[modifier | modifier le code]

Le , le tir d'une cartouche provoqua l'explosion d'un tas de 150 tonnes de nitrate d'ammonium sur le site de la société des produits chimiques de Tessenderlo[6] (PCT) à Tessenderlo, province de Limbourg en Belgique. Bilan : 189 morts, 900 blessés et importants dégâts matériels dans les environs[7].

16 et 17 avril 1947, catastrophe de Texas City, Texas (États-Unis)[modifier | modifier le code]

Le cargo français Grandcamp, de type Liberty ship, en cours de chargement, contenait 2 080 tonnes de nitrate d'ammonium en sacs (32,5 % d'azote, 4 % de charges minérales, 1 % de bitume) quand un incendie fut détecté. Pour étouffer l'incendie, le capitaine fit fermer les panneaux de cale et envoyer de la vapeur sous pression. Malheureusement, cette cargaison n'a pas besoin d'oxygène pour continuer à brûler une fois le feu pris. Au contraire, la chaleur de la vapeur accéléra la réaction. La pression augmenta et, après une heure, la cargaison explosa. Elle provoqua la mort de plusieurs centaines de personnes et l'incendie du cargo High Flyer, amarré à 250 m, qui contenait 1 050 tonnes de soufre et 960 tonnes de nitrate d'ammonium. Le High Flyer explosa à son tour le lendemain , après avoir brûlé près de 16 heures. Un stock de 500 tonnes du même nitrate d'ammonium qui se trouvait sur le quai, prit feu également, mais brûla sans exploser. Les experts expliquent cette différence de comportement par le confinement plus important dans la cale des bateaux.

28 juillet 1947, explosion de l'Ocean Liberty à Brest (France)[modifier | modifier le code]

Plan du port de Brest en 1946, localisation de la zone d'amarrage et de la zone du naufrage de l’Ocean Liberty.

Le cargo Ocean Liberty était chargé de 3 300 tonnes de nitrate d'ammonium et de marchandises inflammables (combustibles, lubrifiants, solvants, polystyrène, pneumatiques). Le feu se déclencha vers 12 h 30. Le capitaine fit fermer les cales et envoyer de la vapeur sous pression. La situation s'aggravant, le bateau fut remorqué en rade vers 14 h, mais s'échoua sur le banc de Saint-Marc à quelques centaines de mètres de la plage la plus populaire de Brest. De la fumée noire et rousse s'en échappait et l'incendie devint très violent. Le cargo explosa à 17 h causant 29 morts et d'importants dégâts dans la ville de Brest pourtant abritée par les hautes falaises qui dominent la rade. Le bruit de la détonation fut entendu jusqu'à Morlaix, à 60 km. Un raz-de-marée de quelques mètres se fit sentir jusque dans le chenal du Four, à plus de 30 km. Dans les deux cas, il s'agit de l'explosion, dans des conditions fortement confinées, du mélange très sensible de nitrate d'ammonium et de combustibles liquides.

, explosion du cargo Tirrenia en mer Rouge[modifier | modifier le code]

Le , le cargo finlandais Tirrenia, chargé de 4 000 tonnes de nitrate d'ammonium, prend feu au large de Port-Soudan. Le capitaine a recours à la vapeur pour tenter d'arrêter l'incendie. L'échec de cette tentative le conduit à abandonner son navire qui explosa dans la nuit et sombra par 19° 11' N, 39° 18' E[8],[9].

, explosion de Roseburg (États-Unis)[modifier | modifier le code]

Un camion transportant de la dynamite et du nitrate d'ammonium a pris feu tôt le matin du 7 août 1959. Son explosion provoque la mort de 14 personnes et en blesse 125 autres. Plusieurs blocs du centre de Roseburg ont été détruits. L'accident est connu localement sous le nom de « The Blast »[10].

, explosion de Taroom (Australie)[modifier | modifier le code]

Le un camion transportant environ 20 tonnes de nitrate d'ammonium explose au nord de Taroom dans une région désertique du Queensland. Un incendie d'origine électrique provoque la fonte du nitrate qui se répand sur la chaussée puis fait exploser le réservoir de carburant. Il se déclenche alors une violente détonation qui crée un vaste cratère dans la chaussée et cause trois morts[11],[12].

, explosions de Kansas City (États-Unis)[modifier | modifier le code]

Deux remorques routières, chargées chacune de 23 tonnes d'explosifs à base de nitrate d'ammonium, ont explosé le à Kansas City (Missouri) sur un chantier routier. Les explosifs étaient destinés au dynamitage de rochers pour la construction de l'autoroute Highway 71. Ces explosions ont provoqué la mort de six personnes, des pompiers de Kansas City appelés pour lutter contre un feu sur un véhicule situé près des remorques. Les pompiers connaissaient la présence d'explosifs sur le chantier, mais ils ignoraient que ces remorques servaient de « magasins » remplis d'explosifs. À h 7, l'un des « magasins » prit feu et une explosion catastrophique s'ensuivit, tuant les six pompiers instantanément. Une seconde explosion est intervenue 40 min plus tard, alors que les pompiers s'étaient mis en retrait. Les explosions ont créé deux cratères de 30 m environ de diamètre sur 2,4 m de profondeur. Les fenêtres ont été brisées dans un rayon de 15 km environ et les explosions ont été entendues jusqu'à 60 km du site. L'enquête a montré que des incendies criminels déclenchés par des individus mêlés à un conflit du travail avec l'entreprise de construction étaient à l'origine des explosions. Le nitrate d'ammonium était mélangé avec du fioul et de l'aluminium en poudre pour former un mélange détonant amorcé par une petite quantité de dynamite[13].

, explosion de l'usine de Port Neal, à 25 km au sud de Sioux-city, Iowa, États-Unis[modifier | modifier le code]

L'accident explosif se déroule durant la fabrication sur le site industriel de Terra industries près de Sioux City. Une première déflagration concerne le réacteur chargé d'environ 75 tonnes de nitrate d’ammonium, destinées à la fabrication d’engrais. La seconde détonation a lieu dans le réservoir de nitrate d’ammonium de l'usine. Le bilan de cette catastrophe fait état de 4 morts et de 18 blessés. La dévastation par un puissant effet de souffle qui a pu être ressenti physiquement à plus de 50 km de distance a détruit les bâtiments du site industriel et les aménagements des environs, générant en quelques minutes un paysage de guerre.

explosion de l'usine AZF de Toulouse (France)[modifier | modifier le code]

L’usine AZF de Toulouse est détruite le par l’explosion d’un stock de 300 tonnes de nitrate d'ammonium, entraînant la mort de 31 personnes, faisant 2 500 blessés[1] et de lourds dégâts matériels. Le , onze ans après l’explosion, la cour d’appel de Toulouse prononce la condamnation de la société Grande Paroisse, propriétaire d’AZF, et de son ancien directeur Serge Biechlin. Le la Cour de cassation a cassé l'arrêt AZF de la Cour d'appel de Toulouse et a délocalisé le procès à Paris[14]. Le procès en Appel s'est tenu à Paris et le la cour d’appel de Paris condamne l'ancien directeur de l'usine AZF Serge Biechlin à quinze mois de prison avec sursis et la société Grande Paroisse à une amende de 225 000 euros.

, explosion de Saint-Romain-en-Jarez (France)[modifier | modifier le code]

Un incendie se déclare à Saint-Romain-en-Jarez (département de la Loire) dans une grange contenant de gros ballots de paille (démarrage de l'incendie), une chambre froide pour la conservation des fruits, des cagettes en plastique de fruits, vides et quatre tonnes d'ammonitrate conditionné en conteneurs souples (sacs de 500 kg). L'incendie se propage de la paille aux parois de la chambre froide, puis aux cagettes en plastique, qui brûlent et fondent, faisant ainsi un mélange détonant avec le nitrate agricole. Il s'est écoulé environ une heure quinze minutes entre l'appel aux pompiers pour éteindre le feu de paille et l'explosion du nitrate. Dix-huit personnes ont été blessées, principalement des pompiers, dont deux grièvement[15].

, explosion de Barracas (Espagne)[modifier | modifier le code]

Un camion chargé de 25 tonnes de nitrate d'ammonium 33 % pour engrais, en vrac, explose à Barracas (Communauté valencienne) sur la route nationale 234 Burgos - Sagonte, à la suite d'une collision, faisant deux morts et trois blessés. L'explosion, entendue à 10 km à la ronde, s'est produite une demi-heure après la collision, et s'explique par le fait que l'accident a entraîné la mise en contact du nitrate (comburant) avec le gazole du réservoir (carburant) et par l'incendie qui s'est produit. Elle a créé un cratère important de 5 m de diamètre et de profondeur.

, accident ferroviaire de Ryongchon (Corée du Nord)[modifier | modifier le code]

L'explosion de la gare de Ryongchon (ville de 130 000 habitants située à 20 km de la frontière chinoise) provoqua la mort de 161 personnes et plus de 1 300 blessés. La gare fut rasée, ainsi que tous les bâtiments dans un rayon de 500 m, près de 8 000 logements sont détruits ou endommagés. Deux énormes cratères de huit à dix mètres de profondeur furent vus sur le lieu de l'accident, dont les circonstances précises ne sont pas connues. Les autorités évoquèrent une erreur humaine. En l'absence d'informations, les causes et la nature de l'accident ont fait l'objet de beaucoup de conjectures. L'implication du nitrate d'ammonium est une de ces hypothèses.

, explosion de Mihăilești (Roumanie)[modifier | modifier le code]

Le un accident routier impliquant un camion transportant 20 tonnes de nitrate d'ammonium, en sacs de 50 kg, se produisit à Mihăilești dans le județ de Buzău (région historique de la Valachie). Le camion se renversa vers h 55 et prit feu. Au bout d'une heure, une violente explosion provoqua la mort de 18 personnes et en blessa grièvement une dizaine. L'explosion creusa un cratère d'environ 15 mètres de diamètre et 10 mètres de profondeur.

, explosion de Monclova (Mexique)[modifier | modifier le code]

À Monclova, ville mexicaine de l'État de Coahuila, le , un semi-remorque chargé de 27 tonnes de nitrate d'ammonium pour explosifs entra en collision avec un autre camion, faisant trois morts sur le coup. Un incendie se déclencha alors dans la cabine du semi-remorque et entraîna au bout de 40 minutes environ une forte explosion, faisant 150 blessés et 37 morts supplémentaires. L'explosion creusa un cratère de 9 m de diamètre et 1,8 m de profondeur[16].

, explosion de la West Fertilizer Company (États-Unis)[modifier | modifier le code]

Photo aérienne prise quelques jours après l'explosion de la West Fertilizer Co.

Explosion survenue dans un centre de stockage de la West Fertilizer Company à West (Texas), où 270 tonnes de nitrate d'ammonium étaient stockées[17],[18], La chronologie des événements et la quantité de produit sont compatibles avec le scénario d'un feu suivi d'une très importante explosion. Le bilan définitif de la catastrophe est de 15 morts, 200 blessés et 350 habitations détruites[19]. Après une controverse sur les causes de l'explosion[20], le , le CSB (Chimical Safety Board), bureau fédéral chargé de l'enquête, rendit son rapport[21]. Il affirme que la catastrophe est due à l'explosion de FGAN (Fertilizer Grade Ammonium Nitrate : nitrate d'ammonium pour l'agriculture) dont 30 tonnes-us ont détoné sur les 40 à 60 tonnes-us qui étaient stockées. Le CSB indique que la détonation du FGAN se produisit à la suite d'un incendie de 20 minutes et qu'elle est due à l'ajout de matières combustibles au nitrate d'ammonium.

12 août 2015, explosion au port de Tianjin (Chine)[modifier | modifier le code]

À Tianjin, ville du nord de la Chine, le soir du 12 août 2015, un incendie se déclare dans un entrepôt de produits chimiques contenant 2 400 tonnes de marchandises[22] dont 800 tonnes de nitrate d'ammonium et de la nitrocellulose[23]. 40 minutes plus tard, deux explosions consécutives dévastent le port tuant 173 personnes et en blessant 797 autres.

, double explosion au port de Beyrouth (Liban)[modifier | modifier le code]

Le , le port de Beyrouth, au Liban, est touché par une première explosion qui provoque l'explosion catastrophique de 2 750 tonnes de nitrate d'ammonium, provoquant des dégâts humains et matériels importants.

Le bilan définitif et officiel n'est pas encore connu (11 août 2020), cependant il dépasse les 170 morts et 6 000 blessés.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « La France gros consommateur de nitrate d'ammonium, les explosions à Beyrouth inquiètent », sur capital.fr, (consulté le 10 août 2020).
  2. (en) « The Great Explosion, 2 April, 1916 », Faversham.org, (consulté le 18 avril 2013).
  3. Gabrielan R (2012) Explosion at Morgan: The World War I Middlesex Munitions Disaster. The History Press (avec Google Books)
  4. Ministère de la Transition écologique et solidaire, « Explosion d'une usine chimique », sur La référence du retour d'expérience sur accidents technologiques (consulté le 5 août 2020).
  5. « La Poudrerie », sur Mairie de Miramas (consulté le 15 août 2020)
  6. Actuellement Tessenderlo Chemie.
  7. Nathalie Vaeck, « La chimie au quotidien »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), Université libre de Bruxelles (ULB) (consulté le 23 avril 2013).
  8. (en) Ned Middleton, « Miscellaneous Shipwrecks of the Red Sea Not Found in Egyptian Waters », Tour Egypt (consulté le 8 mai 2013).
  9. « SS Tirrenia (+1953) », Site Épaves (consulté le 8 mai 2013).
  10. « Roseburg Blast Crater, 1959 », sur oregonhistoryproject.org (consulté le 4 août 2020)
  11. (en) « Explosions following a fire », Société chimique de France (consulté le 11 mai 2013).
  12. (en) « Truck explosion memorial unveiled », ABC Capricornia (consulté le 11 mai 2013).
  13. (en) « Police Seek Clues In KC Blast », Atchison Daily News (via GenDisasters),‎ (lire en ligne, consulté le 8 mai 2013).
  14. « AZF », sur Cour de cassation, .
  15. « Incendie dans un hangar agricole et explosion d'engrais à Saint Romain en Jarez (42), le 2 octobre 2003 », base ARIA (analyse, recherche et information sur les accidents), ministère du Développement durable (consulté le 20 avril 2013).
  16. (en) James C. McKinley, « Truck Explosion in Mexico Kills 37 », The New York Times,‎ (lire en ligne, consulté le 20 avril 2013).
  17. (en) « West Fertilizer Co. Failed To Disclose It Had Unsafe Stores Of Explosive Substance », guardian.co.uk, (consulté le 23 avril 2013)
  18. (en) « Texas explosion death toll reaches 14 as recovery operation winds down », guardian.co.uk, (consulté le 23 avril 2013)
  19. {en} http://www.csb.gov/west-fertilizer-explosion-and-fire-/
  20. (en) [1]
  21. « Dangerously closed: Explosion in West, Texas », CSB (csb.gov), (consulté le 12 février 2016)
  22. « Tianjin : l'entrepôt qui a explosé contenait plus de 2 400 tonnes de produits toxiques », Les Échos, (consulté le 5 août 2020)
  23. (en) « Chinese Investigators Identify Cause Of Tianjin Explosion », sur Chemical & Engineering News (consulté le 5 août 2020)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]