Les Tourailles

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Tourailles et Tourailles-sous-Bois.

Les Tourailles
Les Tourailles
Vue générale du bourg, autour de la basilique Notre-Dame-de-la-Recouvrance.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Orne
Arrondissement Argentan
Canton Athis-de-l'Orne
Intercommunalité Flers Agglo
Maire délégué Odile Gauquelin
Code postal 61100
Code commune 61489
Démographie
Population 60 hab. (2016)
Densité 24 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 45′ 21″ nord, 0° 24′ 04″ ouest
Altitude Min. 159 m
Max. 254 m
Superficie 2,46 km2
Historique
Commune(s) d’intégration Athis-Val-de-Rouvre
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Orne

Voir sur la carte administrative de l'Orne
City locator 15.svg
Les Tourailles

Géolocalisation sur la carte : Orne

Voir sur la carte topographique de l'Orne
City locator 15.svg
Les Tourailles

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 15.svg
Les Tourailles

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 15.svg
Les Tourailles

Les Tourailles est une ancienne commune française, située dans le département de l'Orne en région Normandie, devenue le une commune déléguée au sein de la commune nouvelle d'Athis-Val-de-Rouvre[1].

Elle est peuplée de 60 habitants[Note 1].

Géographie[modifier | modifier le code]

La carte des Tourailles et des communes alentour.

Le territoire est arrosé par la Rouvre et le ruisseau des Onfrairies.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous la forme les Tourailles en 1373[2].

Tourailles : du celte Tur, « petites collines »[3], « Levées de terre séparant des champs »[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (janvier 2019)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

La première mention d'un sanctuaire aux Tourailles date du VIIIe siècle. Au lieu-dit la Monnerie (hameau des moines), étaient établis un monastère et un petit sanctuaire marial. La paroisse devait alors être confiée à des ermites.

Depuis le IXe siècle se déroule un pèlerinage très fréquenté à la chapelle Notre-Dame-de-la-Recouvrance.

À la fin du IXe siècle, lors de l’invasion normande, le petit monastère et le sanctuaire de Marie furent détruits. Cependant, avec le traité de Saint-Clair-sur-Epte en 911 et la fondation du duché de Normandie, les envahisseurs d'hier deviennent rapidement les maîtres du Pays. Lors de cette même année 911, le baptême de leur chef, Rollon, entraîne leur conversion. Dès lors, les Normands se hâtent de relever les ruines des lieux de cultes qu'ils avaient détruits auparavant. Ils rebâtissent les sanctuaires et l'église des Tourailles peut renaître de ses cendres. St Adelin, l'évêque de Séez, secondait le zèle des nouveaux convertis. La tradition rapporte que la statue de la Vierge, qui avait été cachée en terre pour la protéger des rapines des Vikings, fut retrouvée miraculeusement lors de cette reconstruction et replacée dans l’église paroissiale. Dès lors, la foule de pèlerins venait la vénérer et invoquer la mère de Dieu sous le titre de Notre-Dame-de-la-Recouvrance.

Vers la fin du XVIe siècle, le pèlerinage en cet antique sanctuaire marial avait une telle renommée qu’on y venait de très loin. Des personnages éminents s'y rendaient pour prier.

En 1590, bien qu'encore protestant (son abjuration officielle a lieu en 1592), Henri IV, qui faisait le siège de Falaise, vint aux Tourailles demander à Dieu, par l’intercession de Notre-Dame, la pacification de son royaume.

La plus remarquable faveur obtenue en ce sanctuaire est la naissance le de saint Jean Eudes, à la suite d’un vœu de ses parents. Isaac et Marthe Eudes s'étaient rendu peu de temps avant en pèlerinage aux Tourailles afin que la Vierge intercède près de Dieu pour qu'il fasse fructifier leur union. Peu après la naissance, les parents du futur saint revinrent, avec leur bébé, en pèlerinage en la chapelle où ils avaient fait leur vœu. Jean Eudes fut alors offert à Dieu et à Notre-Dame-de-la-Recouvrance. Deux frères ainsi que quatre sœurs sont nés après lui.

À l’heure des guerres de religion, on dit que Notre-Dame-de-la-Recouvrance intervint pour épargner la Normandie. C’est pourquoi on l’invoque pour la paix.

Le , la confrérie de l’Immaculée-Conception fondée par l’abbé Durand, curé des Tourailles, fut approuvée par l'évêque de Séez, Mgr Saussol. En 1848, Pie IX enrichit d’indulgences cette confrérie.

À la fin du XIXe siècle, le pèlerinage des Tourailles était très populaire. Il y avait plus de 15 000 pèlerins par an. Dès lors, la petite église était devenue trop petite. Le curé et les habitants du village décidèrent de détruire la vieille église pour en reconstruire une neuve. Les travaux débutèrent en 1895. L'inauguration par Mgr Augouard, vicaire apostolique de l'Oubangui eu lieu le . Le lendemain, le , se déroulait la translation de la statue de la Vierge.

Le , l'église et le sanctuaire sont consacrés par Mgr Pasquet, évêque de Séez, et Notre-Dame-de-la-Recouvrance est couronnée le par le cardinal Suhard, archevêque de Reims.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
? mars 2001 Paul Le Secq    
mars 2001[4] En cours Odile Gauquelin[5] SE  
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2016, la commune comptait 60 habitants. Depuis 2004, les enquêtes de recensement dans les communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans (en 2006, 2011, 2016, etc. pour Les Tourailles[6]) et les chiffres de population municipale légale des autres années sont des estimations[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
322308418414378395405408402
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
403405407351303258257204205
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
207208185156142120122138114
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
10284749610267767060
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Basilique Notre-Dame-de-la-Recouvrance consacrée en 1932.
  • Fontaine Saint-Martin, à côté de la basilique.
  • Château conservant des parties XVIe siècle, bel ensemble avec deux pavillons.
  • Pont des Tourailles, vestiges d'un pont romain.

Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2016.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « recueil des actes administratifs »
  2. a et b Ernest Nègre - 1996 - Toponymie générale de la France - Volume 2 - Page 1186 - (ISBN 2600001336).
  3. Athis-Val de Rouvre - Sur les traces de notre histoire par Agnès Saget
  4. « Odile Gauquelin repart pour un second mandat », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 9 octobre 2014)
  5. Réélection 2014 : « Les Tourailles (61100) - Municipales 2014 », sur elections.ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 19 mai 2014)
  6. Date du prochain recensement à Les Tourailles, sur le-recensement-et-moi.fr, site spécifique de l'Insee.
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 20112012201320142015 2016 .

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :